Océanie mystérieuse Partie 1

Océanie mystérieuse Partie 1

Hnakudotit nellecaledonie

Hnakudotit Nelle-Caledonie

Nouvelle-Calédonie

Malgré la présence d'études archéologiques sur l'île de Nouvelle-Calédonie depuis plus de 40 ans sans discontinuer, grâce notamment à des instituts et groupes locaux actifs, il demeure encore quelques mystères cachés dans la moiteur des forêts. Pourtant, aucune trace d'une présence humaine avant l'arrivée des premières pirogues austronésiennes entre 1500 et 1050 avant JC, il y a donc un peu plus de 3000 ans. Ce qui a surpris en premier les archéologues lorsqu'ils ont approfondi leurs études, c'est la diversité culturelle des poteries anciennes retrouvées : certaines étaient importées de très loin, d'îles situées à plus de 3000 kilomètres de distance... ce qui n'empêchait pas les contacts.

Carte repartition sites nc

" La Nouvelle-Calédonie comporte un certain nombre de sites architecturaux de grande taille, comme les barrages de déviation des cours d’eau à des fins horticoles identifiés dans la région de Yaté. Un des aménagements les mieux étudiés à ce jour se trouve sur le plateau central de l’île de Maré, dans le district de La Roche. Il s’agit de plusieurs ensembles de murs construits avec des blocs de corail fossile. Le site le plus imposant se nomme Hnakudotit et est formé d’un quadrilatère non achevé, comportant quatre portes. La structure fait 180 mètres de long sur 145 mètres de large. Les murs ont une épaisseur moyenne de 10 mètres, sur une hauteur pouvant dépasser 4 mètres. Les blocs taillés dans les carrières situées parfois à plusieurs kilomètres de distance et montés en murs secs faisaient en moyenne 100cm de long et pouvaient parfois dépasser 240cm, soit un poids de plusieurs tonnes.

La construction du site de Hnakudotit a été datée, à partir de différents échantillons de coquillages découverts dans les murs, d’environ 250 ans après J.C., soit un peu plus de mille ans après le début du peuplement austronésien de Maré. Cette construction et les traditions orales qui lui sont liées permettent de se faire une idée générale de cette région de Maré au début du premier millénaire après J.C. Les données de traditions orales relevées par le père Dubois sur ces constructions racontent « qu’autrefois les génies de Maré - les mo-yaac - se mirent d’accord pour que chacun de leurs groupes fasse un refuge de guerre, Hna-bo. C’était une sorte de concours pour voir ceux qui feraient le refuge le plus prestigieux. Leur travail devait commencer le matin. Les vainqueurs annonceraient la fin de leur travail par des cris de triomphe. Mais tout le monde tricha. Les plus tricheurs de tous furent le mo-yaac de La Roche, les si-Puan. Ils commencèrent dès la nuit tombée. Au premier chant du coq, certains firent une pose, tandis que d’autres continuaient. Bientôt le travail fut presque fini. On attendit le lever de l’étoile du matin. On se remit au travail, et quand se leva le petit jour, la construction était achevée. Les si-Puan poussèrent des hurlements pour proclamer leur triomphe. Les autres génies débutaient à peine. Ils s’arrêtèrent découragés. C’est ainsi que la forteresse de La Roche est la plus grande de Maré (Dubois 1970, p. 55-56) ». La simple existence d’un ensemble mégalithique aussi grand indique la présence d’une population relativement nombreuse, qui a ressenti à un moment donné le besoin de construire des zones de protection dans cette plaine dépourvue d’abris naturels. Comme le décrit la tradition orale, cette construction, ainsi que sa voisine Waninetit, a due être édifiée en un temps assez court. Afin de pouvoir rassembler toute cette force de travail et diriger la construction, il devait probablement exister à l’époque une structure sociale de type hiérarchisé. Ces constructions devaient alors également valoriser le prestige des groupes dirigeants, ce qui peut être identifié d’après le volume des différents blocs de corail suivant leur emplacement. En effet, les blocs les plus imposants du parement extérieur ont été placés sur les faces internes des portes et devaient surtout avoir pour but d’impressionner les nouveaux arrivants. "

Nllecaledonie kanak

" Sur le littoral de Poé, 40 sépultures ont été récemment révélées. A l’origine de la découverte, un projet de lotissement sur cette zone côtière en bord de lagon, en 2006. Les premiers terrassements au bulldozer ont fait remonter à la surface des fragments de poteries, des coquillages et des ossements humains. Depuis, un budget de près de 60 millions de francs a permis de mobiliser une dizaine de techniciens dont des scientifiques et archéologues.

Notre membre témoigne:

« Sommes-nous en présence d’un précieux témoignage de l’histoire des premiers peuplements de la Nouvelle-Calédonie et de la civilisation Kanak ?

Les 40 sépultures découvertes laissent supposer des rites mortuaires méconnus dans les traditions ancestrales mélanésiennes jusqu’alors révélées. En effet, ces corps semblent avoir été inhumés en position accroupie, les bras autour des jambes, probablement contraints dans des nattes, adossés à la paroi de la fosse. La plupart sont orientées vers la mer mais quelques unes vers la montagne. Par ailleurs, certaines fosses mortuaires ne contiennent que des ossements de pieds assemblés, le corps semble avoir été déplacé.

Bref une multitudes d’indices pour laisser supposer que des rites mortuaires existaient et se répétaient.

D’ores et déjà, des hypothèses se bâtissent. Il n’est pas certain qu’il s’agisse d’un village à proprement parlé mais d’occupations temporaires de pêcheurs venus des montagnes pour une des phases chronologiques. Les amas de coquillages, les fours de cuisson, les poteries avec des caractéristiques relevant tant du Nord que du Sud, démontrent des échanges importants entre tribus géographiquement éloignées et la consommation des coquillages cuits sur ces lieux de pêche.

Les vestiges appartiendraient à plusieurs périodes. Elles sont comprises entre 500 avant J.-C, et le milieu du second millénaire après J.-C. Il y a eu différents type d’occupation des lieux. Les morceaux de poteries retrouvés attestent d’un mélange de culture inattendu : ce qui prouve que les populations se sont rencontrées et ont échangé des techniques. "

Poterielapita

" La civilisation Lapita (du nom d'un site archéologique de Nouvelle-Calédonie) est une civilisation originale, notamment pour ses décors de poterie, qui semble être apparue sur les îles Bismarck, au nord-est de la Nouvelle-Guinée. Elle est associée aux peuples austronésiens qui allaient conquérir l'Océanie éloignée à partir de l'Océanie proche, à l'origine du groupe linguistique océanien. La datation au carbone 14 révèle que les sites Lapita les plus anciens remontent à environ 3 500 années avant l'époque actuelle, soit 1500 avant JC. Plusieurs centaines de sites archéologiques lapita ont été retrouvés dans une aire allant de la Nouvelle-Guinée jusqu'aux îles Samoa (archipel de Bismarck, îles Salomon, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie, Fidji, Tonga, Samoa, Wallis et Futuna).

Poro3 petrog1Poro 1Archamb croixArcheo941

Des traces d'habitations sur pilotis ont été découvertes sur le site de Talepakemalai aux îles Mussau (PNG), à Nenumbo aux îles Salomon et à Bourewa aux îles Fidji. Quelques squelettes ont été découverts, en particulier à Téouma dans l'archipel duVanuatu et à Lapita en Nouvelle-Calédonie. Les plus anciens sites sont Talepakemalai (la plus ancienne date, discutée par certains chercheurs, remonte à 3500 ans avant le Présent (BP) ) et Kamgot (environ 3300 BP). De nombreux sites sont connus et marquent pour la plupart le début de la période dite Lapita. A ce jour, il s'agit des premiers vestiges après l'éruption du mont Witori (WK-2) qui eut lieu vers 3400 ou 3500 ans BP. Cette explosion compte parmi les plus grandes éruptions volcaniques des 10000 dernières années."

- 200 à 300 tumulus étranges ont longtemps défrayés les chroniques avant qu'une étude scientifique ne prouve qu'ils ont été érigés par des oiseaux géants de Nouvelle-Calédonie il y a plusieurs milliers d'années, avant leur extinction.

New caledonia

" Préhistoire de la Mélanésie

La Mélanésie a eu deux phases principales de peuplement ancien.

Les Australoïdes se sont installés en Nouvelle-Guinée, lorsqu’elle était encore reliée à l’Australie, et que l’ensemble formait un continent, le Sahul. Le site archéologique de Kosipe , en PNG , Papouasie Nouvelle-Guinée , à 2 000 m d’altitude sur les hautes terres centrales , contenait des outils lithiques datés de 19 000 à 26 000 ans BP.

Les Austronésiens y sont arrivés à leur tour en vagues successives depuis 6 000 ans, venus de l’Asie du sud-est.

Ces austronésiens sont les constructeurs de monuments et mégalithiques, de tailles importantes que l’on peut voir aujourd’hui. Les découvreurs européens ont pu les voir dès les premiers abordages au 16ème siècle. Ils nous en ont laissés des témoignages irréfutables , complétés par des dessins et de des descriptions. Des études archéologiques ont été faites sur quelques sites accessibles , mais il est certain que beaucoup restent à découvrir dans les forêts encore vierge d’explorations.

Les explorateurs occidentaux ont pu constater à leur arrivée , notamment aux îles Fidji , que les monuments mégalithiques étaient encore utilisés à cette époque dans les traditions des populations locales. Leur construction date généralement du 2ème millénaire avant J.C. ou auparavant. Un inventaire assez complet en a été fait par A. Riesenfeld dans son livre , The megalithic culture of Melanesia. Quelques uns de ces sites sont aujourd’hui encore utilisés ou sacralisés. Mais beaucoup d’entre eux sont abandonnés et leur délabrement va nous faire perdre , si rien n’est fait , de précieuses informations sur notre passé et nos origines... "

Cikobia

Tertre de Korotuku

C’est un tertre funéraire circulaire surélevé, fouillé par l’archéologue José Garanger, à Cikobia-i-Ra, aux îles Fidji, entouré d’un mur d’enceinte en pierre. Il semble que les personnes inhumées dans ce tertre soient d’un rang social important.

 

" Les Polynésiens

Origine et rapports avec les Mélanésiens.

Il y a 12.000 ans une civilisation a émergé entre les Phillipines et le Japon, centrée sur Taïwan et dont on retrouve des éléments dans toute l'Asie et le Pacifique : gravure sur bois, statues au lobe d'oreille développé, grand canoë monocoque. Des Tibétains aux Malais, Chinois ou Polynésiens tous descendent de cette civilisation détruite par des cataclysmes naturels tels les tsunamis. Chaque population serait partie dans une direction différente.

Les Polynésiens trouvent leur origine en Asie du sud est il y a 6000 ans mais atteignent la Polynésie 200 ans avant Jésus Christ. Que sont-ils devenus entre temps ? Du point de vue génétique ils se séparent des Mélanésiens il y a 11.500 ans. Leurs artefacts montrent des similitudes avec ceux d'Amérique du nord et du sud mais leurs gènes sont sans rapport sauf avec les Indiens du Canada. Leur langue est austronésienne mais il sont distancés de son berceau par 6000 ans. Il semble impossible que les Polynésiens aient évolué à partir d'une mutation génétique des Mélanésiens après un goulot d'étranglement car le temps a été trop court pour que cela se fasse.

On ne peut pas admettre à la fois qu'ils aient traversé les îles mélanésiennes, apporté la poterie, ne se soient pas mélangés avec les Mélanésiens et aient perdu la poterie en arrivant en Polynésie. "

Sources (Extraits) : http://www.iancp.nc/dossiers/3-dossiers/51-les-constructions-monumentales-de-mare-iles-loyaute

http://www.citizenside.com/fr/photos/la-couv/2008-09-15/9598/nouvelle-caledonie-decouverte-archeologique-de.html#f=0/47580

http://marc.serre.perso.sfr.fr/topic1/index.html

http://destinationterre2.wordpress.com/2009/11/06/3eme-partie-les-tokhariens-chapitre-27-les-tokhariens-de-melanesie/

A suivre

Yves Herbo, Sciences-F-Histoires, 05-04-2014

Yves Herbo sur Google+

mystère environnement archéologie prehistoire astronomie volcanisme séisme

Commentaires (1)

Oceane Bolo
  • 1. Oceane Bolo | 26/08/2014

Trop top les lapita

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau