La Culture Védique de l'Inde a-t-elle été trouvée ?

La Culture Védique de l'Inde a-t-elle été trouvée ? -MAJ 16-05-2014

Badrinaryanb1 3466c1ed

La Culture védique de l'Inde était-elle vraiment plus vieille que 3.500 ans ?

Le sanskrit le plus archaïque (devanagari) est celui des Védas, plusieurs livres écrits de milliers d'hymnes et de versets disposés en cycles de chansons. Les Védas disent que les "hommes-Dieux" ont donné le sanskrit aux hommes de la Terre en tant que langue de tonalités musicales.

Plusvieuxsanscrit

Le script de l'Indus - La mère de tous les scripts - L'image ci-dessus est une comparaison des chiffres de 1 à 10 en sanskrit Devanagari par rapport à l'arabe. Sur la droite il y a quelques exemples de voyelles et diphthongues. Sources devanagari : The New Encyclopaedia Britannica , 15ème édition © 1993 et en sanskrit clés de la Religion de la Sagesse © 1968 par Judith Tyberg.

Jamais depuis le 19ème siècle, il n'y a eu un grand débat sur ​​l'histoire réelle de l'Inde. Lorsque les premiers Européens sont venus, ils ont remarqué que les gens en Inde avaient la langue sanskrite comme langue principale de leur littérature - ils ont remarqué que les langues européennes étaient similaires (dans les concepts de mots), de sorte que cela signifiait que les Européens et les Indiens avaient été liés. Les scientifiques du 19e siècle ont également remarqué que la culture sanskrite ou la culture védique, comme elle est parfois appelée d'après la littérature antique de l'Inde, Védas, ce qui signifie la connaissance, donc parfois l'ancienne culture indienne est appelée la culture védique ou la civilisation védique. La littérature est appelée la littérature védique. Ainsi, les scientifiques ont remarqué qu'elle semblait être plus âgée que les cultures européennes.

Depuis que les langues européennes étaient liées au sanskrit de la langue indienne des Vedas, cela ne pouvait que signifier que les peuples européens ont dû sortir de l'Inde en quelque sorte et sont ensuite allés en Europe, avec leur langue qui s'est différenciée en russe, anglais, espagnol, allemand et autres. Les enquêteurs européens n'ont pas aimé cette idée, car elle donnait à la culture védique une position supérieure à la leur. Ainsi, ces premières villes de la vallée de l'Indus comme Harappa et Mohenjo-Daro ont été identifiées par les archéologues comme Richard Meadows et d'autres comme étant non-védiques. Ils pensaient que la culture védique était entrée en Inde peut-être 3500 années avant maintenant. N'est-ce pas incompatible avec le concept des Védas du personnage de Krishna qui arrive, dit que l'univers grouille de vie et semble avoir des connaissances sur d'autres habitations dans le cosmos et parle d'un âge qui remonterait au moins à 9.500 années ? Dans ces anciens écrits en sanskrit, il n'y a pas d'allusions du tout à ce que la culture est venue de n'importe où. Et comme elles sont la principale source et si la littérature védique peut être prise à la lettre, alors cela implique qu'il y avait là-bas des villes habitées depuis au moins plusieurs milliers d'années.

Et il y a eu d'autres recherches en cours dans ce domaine. Pour exemple, le Rig Veda, qui est l'un des premiers écrits védiques, parle d'un grand fleuve appelé le Saraswati qui coulait de la Montagnes de l'Himalaya jusqu'à la mer d'Oman, en bas de cette zone du nord-ouest de l'Inde. Et une telle rivière n'existe pas aujourd'hui. Donc, ce qui s'est passé, c'est que les gens pensaient que le Rig Veda ne pouvait pas parler de l'Inde. Il devait parler d'un autre endroit en dehors de l'Inde où il y avait une sorte de rivière.

Mais ce qu'il s'est passé après est tout à fait intéressant, il y a quelques années, lorsque les archéologues en Inde ont commencé à étudier les photos satellites des satellites américains comme LANDSAT qui ont été fournies, ils ont remarqué qu'il y avait un lit de rivière à sec qui commençait dans l'Himalaya, un grand fleuve qui descendait presque à l'endroit de la baie de Khambaht (Cambay) dont nous parlons (l'emplacement du site sous-marin de la ville). Et puis, plus tard, ils ont constaté que, sur les rives de ce fleuve il y avait 800 à 1000 sites urbains archéologiques, dont il semble que c'est ce dont le Rg Veda parlait, un puissant fleuve accompagné par des villes en Inde il y a plus de 5000 ans - cela doit être vrai.

Les derniers temps où la rivière avait de l'eau était-il il y a plus de 5.000 ans ? Est-il possible qu'il pourrait y avoir eu une sorte de cohabitation avec des non-humains sur le continent de l'Inde disons y a 50.000 ans, qui pourrait expliquer tous les Védas ?

Oui. Au Cachemire, dans la vallée du Cachemire, il semble qu'il y a de nombreuses années, il y avait un lac. Maintenant, il existe un ancien manuscrit Sanskrit qui raconte qu'un lac existait dans cette région, de sorte que ce qu'il y a dans certains anciens écrits doit compter et est vrai. Puisque, selon les rapports géologiques modernes, il y a environ 40.000 années, il y avait en effet un lac dans la vallée du Cachemire, dans le nord de l'Inde. C'était recouvert par un immense lac et il était bloqué dans le sud par une petite chaîne de montagnes. Et à un certain moment, quelque chose s'est passé et cela s'est brisé et le lac s'est vidangé. Cela s'est passé il y a environ 40.000 à 50.000 ans. Ainsi, il est intéressant de constater que vous avez cet ancien document historique qui parle de ce lac. Et si c'est pris à la lettre, cela signifie que quelqu'un doit avoir vu ce lac tel qu'il existait il y a 50.000 années et a écrit à ce sujet " .

Harappan civilisations (ca. 3000-1500 AV JC ?)

Jusqu'à la récente découverte de la baie de Khambaht, les plus anciens centres urbains de pointe en Inde étudiés par les archéologues sont Harappa et Mohenjo-Daro, dans l'actuel Pakistan le long de la rivière de l'Indus. Quoi que ce soit de découvert dans la baie de Khambaht, cela ressemblera-t-il aux structures de la très ancienne et mystérieuse civilisation harappéenne ?

"Excavation des murs de la ville urbaine d'Harappa, l'une des plus mystérieuses cultures de l'ancien monde indien il y a plus de 3000 ans. Les gens savaient lire et écrire et utiliser la langue dravidienne sanscrite, dont une partie a été déchiffrée aujourd'hui. Les artefacts de Harappa et de Mohenjo-Daro dans la vallée de l'Indus du Pakistan sont extraordinaires dans leur beauté et leurs détails. Source : University Park Nord, Chicago, Illinois."

Écriture Harappan (Dictionnaire) Cliquez ci-dessous
http://harappanwriting.piczo.com/?cr=2

Structureharappa pakistan

" Des Anneaux blancs mystérieux en brique parsèment le paysage où le peuple Harappéen vivait, mais les archéologues ne connaissent pas leur fonction. Une conjecture est que ce sont des plates-formes pour la diffusion et le séchage des grains. Source : North Park University, Chicago, Illinois.

Les premiers objets déterrés de Harappa et Mohenjo-Daro étaient des petites tablettes de pierre inscrites avec des représentations élégantes d'animaux, y compris une licorne comme symbole en haut à gauche, et marqué avec l'écriture du script de l'Indus qui chicane encore les chercheurs. Ces tablettes remontent à 2.500 avant JC. Source : North Park Université, Chicago, Illinois.

Une tablette trouvée dans Mohenjo-Daro montre un gros plan sur un animal comme la licorne, mesurant 29 mm (1.14 pouces) de chaque côté et est réalisée en chauffant de la stéatite.
" La stéatite est une pierre tendre facile à tailler qui devient dure après la cuisson. Sur le dessus se trouvent quatre pictogrammes d'un script de l'Indus encore indéchiffrable, l'un des premiers systèmes d'écriture de l'histoire ". Ministère de la source de l'image en Archéologie et des Musées, Govt . de Pakistan. Book : archéologie Interdite par Michael Cremo et Richard Thompson

Le Dr Chandra Prakash Trivedi Extraits de son livre : " La nouvelle interprétation des symboles védiques de l'Indus explore les civilisations de l'Indus védique, tout comme aussi les symboles harappéens ne représentent pas un script ". Il rejette l'invasion aryenne scientifiquement. Son livre a été publié par LAP Lambert Academic Publishing, Allemagne.

Il a exploré les mystères tant attendus de l'Indus et l'ancienne découverte de l'ADN et du "boson de Higgs", la "particule de Dieu" qui a été appelée en tant que "Hiranyagarbha" ou "embryon" dans les Védas. Les symboles sur les tablettes permettent d'explorer l'origine et l'évolution de la création à partir de la simple énergie fondamentale cosmique, la vie a évolué à partir d'une seule cellule et l'ADN avec la photosynthèse et de la recombinaison génétique. Les symboles génétiques explorent le développement humain dans l'ordre chronologique de l'état pré-cosmique de l'évolution de l'espèce humaine dans l'ordre chronologique. À la lumière des plus passionnantes découvertes de la décennie, il y a l'ADN par Watson et Crick, et la particule de Dieu-Higgs de 2012 par Peter Higgs et les scientifiques du CERN, et il y a les fondations des Védas et de la Vallée de l'Indus.

La technologie génétique de l'Indus était très en avance sur le développement des plantes et des animaux transgéniques. Les riches zones de biodiversité en Inde et en Afrique en sont la preuve confirmative. Les animaux et les plantes transgéniques peuvent être développés pour le confort domestique, mais il peut faire des ravages. L'ADN est la Lumière de la vie avec des avantages et des inconvénients de génération en génération. La science védique est dans l'arrière-plan des villes de la civilisation de l'Indus. La connaissance védique est très avancée. Elle a été découverte il y a au moins 18.000 années, avant l'âge des glaces sur la terre, tel que rapporté par l'Institut Max Planck, Allemagne (German news sept. 89 page 25) -  L' ADN - Deoxy ribose Nucleic Acid a été nommé par les Vedas Tvashta et Vivasvat. Ses structures microscopiques d'électrons  sont sur ​​les tablettes"... "Les symboles génétiques explorent la vallée de l'Indus -la Civilisation Védique". Le Dr Trivedi a présenté ses conclusions à la conférence nationale et internationale sur la génétique humaine à Cape Town en Afrique du Sud, comme aussi à Athènes en Grèce, en Suède.

Les preuves et les mystères de l'Inde :

Le texte suivant est tiré du Mahabharata.

Le texte dans la section VI prédit le naufrage de la Ville de Dwaravati. La Section VII décrit comment la ville de Dwarka a été engloutie par l'océan. Une expertise géologique peut aider à déterminer la période pendant laquelle la ville de Dwarka a été perdue sous les vagues de l'océan.

Tsunami ? (Le plus ancien événement enregistré des tsunamis ?)

De : Le Mahabharata
Mausala Parva, section VI
Traduit par Sri Kisari Mohan Ganguli

"Vasudeva dit :
Cette ville de Dwaravati, après d'Arjuna
son départ, sera, avec ses murs et édifices, d'être avalée
par l'océan sans délai. "

From Le Mahabharata Mausala Parva, section VII -Traduit par Sri Kisari Mohan Ganguli

" Vaisampayana dit : Les veuves des autres héros de la Bhoja, les Vrishnis, et les tribus d'Andhaka, sans seigneur maintenant, partirent avec Arjuna, avec plusieurs millions numérotés.
C'est avant tout les chars de guerriers, ce conquérant des villes hostiles, à savoir, le fils de Prithâ, escortait cette vaste procession de Vrishnis, qui abondaient toujours avec la richesse, et qui ressemblait à un véritable océan. Après que tous les gens soient partis, l'océan, cette maison de requins et d'alligators, a inondé de ses eaux Dwarka, qui grouillait encore avec la richesse de chaque chose. Quelle que soit la partie du terrain qui dépassait, l'océan l'a immédiatement inondé de ses eaux. En voyant ce spectacle merveilleux, les habitants de Dwarka marchaient de plus en plus vite, en disant, - " Merveilleux est le cours du destin de Dhananjaya (Arjuna), après l'abandon de Dwarka, a procédé par des marches lentes, provoquant que les femmes Vrishnis se reposent dans la forêt agréable et les montagnes et auxs côtés du cours d'eau magnifique. "

Rappel Archive : Cité engloutie au large de la Côte de l'Inde- 7500 AV JC ?
© 2002 par Linda Moulton Howe February 16, 2002 Surat, Inde

Badrinaryanb1 2bc663e5

Il y a un mois, à la mi-Janvier, les scientifiques marins en Inde ont annoncé qu'ils avaient des images sonar de formes carrées et rectangulaires par 130 mètres de profondeur au large de la nord-ouest côte de l'Inde, dans le golfe de Khambhat (Cambay). Ce n'est pas seulement parce que les formes de sonar montrent des angles de 90 degrés que le ministre indien de la science et de la technologie a ordonné que le site soit dragué. Ce qui a été trouvé a surpris les archéologues tout autour du monde et a fait l'objet d'une séance privée il y a deux semaines en présence du ministre indien chargé d'enquêter sur le site sous-marin d'une trentaine de miles au large de la côte de Surat.

Badrinaryanb1 m4b5c47a

Un américain qui s'est rendu à cette réunion privée a été Michael Cremo, chercheur dans l'histoire de l'archéologie pour la Bhakti Vedanta Institute en Inde et auteur du livre Forbidden Archaeology. J'ai parlé avec lui aujourd'hui en Inde de l'opération de dragage, ce que les ingénieurs de l'océan ont trouvé et les implications de la première datation au carbone des objets à plus de 9000 ans.

Badrinaryanb1 5e38c325

Michael Cremo, chercheur de l'ancienne archéologie et auteur de Archéologie Interdite.

" Au cours des derniers mois, les ingénieurs ont commencé quelques opérations de dragage là-bas et ils ont retiré des os humains fossilisés, du bois fossile, des outils de pierre, des morceaux de poterie et bien d'autres choses qui indiquait que c'était en effet un site d'habitation humaine qu'ils avaient découvert. Et ils ont été en mesure de faire un travail de sonar plus intensif et ont pu identifier plusieurs structures. Elles semblent avoir été construites sur la rive d'un fleuve qui s'écoulait du sous-continent indien dans cette zone. Selon les communiqués de presse, ils ont fait un test de radiocarbone sur un morceau de bois du site sous-marin qui donne maintenant un âge de 9.500 ans, ce qui le placerait à la fin du dernier Age de glace, ce sont les indications que cela donne. Il y avait effectivement deux datations au radiocarbone : un échantillon âgé d'environ 7.500 années et un autre âgé d'environ 9.500 années. Celui de 9.500 années plus vieux semble être le plus représentatif. C'est celui avec lequel ils sont venus. Cela a été annoncé par le ministre Joshi (Murli Manohar Joshi est le ministre indien des technologies océaniques) à cette rencontre, à laquelle j'ai assisté à Hyderabad, en Inde. Il a dit qu'il va y avoir beaucoup de travail à faire. C'est difficile, car il est très difficile de voir en bas. Il y a un courant très rapide. Donc, il va falloir faire un effort assez énorme, mais il a dit que le gouvernement de l'Inde est prêt à mettre les ressources à sa disposition pour faire ce qu'il faut pour de plus amples confirmation de ces découvertes. Il a également parlé à Hyderabad avec un archéologue indépendant non connecté avec le gouvernement Indien, mais qui a un intérêt profond pour ces découvertes et il dit qu'ils vont encore avoir à envoyer des plongeurs là-bas.

Badrinaryanb1 62cef699

Jusqu'à présent, ils n'ont pas envoyé de plongeurs. L'information qu'ils ont est basée sur les données du sonar et les dragages qu'ils ont fait. Finalement, ils vont devoir trouver un moyen pour que des gens aillent là-bas pour jeter un coup d'oeil de plus près à ça. Je pense que l'effort va continuer.

Maintenant, un autre archéologue américain, Richard Meadows de l'Université de Harvard, propose qu'il devrait y avoir un effort international ici. A la surface cela sonne comme une bonne idée, mais il y a aussi peut-être un effort d'archéologues américains et d'autres pour contrôler le projet. Je ne pense pas qu'ils veulent voir une civilisation étant aussi vieille que cela semble être en fonction de ces nouvelles découvertes à il y a 9.500 années. Donc, j'ose espérer que les archéologues indiens et le gouvernement seront être très prudents au sujet de laisser des étrangers là-bas qui pourrait avoir un ordre du jour différent et qui pourraient essayer de contrôler ce qui se passe sur cette découverte très importante. Cela pourrait être tout à fait révolutionnaire.

Dwarka

L'origine Culturelle des personnes du site englouti ?

Même si nous ne savons pas ce qu'est l'arrière-plan culturel du peuple, s'il se produit que c'est une ville qui est âgée de 9.500 années, qui est plus ancienne que la civilisation sumérienne de plusieurs milliers d'années. Elle est plus âgée que l'Egypte, plus que les Chinois. Donc, ce serait affecter radicalement l'ensemble de notre image de l'évolution de la civilisation urbaine sur cette planète.

Gujarat gulfs nasa

Maintenant, si il arrive en outre que des recherches supplémentaires soient en mesure d'identifier la culture des gens qui vivaient dans cette ville qui est maintenant sous l'eau, s'il s'avère qu'ils sont un peuple védique - ce qui, je pense, est tout à fait probable étant donné l'emplacement au large de la côte de l'Inde - je pense que ce serait changer radicalement le tableau d'ensemble de l'histoire indienne qui a essentiellement été écrite par les archéologues occidentaux. "

http://timesofindia.indiatimes.com/home/science/Higgs-Boson-is-an-Indian-discovery-claims-Vedic-scientist/articleshow/16736021.cms

http://www.hinduism.co.za/oldest.html

 [ 2 ] D'autres descriptions du site par le ministre Joshi décrivent le site comme contenant des logements régulièrement espacés, un grenier, une piscine, une citadelle, et un système de drainage. [ 3 ]

Une enquête de suivi a été menée par NIOT en Novembre 2001, qui comprenait un dragage pour récupérer des artefacts et des scans au sonar pour détecter des structures. Parmi les objets récupérés ont été un morceau de bois, des tessons de poteries, des pierres érodées par l'eau d'abord décrites comme des outils à main, des os fossilisés, et une dent. Les objets ont été envoyés à l'Institut national de recherche géophysique (NGRI) à Hyderabad, en Inde, à l'Institut Birbal Sahni de paléobotanique (BSIP) à Lucknow, en Inde, et au Laboratoire de recherche en physique à Ahmedabad, en Inde. [ 4 ] Le morceau de bois était daté au carbone à un âge de 9.500 années. [ 2 ]

NIOT a été renvoyé pour complément d'enquête dans le golfe d'Octobre 2002 à Janvier 2003. Au cours de ces fouilles, NIOT a signalé la découverte de deux paléochenaux flanqués par des caractéristiques du sous-sol comme rectangulaires et carrés. Des Artefacts ont été récupérés par des moyens de dragage, y compris des tessons de poteries, des microlithes, des restes de torchis, et de matériaux d'habitation. Ces objets ont été envoyés pour leur datation dans les laboratoires de l'Université de Manipur et de l'Université d'Oxford. Les restes de torchis sont composés d'argile disponible localement, de roseau, de coques de grain, de morceaux de poterie, et de morceaux de coquillages d'eau douce. Le torchis montre aussi la preuve d'une combustion partielle. [ 4 ]

Le travail le plus récent dans le Golfe de Khambhât a eu lieu de Octobre 2003 à Janvier 2004 et est principalement une étude géologique. Les techniques utilisées au cours de cette enquête comprennent l'enquête de la bathymétrie, l'enquête du sous-sol, une enquête à balayage latéral, et un relevé magnétique. L'un des principaux résultats de cette enquête concerne l'orientation des rides de sable sur le site. Les chercheurs du NIOT affirment qu'il y a deux séries de rides visibles sur le site ;. un ensemble est une caractéristique naturelle formée par les courants de marée tandis que l'autre a été formé par rapport aux caractéristiques structurelles sous-jacentes [ 4 ]. "

L'une des principales controverses entourant la GKCC est la pièce de bois datée. Le Dr DP Agrawal, président du groupe des paléoclimats et fondateur des installations d'essai en Inde du Carbon-14 a déclaré dans un article de Frontline Magazine que la pièce a été datée à deux reprises, dans des laboratoires distincts. [ 2 ] Le NGRI à Hyderabad a retourné une date de 7.190 AV JC et la BSIP à Hanovre a retourné une date de 7545-7490 AV JC. [ 4 ] Certains archéologues, Agrawal en particulier, discourent que la découverte d'un ancien morceau de bois ne signifie pas la découverte d'une ancienne civilisation. Agrawal fait valoir que la pièce de bois est une trouvaille commune, étant donné que, il y a 20.000 ans, la mer d'Oman était de 100 mètres plus bas que son niveau actuel, et que l'élévation du niveau de la mer a immergé progressivement des forêts entières. [ 2 ] [ 5 ].

Sonar khambhat 2

Une autre question controversée sont les objets récupérés sur le site lors des différentes fouilles. Il est constant que la plupart des éléments ont été identifiés par les enquêteurs du NIOT comme des objets faits par l'homme. Alors que leur nature artificielle est contestée et qu'ils sont considérés pour être des pierres d'origine naturelle. [ 5 ]

Les chercheurs rapportent avoir trouvé des tessons de poterie comme indicatifs de traditions de poterie tournées à la roue et faites à la main. Les tessons signalés ont des formes simples avec de petites lignes incisées. Tous les fragments de poterie trouvés jusqu'à présent sont des tessons petits ou miniatures. [ 4 ] Une partie de la controverse, c'est que certains des «tessons» sont formés naturellement et d'autres n'ont aucune preuve de toutes connexions, tant avec les pièces datées de bois, qu'avec les "ruines" prétendument trouvées par les chercheurs du NIOT. En outre, leur petite taille soulève également la possibilité que les vrais tessons ont été transportés d'ailleurs par les forts courants des marées locales. Mais si la poterie est authentique, les chercheurs disent qu'elle devrait montrer des similitudes avec la poterie harappéenne, qui est généralement rouge et noir et estampillée avec des seaux. Sur la base de la collection de poterie actuelle, une continuité stylistique de la civilisation d'Harappa n'est pas évidente. Etant donné la petite taille de la collection des artefacts, il est difficile d'analyser une poterie concluante.  [ 2 ] [ 5 ].

Le golfe de Khambhat a été formé par une faille majeure qui a entraîné un glissement de la région de Khambhât. Le quartier est très actif en tectonique aujourd'hui, et plusieurs failles peuvent être trouvées dans le golfe. Des tremblements de terre se produisent périodiquement également ici. Cette connaissance a conduit plusieurs archéologues à affirmer que le site n'est pas dans un contexte assez solide pour être daté de manière fiable. En raison de l'activité tectonique et des forts courants, ces archéologues affirment qu'il n'y a pas suffisamment de stratification pour s'assurer que les objets récupérés puissent être associés avec le site. (YH : vous avez remarqué combien  ces dates gènent et qu'il faut absolument trouver la moindre chose pour repousser des études complémentaires... ce qui s'est produit d'ailleurs à priori. Et ce qui a permis aussi curieusement de convaincre le gouvernement indien de promouvoir un tout nouveau projet d'une immense retenue d'eau potable à construire... juste dans le golfe de Khambhât, comme par hasard ! ... mais ce projet n'a toujours pas abouti, et pour cause de l'incendie de toute sa base de données et études faites ! (en octobre 2013) : http://archive.indianexpress.com/news/secretariat-fire-destroys-kalpsar-project-database/1187038/

" Les échantillons d'alluvions du paléocanal du Nord ont été testés à la demande du NIOT par l'Université de Manipur. Les alluvions du haut recueillies juste en dessous des sédiments marins ont été datés autour de 3000 avant maintenant (BP) et une alluvion légèrement inférieure a donné un âge de 5000 BP. Une alluvion noire qui a été quelque peu semi-durcie et recueillie au-dessus du conglomérat de la rivière a donné un âge de 19 000 BP. Évidemment, la rivière a coulé au moins entre 19000 années BP, avant le Maxima glaciaire et jusqu'à 3000 BP. Cela montre que le canal paléo dans le nord a été actif et qu'un régime fluvial existait au moins il y a environ 19000 BP. Comme la zone et le canal paléo vers le sud ont été prouvés être une zone riche en hydrocarbures, plusieurs puits et plates-formes pétrolières et de gaz ont été mises comme des arbres de Noël et plusieurs pipelines de pétrole et de gaz sont à sillonner la région. En raison de ces facteurs, rien d'autre qu'un échantillonnage préliminaire ne peut être effectué à cause de la sécurité et des restrictions dans les zones de production de pétrole. Les profondeurs d'eau des échantillons d'alluvions recueillis dans le canal paléo nord variaient de 20 à 32m. "

http://www.grahamhancock.com/forum/BadrinaryanB1.php?p=4

http://www.digplanet.com/wiki/Marine_archeology_in_the_Gulf_of_Khambhat

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/les-cites-englouties-de-khambhat-et-dwarka.html

MAJ du 16-05-2014 : un autre lien spécifique à Dwarka ajouté : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/inde-la-cite-engloutie-de-dwarka-remet-l-histoire-en-question.html

" La science valide l'Histoire Védique " - updated

Indusvalleyscript1

Un point de vue commun parmi les linguistes est qu'il devrait y avoir un script de l'Indus standard.

" Dans un développement surprenant, Mahesh Keshavam, Gangadhar Yadav et Akbar Patel ont annoncé qu'ils ont déchiffré le script de l'Indus. Leur tâche a été simplifiée par la découverte d'un équivalent indien de la pierre de Rosette. Pour ceux qui ne connaissent pas, la pierre de Rosette, un ancien décret pharaonique-Egypte découvert au 18ème siècle, a contribué à déchiffrer l'ancienne écriture égyptienne. L'équivalent indien de la pierre de Rosette, appelé la Pierre Naga par le trio qui l'a découvert, a un message transmis par un roi qui a vécu il y a plusieurs millénaires, inscrit dans trois écritures différentes. L'une d'elles est l'ancienne écriture Brahmi, qui, comme nous le savons tous, a déjà été déchiffrée.

« Nous avons découvert la Pierre Naga au Nagaland, d'où le nom, a expliqué Mahesh." Cela semble être un message d'un dirigeant local, prescrivant qu'une certaine célébration d'une tradition doit être strictement respectée. Il y a le même message dans trois scripts différents, dont l'un est Brahmi, que nous pouvons lire. Puisque le message est le même pour les autres scripts, il s'agissait d'une simple emploi de mots correspondants pour déchiffrer les autres scripts.

Fait intéressant, tous les trois, y compris le Brahmi, peuvent être identifiés comme provenant de la vallée de l'Indus, car ils contiennent des symboles couramment trouvés dans les vallée de l'Indus. Le script de l'Indus (qui est une écriture hiéroglyphique, comme celle du mandarin) a largement été trouvé pour être inscrit sur les petites tablettes qui ont probablement été utilisées pour le commerce et, disent certains, pour des citations inspirantes également.

Akbar a dit: « Ce que nous avons découvert, c'est qu'il n'y avait pas une seule écriture uniforme dans la vallée de l'Indus. Elles étaient nombreuses, chacune différant de l'autre tout à fait à un niveau, même si certains des symboles étaient similaires. En fait, l'un des scripts est encore écrit de droite à gauche !

Il s'agissait d'une vision commune entre les experts linguistiques qu'il devait y avoir un script standard dans l'Indus. Cela semblait logique parce que tout dans la civilisation de l'Indus semblait être rigoureusement normalisé, même les dimensions des briques utilisées dans la construction de grands ensembles pour les villes. Il semble que les experts linguistiques ont eu tort. Les différentes régions ont en fait utilisé différentes écritures. Mais existait-il une langue commune ?

" Oui, la langue était commune, même si les scripts étaient différents, a dit Mahesh." Et la langue était le Sanskrit. Au regard de surprise sur mon visage, Gangadhar a insisté « Vous savez, la pratique de l'utilisation du script Devanagiri pour la langue sanskrite (actuelle) est un phénomène relativement récent. Dans les temps anciens, de nombreux autres scripts ont été utilisés, y compris le script Brahmi. En fait, les manuscrits anciens ont été trouvés dans le Kerala, dans lequel sanskrit avait été écrit dans le script Malayalam. Donc, l'idée d'utiliser des écritures différentes pour la même langue n'est pas nouvelle en Inde. Bien sûr, à l'origine, le sanskrit n'avait pas de script natif et était principalement un language oral. "

Ur antikforever

http://antikforever.com/Mesopotamie/Sumer%20Akkad/Ur.htm

Mais cela soulève évidemment des questions à propos de la version de l'histoire qui nous est enseignée. On nous apprend que les gens de la vallée de l'Indus étaient des Dravidiens qui étaient les Indiens autochtones. Ils ont été, apparemment, envahis par les envahisseurs aryens à la langue sanskrite et repoussés vers le sud. Alors, comment se peut-il que le script d'un peuple vaincu soit utilisé comme langue des vainqueurs ?

" Si vous lisez le message sur la Pierre Naga elle-même, a dit Akbar," vos doutes seront effacés. Il n'y avait pas d'invasion dite aryenne. Les historiens impartiaux ont toujours été émerveillés par cette étrange dichotomie dans l'histoire de l'Inde antique de la civilisation de l'Indus, la civilisation la plus grande, la plus urbaine et la plus riche de son temps, prétendument oubliée dans la littérature ou les marqueurs des hautes cultures; tandis que des envahisseurs dits aryens d'Asie centrale, qui n'ont pas construit de belles villes et étaient apparemment des guerriers barbares, ont laissé les plus grandes parties de la littérature par rapport à tous les autres peuples du monde antique. La seule explication logique est que la civilisation de l'Indus et la civilisation aryenne, appelée à tort védique, étaient une seule et une.

" En Inde, l'étude de l'Histoire est malheureusement fortement politisée, avec les idéologues de gauche et de droite imaginant des arguments fondés sur leurs positions idéologiques plutôt que sur des faits, a dit Gangadhar." Ils permettent tous deux, malheureusement, à leurs penchants idéologiques d'embrumer leur pensée. Par conséquent, aujourd'hui, nous devons nous tourner vers les Occidentaux ou les historiens indiens non-professionnels, qui sont encore épargnés par la politique qui affligent nos départements sur l'Histoire, de trouver des interprétations sans parti pris de notre histoire, qui sont basés sur des faits. La plupart des historiens occidentaux ont déjà mis au rebut l'invasion aryenne comme étant la théorie de l'époque coloniale, le mythe fabriqué par les visées européennes.

Mais la preuve convaincante est la Pierre Naga elle-même. Le message écrit à ce sujet est sans équivoque. Le dirigeant local de l'époque, Vasuki, a déclaré que l'ancienne célébration de Naga Panchami doit être poursuivie, car il était parvenu à son peuple (qu'il appelait le peuple védique) d'une ancienne tradition de 10.000 ans de Sangam et Dwarka. Depuis la pierre elle-même a été datée d'au moins 3000 ans, et elle fait mention des «cultures mères» de Sangam et Dwarka, âgées de plus de 13.000 ans, c'était avant la fin de la dernière grande glaciation.

Mais où étaient Sangam et Dwarka ? « Nous croyons que Sangam se réfère à une ancienne civilisation tamoule et que Dwarka à un ancien gujarati, a dit Akbar." Il semble que l'écrivain britannique, Graham Hancock, avait raison. Il avait postulé qu'il y avait de nombreuses civilisations anciennes réparties dans le monde avant la fin de la dernière grande glaciation, lorsque le niveau de la mer était beaucoup plus bas. Deux de ces civilisations étaient basées en Inde et l'une au large de la côte moderne de Tamil Nadu et l'autre au large de la côte du Gujarat moderne. Ces civilisations ont été détruites lorsque l'ère glaciaire a pris fin et que le niveau des mers a augmenté. Les survivants se sont échappés au nord et ont établi ce que nous appelons la civilisation védique. Ainsi, selon Graham Hancock, l'ancienne civilisation védique est issue d'une plus ancienne civilisation encore que la tamoule et celle de Gujarat (Dwarka). La Pierre Naga vient de confirmer cette théorie. De toute évidence, nos livres d'histoire ont besoin d'une réécriture ! "

- par Amish Tripathi,auteur de La Shiva Trilogy

Read more at: http://indiatoday.intoday.in/story/indus-valley-script-vedic-history-naga-stone/1/331040.htmlhttp://indiatoday.intoday.in/story/indus-valley-script-vedic-history-naga-stone/1/331040.html

Autre donnée : http://www.arte.tv/fr/ur-merveille-irakienne-en-danger/3112616,CmC=3109956.html

Yves Herbo Traductions, Sciences-F-Histoire, 31-03/01-04/16-05-2014

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire alien environnement climat séisme volcanisme mystère

Commentaires (3)

yvesh

Il faut aussi regarder plus attentivement du côté de la très ancienne civilisation de l'Indus à mon avis... mais votre commentaire tombe bien : j'étais en train de traduire certains textes et légendes en relation avec les Nagas, dont ceux de l'Inde bien sûr ! Hasard ou pas, la coïncidence est amusante : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-nagas-vediques-et-leurs-legendes.html

Babacool
  • 2. Babacool | 06/10/2015

Très passionnant, même si cet article me laisse des doutes. Au niveau des villes englouties du nord de la côte ouest de l'Inde, hormis, Dwarka, rien n'est sûr.
Il faudrait des infos en plus à propos de cette fameuse pierre de rosette indienne appelée "Pierre Naga", car excepté quelques articles sur le net, on ne sait rien de plus, on en est même à douter de l'existence de cet édit miraculeux.

Hardline Shirker
  • 3. Hardline Shirker | 22/07/2014

Article passionnant .

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau