La Terre des Incas et ses montagnes sculptées

La Terre des Incas et ses montagnes sculptées

perou-terreincas.jpg

D'après certains archéologues, les Incas seraient les descendants attitrés de Tiahuanaco, issus du plateau du lac Titicaca et ayant quitté et abandonné leurs antiques cités suite à une série de catastrophes climatiques et volcaniques. Ces cités étaient ensuite redécouvertes par d'autres tribus et réoccupées ou non suivant les périodes. Pendant ce temps, les Téotihuacans (ou civilisation de Tiahuanaco) descendaient vers l'Océan et le Pérou, le Mexique.

peroumachu-pichu.jpgMachu-Picchu

" Différents témoignages ont été recueillis quant à l'origine des Incas. Selon la légende de Manco Capac et Mama Ocllo, les Incas descendent de Manco Capac. Plusieurs versions de cette légende en font la création de Viracocha et de Inti, le dieu du soleil, le faisant naître près de Cuzco (légende de Pacaritambo) ou sortir du lac Titicaca avec sa sœur-épouse Mama Ocllo, envoyés par Viracocha, le dieu créateur, pour apporter la civilisation aux hommes après le grand déluge qui avait tout dévasté.

Selon cette dernière version, ils voyagèrent jusqu'à ce que le bâton magique en or de Manco s'enfonce totalement dans la terre pour leur désigner le lieu où s'établir : la terre de ce lieu serait suffisamment riche pour les accueillir. C'est là qu'ils fondèrent la première ville inca qui deviendra Cuzco, c'est-à-dire le « nombril » en quechua. Manco Capac enseigna alors aux hommes l'agriculture et l'artisanat, et Mama Ocllo enseigna aux femmes l'art du tissage.

Origine admise par les scientifiques

À l'heure actuelle, l'origine géographique des premiers Incas reste discutée, l'hypothèse communément admise étant qu'ils provenaient des rives du lac Titicaca, à la frontière du Pérou et de la Bolivie. Le rapprochement est souvent évoqué avec la civilisation méconnue de Tiahuanaco (en Bolivie). Les Incas seraient donc un groupe d'hommes menés par Manco Capac ; après une migration vers le nord, celui-ci s'allie avec quelques communautés quechuas pour déloger les habitants de la vallée de Cuzco. Ce sont dès lors tous les descendants de ces premiers colons ainsi que leurs alliés qui sont considérés comme Incas.

Hypothèse amazonienne

D'autres sources évoquent une origine amazonienne. La présence des incas en Amazonie est attestée par la découverte de la cité agricole inca de Mameria par deux explorateurs franco-péruviens en 1979, Nicole et Herbert Cartagena. Le jeune archéologue et explorateur français Thierry Jamin a officialisé en 2006 la découverte de trois géoglyphes anthropomorphiques (d'énormes visages gravés à flanc de montagne), répliques d'un visage présent sur la paroi des pétroglyphes (signes gravés dans la pierre) de Pusharo découverts dès 1921 par Vicente de Cenitagoya. Pour Thierry Jamin, qui a découvert de nouveaux pétroglyphes à Pusharo, leur interprétation permet de dresser une « carte mémoire » de la zone. Il espère ainsi trouver de nouveaux sites incas et notamment la mythique cité perdue Païtiti, après près d'un siècle d'expéditions infructueuses dans la forêt amazonienne. "

(Wikipedia.fr)

petro-pusharo-ruines-jungle.jpg

En fait, ce n'est souvent que grâce à des photos aériennes, voir par satellites que certaines structures peuvent être révélées, tant la végétation d'un côté, les boues ou les laves de l'autre, ont recouvert tant les anciens chemins ou souterrains discrets incas que les étapes et temples, forteresses et entrepôts... pourtant, en suivant les chemins de certains explorateurs ou même de certains documentaires parfois amateurs de simples visiteurs accompagnés par la population locale, on découvre parfois, outre de merveilleux paysages, de véritables petits trésors archéologiques et même des images surprenantes de certaines parois montagneuses...

petroglyphes-et-gravures-perou.jpg

Incas ou prédécesseurs dans certaines régions, ces très anciennes structures, à peine discernables parfois dans la jungle, sont estimées être des signaux de reconnaissance et marquage de routes entre les villes ou peut-être de territoires, un peu comme des panneaux routiers avant l'heure, qui indique un endroit important ou un carrefour... ces endroits et signes parfois énormes gravés dans la roche pouvaient être vus à des distances considérables à l'époque, ou discrets et correspondant peut-être à des chemins sacrés ou réservés (mines, autels sacrés, etc...).

puscharo-jamin.jpg

On ne peut s'empêcher de penser qu'un peuple très ancien à littéralement terraformé tout son environnement, il y a très longtemps et pendant une longue durée. Aplanissant totalement d'un côté, creusant même profondément le sol par endroit, ou utilisant les collines et montagnes environnantes pour ses besoins mais aussi ses loisirs et notions de beauté.

En fait, le mystère sur les origines réelles de toutes ces civilisations demeure ouvert, même si la plupart des spécialistes s'accordent pour dire que les Olmèques sont à l'origine de beaucoup de choses, les traces prouvées d'habitations très antiques en Amazonie pourraient attester d'une seconde origine possible. Passons aux images.

incaland1.jpg

incaland2.jpg

perou-terreincas-1.jpg

perou-terreincas-2.jpg

perou-terreincas-3.jpgSi vous regardez attentivement juste en face dans la végétation dense, vous découvrirez plusieurs entrées de mines et souterrains recouverts par les plantes remontant le relief.

perou-incas-rohart.jpg

perou-incas.jpg

Yves Herbo-SFH-11-2013

Yves Herbo sur Google+

mystère environnement alien archéologie prehistoire astronomie lire auteur volcanisme

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau