La tablette Joas du Temple de Salomon est reconnue vraie

Après 10 ans de procès pour faux, la tablette Joas du Temple de Salomon est reconnue vraie (juridiquement) !

C'est un événement qui est pratiquement passé inaperçu (sauf pour les spécialistes) car il s'est déroulé en plein été, mais c'est un véritable demi-tour qui s'est effectué en matière de la reconnaissance de certains artéfacts jusque-là fortement repoussés par des archéologues ou spécialistes (beaucoup impliqués aussi religieusement d'ailleurs). En effet, le collectionneur d'antiquités Oded Golan avait été poursuivi depuis 10 ans pour la fabrication et vente de fausses reliques antiques, et notamment cette tablette du Roi Joas qui serait donc la première preuve sur le premier Temple du roi Salomon, mais aussi d'autres artéfacts importants "mis à l'écart", comme l'Ossuaire de St Jacques par exemple... mais des études plus approfondies l'avaient fait acquitté en 2012... et cet été 2013, l'Etat d’Israël a tenté de récupérer les artéfacts qu'il tentait de dénigrer auparavant...

JERUSALEM 1 Août 2013 - Dans un magnifique demi-tour, après avoir perdu un effort juridique de 10 ans pour prouver qu'un collectionneur israélien d'antiquités avait truqué une inscription du temple de Salomon, l'avocat de l'état d'Israël a prié le tribunal de grande instance de Jérusalem, mercredi, de permettre au gouvernement israélien de garder l'artefact sur ​​le motif qu'il est " une antiquité . "

Oded Golan, le collectionneur d'antiquités israélienne qui a été acquitté d'avoir forgé la Tablette Jehoash (Joas) après un procès criminel de sept ans, a dit qu'il avait offert de la prêter à un musée pour son étude et l'affichage public, mais qu'il combattrait les tentatives de l'État de le confisquer.

La Tablette de pierre noire rectangulaire Jehoash  - environ 12 cm de long, 10 cm de large et un peu plus de 3 cm d'épaisseur - est inscrite avec une écriture ciselée de 15 lignes en écriture ancienne semblable à un passage célèbre du Second Livre des Rois qui enregistre des réparations effectuées par le roi Joas sur le Temple de Salomon à Jérusalem vers 800 avant notre ère. Si elle est authentique, elle est le seul élément trouvé jusqu'à présent qui peut provenir du Temple de Salomon, construit autour du 9ème siècle avant JC et détruit par les Babyloniens 300-400 ans plus tard.

Golan a été acquitté de toutes les accusations de faux en Mars 2012, neuf ans après qu'il avait été arrêté sur des soupçons d'avoir forgé l'inscription. Il a aussi été acquitté d'avoir forgé les mots « James, fils de Joseph, frère de Jésus " sur un sarcophage de sépulture en pierre, et des dizaines d'autres articles comprenant des empreintes de sceaux liés à des personnages bibliques, des signes d'inscriptions sur des tessons de poterie et une antique lampe en pierre richement décorée.

La Tablette de Joas n'a jamais été affichée en public - à l'exception de la Cour de district de Jérusalem du juge Aharon Farkash. Elle a été saisie par la police israélienne en 2003 avec des centaines d'autres articles, y compris l'ossuaire de Jacques, dans une série de raids sur la maison, le bureau et les entrepôts de Golan.

An Israel Antiquities Authority official with the Jehoash Tablet at the Israeli High Court on Wednesday. The tablet was broken in two along an existing crack while in the safekeeping of the IAA (Copyright Photo: Matthew Kalman)

Après l'arrestation de Golan, un groupe d'experts désignés par l'Autorité des Antiquités d'Israël a déclaré faux la tablette de Joas et l'ossuaire de Jacques. Golan et quatre autres ont été inculpés en Décembre 2004, sur plusieurs chefs de falsification et accusés d'être membres d'un réseau international de contrefaçon d'antiquités. Aucune des charges n'ont été retenues par le tribunal.

Un an après l'acquittement de Golan, le juge Farkash a ordonné au poursuivant de retourner la Tablette de Joas, l'Ossuaire James et les autres éléments à Golan.

Mais après avoir plaidé pendant une décennie que la tablette de Joas était un faux, le ministère public a soudainement décidé qu'elle est une antiquité, et donc la propriété de l'Etat en vertu de la loi 1978 des Antiquités d'Israël.

Ce magnifique volte-face - à partir de l'image de marque de la tablette disant que c'est un faux et la poursuite d'une chasse aux sorcières de dix ans pour son faussaire, pour décider ensuite que c'était une antiquité précieuse qui devait être sous le contrôle de l'Etat d'Israël - est devenue l'élément central du gouvernement qui se pourvoit maintenant en appel devant la Haute Cour d'Israël.

Le gouvernement israélien exige efficacement que Golan soit puni malgré son acquittement par la confiscation de la tablette de Joas.

Dans un ajout cinglant de ses commentaires souvent prudents tout au long de l'affaire, le juge Farkash a admis que le retour de la Tablette de Joas (à son propriétaire) devrait attendre la décision en appel par le tribunal de grande instance, mais il a ostensiblement rejeté l'argument du ministère public.

" L'Etat a insisté sur son point de vue que ce n'était pas une antiquité, mais une antiquité forgée. Depuis, selon l'état, il n'est toujours pas une antiquité, il ne peut maintenant soutenir qu'il possède la tablette selon la loi sur les antiquités, et donc par la loi, il doit être retourné à Golan, " a écrit Farkash dans une décision rendue le 12 Février 2013.

Au cours d'une audience d'appel devant la Haute Cour d'Israël à Jérusalem mercredi, le sous-procureur général Naomi Katz-Lulav a fait valoir que, bien que l'état croyait encore l'inscription était fausse, la pierre elle-même était "ancienne ".

" Nous disons que c'est une antiquité ", a déclaré Katz-Lulav au panel de trois juges . " Nous voulons la garder. "

Les mots pour " antique " et " antiquité " sont les mêmes en hébreu : Atiqa

" Nous comprenons la situation différemment maintenant. C'est le nôtre et nous avons le droit de faire ce que nous voulons de nos biens "

Les juges ont ostensiblement demandé comment le poursuivant pourrait inverser son argument précédant disant que la tablette était un faux, y compris la preuve de son propre témoin expert qui dit que la pierre a été récemment inscrite et venait de l'étranger. Ils ont également demandé comment le ministère pourrait faire valoir que la pierre est venue d'Israël, et ainsi appartenait à l'État, alors que la seule preuve attestant de ses origines était la preuve de la défense par un ouï-dire que le marchand d'antiquités qui l'avait vendu à Golan lui avait dit qu'elle avait été découverte dans la fin des années 1990, près du Mont du Temple à Jérusalem. Tout au long du procès, l'accusation avait marqué que la preuve avait été fabriquée pour essayer de prouver l'authenticité de l'objet.

" Nous comprenons la situation différemment maintenant. C'est le nôtre et nous avons le droit de faire ce que nous voulons de nos biens ", a déclaré Katz-Lulav après l'audience : " Nous n'avons pas besoin de donner une raison ".

Elle a suggéré que dans le futur, elle pourrait être découverte comme étant authentique. « Il est impensable qu'un tel article puisse être dans des mains privées », dit-elle au tribunal.

Un archéologue assis dans la galerie du public lors de l'audience éclata de rire à l'argument de l'accusation, soulignant que toutes les pierres sont « anciennes », car elles ont été créées il y a des millions d'années. Ce n'est que l'addition de l'inscription qui a transformé une "ancienne" pierre en une " antiquité " - une inscription que le poursuivant continue de dénoncer comme fausse.

" L'accusation veut avoir leur gâteau et le manger ", dit l'archéologue. " Leur argument est complètement absurde. "

Mais les juges étaient apparemment frappés par la tablette et ont demandé à ce qu'elle soit produite en justice afin qu'ils puissent gérer eux-mêmes. La tablette a été offerte une fois pour une vente au musée d'Israël pour quatre millions de dollars. Elle a été brisée en deux pendant la garde de l'Autorité des Antiquités d'Israël et a été portée devant les tribunaux dans une boîte en bois brut, protégée par une pellicule de plastique.

" Aujourd'hui, nous avons senti que nous avons tenu dans nos mains un morceau d'histoire ", a déclaré Yoram Danziger, président du groupe judiciaire, clairement secoué après avoir tenu le seul élément connu qui pourrait avoir orné le temple. « De toute évidence, la Tablette Joas doit être considérée dans une catégorie distincte de tous les autres éléments. "

Après l'ajournement du procès pour discuter de la question, les juges sont revenus et, défiant la logique énoncée dans la décision du juge Farkash, a proposé un compromis en vertu duquel l'Etat garderait la tablette de Joas et négocierait le retour de plus de 250 autres objets saisis à Golan.

" Leur position est ridicule et le compromis proposé est totalement inacceptable ", a déclaré aux journalistes Golan après l'audience du tribunal de mercredi . " Je devrais juste la donner à l'Etat après ils m'ont mis à part pendant les dix dernières années ? Pourquoi ? Je leur ai déjà dit que j'étais prêt à le prêter à un musée et à le soumettre aux essais. "

" Maintenant, après avoir échoué à me détruire, ils attendent de moi juste que je leur donne la chose même qu'ils ont dit que j'avais truqué. L'offre proposée par le tribunal ne se fera pas. Je vais négocier avec l'accusation et essayer d'offrir d'autres possibilités, et nous espérons que le tribunal de grande instance acceptera " , a-t-il dit.

James Ossuary de Silwan

Par Matthew Kalman - http://jamesossuarytrial.blogspot.co.il/2013/08/jehoash-tablet-no-longer-forgery-israel.html

YH : notez bien que Golan a été déclaré non coupable de la moindre tricherie sur l'ossuaire de James puisque plusieurs autres experts ayant étudié l'inscription ont prouvé que, s'il y avait eu ajout d'une partie du texte ("frère de Jésus"), cela a été probablement fait au 3ème siècle après J.C., par un chrétien... et oui, l'Eglise chrétienne, comme les prêtres juifs, ont aussi fait probablement leurs faux pour convaincre leurs ouailles... remontant à l'antiquité et étant donc des "vrais" de nos jours...

Yves Herbo Traductions-SFH-12-2013

Yves Herbo sur Google+

moyen-orient archéologie prehistoire mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau