Les Minoens : les premiers cartographes du monde ?

Les Minoens : les premiers cartographes du monde ?

Minoen phaistos 1

La première carte créée dans le monde aurait été faite par les Minoens, il y a 37 siècles dans leur île, c'est-à-dire avant 1610 Avant JC, mais le disque de Phaistos, daté d'autour de 1700 avant JC , est aussi une carte, et il y a peu de différence chronologique entre les deux objets cartographiques.

Le chercheur Minas Tsikritzis estime que les écritures de la mer Égée ont porté spécifiquement sur un script du linéaire A lisible par un algorithme, arrivant à l'ancêtre du linéaire B ".

Cette cartographie de la civilisation minoenne, selon M. Tsikritzis, déplace la chronologie historique de la cartographie mondiale d'environ 850 ans en arrière puisque à ce jour, le plus ancien échantillon de cartographie est la découverte archéologique d'une plaque trouvée en Irak qui représente Babylone. La datation de cette dernière datant de 850 avant J.-C. et montre la Terre comme un disque entouré d'eau, et au centre, Babylone apparaissant dans le fleuve Euphrate.

Profminastsikritzis

Prof. Minas Tsikritzis

La Carte sur la maçonnerie de la maison ouest de Santorin, salle 5, continue le chercheur, est quelque chose d'étonnant, puisque pour la première fois dans le monde, on a une vision de la couleur, d'une haute précision d'une cartographie d'une partie continentale, peut-être le Péloponnèse.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Akrotiri_%28Santorin%29

Il y a spécifiquement un récit complet avec la fresque particulière, qui sert de texte en fonction de la richesse de l'information, " cela fournit des informations sur la flore et la faune de la région visée, et l'architecture des maisons de la ville côtière avec les positions de la planification. Dans le même temps, il y a un convoi qui part de la ville en bord de mer, décrivant la flore des montagnes, et une partie de la faune comme un cerf chassé ou un lion ". De l'autre côté de la fresque, a déclaré M. Tsikritzis, " le convoi arrive à Santorin, la ville située sur le promontoire, où il y a des guerriers à gauche avec des casques qui ont des dents de porc et de facture mycénienne et minoenne. Cette cartographie datant d'avant 1610 BC ». Ce point met en lumière un autre aspect de la façon dont les Minoens avaient des connaissances scientifiques approfondies et des compétences dans les applications technologiques à un moment assez tôt. Jusqu'à maintenant, on croyait que le premier cartographe grec qui avait capturé l'univers alors connu était le célèbre philosophe ionien Anaximandre ( 615-545 avant JC).

DisquephaistosUne autre Cartographie quasi simultanée de la civilisation minoenne, estime M. Tsikritzis, avec la carte de l'île, est le célèbre disque de Phaistos, dont la cartographie est réalisée autour de 1700 avant JC. Selon le même savant, la seconde face du disque, en B9, montre quatre symboles indiquant le navire minoen et une étrange ligne qui est aussi le symbole controversé avec le code 42, dans son livre " Le disque de Phaistos " par l'auteur L. Godart qui attribue que la lettre signifie « râpe », impression créée probablement en raison de points apparaissant sur ​​la surface. Indique sûrement que les autres symboles peuvent s'identifier à certains éléments de preuves archéologiques, tandis que le symbole en question ne peut pas être comparé avec n'importe quel objet de la vie quotidienne.

" Le Symbole 42 du disque de Phaistos a été traité, observé et affiche une image qui ressemble, quel que soit le dommage qu'il a eu d'un côté, à une carte de Crète, qui ressemble à des cartes du 16ème siècle Après JC qu'ont créé différents cartographes. L'élément choquant de la primauté de la carte Minoenne, à mon avis, est le fait qu'elle a réussi à capturer, sur un centimètre de taille, tous les grands centres religieux de la Crète, qui sont représentés par des cercles ".

Il faudrait connaître la précision et l'esthétique des sceaux Minoen et autres petits objets. Parfois, sur des objets très durs ou très fragiles il a été créé des performances complexes, nécessitant des techniques spécialisées et des applications avancées.

par Panagiotis Georgoudi - http://www.enet.gr/?i=news.el.article&id=10395

Les Minoens sont pères du calendrier solaire

Minoen phaistos
Le professeur Crétois Minas Tsikritzis a lu et traduit des sources minoennes qui spécifient que les Minoens ont inventé le calendrier solaire autour de 3000 avant JC, 19 siècles avant que les Babyloniens soient supposer le posséder. Cette constatation va à l'encontre de la conviction établie que les Babyloniens ont été les premiers à inventer le calendrier solaire.

Un sceau minoen remontant à 2.200 avant Jésus-Christ a été trouvé et c'est ce qui a poussé M. Tsikritzis à cette publication. Ce sceau est cylindrique et fabriqué à partir de la dent d'un hippopotame. Les 12 cavités sur le sceau symbolisent la lune, l'année, les 12 mois. En observant le solstice d'hiver et le mouvement de la lune, ils auraient constaté que la lune avait exactement la même position après 365,3 jours.

" Le sceau reflète l'île de la civilisation minoenne au centre et les jours qui sont positionnés autour d'elle. Il est exact que les mathématiques valident les 365,3 jours de l'année. Ce fait souligne que, pendant la période de l'ancien palais de la civilisation minoenne, ils avaient un calendrier solaire, des siècles avant les Babyloniens ", déclare M. Tsikritzis dans le journal Ethnos.
Le sceau a été découvert près de l'ancien palais de Phaistos et est considéré comme un phénomène dans l'histoire universelle des mathématiques.

Source : http://londinoupolis.blogspot.fr/2011/02/minoans-are-fathers-of-solar-calendar.html

M Tsikritzis est un fervent adepte de Pythagore et Euclide et a étudié systématiquement depuis les 20 dernières années la civilisation minoenne, et a publié le livre " Le disque de Phaistos : Guide pour le décrypter "

Des opérations mathématiques complexes et compliquées qu'ont su faire les Minoens du 16ème siècle avant JC, avec des fractions et utilisant le système décimal, renversent complètement l'image que nous avions jusqu'ici sur la science et ses applications dans le monde antique et surtout si tôt.

ecriturePhaistos

La découverte surprenante a été faite par le chercheur Minas Tsikritsis car un texte mathématique original est gravé sur le mur du couloir de la villa minoenne de Agia Triada, qui est près du palais de Phaistos. En effet, le chercheur grec souligne que des mathématiques similaires ne se trouve que dans Euclide, c'est à dire 11 siècles plus tard.

On a trouvé il y a deux ans une inscription inconnue, qui, dit-il, apporte des symboles de fractions en linaire A et qui deviendra probablement la "clé" pour résoudre le secret.

http://kostasvakouftsis.blogspot.fr/2013/10/minoans-are-fathers-of-solar-calendar.html

Etonnant, un autre artéfact de pierre a été trouvé en Bolivie, à Oruro, et il contiendrait des inscriptions semblables à celles du Disque de Phaistos.

Michael White (from amateur epigraphy group : http://groups.yahoo.com/group/Precolumbian_Inscriptions) "I think the Oruro writing is similar to the script on the Phaistos disk.  I also am of the opinion that both are related to Rongorongo and the Indus script.  Solving one may solve them all."

Michael White (from amateur epigraphy group :http://groups.yahoo.com/group/Precolumbian_Inscriptions) « I think the Oruro writing is similar to the script on the Phaistos disk. I also am of the opinion that both are related to Rongorongo and the Indus script. Solving one may solve them all.« 

Dr Clyde Winters : «  This tablet is very interesting to me. After a cursory examination of the tablet, it appears that the personage on the right side of the tablet appears to have a headdress similar to that worn by the People of the Sea or Hittites, when they attacked Egypt around 1200 BC. » trad :  » Cette tablette est très intéressante pour moi. Après un examen attentif de la tablette, il apparaît que le personnage sur le côté droit de la tablette a une barbe similaire a ce qu’on connaît du Peuple de la Mer ou des Hittites, quand ils ont attaqué l’Egypte vers 1200 ans avant JC.« 

« I can not read the characters on the tablet, but they appear to be Linear B, signs similar to the writing of the Greek speaking people of Crete. Again this is my opinion and I welcome the observation of other people on the forum. If this tablet is authentic, it indicates that in addition to Sumerians in ancient South America, Indo-European speaking people also began to arrive in this area , at least by 1200 BC. »  trad. :  » je ne peux lire les caractères sur la tablette, mais elles ressemblent à du Lineaire B, signes similaires au grecque parlé par le peuple Crétois. Si cette tablette est authentique, cela ajoute aux Sumériens dans l’ancienne amérique du sud et indique qu’un peuple parlant l’Indo-Européen a commencé a arriver dans cette région vers 1200 avant JC aussi. "

400px akrotiri minoan town 2

D'autres données intéressantes en annexes du sujet :

" La présence d'objets d'antiquité de provenance égyptienne dans des trouvailles faites hors d'Egypte, en Grèce ou autre part, et contenant des objets datant de temps anciens, est d'une importance assez grande pour la chronologie des trouvailles en question. L'époque et même la date approximative de la fabrication de beaucoup d'objets égyptiens nous étant assez: bien connue, la présence des objets de ce genre nous donne une limite supérieure chronologique, postérieurement à laquelle les objets dont se compose la trouvaille ont été autre- fois déposés dans la terre. M. Schmidt ajoute qu'il sait bien que les objets de provenance égyptienne qu'on recueille, en fouillant dans la terre, en Grèce et autre part, sont souvent très mal conservés. C'est ce qu'ont observé les archéologues danois fouillant à Lindos, dans l'île de Rhodes. Ils ont rencontré là, dans leurs explorations, de nombreux scarabées égyptiens, mais presque tous sont mal conservés. La plupart sont bientôt tombés en poussière. La même chose a lieu sans doute aussi d'autre part, et nous avons été privés par cette circonstance d'un moyen précieux pour déterminer l'époque de plusieurs trouvailles faites dans les pays grecs. "

Phaistosdisklarge 1

" 294 SECTION DE GÉOGRAPHIE ET DE TOPOGRAPHIE Deuxième séance. Mardi, (29 Mars), à 5 h du soir, sous la présidence de M. Radet M. Négris fait une communication sur: La question de L'Atlantis.

D'après le résumé déposé, M. Ph. Négris, dans plusieurs travaux qu' il a publiés (Plissements et Dislocations de l'Ecorce terrestre en Grèce. Athènes 1901 — Observations concernant les variations du niveau de la mer depuis les temps historiques et préhistoriques : Comptes Rendus de l'Académie de Paris, 20 Juillet 1903 — Régression et Transgression de la mer depuis l'époque glaciaire jusqu'à nos jours, Revue Universelle des Mines etc. Liège 1903 p. 249 — Nouvelles observations sur la dernière transgression, Comptes Rendus de l'Académie de Paris, Ier Août 1904 — Étude concernant la dernière Régression de là mer, Bulletin de là Société Géologique de France 1904 p. 156 et 591 — Vestiges antiques submergés, Athen. Mitteilungen 1904 p. 340) a montré que des effondrements considérables ont eu lieu dans les dix mille dernières années et plutôt dans la pre- mière moitié de ce laps de temps, d'abord dans l'Océan Atlantique, les régions Erythréenne et Egéenne, puis au Nord de l'Afrique, et enfin dans les régions Adriatiques. Comparant ces phénomènes au récit de Platon, il constate que la coïncidence est telle, qu'on ne peut la considérer comme l'effet du hasard. Ainsi il ressort du récit de Platon d' un côté, que l'Atlantis existait il y a dix mille ans environ, que d'autre part elle s'est effondrée en même temps que s'écroulait dans l'Attique l'ancien plateau de l'Acropole. Ces résultats sont confirmés par les travaux de M. Ph. Négris. De même l'effondrement du Nord de l'Afrique permet d'expliquer l'embrasement de la terre par les rayons du soleil. Les terres, aujourd'hui occupées par les déserts de l'Afrique et de l'Arabie, étaient autrefois des régions fertiles: les sources abondantes qu' alimentaient ces régions ayant tari, à la suite des dislocations du globe, la surface fut transformée en déserts brûlants, sauf l'Egypte, qui fut sauvée par le Nil, dans le désastre général, comme le dit Platon. D'ailleurs les trois grands cataclysmes cités par Platon correspondraient aux trois époques d'effondrement mentionnées plus haut. En se basant sur toutes ces coïncidences M. Négris conclut à la réalité du récit de Platon. Enfin il termine par quelques considérations sur les causes des effondrements et admet que la période des effondrements a cessé, pour ne recommencer qu'après plusieurs centaines de milliers d'années. Ph. Négris. "

"Comptes rendus du Congrès international d'archéologie, 1re session, Athènes 1905.--"

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques-le-disque-de-vladikavkaz.html

Yves Herbo Traductions-Sciences-F-Histoires-14-02-2014

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire alien échange auteur lire mystère astronomie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau