Neandertal était un marin graveur mais Erectus aussi bien avant !

Neandertal était un marin graveur mais Erectus aussi avant !

trouvé dans une grotte en Crete

La preuve en est maintenant faite en plusieurs endroits : nos cousins et aussi prédécesseurs (ils sont apparus vers - 500.000 ans avant maintenant et ont disparu vers -40.000 à -30.000 ans), il ne faut pas l'oublier, néandertaliens étaient très proches de l'homme moderne, tant au niveau de ses outils de pierre qu'au niveau de ses vêtements et ornements (plumes, cuir, etc), mais aussi en ce qui concerne une certaine forme d'art (ou de gravures, traces), mais aussi de vie et coutumes : ils étaient de bons marins, possèdaient probablement des pirogues aussi et enterraient également leurs morts, vivaient en famille, etc... l'industrie moustienne nous révèle en effet une bonne évolution de la taille de pierre et des outils, qui a probablement été transmise ou copiée par Homo Sapiens Sapiens et l'Homme Moderne qui les a trouvé, déjà créés, lors de ses propres migrations. Mais que dire des nombreux outils d'Erectus, datés de 700.000 ans et trouvés en Crète ?...

Les exemples sont maintenant multiples :

Il ne se passe pas un mois sans qu’une nouvelle étude ne vienne rappeler à quel point notre cousin l’homme de Neandertal, loin d’être le rustre qui a longtemps été dépeint, jouissait en réalité de facultés cognitives évoluées. Et de toute évidence, cette nouvelle étude ne fera pas exception.

Et pour cause, puisqu’une étude menée par une équipe de préhistoriens dans une grotte située sur le site italien de Riparo Bombrini (nord-ouest Italie) révèle que Neandertal organisait son espace de vie d’une façon particulièrement méticuleuse et ordonnée.

En effet, les travaux menés par Julien Riel-Salvatore, professeur adjoint d'anthropologie à l'Université du Colorado (Denver, Etats-Unis) et ses collègues indiquent que les différents endroits de cette grotte étaient utilisés par ses habitants néandertaliens pour des activités bien distinctes.

Ainsi, le niveau supérieur de la grotte (elle en comporte trois) était dédié à l’abattage et à la découpe du gibier. Un constat effectué à la suite de la découverte de nombreux ossements de bêtes en ce lieu précis.

Concernant le niveau intermédiaire de la grotte, qui regroupe les traces d’occupation humaine les plus denses, l’espace se subdivisait en deux zones, chacune étant destinée à des activités différentes : l’avant de la grotte était réservé à la fabrication des outils ainsi que les nombreux artefacts retrouvés à cet endroit l’indiquent. Alors que l’arrière de la grotte, une zone dans laquelle très peu de débris de pierre y ont été retrouvés contrairement à l’avant de la grotte, abritait un foyer situé à un mètre de la paroi.

La raison de cette répartition au sein du niveau intermédiaire ? Elle est probablement double. D’une part, le fait de fabriquer des outils dans un endroit bien éclairé (le devant de la grotte) était de toute évidence indispensable. Et d’autre part, la présence de débris de pierre sur le sol représentait probablement un danger pour les habitants. D’où la nécessité de disposer, autour du foyer (qui était probablement l’un des lieux les plus fréquentés de la grotte), d’un sol exempt de ces artéfacts.

Quant au niveau inférieur de la grotte, sa fonction n’est pas encore très claire pour les préhistoriens, car la zone accessible est réduite. Le seul constat qu’ils ont pu dresser de son exploration est la présence, comme au niveau intermédiaire, d’une plus grande quantité de débris de pierre à l’entrée de la grotte.

Par ailleurs, il est à noter que des pigments d’ocre ont été retrouvés dans les différents niveaux de la grotte. Rappelons que cette argile colorée a déjà été découverte dans d’autres grottes préhistorique (lire « Un atelier de fabrication de pigment vieux de 100 000 ans découvert en Afrique du Sud »).

Si cette étude présente un indéniable intérêt scientifique puisqu’elle permet aux préhistoriens de pénétrer plus avant dans l’intimité domestique de l’Homme de Neandertal, il faut toutefois mentionner que la propension de ce dernier à organiser son espace de vie avait déjà été mise en évidence par de précédentes études, qui avaient notamment révélé l’existence de lieux, au sein de l’habitat néandertalien, spécifiquement dédié à la taille d’outils en pierre.

Ces travaux ont été publiés dans l’édition de décembre 2013 de la revue Canadian Journal of Archaeology, sous le titre « A Spatial Analysis of the Late Mousterian Levels of Riparo Bombrini (Balzi Rossi, Italy) ». http://www.journaldelascience.fr/homme/articles/homme-neandertal-etait-tres-ordonne-3361

Des gravures abstraites réalisées par Néandertal ?

Des motifs géométriques abstraits découverts dans une grotte de Gibraltar, attribués à l'Homme de Néandertal, pourraient indiquer que ce dernier était capable de produire des représentations abstraites. Des stries horizontales et verticales, gravées dans la roche. Telle est la découverte réalisée dans la grotte néandertalienne de Gorham (Gibraltar), par une équipe internationale de préhistoriens.
Art abstrait neandertal
Des lignes horizontales et verticales, gravées sur la paroi d'une grotte de Gibraltar, auraient été réalisées par l'homme de Néandertal il y a 39 000 ans au moins. Ces motifs auraient été gravés de façon intentionnelle par leurs auteurs. Crédits : Musée de Gibraltar

Selon les auteurs de la découverte, ces gravures - clairement non figuratives - auraient été réalisées par notre cousin Néandertal, il y a 39 000 ans au moins.

Cette découverte suggère-t-elle que l'homme de Néandertal était lui aussi capable de produire des représentations abstraites ? C'est en tout cas ce qu'affirment ces paléoanthropologues, dans un article publié le 2 septembre 2014 dans les Comptes rendus de l’académie américaine des sciences (PNAS), sous le titre "A rock engraving made by Neanderthals in Gibraltar".

Au terme d'une étude approfondie de ces gravures, qui a notamment consisté à les modéliser en 3D sur la base de photos, les auteurs de l'étude sont parvenus à la conclusion que ces motifs n'étaient pas le produit involontaire d'activités utilitaires, telles que la découpe de viande par exemple.

Ces stries gravées dans la roche témoignent-elles pour autant véritablement d'une intention artistique, ou bien ne pourraient-elles pas avoir été réalisées à d'autres fins, comme par exemple servir de système de comptage ? Si, sur ce point, il est évidemment impossible de se prononcer, on sait toutefois qu'au cours du Paléolithique, l'homme moderne gravait des traits sur des os pour effectuer des tâches de comptage (peut-être pour compter la quantité de gibier tué).

En attendant, si les intentions véritables de l'auteur de ces stries demeurent encore bien floues, les auteurs de l'étude sont parvenus à définir avec une certaine précision les circonstances au cours desquelles ces stries ont été gravées. Il apparaît ainsi que les auteurs de ces motifs géométriques ont utilisé une ou plusieurs pointes de silex, qu'ils auraient fait passer sur la roche de 188 à 317 fois.

Selon les auteurs de l'étude, cette découverte confirme encore un peu plus que les capacités cognitives de Néandertal étaient probablement très proches de celles de l'homme moderne. Une proximité qui n'est bien évidemment pas nouvelle, puisque de nombreuses autres découvertes effectuées au cours de ces dernières années avaient déjà démontré son existence (lire "L’homme de Neandertal enterrait bel et bien ses morts"). - http://www.journaldelascience.fr/homme/articles/gravures-abstraites-realisees-neandertal-4094

L’homme de Neandertal enterrait bel et bien ses morts
Homme neandertal chapelle saints
En Europe, l'homme de Neandertal enterrait déjà ses morts avant l'arrivée de Homo sapiens. Crédits : PLoS

En Europe, avant l'arrivée de Homo sapiens, l’homme de Neandertal enterrait déjà ses morts. Telle est la conclusion d'une étude publiée le 16 décembre 2013 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Ce résultat provient d'une longue étude menée durant 12 années sur un squelette néandertalien vieux de 50 000 ans, bien connu des paléoanthropologues. Et pour cause, puisqu'il s'agit de l'Homme de la Chapelle-aux-Saints, un homme de Neandertal dont les ossements ont été découverts en 1908 par des prêtres dans la grotte de La Bouffia Bonneval, située sur la commune de la Chapelle-aux-Saints (Corrèze, France).

Agé de 50 à 60 ans environ, ce néandertalien était un véritable vieillard au regard de l'espérance de vie moyenne qui était probablement celle de ses congénères. Un vieillard qui, selon les analyses menées au cours des dernières décennies, ne se déplaçait probablement que très difficilement, et n'avait pu vraisemblablement survivre jusqu'à cet âge avancé que grâce à la solidarité de ses pairs.

En effet, l'Homme de la Chapelle-aux-Saints souffrait d'une arthrite au niveau des vertèbres cervicales, d’une déformation à la hanche gauche, et d'un genou fortement endommagé. De surcroît, il était totalement édenté et ce depuis longtemps, suggérant qu'il ne parvenait à se nourrir que grâce à ses congénères qui lui mâchaient préalablement sa nourriture.

Pour parvenir à ce résultat, les auteurs de l'étude ont minutieusement étudié la fosse dans laquelle a été retrouvé l'Homme de la Chapelle-aux-Saints. Après de longs et patients travaux, ils sont arrivés à la conclusion que l'ensevelissement du squelette ne pouvait pas résulter d'un phénomène naturel, mais bien plutôt d'un acte intentionnel. Dans ce travail, les scientifiques se sont notamment intéressés à la structure géologique du lieu dans lequel a été retrouvé le squelette, notamment constituée de calcaire mou et d'argile. Selon les chercheurs, la conformation de ces couches de calcaire et d'argile suggère une origine non naturelle.

En réalité, les paléoanthropologues supposaient depuis longtemps que l'Homme de la Chapelle-aux-Saints avait été intentionnellement enterré par ses pairs. Mais jusqu'ici, les preuves manquaient encore pour confirmer cette hypothèse. Cette nouvelle étude vient donc confirmer que ce néandertalien a bel et bien été inhumé.

Ce résultat est-il si surprenant que cela ? En réalité, pas tant que cela. En effet, de précédentes découvertes réalisées au Proche-Orient et au Moyen-Orient au cours de ces dernières décennies avaient déjà montré que Neandertal enterrait très probablement ses morts.

On se souvient ainsi des ossements de ces neuf néandertaliens découverts dans la grotte de Shanidar (Irak), datés de 44 000 à 60 000 ans. L'un d'entre eux, appelé Shanidar IV par les paléoanthropologues, était vraisemblablement un personnage important qui avait été enterré avec tous les égards dus à son rang. Découvert allongé en position fléchie, les pollens de huit fleurs différentes avaient été retrouvés à ses côtés, montrant que des fleurs avaient été disposées à côté de son corps.

Un autre néandertalien retrouvé dans cette même grotte de Shanidar, surnommé Nandy, présentait quant à lui de nombreuses fractures consolidées, suggérant qu'il avait bénéficié de la solidarité de ses semblables durant sa convalescence. Ce dernier résultat n'est pas une preuve directe de son inhumation volontaire, mais il suggère en revanche que les néandertaliens de l'époque disposaient des facultés cognitives suffisantes pour se préoccuper du bien-être de leurs pairs.

Cette nouvelle étude a été publiée le 16 décembre 2013 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, sous le titre « Evidence supporting an intentional Neandertal burial at La Chapelle-aux-Saints ». - http://www.journaldelascience.fr/homme/articles/homme-neandertal-enterrait-bel-bien-morts-3391

Une pierre gravée vieille de 30 000 ans découverte en Chine

Pierre gravee chine 30000ans

Crédits : Laboratory of Human Evolution, Institute of Vertebrate Paleontology and Paleoanthropology, Chinese Academy of Sciences, Beijing (China) / Institute of Archaeology of Ningxia Hui Autonomous Region, Yinchuan (China)

En analysant via microscopie électronique un assemblage d'outils de pierre du Paléolithique découvert il y a 32 ans dans un site archéologique du Nord Ouest de la Chine, des préhistoriens chinois ont découvert l'existence d'un outil de pierre gravé, vieux de 30 000 ans.

« Une découverte accidentelle ». Tels sont les mots utilisés par le préhistorien Peng Fei, chercheur au laboratoire d'évolution humaine de l'Université de l'Académie des Sciences Chinoise (Beijing, Chine), pour commenter la publication de son article "An engraved stone artifact found at the Shuidonggou Paleolithic site, northwest China" dans le no26 du Chinese Science Bulletin.

Et pour cause, car c'est en analysant des outils de pierre déjà bien connus des chercheurs chinois, puisque découverts en 1980 sur le site paléolithique de Shuidonggou, situé au nord-ouest de la Chine, que Peng Fei et ses collègues ont eu la surprise de découvrir que l'une des pierres taillées présentait de minuscules incisions, tracées avec une étonnante régularité. Des gravures qui, après analyse de ces chercheurs, semblent bel et bien avoir été intentionnellement créées par l'homme, il y a 30 000 ans environ.

Or, cette découverte est un petit évènement pour les paléoanthropologues chinois. En effet, si de nombreux objets gravés par l'homme datant du Paléolithique ont été retrouvés en Europe Occidentale en Afrique, c'est en revanche la première fois qu'une pierre intentionnellement gravée par l'homme et datant du Paléolithique est retrouvée en Chine.

Pierre chine

L'hypothèse d'un système de comptage

Quelle est la signification de ces gravures ? Si les chercheurs ne peuvent pour l'instant se prononcer de façon définitive, ils émettent en revanche l'hypothèse que ces incisions ont peut-être servi comme système de comptage. En effet, l'étude approfondie de ces gravures a permis de montrer qu'elles avaient été réalisées dans un court intervalle de temps, comme si son auteur avait souhaité comptabiliser un évènement survenant de façon récurrente dans un court intervalle de temps.

Quoi qu'il en soit, cette découverte renforce de façon décisive l'hypothèse que les hommes du Paléolithique Supérieur qui résidaient dans l'actuelle Chine étaient déjà dotés de facultés cognitives avancées. En effet, les préhistoriens corrèlent habituellement la production d'objets gravés à la faculté de recourir à l'abstraction et à la symbolisation.

Et avant Homo Sapiens Sapiens et Néandertal, c'est aussi Erectus qui a gravé la pierre ! :

Coquillage gravure abstraite erectus java 500000ans

Ci-dessus, le coquillage sur lequel des gravures abstraites ont été réalisées il y a 500 000 ans environ. Crédits : Wim Lustenhouwer, VU University Amsterdam

Des paléoanthropologues ont découvert un coquillage sur lequel des gravures abstraites ont été réalisées il y a 500 000 ans environ. Ces motifs auraient été gravés par Homo erectus.

C'est une découverte pour le moins étonnante : un coquillage, sur lequel des motifs abstraits ont été gravés il y a vraisemblablement 540 000 à 430 000 ans, a été découvert par une équipe internationale de paléoanthropologues.

Selon les auteurs de cette découverte, ces gravures auraient été réalisées par Homo erectus : en effet, le coquillage a été mis au jour sur l'île de Java. Or, à cette époque, Homo erectus était le seul représentant du genre Homo présent dans cette partie du monde. (YH : ? nous en sommes si sûrs que ça ?...)

Comment a été réalisée cette découverte ? Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le coquillage n'a pas été découvert récemment. En effet, il faisait partie d'une collection appartenant au Muséum d'Histoire Naturelle de la ville néerlandaise de Leyde, ou il dormait depuis… 1891. Découvert par le néerlandais Eugène Dubois à la suite d'une expédition sur l'île de Java, le coquillage n'avait à l'époque pas retenu son attention.

Mais une question se pose : et si ces gravures avaient été réalisées après la découverte du coquillage en 1891, au lieu d'avoir été réalisées il y a près de 500 000 ans ? Pour éliminer cette hypothèse, les auteurs de cette découverte ont réalisé des tests microscopiques du coquillage. Lesquels montrent que ces gravures ont été réalisées avant que la coquille n'est été enfouie dans la terre, puis érodée au cours du temps.

S'il est bel et bien avéré que ces gravures ont été réalisées délibérément, alors la découverte serait de taille. En effet, les gravures abstraites les plus anciennes connues à ce jour datent toutes de moins de 100 000 ans (voir les articles au-dessus et ci-dessous !)

Yves Herbo : Déjà, les spécialistes n'en sont toujours pas revenus d'avoir découvert un nouvel hominidé, l'Homme de Florès (dit le "Hobit" à cause de sa petite taille), probablement (?) issu de l'Homo Erectus primtif... mais se retrouvant donc... sur une île... Déjà, la découverte du classique Homo Erectus sur des îles comme Java, mais aussi dans le Pacifique, en avait surpris certains, même si d'autres ont tempéré ceci par le fait que ces îles étaient assez probablement dans ces lointaines périodes (1 million à 800.000 ans) reliées aux continents puisque la mer était beaucoup plus basse... il n'empêche que cela n'a pas été le cas partout vu les profondeurs, et que des traces d'hommes préhistoriques ont belle et bien été découvertes sur des îles éloignées de plusieurs dizaines de kilomètres et même avec des profondeurs de mers estimées à 400 mètres aujourd'hui... même le voyage de l'homme moderne, il y a 50.000 ans vers l'Australie, demeure bien mystérieux de nos jours, car de telles techniques de naviguation ne s'acquièrent pas en quelques années mais bien en plusieurs centaines et milliers, tout comme notre propre civilisation...

Neandertal en amerique

Néandertal en amérique ?

Des outils de -700.000 à -130.000 ans trouvés... en Crète !

Des preuves trouvées par les fouilles effectuées entre 2008 et 2009 sur le littoral sud de la Crète entre Plakias et Agios Pavlos et confirmée récemment par le ministère grec de la Culture et du Tourisme après étude par les scientifiques. De très nombreux outils ont été découverts sur des terrasses marines datées de 130 000 ans avant maintenant au minimum. Tous ces outils peuvent être associés à l'Homo Erectus ou l'Homo Heidelbergensis et s'étalent en datation de - 700 000 ans à - 130 000 ans. Cette découverte implique que ces lointaines races d'Homo possédaient déjà l'art de naviguer puisque la Crète est une île depuis au moins 5 millions d'années et qu'une grande partie de ces outils taillés dans la pierre ont été déterrés sur des anciennes plateformes maritîmes (elles-mêmes taillées ?) datées de - 130 000 ans minimum... C'est la plus ancienne naviguation au monde attestée à ce jour. Il serait intéressant de découvrir un traçage sur la provenance de ces ancêtres au fil des âges, via des fossiles de pollen ou autres techniques... Et cela accélère d'autant la propagation tôt du genre Homo partout dans le monde, surtout là où il n'y a pas ou peu de glace.

C'est une équipe gréco-américaine multi-disciplinaire dirigée par Thomas Strasser (American School of études classiques à Athènes), qui a mis au jour ces pierres taillées paléolithiques, principalement des haches, dans les vestiges de plateformes marines. Mais les implications sur leur présence (alors que les plus anciennes traces découvertes en Crète remontaient à seulement - 9 000 ans jusqu'à présent !) attestent en plus de capacités cognitives et techniques supérieures à celles attribuées jusqu'à présent aux premières espèces humaines. Selon Thomas Strasser et la grecque Eléni Panagopoulou, ces fouilles jettent une nouvelle lumière sur l’histoire «de la colonisation de l’Europe par des hominidés venus d’Afrique», jusque-là considérée comme s’étant faite à pied. 

“L’approche d’un peuplement de l’Europe seulement par la terre doit clairement être repensée (…) il y a peut-être eu des routes maritimes empruntées par des navigateurs sur de longues distances” écrivent ces chercheurs dans un article publié par Hespéria, le bulletin de l’Ecole américaine d’archéologie d’Athènes (que vous pouvez retrouvez sur le site : http://www.ascsa.edu.gr). Ils relèvent par contre ne pas pouvoir en l’état déterminer d’où venaient les hôtes paléolithiques de Crète, “une origine africaine ou proche-orientale étant aussi probable qu’une provenance d’Anatolie ou de Grèce continentale”, et n’ont n’a pas pu établir encore les raisons pour lesquelles nos ancêtres sont venus en Crète; ni quand ils sont arrivés exactement…

L’équipe d’archéologues a demandé l’autorisation de mener des fouilles plus approfondies dans la zone de la découverte.

Crète-dans une grotte

Dessin d'un bateau gravé sur pierre trouvé dans une grotte en Crète

Concrètement, cette découverte amène à penser que l'Humanité a évolué (et s'est emparée du monde) beaucoup plus rapidement et intelligemment qu'on ne le pense généralement, et que la probabilité de l'existence de civilisations également plus évoluées qu'on ne le pense techniquement  et moralement ont pu exister et disparaître par accidents catastrophiques ou même guerres sans pratiquement laisser de traces : la glaciation intense, les montées des eaux et volcanismes associés ont pu considérablement ralentir, et même anéantir de telles civilisations... dont certains commencent seulement à entrevoir la possible réalité. Ma propre reflexion (assez longue et au vu d'autres documents) m'amène à penser malgré tout que le peu d'évolution et différences des outils de pierre ici cités (entre - 700 000 et - 300 000 ans) et ailleurs, est significatif d'une culture "bloquée" techniquement qui utilise des outils apportés mais non inventés et évolutifs : comme des esclaves incapables ou forcés d'utiliser indéfiniment les mêmes outils pendant une durée immense pour la vie humaine. D'ailleurs, ils les aimaient tellement, leurs haches ou pics, qu'ils les réparaient et retaillaient régulièrement, au lieu d'en faire des neufs avec pourtant la profusion de silex disponible.

Yves Herbo

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-neandertaliens-europeens-mieux-outilles-que-les-premiers-hommes-modernes.html

Autres liens sur le même sujet :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-neandertaliens-etaient-des-marins.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-de-neandertal-s-ornait-de-plumes-sombres.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/traces-de-l-homme-de-neandertal-aux-ameriques.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-analyses-genetiques-des-neandertaliens-et-des-denisoviens-revelent-une-autre-espece-inconnue.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/genetique-heidelbergensis-n-est-pas-l-ancetre-de-neandertal.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/une-decouverte-archeologique-tenue-secrete-en-nouvelle-zelande-jusqu-en-2063.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-gravures-prehistoriques-racontent-une-histoire-cosmique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-peintures-rupestres-en-indonesie-redessinent-l-image-des-premiers-arts.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/madagascar-evolution-des-decouvertes-et-de-la-realite-archeologique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/recentes-decouvertes-historiques.html

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 06-12-2014

Yves Herbo sur Google+

lire climat échange mystère prehistoire archéologie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau