Nouvelle-Zélande : un mur trop agé ?

Nouvelle-Zélande : un mur trop âgé ?

Kaimanawawall brailsford childress mini

Cet article contribue et est en lien avec d'autres visibles sur ce site et qui concernent pareillement des "anomalies" situées dans le Pacifique, en Nouvelle-Zélande et en Australie, avec (entre autres) :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/une-decouverte-archeologique-tenue-secrete-en-nouvelle-zelande-jusqu-en-2063.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-trouvailles-qui-genent.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/peche-en-haute-mer-il-y-a-42-000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/australie-l-empreinte-des-ancetres.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-egyptiens-anciens-en-australie-part-3.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-de-l-entree-d-un-tunnel-antique-en-australie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-australiens-la-pyramide-gympie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-dernier-age-de-glace-a-bien-failli-eliminer-tous-les-natifs-australiens.html

Qui a construit le mur de Kaimanawa ?

A quelques 30 kilomètres au sud du lac Taupo, en Nouvelle-Zélande, se dresse un site énigmatique de blocs de pierre. C'est visiblement un mur. Un mur construit par l'homme. Il est également visiblement très vieux; peut-être âgé de plus de 2000 années selon certains. Qui l'a construit ? Les passions sont fortes en Nouvelle-Zélande, où trois hypothèses sont avancées :

- Le mur aurait été construit il y a 2000 ans par les premiers colons de la Nouvelle-Zélande, les Waitahas, qui ont ensuite été presque exterminés par les Maoris, qui sont arrivés il y a seulement 800 ans. Il y a des problèmes politiques avec cette théorie, car les Maoris insistent sur le fait qu'ils sont les Néo-Zélandais d'origine, les premiers donc, et sont donc, pour cette raison, indemnisés aujourd'hui pour leurs terres expropriées par les Européens ultérieurs.

Kaimanawa008 2

- Le mur est simplement ce qu'il reste d'une ancienne scierie (hypothétique) construite il y a seulement 50 ans environ.

- Le mur est tout simplement une formation rocheuse naturelle qui s'est rarement formée en divisant soigneusement le roc en blocs rectangulaires - comme ces dalles de roches de plage qui composent la controversée "route" de Bimini dans les Bahamas...

Kaimanawa2

L'argument d'une formation "naturelle" n'est soutenue que par le fait que ces roches volcaniques ne dateraient que de 330.000 ans environ... ce qui ne veut pas dire grand chose car une découpe artificielle ne peut être datée précisément de toute façon... (03-05-1996-NZ Herald)

B. Brailsford, de Christchurch, a été l'enquêteur en chef sur la paroi de Kaimanawa, aidé par l'Americain DH Childress, et d'autres. Les pierres qui composent le mur sont des blocs de 4 tonnes de ignimbrite, une roche volcanique tendre qui auraient pu être facilement travaillée avec des outils de pierre. Le mur est surmonté d'un hêtre rouge de 2,9 mètres de circonférence et de plus d'un mètre d'humus accumulé. Selon Brailsford, qui a été interviewé par le Listener :

Kaimanawawall brailsford childress

Investigating New Zealand's Kaimanawa wall. The stone blocks do seem to be too regular to be a natural formation. B. Brailsford (above), D. H. Childress (below). (Crédit photo T. Brown)

" Il ne fait aucun doute que les pierres ont été découpées. Les quatre pierres apparentes ressortant à l'avant de la paroi sont uniformes, de 1,6 mètres de haut et 1 mètre de large. Dans un endroit où il pouvait insérer son bras dans une cavité de racine montante on peut toucher la face arrière d'un bloc, et la face avant d'une rangée suivante (une double rangée donc, la deuxième invisible).  Les faces étaient étrangement lisses, sans marques de scie ou d'herminettes. Les interstices où les blocs se joignent étaient minces comme une lame de couteau... Plus haut sur la colline, les sommets des autres pierres dépassent, suggérant qu'une structure plus vaste a été enterrée dans la colline."

Soutenant la thèse selon laquelle un peuple pré-Maoris vivaient en Nouvelle-Zélande, existent les os de kiore, un type de rat étranger à la Nouvelle-Zélande (originaire de l'Asie du Sud-Est), qui a probablement été introduit par les premiers colons. Certains os de kiore ont été datés comme étant âgés de plus de 2000 années - des siècles avant que les premiers Maoris soient arrivés.

Inutile de le dire, les archéologues et les anthropologues de Nouvelle-Zélande ne sont pas désireux de réviser radicalement leur paradigme fondamental attribuant la découverte et la colonisation de la Nouvelle-Zélande aux Maoris. Mais Brailsford et Childress sont encore plus iconoclastes : Ils suggèrent des liens vers une culture pré-polynésienne ; une culture qui a laissé des structures mégalithiques similaires ailleurs dans le Pacifique et le long de la côte ouest de l'Amérique du Sud...

RéférencesChapple, Geoff; "Megalith Mystery," Listener, p. 28, May 4, 1996. Anonymous; "Kaimanawa Wall a Natural Volcanic Rock Formation," New Zealand Herald, May 4, 1996. Wellwood, Elinore; "Experts Argue over Wall's Origins," Waikato Times, May 8, 1996. Cr. T. Brown; Science Frontiers #107, SEP-OCT 1996, William R. Corliss

Bon, comme d'habitude, il est difficile d'affirmer à 100% que ce mur est artificiel ou naturel, et les géologues le reconnaissent volontiers car ils savent que des erreurs ont été commises dans le passé dans un sens ou dans l'autre : la pierre est une matière naturelle qui peut aussi bien être façonnée par la nature que par l'homme, et on sait que ce dernier a souvent accentué ou accompagné un premier "travail" effectué par la nature... il n'est donc pas impossible du tout qu'une paroi en partie naturelle ait été retravaillée et continuée par l'homme quand il est arrivé sur place... Il est avéré que d'autres découvertes archéologiques en Nouvelle-Zélande jettent le doute sur les réelles dates d'arrivée de l'homme dans la région, et le réel secret et dates de divulgation de certaines découvertes sur 80 années dans le futur n'ont pas été démenties par le gouvernement...

Yves Herbo traductions, Sciences, F., Histoires, 23-03-2015 

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange environnement climat essai lire mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau