Les anciens égyptiens fabriquaient déjà des prothèses humaines

Les anciens égyptiens fabriquaient déjà des prothèses humaines

Sandalesreconstit

Scientific tests using replicas of the ancient Egyptian artificial toes. Credit: University of Manchester.

Deux anciens orteils en bois égyptiens ont été confirmés comme les plus anciennes prothèses au monde, selon les tests scientifiques.

Impliquant deux bénévoles qui ont tous deux subi l'ablation de leur gros orteil droit, le test sont rapportés dans le Journal de prothèses et orthèses.

" Un bref article a été publié dans le Lancet en Février 2011, mais il ne contient pas les données de l'étude, " a déclaré dans un communiqué Jacqueline Finch, chercheur à l'Université de Centre KNH de Manchester pour la recherche biomédicale en égyptologie.

Découverts dans la nécropole de Thèbes près de l'actuelle Louxor, les deux orteils artificiels - le surnommé orteil de Greville Chester logé au British Museum et l'orteil de Tabaketenmut au Musée égyptien du Caire - ont été appelés par plusieurs experts "les premières prothèses qui ont existé".

Délicieusement conçu de cartonnage (une sorte de mélange de papier mâché faite en utilisant du linge, de la colle et de plâtre) l'orteil de Greville Chester date d'avant 600 avant JC et se présente sous la forme du gros orteil droit et d'une partie du pied droit.

L'autre faux orteil, un artefact en cuir et bois en trois parties datant d'entre 950 à 710 avant JC, a été trouvé attaché à l'orteil droit d'une momie identifiée comme Tabaketenmut.

Elle était la fille d'un prêtre qui aurait perdu son orteil suivant la gangrène provoquée par le diabète.

Les deux faux orteils montrent d'importants signes d'usure. De plus, ils disposent de trous pour que des lacets puissent fixer les orteils sur le pied ou les fixer sur une chaussette ou une sandale.

" Il existe de nombreux cas d'anciens Egyptiens créant des parties d'un corps pour un faux enterrement, mais l'usure ainsi que leur conception en même temps suggèrent qu'ils ont été utilisés par des personnes pour les aider à marcher ", a déclaré Finch.

" Pour tenter de le prouver cela a été un processus complexe et difficile, impliquant des experts, non seulement dans les pratiques funéraires égyptiennes, mais aussi dans la conception prothétique et dans l'évaluation informatisée de la démarche," a-t-elle ajouté.

Le chercheur a créé deux reproductions modélisées identiques à l'orteil de Greville et à celui de Tabaketenmut, avec des répliques d'anciens cuir de sandales de style égyptien.

Il a été demandé à chaque volontaire de marcher sur une passerelle de 10 mètres pieds nus, dans leurs propres chaussures et de porter les orteils avec et sans sandales.

Protheseantique1Photo: The Tabaketenmut toe kept at the Egyptian Museum in Cairo. Credit: University of Manchester.

Finch a filmé la marche des bénévoles en utilisant 10 caméras vidéo, tandis que la pression de leurs pas a été mesurée en utilisant un tapis spécial. Les 10 meilleurs essais de marche ont été enregistrés pour chaque pied, en utilisant leur pied gauche normal pour le contrôle.

Les images de la caméra ont révélé que lorsque vous portez des sandales avec la réplique en cartonnage, l'un des bénévoles a atteint 87 pour cent de la flexion atteinte par leur orteil gauche normal. La conception en bois et en trois parties a produit près de 78 pour cent.

« Fait intéressant, la possibilité de repousser à l'aide du pied prothétique n'était pas aussi bonne quand ce bénévole ne portait pas les sandales, " a écrit le chercheur.

Le deuxième bénévole n'a pas eu d'aussi bons résultats, mais était encore capable de produire entre 60-63 pour cent de flexion en portant les répliques avec ou sans les sandales.

Selon les mesures de pression, il n'y avait pas de points de pression trop élevés pour les deux volontaires, indiquant que les faux orteils étaient confortables et ne causaient pas de dommages aux tissus.

Lorsque les volontaires portaient seulement les répliques de sandales sans la prothèse du pied, des différences significatives au niveau des pressions de pas ont été enregistrées. Ceci indique qu' " il aurait été très difficile pour un ancien égyptien auquel il manque un gros orteil de marcher normalement en portant des sandales traditionnelles ", a déclaré Finch.

" Ils auraient pu rester pieds nus ou peut-être ont porté une sorte de chaussette ou botte sur le faux orteil, mais notre recherche suggère que le port de ces faux orteils faisait marcher dans une sandale plus aisément », a-t-elle ajouté.

Les volontaires ont également été invités a remplir un questionnaire sur ce qu'ils ont ressenti en faisant les essais de marche en laboratoire.

Malgré avoir été bien effectué, la réplique en cartonnage de Greville Chester n'était pas confortable. Au contraire, les bénévoles ont trouvé que les trois parties de pied en bois et en cuir de Tabaketenmut étaient très confortables.

La performance et le confort perçu à ce remplacement signifie que " la science naissante des prothèses peut avoir commencé à émerger dans la vallée du Nil dès 950 à 710 avant JC, " ont écrit Finch et sa collègue Ann Rosalie David, professeure de la recherche biomédicale en Egyptologie à l'Université de Manchester.

L'exemple en trois parties est plus ancien de quelques 400 ans de ce qui est actuellement considéré comme le plus ancien, mais non testé, dispositif prothétique. Il s'agit d'une création romaine faite de bronze et de bois aux alentours de 300 avant JC, connue comme la jambe de Capoue. La jambe a été détruite par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale et il ne reste qu'une réplique maintenant.

Source : http://news.discovery.com/history/ancient-egypt/ancient-egypt-wooden-toes-prosthetics-121002.htm

Le roi Tut portait des sandales orthopédiques

La plus ancienne chaussure préservée en peau de mouton - 5.500 ans en Arménie

Des résultats d'un cancer chez une femme ancienne de 2000 ans

Yves Herbo Traductions-Sciences-F-Histoires-28-01-2014

Yves Herbo sur Google+

moyen-orient archéologie prehistoire

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau