La civilisation mystérieuse de Mehrgarh

La civilisation mystérieuse de Mehrgarh

Dentistryaa

L'un des plus grand mystères de l'humanité réside dans l'une des plus anciennes cités du monde, à Mehrgarh, au Pakistan actuel. Mehrgarh est un site néolithique (7000-3200 avant JC) sur la plaine de Kachi du Baloutchistan, au Pakistan, et l'un des plus anciens sites ayant des preuves de l'agriculture (blé et orge) et de l'élevage (bovins, ovins et caprins) en Asie du Sud. Le site est situé sur la route principale entre ce qui est maintenant l'Afghanistan et la vallée de l'Indus. Mais la principale question est bien de comprendre par quel miracle, a quelles découvertes ou rencontre est due la subite transformation de chasseurs-cueilleurs en constructeurs de maisons parfaitement rectangulaires ou carrés et des entrées par le toit, mais aussi des techniques de forages et de soins dentaires performants, puis les premiers systèmes de calculs des décimales et une écriture encore indéchiffrée à ce jour... Sont-ils des descendants de la cité engloutie de Dwarka en Inde, de ceux de Gobekli Tepe en Turquie actuelle ? Ils ont mené à la civilisation d'Harappa apparemment, qui a soudainement disparu... 

Mehrgarhvillage

Selon l'archéologue français Jean-François Jarrige, «Le site couvre une superficie d'environ 500 acres [200 hectares] pour les seuls vestiges pré-harappéens» et montre «la preuve d'une occupation continue depuis plus de trois millénaires avant la civilisation d'Harappa ". L'équipe a également fouillé environ 360 tombes de Mehrgarh où les morts, parfois enterrés avec des paniers goudronnées à leurs pieds, ont eu des effets funéraires, y compris non seulement des objets utilitaires, mais aussi des ornements habilement conçus. Ces ornements ont utilisé des matériaux qui ont dû avoir été introduits d'une assez longue distance : tels que des coquillages, du lapis-lazuli, et de la turquoise.

Figurines mehrgarh

Figurines en argiles 9000 ans

" L'analyse métallurgique d'une barre de cuivre d'une sépulture du néolithique (6e millénaire avant notre ère) à Mehrgarh, au Pakistan, a permis la récupération de plusieurs fils, conservés par la minéralisation. Ils ont été caractérisés selon la nouvelle procédure, en combinant l'utilisation d'un microscope à lumière réfléchie et un microscope électronique à balayage, et identifié comme le coton (Gossypium sp.). Les fibres de Mehrgarh constituent le plus ancien exemple connu de coton dans le Vieux Monde et repousse la date de la première utilisation de cette plante textile de plus d'un millénaire. Même s'il n'est pas possible de déterminer si les fibres sont venues d'une espèce déjà domestiquée, la preuve suggère une origine précoce, peut-être dans la plaine de Kachi, de l'un des cotons de l'Ancien Monde. "

Ref. : Christophe Moulherat, Margareta Tengbert, Jérôme-F. Haquet et Benoit Mille: "Première preuve de coton au néolithique de Mehrgarh, Pakistan: Analyse des fibres minéralisées d'une perle de cuivre." Journal de la science archéologique, Décembre 2002, Volume 29, Issue 12, pp 1393-1401.

Laterperiodmehrgarh

Les morts ont été placés dans une position fléchie, dans les premiers temps face au sud avec leurs têtes vers l'est et les pieds vers l'ouest et à une période plus tard, un changement dans l'orientation de squelettes a été trouvé avec la tête vers le sud-est et les pieds vers le nord-est.

Les preuves d'une dentisterie préhistorique ont été identifiées dans un cimetière, sur le site néolithique de Mehrgarh, au Pakistan, sur onze personnes soignées entre 7500 et 9000 ans avant maintenant.

Dentistryaa grande

Maxillaire gauche percé deuxième molaire d'un adulte de sexe masculin (MR3 90) à partir du néolithique de Mehrgarh. L. Bondioli (Musée L. Pigorini, Rome) et R. Macchiarelli (Université de Poitiers).

Selon un rapport publié dans le numéro de Nature du 6 Avril 2006, des chercheurs italiens travaillant sur ​​un chantier de cimetière dans la ville néolithique de Mehrgarh ont découvert des trous de forage sur au moins onze molaires de personnes enterrées dans le cimetière MR3. La microscopie optique a montré que les trous sont coniques, cylindriques ou de forme trapézoïdale. Quelques-uns avaient des anneaux concentriques montrant des marques de foret ; et quelques-uns avaient des preuves de la décroissance (du foret). Aucun matériau de remplissage n'a été noté, mais l'usure des dents sur les marques de forage indiquent que chacune de ces personnes ont continué à vivre après que le forage ait été achevé.

Togauware

Les caries dentaires (ou cavités) sont le résultat des sucres et des amidons dans la nourriture que nous mangeons. Les chasseurs-cueilleurs, qui ne comptaient que sur les protéines animales, n'ont généralement pas de cavités, les cavités sont associées à l'utilisation de racines et tubercules, de céréales riches en amidon (Walker et Erlandson, 1986).

Maleterracotta

Perceuses et forages dans la préhistoire

Les chercheurs soulignent que seulement quatre des onze dents contenaient des preuves claires de soins liés au forage ; cependant, les dents forées sont limitées à des molaires à l'arrière des deux mâchoires inférieure et supérieure, et ne sont donc pas susceptibles d'avoir été faite à des fins décoratives. Les forets fins sont connus à Mehrgarh, longtemps associés à l'industrie de la perle locale. Les chercheurs ont mené des expériences et découvert qu'en utilisant un petit foret de silex attaché à un foret à archet, il a fallu moins d'une minute pour produire des trous semblables dans l'émail humain.

Les techniques dentaires ont été découvertes sur environ 0,3% de la population (11 dents sur un total de 3880 examinées à partir de 225 individus étudiés à ce jour), de sorte qu'elles étaient rares, et, semble avoir été une expérimentation éphémère. Bien que le cimetière MR3 contient du matériel squelettique plus jeune (dans le chalcolithique), aucune preuve d'un forage d'une dent n'a été trouvée après 6500 avant maintenant. (YH : étonnant qu'une telle technique de soins si tôt n'ait pas au contraire été développée et améliorée mais ait disparu !)

Références

Coppa, A., et al. 2006. Début tradition néolithique de la dentisterie . Nature 440 (6 Avril 2006) :755-756.

Walker, Philip L. et Jon M. Erlandson 1986 de preuves Dentaire à changement de régime alimentaire préhistorique sur les îles du canal du Nord, en Californie. American Antiquity 51 (2) :375-383.

Sources : http://www.humanjourney.us/preAxialHarappa2.html + http://archaeology.about.com/od/inventions/ss/neo_dentistry.htm

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 26-05-2014

Yves Herbo sur Google+

moyen-orient climat auteur échange prehistoire archéologie mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau