Le Labyrinthe de Kerama

Le Labyrinthe de Kerama

kerama-1.jpg

Au large de l'une des îles Kerama, Japon, à une profondeur de 27 à 33 mètres maintenant, se trouve un dédale de structures pierreuses dénommé le labyrinthe de Kerama, constitué de cercles de rocs, on n'a pu déterminer encore s'il s'agit de phénomènes d'érosions naturels ou de structures travaillées et taillées dans la roche. On sait que cette terre était pour la dernière fois au-dessus du niveau de la mer il y a environ 10.000 ans. La disposition de ces pierres sont à rapprocher  aux ruines de l'île d'Andros aux Caraïbes, à "l’œuf centre du monde" de l'île de Pâques ou encore aux structures sous-marines de Yonaguni ou des Bahamas, vers Bimini...

kerama-5.jpg

kerama01.jpg

kerama04.jpg

Des trous circulaires symétriques sont au sommet d'un plateau qui s'étale entre 5 et 20 mètres sous l'eau, proche de la côte d'Aguni. Il est très possible que ces trous aient été des puits, lorsque le sommet du plateau était au-dessus de l'eau... 

iles-kerama.jpg kerama03.jpg kerama-4.jpg

 

Des îles ont souvent été employées comme cimetières dans le passé, il est possible aussi que ces trous soient d'antiques tombes, ce qui expliquerait le fait que certains possèdent deux chambres, une verticale en bas, et une horizontale sur le côté : la manière la plus simple pour un deuxième enterrement dans le même espace sans déranger le premier.

 

iles-kerama2.jpg kerama-caves.jpg blue-cave-kerama.jpg

 

Même si cet endroit commence à devenir un attrait touristique indéniable, les plongées aventureuses et les études scientifiques éventuelles sont rendues assez risquées pour les non-avertis à cause de bandes de requins ayant réquisitionné les grottes sous-marines...

keramamap.jpg

 

requin-caves.jpg

kerama02.jpg

 

kamiyama-300x225.jpg

 

Sources :

http://okinawadiving.blogspot.fr/2009/12/it-was-nice-dead-flat-day-today.html, http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/pacifique/pacifique.htm

 

MAJ 28-03-2015 : Il y a eu une nouveauté concernant ces îles depuis cet article de 2012 : elles sont devenues le 31ème parc naturel protégé du Japon le 05 mars 2014 ! : http://www.iccaworld.com/newsarchives/archivedetails.cfm?id=4279

Okinawa, Kerama et Yonaguni, la toute dernière île japonaise de l'ouest :

http://www.japantravelinfo.com/pdf/spd0511_japan.pdf

Ces fonds marins étaient donc à l'air libre vers -10.000 ans Avant JC... à l'époque des fameux peuples préhistoriques Jomon...

Les Aïnous : Un peuple au Japon... 1000 ans avant les japonais. C'est vers - 1300 Avant JC que les Aïnous s'installent à Hokkaidō au Japon actuel, mais aussi dans les régions russes aujourd'hui telles que les îles Kouriles, l'île de Sakhaline et le sud de la péninsule du Kamtchatka. Ils sont donc installés au Japon 1000 ans avant que le peuple de Wa, les ancêtres des japonais d'aujourd'hui (peuple Yamato issu des Wa). Une chose est certaine : les Aïnous actuels (encore quelques milliers alors qu'ils ont dû se cacher ou cacher leurs origines très longtemps à cause du racisme) ne ressemblent pas aux japonais : Morphologiquement, les Aïnous ne ressemblent pas aux Japonais. Bien que leur peau soit cuivrée comme celle des Asiatiques, leur morphologie rappelle celle des Aborigènes d'Australie : ils sont plus grands, leur carrure et pilosité sont plus affirmées, leur peau est plus claire, leur visage est moins lisse, leur arcade sourcilière est développée, et leurs yeux ne sont pas bridés. Les publications d'Alfred Smith Bickmore (American Museum of Natural History et American Journal of Science, 1868) ont fait état de ces caractéristiques physiques, les associant alors au type caucasien, à partir des thèses de l'anthropologue allemand Erwin Bälz (1849-1913). L'anthropologue canadien Reginald Ruggles Gates (1882-1962) a ensuite soutenu la thèse d'origines australoïdes (tels que les Andamanais) et mongoloïdes (peuples de langues tibéto-birmanes). Les études génétiques récentes apportent de nouvelles informations quant à leurs relatifs les plus proches. Les Aïnous sont le seul peuple de la période Jōmon à ne pas avoir subi de brassage génétique avec les peuples de la période Yayoi, arrivés plus tard de la péninsule Coréenne. De ce fait, ils sont proches des habitants des îles Ryūkyū (Yonaguni), qui sont aussi issus des peuples Jōmon et ont été peu mixés avec les peuples Yayoi. Les Japonais sont issus du mélange entre Jōmon et immigrants de Corée. 

Certains scientifiques ont avancé le fait que les Aïnous descendent d'un groupe ethnique préhistorique qui aurait aussi engendré les aborigènes d'Australie. Cette hypothèse se base sur la découverte d'ossements de la période Jōmon datant d'il y a 10 000 ans. Ces ossements possèdent un faciès semblable à celui des peuples d'Australie et de Nouvelle-Guinée. Le géographe français Jean Delvert avançait que l'architecture des maisons traditionnelles des Aïnous (sur pilotis, avec des cloisons végétales) étant proche de celle des anciennes habitations proto-Malaises, une origine des Aïnous dans le sud-est asiatique n'est pas à exclure.

 

Les tests génétiques effectués sur les Aïnous montrent qu'ils font partie de l'Haplogroupe D du chromosome Y3. Or cet haplogroupe est rare et n'est retrouvé en quantité significative qu'au Tibet et dans les îles Andaman ce qui suggère une parenté avec certains peuples tibétains, mais également australoïdes. Mais il y a aussi un fort mélange avec un peuple sibérien, les Nivkhes, dont ils partagent en partie la langue (qui est un isolat unique et retrouvé nulle part ailleurs)... - pour en savoir plus sur cet ancien peuple particulier :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aïnous (ethnie du Japon et de Russie)

 

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 05-2012, 28-03-2015

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange environnement climat séisme volcanisme auteur lire mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau