Les plus anciennes momies du monde deviennent de la boue noire

Les plus anciennes momies du monde deviennent de la boue noire

 

Mummy1 courtesy of vivien standen mini

Ce sont les plus anciennes momies (mummies) humaines découvertes dans le monde, au nord du Chili (et non pas en Egypte), et elles sont en train de se transformer en gélatine noire en raison d'une bactérie liée à la hausse du taux d'humidité locale. Les chercheurs chiliens ne savent pas comment l'arrêter et les fonctionnaires régionaux viennent de demander de l'aide à l'Agence culturelle des Nations Unies, l'UNESCO, afin de les faire reconnaître comme un site du patrimoine mondial. 

Ce sont pour l'instant au moins 100 de ces momies qui sont touchées par le phénomène, éventuellement lié au réchauffement climatique qui semble aider la prolifération bactérienne et des champignons nocifs.

 

Mummy chincherro1

Credit: Vivien Standen

Bien sûr, obtenir cette reconnaissance ne sauvera pas les momies déjà touchées, mais les chercheurs espèrent que l'attention accrue de la communauté internationale les aidera à trouver des solutions à la gélatine noire.

Cette gélatine est supposée être le résultat de colonies de bactéries prospères dans la peau momifiée.

" La reconnaissance (de l'UNESCO) n'est pas un objectif en soi, mais le début d'un processus d'amélioration des outils de conservation, avec l'aide de l'État chilien et de la communauté internationale ", a déclaré Sergio Medina Parra, anthropologue et chef de département à l'Université de Tarapaca au Chili.

Depuis le début des années 1900, près de 300 momies humaines ont été découvertes le long des côtes du sud du Pérou et du nord du Chili, y compris des adultes, des enfants, des nourrissons et des fœtus de fausses couches.

 

Mummy1 courtesy of vivien standen

A complete Chinchorro mummy at San Miguel de Azapa Museum in Arica, Chile. Credit: Vivien Standen

Certaines datent de 5050 avant JC, ce sont les plus anciennes momies découvertes dans le monde à ce jour. Elles ont été fabriquées par un groupe de chasseurs-cueilleurs connus sous le nom de Chinchorro, qui momifiaient leurs morts environ 2 000 ans avant que les anciens Egyptiens ne commencent à momifier leurs pharaons.

" Les datations que nous avons pour les corps disent qu'ils sont d'il y a 7000 ans... ils ont donc plus d'ancienneté relative en termes de travail intentionnel sur le corps humain que ceux trouvés en Egypte ", dit Medina Parra.

Tandis que les Egyptiens réservaient la momification à l'élite seulement, les Chinchorros semblaient momifier presque tout le monde, vieux ou jeune, suggérant qu'ils ont maintenu une société très égalitaire très longtemps.

" Les momies des Chinchorros n'étaient pas restreintes aux morts des classes supérieures, cette communauté était très démocratique " confirme Bernardo Arriaza de l'université de Tarapaca, qui dirige les fouilles dans la région depuis 30 ans, au Los Angeles Times.

Arriaza soupçonne que l'eau potable, contaminée dans la région à partir des volcans à proximité, pourrait avoir initié la pratique de la momification, parce que les chercheurs ont trouvé de l'arsenic dans les tissus des momies.

" L'empoisonnement à l'arsenic peut entraîner un taux élevé de fausses couches, et de la mortalité infantile, et la douleur de ces décès peut avoir conduit cette communauté à commencer à préserver les petits corps ", a-t-il dit. " La momification aurait pu commencer avec les fœtus et se développer ensuite pour inclure les adultes. Les momies les plus anciennes que nous avons trouvées sont des mommies d'enfants ".

 

Mummy4 courtesy of marcela sepulveda

The head of a Chinchorro mummy at San Miguel de Azapa Museum in Arica, Chile. (Photo courtesy of Marcela Sepulveda.)

La raison pour laquelle les momies ont été si incroyablement préservées durant tout ce temps est qu'elles ont été enterrées sous les sables secs du désert d'Atacama pendant des milliers d'années - où certaines parties de la terre n'ont pas été touchées par la pluie depuis plus de 400 ans.

Au cours du dernier siècle, le désert a été fouillé et les mommies transportées dans des institutions de recherche locales pour leur conservation.

Au début de l'année dernière (2015), les choses ont commencé à aller mal, et les conservateurs chiliens se tournèrent vers les scientifiques de l'Université de Harvard pour obtenir de l'aide. " Nous savions que les momies étaient en train de se dégrader, mais personne ne comprenait pourquoi ", a déclaré à l'époque le biologiste de Harvard Ralph Mitchell. " Ce genre de dégradation n'a jamais été étudié auparavant ".

L'analyse des échantillons de tissus des momies a révélé qu'ils étaient rongés par des bactéries - mais ce n'était pas des bactéries anciennes, elles étaient du genre qui vivent normalement sur la peau des gens. Et elles accélèrent le processus de dégradation comme rien d'autre.

" Aussitôt que la bonne température et l'humidité correcte sont apparues, elles ont commencé à utiliser la peau comme nutriments ", a déclaré Mitchell à Live Science, ajoutant que, " à moins que les chercheurs locaux puissent garder les momies de Chinchorros dans de bonnes conditions de température et d'humidité, les micro-organismes natifs vont mâcher ces corps tout de suite ".

Il n'y a pas encore d'informations pour savoir si la demande à l'UNESCO sera approuvée, mais espérons que les chercheurs locaux trouveront l'aide dont ils ont besoin pour garder ces momies en sécurité. Parce que des restes d'humains artificiellement préservés qui existaient plus de 2 millénaires avant les anciens Égyptiens est stupéfiant, et nous ne pouvons pas simplement laisser ceci être mangé...

" Préparer les momies était un processus compliqué qui a pris du temps - et des connaissances étonnantes ", a déclaré Marcela Sepulveda, professeur d'archéologie au département d'anthropologie et laboratoire d'analyses et de recherches archéométriques de l'Université de Tarapacá. Les Chinchorros ont d'abord extrait le cerveau et les organes, puis reconstruits le corps avec de la fibre, remplis la cavité du crâne avec de la paille ou des cendres, et utilisés des roseaux pour recoudre l'ensemble, reliant la mâchoire au crâne. Un bâton a gardé la colonne vertébrale droite et a été attaché au crâne. L'embaumeur a rétabli la peau en place - en maintenant l'intégralité parfois du corps avec de la peau des lions de mer ou d'autres animaux. Enfin, la momie était recouverte d'une pâte dont la couleur (faute d'autres données) est attribuée par les archéologues à différentes époques pendant les plus de 3.000 ans de fabrication de mommies des chinchorros - le noir étant fait de manganèse a été utilisé dans les plus anciennes, le rouge fait d'ocre dans des exemples plus tardifs, et une pate brune avait été appliquée sur les plus récentes trouvailles...

 

Chili chincherros courtesy of marcela sepulveda

In the valleys of northern Chile, where the Chinchorro people lived 7,000 years ago, large numbers—perhaps hundreds—of mummies are buried just beneath the sandy surface. (Photo courtesy of Marcela Sepulveda.)

Selon Sepulveda et d'autres, il y a un grand nombre - peut-être des centaines - de momies Chinchorros enterrées juste sous la surface sablonneuse dans les vallées de la région. Elles sont souvent découvertes lors de projets de construction neuve et des travaux publics. L'élévation des niveaux d'humidité peut rendre les momies non récupérées sensibles aux dommages. Alors que le processus de dégradation est relativement contrôlé au musée, il est pire dans les sites exposés à l'environnement naturel. « Qu'en est-il de tous les artefacts sur le terrain ? » demande Mitchell. « Comment les conserver à l'extérieur du musée ? Existe-t-il une réponse scientifique pour protéger ces objets historiques importants contre les effets dévastateurs du changement climatique ? ".

" La solution au défi de pouvoir préserver les momies Chinchorros de 7 000 ans, estime Mitchell, peut s'inspirer de la science du XXIe siècle. Vous avez ces corps là-bas et vous posez la question: Comment puis-je les empêcher de se décomposer ? C'est presque un problème médico-légal ".

Vivien Standen, Bernardo Arriaza et Mariela Santos, de l'Université de Tarapacá, et Philippe Walter, du Laboratoire d'archéologie moléculaire et structurale de Paris, ont participé à cette recherche bactérienne de 2015. Le travail a été soutenu par Harvard SEAS, le Conseil national de recherche scientifique et technologique au Chili, et l'Universidad de Tarapacá. Aujourd'hui en 2016, chacun espère en de nouveaux moyens apportés par l'UNESCO et les services publiques...

Sources : http://www.sciencealert.com/the-oldest-mummies-in-the-world-are-turning-into-black-slime

https://www.seas.harvard.edu/news/2015/03/saving-chilean-mummies-from-climate-change

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 15-11-2016

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange environnement volcanisme auteur lire mystère antiquité

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau