La Bosnie et les Illyriens, les premières recherches géologiques

La Bosnie et les Illyriens, les premières recherches géologiques - MAJ

Visocica08 2005 mini

Enquête : la Bosnie et les possibilités de structures (pyramidales ou non) datant de l'époque de l'ancienne Egypte, ou même de Sumer ? Les études sur les pyramides de Bosnie existent-t-elles, quelles sont les preuves de réelles recherches ? (certains journalistes ou spécialistes installés derrière leur bureau sans bouger affirment que c'est juste une escroquerie et que rien ne prouve quoi que ce soit et que rien n'a réellement été fait ou établi - d'autres qui y sont allés n'ont pas assisté aux travaux ou recherches et n'ont fait que du tourisme sans pouvoir réellement décider objectivement)... Voici au moins une partie des débuts des recherches de Monsieur Semir Osmanagic, avec les preuves des réels forages et découvertes de structures bétonnées en profondeur. D'autres découvertes ont été faites en Bosnie également, en dehors de Visoco.

Voici des extraits d'une publication de Semir Osmanagic, Jovo Jovanović et Bojan Zečević et des premières recherches de ruines Illyriennes dans la région de Visoko et ailleurs :

" (...) Dans le troisième mois de 2005, je reçois un intéressant e-mail de Puljanina par Alda Matića :

" Cher Monsieur,

J'ai lu votre livre " Histoire Alternative " où j'ai trouvé beaucoup d'informations qui sont similaires ou identiques à mes informations, recueillies auprès d'autres sources. Je n'ai tout simplement pas l'ambition de publier, et en raison du volume d'une variété d'informations que possède mon étude de 27 ans sur des manifestations d'intérêts similaires, je vous offre un libre échange d'informations.

Dans la dernière année, j'ai consacré beaucoup de temps au suivi de la recherche sur l'origine du premier homme, qu'ont faites les plus grandes universités du monde, par l'analyse de l'ADN et de l'âge avec les ossements des personnes découvertes par les archéologues dans le monde, et de les comparer avec l'ADN de l'homme moderne. Les Haplotypes d'ADN ont été créés de sorte que toutes les personnes peuvent savoir aujourd'hui l'âge et les déplacements de la plupart des gens sur la planète. Aujourd'hui, il est connu que les Basques sont la plus ancienne nation en Europe (40.000 ans), suivie par les Illyriens (27000 années).

Aujourd'hui, les Basques ont un ADN prédominant (haplotypes) de ces anciens Baska, comme une partie des Croates d'aujourd'hui et des résidents de Bosnie-Herzégovine, ont un ADN prédominant (haplotype UE 07) avec les Illyriens.

Les Haplotypes de tous les Slaves sont très différents et plus jeunes. C'est une affirmation, parce que pour moi, il y a une installation à Pula vieille de 7000 années (ou Nezakcij Vizace). Il s'agit d'une tribu illyrienne Histri installée dans la région métropolitaine fortement urbanisée, avec des vestiges archéologiques de la culture, de la science et des lettres, qui sont exposés dans le musée archéologique de Pula. Là, ils ont trouvé des objets qui correspondent à ceux du temps de la culture égyptienne. ( Adresses Web qui corroborent ceci : www.croato-aegyptica.hr/zbirke/05.htm et www.mdc.hr/pula/ - deux sites disparus ! - http://www.pulainfo.hr/fr/kamo-ici/kulturni-spomenici/33/musee-archeologique-distrie/329/)

Il est impossible de comprendre comment une telle civilisation évoluée ait pu apparaître d'elle-même (ici). Tout ce qu'on peut voir, c'est que cette civilisation a dû venir de quelque part - probablement de "l'Atlantide". Les vestiges de bâtiments préhistoriques vers Kaknja proche (servant de fondations médiévales) en Bosnie-Herzégovine, cachent aussi des découvertes archéologiques de grandes valeurs, mais il semble qu'il n'y a l'intérêt de personne pour les étudier et publier...  sincèrement, Aldo Matic à Pula, en Croatie "

La correspondance qui a suivi, j'ai écris à Aldo :

" Cher Aldo,

" Problème ... des recherches indépendantes publiées sur les origines des Indiens d'Amérique parlent de l'existence de cinq haplogroupes : A, B, C et D, qui ont une origine commune avec les Asiatiques (comme prévu en raison de leur venue à travers le passage de Béring, et de la communication maritime entre les deux continents). Le cinquième haplogroupe, tout à fait inattendu et mystérieux (en fait une série de sous-groupes plus petits) ont des origines identiques avec l'haplogroupe européen X, au Moyen-Orient et au Brésil (logique de penser que ce sont tous des descendants des Atlantes), et son âge date d'il y a 36.000 années.

En Amérique centrale, les descendants mayas ont un groupe mitochondrial tout à fait authentique d'une connexion passive avec les grands groupes déjà connus (l'origine de la patrie d'origine de la Lémurie des hommes du Pacifique ?).

Pour l'Équateur, a été retrouvé un groupe unique C 10 dont les traces ne peuvent pas être localisées (à nouveau la civilisation disparue du Pacifique Lémurien ?).

J'ai envoyé leurs échantillons pour les tests de sorte que dans 15 jours, je m'attends à avoir les résultats de votre haplogroupe. "

" Bonjour, Semir "

" Je suis heureux que vous ayez répondu Semir, j'étais plus concentré sur les haplotypes d'Europe et du Moyen-Orient. Dans l'Europe, les haplotypes sont marqués par les symboles UE et d'un nombre à deux chiffres... Atlantis était grand et une civilisation technologiquement plus avancée que notre présent du XXI siècle. En partie, l'étude de l'origine du premier homme est ouverte pour déterminer le cadre spatial et temporel de la connaissance et de la technologie. Nous ne devons pas oublier que l'Atlantide, mais avec des interruptions, a duré 17.000 ans. L'ensemble de la Méditerranée contient beaucoup plus preuves de cela, même ici en Croatie et en Bosnie. Nous ne devons pas oublier qu'au temps de l'Atlantide, ont vécu en Europe les Baska proches et les Illyriens et qu'ils avaient des liens culturels et autres permanents avec les Atlantes. Parce qu'ils étaient si culturellement développés. Pula et ses environs sont riches en sites archéologiques des établissements hautement civilisés appartenant aux Illyriens, et je ne comprends pas comment aussi rapidement après le déluge ils pourraient atteindre un tel niveau de civilisation, sauf s'il est transféré à partir des restes de l'Atlantide. C'est ce qu'on peut affirmer pour l'Egypte avec certitude aussi. Il faut souligner qu'à cette époque, dans cette zone jusqu'à la Drina ne vivaient exclusivement que des Illyriens, dont nous venons pour la plupart aujourd'hui (nous avons le même haplotype UE 07)... "

Ce que je sais, c'est que les tribus illyriennes étaient relativement répandues autour de 8000 à 10000 ans avant JC. Pour rappel, dans le patrimoine archéologique, la profondeur mesurée avec l'imagerie de terrain du radar-doppler a obtenu des résultats complètement différents par rapport aux matérieux de surface. Le plus excitant, c'est que cela montre un établissement plus large et profond, fortement urbanisé. Des vestiges d'artéfacts provenant de ces sites montrent une population ayant une haute culture.

Ma question (seulement pour moi malheureusement) d'où ils venaient sur ​​ce site sans développement continu ? Ces résidents ont échangé avec l'Egypte antique (de multitple objets égyptiens couvrant plusieurs milliers d'années), les Étrusques et les Grecs à la fin.

Curieusement, lorsque le sujet se trouve âgé de 8000 à 10000 ans, les archéologues ne peuvent pas le localiser dans le moule de leurs datations et ils recourent simplement au " balayer sous le tapis ". Il y a parmi nous beaucoup de ces objets archéologiques.

Les tribus illyriennes ont à l'origine habité l'actuel nord de l'Italie ( Veneto ) Veneto, Istrie-Histriens, Rijeka, Zadar-Liburns, la baie de Kotor-Dalmatie. De Zagreb à la frontière avec la Serbie a été peuplé par les Illyriens du Nord, connus dans la culture archéologique mondiale pour leur culture appelée «vieille Europe», la première connue en Europe, dont le siège était à Vučedol (près de Vukovar).

En Bosnie, il y a un établissement très avancé d'une haute civilisation et de la culture des Illyriens, vieille aussi d'environ 7000 années, mais pour des raisons inconnues de moi, même si des artefacts trouvés dans ces domaines ont prouvé son ancienneté et sa qualité et son âge qui excède celui de la Grèce, encore une fois, aucune de ces études n'a été faite.

S'il vous plaît notez que seule l'émergence de la recherche de l'origine du premier homme mentionné par l'ADN et l'âge osseux peut obtenir l'image historique réelle des événements de l'histoire lointaine. Il est vrai que dans ma conclusion, beaucoup de peuples ne correspondent pas.

Dans mes contacts et conversations avec les archéologues sur les temps antédiluviens, chacun des faits et des preuves sont rejetés automatiquement, sans même y penser. Je ne sais pas ce que ces gens croient. Il me semble que même si vous arrivez à les forcer à aller voir de leurs propres yeux les événements, ils ne croieraient pas en leurs propres yeux comme preuves ".

" L'ADN cache une histoire incroyable, qui remonte à l'époque de l'apparition de l'homo sapiens. Même 99,9% du matériel génétique entre les humains est identique. La fraction de pourcentage de ce qui nous rend différent est suffisante pour décrire les dossiers sur les migrations (selon "Le projet Genographic", National Geographic, 2005)...

... Cela a commencé avec l'apparition de l'Homo sapiens en Afrique. Les généticiens ont pu prouver que l'ADN de chaque personne vivante ne peut pas être incluse dans les mêmes gênes qu'une ancêtre féminine préhistorique "Eve" qui est réputée pour avoir vécu il y a 150.000 années...

... Pour la migration dans le continent africain, elle est supposée avoir eu lieu il y a 100.000 ans, bien que la recherche génétique a certainement prouvé qu'elle a eu lieu il y a au moins 60.000 années... ... Alors que le premier homme moderne est entré dans le sol européen avant il y a environ 55.000 ans. "

" La recherche génétique a commencé à changer nos notions enracinées sur l'histoire de la civilisation. À la fin des années 1990 et au début du 21 ème siècle une série d'instituts indépendants , des laboratoires et des petites entreprises explorent les signatures génétiques de personnes dans différentes parties de la planète.

Migrationsmap

Familles de l'arbre ADN et migrations

Une carte des migrations datant de 2002 est sortie, un exemple d'un des dossier non censurés. Cependant trois ans plus tard, en 2005, National Geographic publie un dossier avec des différences importantes qui courrent de nouveau dans les cases " vérités officielles ".

Entre autres choses :

Haplogroupe National Geographic "B" montre le mouvement d'Asie par le détroit de Béring à l'Amérique du Sud, et d'autre part, le dossier Family Tree DNA montre bien que l'haplogroupe B a une propagation du Japon à travers l'île de Pâques et le Pacifique jusqu'au Pérou et en Équateur (donnant ainsi légitimation à ma thèse sur l'existence de la patrie réelle de l'homme de la civilisation de Mu, ou Lémurie dans le Pacifique, que je mentionne dans mon livre, " La civilisation avant le début de l'histoire officielle ") ;
Haplogroupe National Geographic "X" indique une migration de l'Asie Mineure, de nouveau à travers le détroit de Béring à l'Amérique du Nord, Family Tree DNA en revanche, reconnaît que les haplogroupes "X" sont présents en Europe, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud et du Nord. Apparemment, le point de départ, ou le centre de cet haplogroupe est dans l'Atlantique (civilisation de l'Atlantide).

Ces deux anomalies que National Geographic (soutenu financièrement par l' IBM Corporation et la Waitt Family Foundation ) supprime tout simplement d'un seul coup, démontrent une tendance dans cette discipline scientifique.

Filtrer la «vérité».

Confirmation de la thèse des Illyriens

L'histoire des Illyriens dans les livres d'histoire se limite à " les mystérieuses  tribus illyriennes précédent l'arrivée des Romains de 2500 ans. Dans certains endroits, on lit que les Albanais ont affirmé qu'ils étaient les ancêtres des Illyriens et c'est tout.

La génétique du XXIe siècle ouvre la porte à des réponses.

Soixante-quatre jeunes norvégien ont été à un examen médical préalable au recrutement pour l'armée. Un échantillon a été prélevé pour l'analyse de l'ADN et les résultats ont été bientôt publiés (" European Journal of Human Genetics », n ° 10 , 2002 année). À l'exception d'un cas, tous les Norvégiens relèvent des quatre principaux haplogroupes : UE 18, UE 19, UE 07 et l'UE 14. Les Résultats ne sont pas surprenant, parce que les trois premiers groupes sont les plus répandus en Europe centrale et occidentale.

Il est intéressant de noter que l'haplogroupe EU7 est le plus fréquent qui provient de l'Europe centrale et méridionale. Ou, comme l'étude affirme : " ... les résultats confirment la relation étroite des Norvégiens avec les Allemands et d'autres groupes d'Europe centrale, les Tchèques et les Croates. "

Ou, plus précisément : " L'amélioration des conditions climatiques qui a suivi la fin de la dernière période glaciaire il y a 12.000 ans, a ouvert la colonisation de la péninsule scandinave à l'Europe du Sud "

Et pour la période avant la fin de l'ère glaciaire est dit sans aucun doute : " ... plus de 80 % des gènes des Européens proviennent de petits groupes humains qui ont trouvé refuge en s'éloignant de la glace dans trois zones distinctes - le Nord de l'Espagne, l'Europe centrale et l'Ukraine. En raison de leur isolement à long terme de leur composante génétique, ils sont devenus très différents. "

Parfois, l'histoire des pays slaves du sud a commencé par d'ennuyeuses conférences sur « les vieilles migrations slaves des polonais vers le sud de l'Europe, les Balkans... ". En remontant beaucoup plus loin dans le temps, nous prenons conscience que le flux de migration d'origine était exactement le contraire : la partie centrale et le nord de l'Europe sont habités par (des peuples de) la mer Adriatique, par l'Allemagne, en Pologne et en Scandinavie ".

La confirmation de cette hypothèse peut être trouvée dans un article publié dans la revue scientifique «Science» ( Semino O , et al : "The Genetic Legacy of Paleolithic Homo Sapiens in Extant Europeans", Science, n ° 290 , 2000) : " La fin de l'ère glaciaire en Europe centrale est caractérisée par l'élargissement du groupe nord-Balkan, dans lequel il y avait une fréquence élevée de M 170 chromosome Y (c.-à-d des haplogroupes UE 07) " .

Je confirme ce qu'allègue Alda sur les haplogroupes et leur présence dans les Balkans.

Le tableau est complet. Au cours de la dernière période glaciaire, ou paléolithique, 25.000 à 40.000 ans auparavant, les trois centres humains européens : ( 1 ) de la péninsule ibérique, dans le nord de l'Espagne avec les Basques comme premiers colons européens, puis (2 ) des Balkans, le sud de la Save et ( 3 ) L'Ukraine, autour de la mer Caspienne (la Crimée incluse). Les premières et troisième cultures archéologiques peuvent être liées à l'homme " Aurignacien " et la culture des Balkans appartient à l'homme " Gravettien " (que nous sommes libres d'appeler la grande culture illyrienne).

De ces trois abris se sont répartis les Européens, ils étaient, avant -9000, rejoints par les agriculteurs néolithiques venus du Moyen-Orient et qui sont les 20% restants de la génétique européenne.

Des études récentes sur des échantillons des pays des Balkans (“Prehistoric Gene Flow in Europe”, The American Society of Human Genetics”, May 2004) ont élucidé la fréquence dans l'haplogroupe.

Le plus grand pourcentage de la présence de la culture de la race illyrienne en Europe appartient aux Bosniaques !

Environ 42 % de l'échantillon de la population en Bosnie-Herzégovine d'aujourd'hui peut être directement relié à l'homme du paléolithique qui était dans les Balkans il y a au moins 25.000 ans !

C'en était fini de la thèse sur l'origine de l'habitation par des peuples slaves de la majorité des Balkans.

Une autre influence importante sur la population bosniaque est aussi l'Est : Le Caucase du Sud-ukrainien (40 %).

Un rapport similaire dans d'autres pays : les Slovènes ont du sang illyrien à 38%, 20 % de l'Est et 11% d'Europe centrale, les Croates avec 38 % provenant des Illyriens, et 31 % des régions de l'Est.

Un pourcentage très élevé d'origine illyrienne pour les Suédois (40 %) et les Norvégiens déjà mentionnés (40%).

Dans cette phase initiale de développement de la génétique anthropologique, il est risqué d'attacher le matériel génétique d'une culture particulière (au moins tel que définie par l'archéologie et l'histoire).

Cependant, les comparaisons se sont imposées par elles-mêmes. Ainsi, le groupe ibérique se lie à la culture Aurignacienne qui a des exemples bien connus d'un art rupestre ingénieux en France et en Espagne.

D'autre part, la culture Gravettienne (Illyrie) appartient à l'exemple des figurines de la Vénus de l'époque paléolithique. "

Sondages de forage à Visočica - (YH : pour rappel, il s'agit de vérifier s'il n'existe pas des vestiges Illyriens ou autres sous les ruines ou sols médiévaux, comme trouvés ailleurs).

Permis et approbations

" J'ai envoyé une lettre d'intention à l'Heritage Museum à Visoko, pour le début des travaux de recherches sur le site de Visočica, à savoir au-dessous du sommet de la colline. Étant donné que la Cité Royale Médiévale de Bosnie était très haut placée, qu'elle a été déclarée monument national, je me suis engagé qu'à ce stade, il n'y aura pas de puits de prévus dans la cité elle-même.

Le musée a considéré ma lettre d'intention lors de la réunion du Conseil d'administration du Musée du 01.08.2005, et il a été décidé que ce projet allait suivre la procédure, avec moi pour prendre en charge le financement du projet complètement.

La prochaine étape était d'obtenir le consentement des travaux par le ministère de la science. Le consentement a été obtenu le 03/08/2005, et il a été approuvé par le Musée régional pour exécuter les travaux prévus en coopération avec moi.

L'Institut national pour la protection des monuments l'a fait dix jours plus tard, c'était fini pour le respect des procédures formelles.

La sélection des entrepreneurs est tombé sur Sarajevo Consolidation et Entreprise de construction qui s'est spécialisée dans la réalisation de fouilles et a l'autorisation du ministère compétent. Avec plusieurs conversations téléphoniques, j'ai eu confiance dans le professionnalisme de Dževada Valjevca, alors je lui ai donné un emploi. Nous affinons les dates de début de forages pour la mi-août 2005.

Avec la permission du musée, je me suis procuré un croquis fait par une administration géodésique de Visoko.

La partie centrale de Visočica, c'est clair, a une forme pyramidale.

Une bonne déviation du haut de Visočica s'étend sur trois côtés. En faisant correspondre la carte géodésique avec une carte du monde pour voir pleinement l'orientation des côtés de la colline de Visočica ou le côté de la pyramide bosniaque du Soleil, ont voit que les quatre côtés ont une orientation de pyramide est-ouest, nord-sud. La même que toute autre pyramide dans le monde en suivant les points de cardinaux.

Carte visocicaenhautadroite

La carte géodésique montrant Visočica en haut à droite, montrant une forme pyramidale à gradins en allant vers le haut de la colline. Quatre des pointes de la colline correspondent entièrement aux cardinaux est-ouest et nord-sud, qui est une caractéristique typique de la construction des pyramides.

Six puits

Août à Visoko était agréable. Visočica est vert, son sommet dans une forêt clairsemée. Il semble que cela restera avec nous un bon moment.

Visocica08 2005

Visočica en Août 2005; l'accès plateau sur le côté nord de la pyramide. La végétaion cache quelque peu la bonne forme pyramidale.

La première machine de forage est déchargée sur le plateau d'accès à la pyramide, ou le côté nord de Visočica. J'ai décidé que l'emplacement du première forage exploratoire sera le long du bord de la palmeraie. C'est un point qui est en dehors du champ d'application de la cité royale élevée protégée et également le plus élevé sur le côté nord de la pyramide où la machine pourrait parvenir.

Visoko forage12005

Sous l'œil vigilant des ingénieurs de Kemal a commencé le processus de stabilisation des machines de forage Visočica.

Visoko forage22005

Le Premier forage exploratoire est prêt à commencer à retirer la carotte de terre. Le Diamètre du tuyau d'excavation est de 140 mm, et les échantillons étaient en moyenne de 30 cm par forage

Visoko forage3 2005

tuyauterie de sondages - la profondeur initiale des deux premiers mètres

Visoko forage4 2005

Les deux premiers mètres de noyaux sont soigneusement empilés sur des palettes

Visoko forage5 2005

Pour une plus grande profondeur est installé un long tube de forage.

Visoko forage6 2005Visoko forage9 2005Visoko forage7 2005Visoko forage8 2005

Au cours du quatrième mètre de forage avec des carottages soigneusement empilés, à l'heure du déjeuner dans Visoko photographie de la pyramide sous différents angles, Préparation de la " plate-forme " pour le forage prochain, Au premier forage exploratoire, nous sommes allés à une profondeur de 17 mètres, après l'arrivée de l'argile marneuse nous nous sommes arrêtés, parce que c'est un très vieux niveau géologique (vieux de centaines de milliers d'années), notre analyse portera sur les 15 premiers mètres.

Visoko forage10 2005Visoko forage11 2005Visoko forage12 2005Visoko forage14 2005

Le forage numéro deux est situé sur le côté nord de la pyramide, Le puits no 3 est situé sur le côté est du mont Visocica, à une altitude plus élevée que les deux puits précédents, Le forage quatre est situé sur le côté ouest de la colline, les forages de cinq à six sont situés sur le plateau de l'accès, sur le côté nord de la pyramide, à une distance de 100 et 150 mètres du puits n° 1 et à une altitude inférieure, les sondages de forage ont duré sept jours, avec un total de six puits à différentes altitudes et comprenant trois parties : Visočica de l'Ouest, du Nord et à l'Est.

Visoko forage13 2005Visoko forage15Visoko forage17Visoko forage8 2005

analyse géologique

L'analyse sur le terrain a duré plusieurs jours, par un géologue local expérimenté, étant donné la multitude d'informations intéressantes qui sont basées sur les carottes prélevées.

Il était important de veiller à ce que ce soit un géologue qui connaît les collines de Bosnie, leur composition géologique et la structure des couches d'argile autant que possible. Dans ce cas, c'était une personne qui avait une expérience de vingt-cinq ans, avec un grand nombre de puits à des profondeurs de plusieurs centaines de mètres.

Analyse géologique sur le terrain avec des carottes fraîches extraites

B 1 - Le premier forage, à une profondeur de 2,70 mètres il y a une couche de pierre (plaque ?). Entre deux couches d'argile et cela suggère une anomalie potentielle.

B 1 - Le premier forage, à une profondeur de 3,70 mètres de l'argile marneuse excède, ce qui est géologiquement impossible pour une période très brève (" ne peut pas arriver à 20.000 années "). De plus, entre 3,70 - 04:50 mètres il y a un intermédiaire de gravier et d'argile. Est-il causé par des rivières dans le passé lointain ou la main de l'homme s'est adaptée au paysage qui contient lui-même des couches mixtes de gravier et d'argile ? A une profondeur de 4,70 mètres, c'est la première fois que nous rencontrons la " pierre brune ", qui deviendra l'une des principales énigmes de ces enquêtes de sondages.

B 1 - le premier puits - à une profondeur de 5,20 mètres a été trouvé une pierre avec une trace de fer. Puis, à 7,30 mètres de profondeur se trouvent des marques noires (matières organiques, fossiles, formation de charbon ?). À 7,80 mètres est une anomalie très importante : de la marne mixte, du sable et des traces noires (matières organiques). La marne est compactée alors que le sable ne pouvait naturellement être trouvé ! Cette constatation est un aspect illogique de matériau mêlé (en supposant qu'il était présent au procédé de culbutage naturel). La solution est logique dans le domaine de l'action humaine et de canaux pour la filtration de l'eau ?

B 1 - Le premier forage, des traces noires sont présentes dans quelques endroits qui avertissent de matières organiques.

B 1 - Le premier forage, à une profondeur de 8,20 mètres de nouveau illogique - une couche d'argile brune. Un peu plus loin, à 8,50 mètres il y a une couche solide de pierre (" béton ") - identique au troisième forage B3, à une profondeur de 9,90 mètres à 10,20 mètres, une couche de pierre «décorative » avec des additions de fer ( ? ).

B 1 - Le premier forage, entre 11,65 mètres et 11,90 mètres, une couche brune, pas une pierre, pas comme un matériau naturel. À 13,30 mètres de profondeur une nouvelle anomalie : de la marne, de la matière organique et du gravier. Lorsque la couche imperméable de marne pose une autre question ? À 14:20 mètres une couche de pierres " décoratives ". En-dessous, il y a une marne qui est, logiquement, une base solide pour soutenir les structures (dans notre cas, la fondation de la pyramide). La profondeur de 14,40 mètres apporte une nouvelle anomalie : la marne montre une stratification verticale plutôt que horizontale (naturelle) attendue. Conclusion : La marne ci-dessus est quelque chose de fait ! A une profondeur de 14,80 mètres est la pierre angulaire de la marne ( ? ). Et, encore une fois, un aspect naturel illogique de marne mixte, de gravier, de matériaux rocheux. Du point de vue d'une construction, c'est tout à fait logique : l'argile imperméable a été utilisé comme plateforme sur sa surface située sur la pierre. Quelque chose de profond, de 15,20 à 15,40 m est un mélange d'argile, de marne et de pierre polie. Donc, nous sommes allés à la terre (marne) avec du gravier, du sable et de la pierre. La pierre est une plaque plane qui est encore construite.

Visoko forage19Visoko forage20

B1 - Le premier forage à une profondeur de 16-17 mètres, nous avons trouvé une marne verticale (anomalie). De plus elle est traitée. On peut supposer que cet emplacement a été construit localement à l'intérieur de la pyramide.

B 2 - forage n ° 2, à une profondeur de 2,40 mètres se trouve une couche brune de plaque qui est une anomalie. À 3,60 mètres a été trouvé de la marne de pierre, qui est aussi illogique. Après cela, de l'argile de marne arrive auquel on pouvait s'attendre. Donc, ces puits indiquent que, de ce côté de la colline, il y a quelque chose de construit.

B 3 - Forage No. 3, c'est surtout une zone rocheuse. A une profondeur de 2,10 mètres il y a de la pierre " béton ". A 1 mètre de profondeur de plus, à 3,10 m ont été trouvés différents types de matériaux rocheux, très durs. Le compactage entre eux est trop fort pour être effectué sur une plaque qui se trouve dans la nature. Tout le bloc de pierre tient avec du matériel liant évident, mais pas de bonne qualité (du " mauvais béton ").

Visoko forage21

Exemple de pierre " béton " dans laquelle il existe différents types de matériaux rocheux. Il s'agit d'un bloc de pierre, composé de matériaux naturels, avec lequel ils ont construit les murs de la pyramide.

Visoko forage22Visoko forage23

B 4 - Forage No. 4, ce qui en fait la "maison". De la pierre polie brune (le «polissage» est le produit des mains humaines) est répartie uniformément en couches de 20 cm, aux profondeurs suivantes : 2:20-2:40 m, 3:30-3:50 mètres et une profondeur de 4,40 à 4,60 mètres. Cette pierre je pense a des chances d'être une chaussée de pierre décorative et visible sur deux autres puits.

La Pierre polie brune qui est régulièrement visible dans les sondages des puits, a décoré les étages des chambres souterraines de la pyramide. C'est une pierre compacte coupée en couches de 20 cm, puis installée dans la chambre.

B 5 et B 6 - puits 5 et 6, l'accès au plateau de la pyramide, à une distance de 100 à 150 mètres du premier trou et au début de la palmeraie, à une profondeur de 1,20-1,30 mètres, ont été trouvées des preuves d'une dalle de grès solide. Il s'agit d'un bloc plat découpé ! L'épaisseur est, dans les deux cas, de 10 cm, et poli sur une couche de surface de 2 à 3 mm. Le grès naturel n'a pas une si petite épaisseur : il se présente en gros rochers d'au moins 10-15 mètres, et ne se trouve jamais dans l'argile de marne comme c'est le cas ici. Bien sûr, l'emplacement de ces puits n'était pas un accident : je supposais que le plateau en face des pyramides était construit avec un escalier de dalles de pierre polie comme accès.

Visoko forage24

opinions

Les Commentaires géologiques proviennent d'un géologue expérimenté Nadia Nukic, avec 25 ans d'expérience géologique sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine.

Nous avons abordé la seule sédimentologie de Bosnie, avec le Dr. Kovacevic, qui a participé à l'analyse de plusieurs échantillons (six). Pour la pierre " en béton ", comme nous l'appelions, il a pensé que c'était un « sac de conglomérats relativement dur " ou " du liant calcaire ". Il affirme qu'il est " difficile de répondre quand à cette règle ", mais il est d'avis à «90 % que c'est un matériau naturel ". Sur un seul échantillon " de la pierre ornementale " qui a été analysée, il y a des données qui " ne pouvaient pas expliquer la plaque plane dans les couches " et que « si c'est même trouvé là-bas, " Il n'y a généralement pas à exclure la possibilité que le matériau naturel ait été utilisé pour la construction (ce qui se fait partout encore de nos jours). Il admet que le forage n'est pas assez grand et il serait préférable d'aborder une excavation.

L'ingénieur contacté du Musée national de Sarajevo, Dzevad Valjevac, depuis que je suis occupé avec les forages de sondage, est retourné à Houston. Après plusieurs demandes, le musée a envoyé, selon Valjevo, un jeune homme, M. Sijaric qui, après avoir frappé au marteau des échantillons de base de la palette lui dit, " il n'y a rien d'intéressant ". C'est compréhensible, car l'échantillon n'était pas fait d'artefacts archéologiques tels que des pièces, des céramiques, des outils, etc....

Après son retour à Houston, j'ai apporté un petit échantillon de cette pierre «décorative». Je suis allé à l'Université de Houston le 18.08.2005, au Département des sciences géologiques ( Département de géosciences). Ils m'ont amené à leur géologue leader en sédiments, le professeur Dr Reid. À première vue, il ne pouvait rien me dire de la matière en question. (Je l'avoue, je suis un peu surpris, car il a été recommandé que l'expert principal dans ce domaine). Il a passé plus de temps à analyser la roche et tout ce qu'il disait était : " C'est difficile à dire. Nous parlons d'un type de matériau qui a une très fine granulation ".

Visoko forage25

Echantillon de la pierre mystérieuse « Ornementale» aux surfaces planes polies ; les analyses à venir répondront à ce qui se passait.

Pourquoi une pyramide, pas le produit de la Nature ?

Est-ce que la colline Visočica a toujours eu une forme régulière pyramidale ?

Non.

Les collines de la campagne ne montrent pas de formes parfaites. Dans le passé lointain, des hommes intelligents, sur ​​la base de (probablement deux ou trois côtés qui rappelaient la pyramide) existants, ont apporté beaucoup de terrassements qui a achevé la forme de pyramide. En modifiant le site existant de la pyramide, et des centaines de tonnes ont été transportées pour obtenir le résultat approprié.

C'est ce qui explique les choses apparemment inexplicables, ou des anomalies comme nous les appelons, et qui ont été mentionnées dans les chapitres précédents. Un mélange de marne, de sable, de gravier, d'argile jeune - tout ce matériel est causé par un grand déplacement humain.

Bien sûr, les questions suivantes logiques qui, quand et quelle technologie a effectué ces travaux ? Ces questions font sens, mais les réponses sont les mêmes que le cas de la construction de l'immense colline artificielle dans les britanniques Silbury Hills, ou le transport des blocs de pierre de plusieurs centaines de tonnes au Pérou ou à Baalbek.

Le matériel transporté, principalement de la marne, a servi de base solide pour supporter et maçonner des bâtiments. Dans notre cas, il s'agit d'une pyramide à degrés.

L'homme du passé n'a pas eu la nécessité de créer des matériaux artificiels comme nous. Il a vécu en harmonie avec la nature, qu'il a connu et respecté mieux que nous. Les murs de la pyramide sont fabriqués d'un mélange de matériau de roche naturelle associé à des matériaux à base de chaux ("mauvais béton ").

Les roches qui sont présentes ici sont d'âges différents. Comme la géologue nous l'a dit : « Naturellement, ce n'était pas possible dans le cas de Visočica, parce que ce sont des roches du Néogène et du Quaternaire. "

Il a été construit une chambre à l'intérieur de la pyramide. C'est ce qui explique la présence de schiste vertical au lieu de schiste horizontal.

Les fondations sont faites de gravier, de sable et de pierre. La présence de fer dans la pierre n'est pas surprenante. L'homme antique connaissait les propriétés spécifiques de la pyramide et agissait sur leur niveau d'énergie. En outre, il connaissait l'effet de certains métaux qui amplifiaient le flux d'énergie.

La forme pyramidale de l'ensemble de la colline a une incidence favorable sur l'eau. La pluie et les eaux souterraines ont bénéficié du flux. La purification est exercée par le sable. Encore une fois, des matériaux naturels.

Il a construit avec une pierre brune " décorative " qu'il a trouvé dans la nature. En la traitant, il a fait la plaque. La surface resplendit grâce à une méthode spéciale de polissage. J'ai pensé que la surface du sol à l'intérieur de la pyramide a reçu tout son éclat.

L'accès à la Pyramide était typique. Un long Escalier, construit de blocs de pierre de taille en grès, a été mis au milieu de la face nord de la pyramide. Le grès est trouvé dans la nature, libre. Des collines entières ont été construites par lui. Les premières carrières de Bosnie ont produit d'impressionnants blocs de pierre de grès poli.

Avec la plate-forme de blocs de pierre arrivant sur le côté nord de la pyramide, qui était le principale côté orienté frontalement de la pyramide. Les escaliers menant au sommet.

Au sommet de la pyramide (sur le site de la ville haute) était un bâtiment en forme de temple allongée, rectangulaire. Il a été construit en bois, de sorte que ses restes n'ont pas été conservés. (Une analogie avec un certain nombre de pyramides en Amérique centrale et du Sud.)

Maintenant, des questions anthropologiques. Est-ce que les utilisateurs de la pyramide faisaient un sacrifice semblable aux Aztèques ? Ce champ est déjà une spéculation, mais mon sentiment est qu'il n'y a certainement pas eu de sacrifices, parce que c'était à un moment différent.

En fait, je suis toujours sur la question la plus intéressante de qui a effectivement bâti cette pyramide ? Et, encore une fois, mon sentiment est que ce n'est pas la même civilisation qui a construit la pyramide et qui l'a ensuite utilisée longtemps. " - Semir Osmanagic

Autres recherches en Bosnie-Herzégovine

Le Bassin de l'Adriatique - joyau de l'archéologie mondiale

City of Dreams - La Troie Herzégovine ou Daorson ou le château Osanici

La Pyramide bosniaque du Soleil est sans doute le symbole le plus important de la communauté humaine qui vivait en Bosnie centrale pendant les 20.000 dernières années. Mais la réalité de la civilisation d'Herzégovine est complètement négligée à Stolac.

Dans les années 1980 l'auteur mexicain Roberto Price Salinas a parlé avec enthousiasme de la Troie grecque d'Herzégovine, les archéologues locaux (Z. Maric), sur la base de pièces de monnaie trouvées avec l'inscription " Daorson " ont appelé "Daorson" la ville et ses constructeurs, une tribu illyrienne. Un troisième lui a donné comme nom Gradina Osanici d'après le village voisin.

Ni l'un, ni le deuxième, ni le troisième n'ont osé chercher sur la durée effective de savoir lorsque cette ville monumentale est apparue. Par conséquent, certains l'ont attribués sur la base de l'histoire officielle comme  dates de création : la culture grecque antique de l'âge où les infâmes «tribus illyriennes » a été immédiatement poursuivi par les anciens héros. Donc, c'est il y a environ 2.500 ans...

Du moment qu'ils peuvent comprendre. Comment la ville pourrait être située dans la période après l' engloutissement de l'Atlantide il y a 12.000 ans ? Qui seraient les membres d'une civilisation développée et ayant les compétences d'ingénierie de construction pour ériger cette ville alors qu'au " premier néolithique il n'y a guère que des hommes des cavernes dans cette partie du monde " ?

***

Plusieurs kilomètres de routesraide et étroite goudronnée se termine au-dessus de Stolac, dans le petit village Osanici. Il n'y avait aucun signes d'un site archéologique Daorson ou pas. Un chemin étroit s'étend dans la montée de la colline avec une vue du champ Vidovo.

Ostaci herzegovine

Au pied de la Cité (Daorson, Troy, Citadelle Osanici) se trouve le champ fertile Vidovo.

Enfin, dépassant sur le ​​plateau montagneux. Les restes d'une ancienne construction de pierres m'ont suivi jusqu'ici, mais aucune de leur forme (murs, bâtiments) ne pouvaient se deviner. Après tant de milliers d'années, les blocs de rochers ont perdu leur forme.

Ostaci herzegovine1Ostaci herzegovine2Ostaci herzegovine3

Mais maintenant, sur ce plateau, la vue fait frissonner. Au loin, on voit un mur de pierre monumental qui relie les deux mondes : le vert (herbe) et le bleu (ciel). Enfin, en face de moi sont les restes de la muraille qui peuvent pleinement dépasser la taille de deux chevaux présents. La première pensée qui me vient, c'est que je suis debout devant l'un des plus importants sites archéologiques d'Herzégovine. Les restes des murs de la ville - le plus important monument archéologique d'Herzégovine

***

Comment Salinas Price a vu la ville ? Imaginativement et respectueusement.

Il dit (sur le site) : " Les vestiges archéologiques de Troie sont au sommet de la colline, près de Osanici, à 3 km au nord-ouest de Stolac. Sa localisation est abordée à partir des chemins de contreforts. En passant par plusieurs maisons rurales ; une façon de voir les restes des anciens blocs de construction. Au sommet des murs monumentaux de Troy, construits de blocs de pierre solides de calcaire. Derrière eux, une ville. Troy a été stratégiquement située sur plusieurs niveaux - probablement autour de 25 à 50 mètres - sur les falaises rocheuses, naturellement protégée. Un côté est dirigé vers Radimlja, et l'autre pour couvrir la vallée de Stolac ".

Et, Salinas poursuit : « Les murs de la ville sont faits de blocs de pierre cyclopéens (ainsi nommés parce qu'ils sont tellement gros que seuls des Cyclopes pourraient soulever ces énormes blocs). Les blocs sont énormes, carrés, d'origine calcaire, de quelques 3 mètres de longueur. Le mur est de 63 mètres de long, deux mètres et demi de large et en partie de 4 pieds de haut ".

Attendez une minute. Cette description n'est que partiellement exacte. A cette occasion, sans entrer dans la précision des hypothèses sur la ville par Salinas sur la Troie antique, on peut commenter sur les blocs. Les blocs sont de dimensions énormes, «Cyclopéens », comme on appelle ces géants de la période antique. Cependant, il existe d'autres moyens de fabrication, de transport et d'installation de blocs monumentaux, à part le pouvoir des Cyclopes anciens .

Deuxièmement, les blocs ne sont pas seulement en place, mais de formes rhomboidales. Ils sont de forme rectangulaire et en forme de losange. Il est difficile de trouver deux blocs de la même taille. Un bâtiment typique appartenant à des civilisations influencées par les civilisations de Lémurie (Mu) et de l'Atlantide.

Ostaci herzegovine4

La construction typique de la civilisation préhistorique de la Lémurie et de l'Atlantide : des Blocs de pierre ressemblant à la forme (carré, rectangle, losange) dans ce à quoi ça ressemble assemblé en grandeur nature.

Nous pouvons maintenant procéder à la description. " Deux tours carrés ont été placées au niveau des parois aux extrémités. La première supervisait l'entrée de la porte de la ville. Une autre, maintenant dispersée dans la zone, peut-être construite beaucoup plus tard (une troisième au premier siècle avant JC ?). Le corps de garde était de 2 mètres de large et très habilement sculpté...

Ostaci herzegovine5Ostaci herzegovine6

Le cadre de la porte en pierre est magistralement sculpté... Dans les murs... c'était l'agora (marché), et aussi des rues pavées, des bâtiments publics et résidentiels, construits sur plusieurs niveaux... "

Depuis l'époque de la Grèce, revenons quelques centaines d'années en arrière et écoutons la version officielle des archéologues locaux (Z. Maric, B. et N. Cambi Marijan) :

" ... Selon les dernières recherches, il y a un complexe archéologique d'habitations d'environ 15 hectares, il existait du cinquième siècle avant J.-C. jusqu'au milieu du premier siècle avant JC, quand il a probablement été détruit par les guerriers Dalmates. L'endroit à Osanici peut être divisé en trois parties principales. La partie résidentielle, la partie économique du fort. Parmi eux est certainement la forteresse (Acropole) qui mesure environ 7000 mètres carrés. Elle avait deux lignes de défense - à l'avant, le mur inférieur préservé d'une longueur de 46 m, dont la longueur initiale était un mur de 60 m, qui avait deux tours carrées à la porte de quatre mètres de large de la ville, qui étaient de cinq à sept mètres de hauteur et quatre mètres d'épaisseur par endroits. Comme le bâtiment n'a pas été utilisé avec un pignon, l'ensemble de la structure est basé sur le poids des blocs de trois mètres de long, par la précision du placement des surfaces et la technique de la construction. La Méthode de construction rappelle les murs de Mycènes et de Tirins, qui indique que les Daors étaient une tribu assez hellénisée. Le fort avait un grand réservoir d'eau sculpté dans la pierre, un bâtiment (Temple ?), et un gros tas de pierres dont le but n'est pas clair (religieux ou défensif ?)...

La partie économique..., appelée aujourd'hui Banja, avait plusieurs petites installations et un espace ouvert, probablement carré. La partie résidentielle de l'immeuble était des gradins et connexes. Dans un bocage de feuilles ont été trouvés, entre autres, deux matrices pour produire une variété de figurines en bronze, argent et or. Plusieurs pièces de la civilisation de Osanici avec l'inscription Daorson ".

Eh bien, maintenant, pourquoi nos archéologues pensent que les « tribus illyriennes » devaient ériger leurs villes sous l'influence de quelqu'un ? Par exemple, l'influence des cultures antiques développée de la Grèce antique ? Je vois que dans ce cas bien précis, cette ingénierie et construction entreprise est impossible avec la construction très réelle de la Grèce antique. Cependant, pour un lecteur qui n'a pas eu la chance d'aller à Mycènes il pourrait être clair que la construction mycénienne soit supérieure par rapport à la ville d'Illyrie. Cela pourrait être juste le contraire. Que les Grecs aient pris les connaissances et l'influence du style d'Herzégovine (qui n'était alors évidemment pas des gravats).

En outre, il devrait enfin parler de la durée de l'existence " des tribus illyriennes ". Le niveau de l'organisation tribale a donné les produits de façon impressionnante d'une civilisation, comme une ville complexe.

Ostaci herzegovine7Ostaci herzegovine8Ostaci herzegovine9Ostaci herzegovine10Ostaci herzegovine11

Les auteurs décrivent des blocs de pierre, même si ils ne fournissent pas d'analyses géologiques, minéralogiques et des sédiments. Mais les dimensions des blocs de pierre (jusqu'à 4 mètres d'épaisseur !) indiquent un niveau élevé d'organisation qui ne peut pas être lié à la tribu. En fait, c'est seulement beaucoup plus loin dans le passé, au cours de la fin de la dernière ère glaciaire (vieux de 12500 années) qu'il existe des preuves de civilisations avancées qui seraient en mesure d'ériger ces villes.

Malheureusement, les auteurs qui ont étudié le phénomène de la Ville, ont principalement porté sur les murs et dans une certaine mesure, à l'intérieur. A l'origine, les limites de la ville étaient sensiblement plus élevés. Ceci est démontré par des rochers, petits et grands, dans le reste du secteur. "

" Pour aller à Asseria en suivant l'arrière-pays rocheux dalmate en traversant les districts de la plate vallée fertile

Asseria1

Serait-il surprenant pour moi que de Benkovac, aucune pancarte n'avertit de la présence de Asseria ? Ou, le fait que des centaines de personnes avec qui j'ai parlé, personne n'a entendu qu'une ville de ce nom existe en Croatie ?

Asseria2

Le premier ensemble de murs reconstruits à Asseria - comment fidèlement copier la ville d'origine ?

Quinze rangées de blocs de pierre reconstituées ne laissent pas une impression particulièrement forte sur moi. Une seule rangée de blocs de pierre (au milieu de la paroi reconstituée) a les dimensions d'origine, d'autres sont plus petites, plus minces, comme s'il s'agissait d'un bâtiment moderne sur la côte dalmate.

Bien sûr, la structure des constructeurs d'origine a été perdue dans le temps, de nouvelles civilisations ont construit, démoli et reconstruit avec leurs critères.

Ou, comme Zadar le prétend officiellement :

" ... En Asseria près de Podgrađe, à 6 km à l'est de Benkovac, il y a les restes d'une ville de près d'un mile de long. Asseria a été établie bien avant que les Romains aient mis le pied sur cette terre. C'était un centre de la tribu Liburnian puissant, dont le territoire s'étendait le long de la côte orientale de l'Adriatique. Quand les Romains ont occupé la région plus tard, Asseria est devenue une ville centrale avec un Conseil de Gestion. La ville a été habitée depuis l'âge du bronze jusqu'à la fin de la période romaine - une période d'un millénaire...

L'apogée de la ville d'Asseria a eu lieu au cours du premier et deuxième siècle de notre ère, quand elle a représenté l'un des principaux centres tribun Liburnien. Les plus anciens restes humains trouvés à ce jour à Asseria sont datés à la période du Ve siècle avant J.-C., et montrent la ville avec des murs de sept mètres de hauteur et de 3,2 mètres d'épaisseur. Ces murs ont fait partie de la zone militaire qui protégeait la vie culturelle riche sur les rives, de l'invasion Barbare de l'intérieur. Asseria avait un centre-ville, un système d'approvisionnement en eau, des bains publics et des pierres tombales cylindriques (" de cippe "). Le plus célèbre monument romain est un arc de triomphe, l'une des sept entrées de la ville, construite en 113 en l'honneur de l'empereur romain Trajan.

Les fouilles archéologiques à Asseria ont découvert de nouveaux niveaux fascinants en profondeur. De la Poterie de la période grecque précédant la colonie romaine, et avant eux des restes de l'époque Liburnijske... "

Une multitude d'informations que je dois filtrer la lumière de ma visite à Asseria sous la chaleur de midi.

Regardons les blocs de pierre d'origine:

Asseria3Asseria4Asseria5Asseria6Asseria7 perioderomaineAsseria8Asseria9Asseria10Asseria11Asseria12

"Des tonnes de blocs épars de pierre qui ont perdu leur forme régulière, irrémédiablement plongés au fond du canyon. A l'intérieur, les murs sont des zones plus petites et plus élevées. Dans certains endroits, la fouille a commencé. Tout sur ​​les tas de pierre. Combien de structures différentes érodées au cours du temps ? Les parties romaines sont bien identifiables. Les ruines les plus anciennes sont faites des blocs les plus massifs et lourds, il y a pourtant aussi des structures du même âge apparent faites de blocs plus petits, mais de même découpe. En fait, il y a des extensions des ruines de la ville tout autour, y compris sur les collines avoisinantes... Évidemment, je vais devoir réviser l'évaluation du poids des blocs de pierre qui ont été érigés dans Asseria. Probablement un fantastique cinquante mille tonnes ! Sur la colline Est opposée à Asseria il y a des rangées régulières de plusieurs centaines de mètres de murs de pierre, qui avertit que les dimensions réelles de Asseria sont monumentales... "

La vue de la vallée fertile de Varvaria, surmontée de la colline Varvaria et des ruines (romaines en partie, avec des restes de mosaiques en train d'être détruites, et illyriennes en fondation), des blocs contiennent des découpes pouvant laisser penser qu'une porte ou un mécanisme a été intégré à une période, on voit sur la dernière photo les gros blocs de fondations bien antérieurs aux reconstructions faites par dessus :

Asseria13 murseloignesVarvariadeasseriaVarvaria1Varvaria2Varvaria3Varvaria4Varvaria6 porte mecanismeVarvaria5

Le champ Cetinsko (encore à quelques 40 kilomètres de l'Adriatique), selon les données préliminaires est un lieu de recherche intact, mais l'un des sites archéologiques de plus grande valeur en Europe. Selon l'archéologue anglais Dr Gaffney - de l'Université de Birmingham (selon le " Globus ", 22.07.2005), le Domaine Cetinsko est " ...l'endroit le plus fascinant où j'ai travaillé. Ceci est le site archéologique le plus important en Europe. C'est une découverte qui n'arrive à l'archéologue qu'une fois dans une vie... L'enquête initiale a révélé des incroyables vestiges datant de six mille années avant Jésus-Christ, et des preuves de la fin du néolithique et de l'âge du bronze, d'innombrables objets de métal et de pierre sont visibles dans la rivière de la rive ". Le Dr David Smith, un professeur à l' Université de Birmingham estime que la vallée de Cetina contient " ... des souvenirs couvrant dix mille ans de l'existence humaine en Dalmatie et dans les Balkans. "

Autres endroits, autres découvertes et recherches en cours ou à faire. 1) Han Beloj, 2), 3) et 4) Des restes de blocs de pierre de l'ancienne ville illyrienne de Meduna (Meteon) à 12 km de Podgorica, au Monténégro :

HanbilojMeduna meteon podgorica mont n groMeduna meteon podgorica mont n gro1Meduna meteon podgorica mont n gro2Meduna meteon podgorica mont n gro3

Source du livre : http://sionvadisi.net/bosanska-piramida-sunca-hrvatski/

Voici un résumé du livre traduit et commenté par un sceptique qui est tout de même un peu en contradiction lui-même avec la réalité préhistorique qui veut que les premiers européens sont bien passés (et restés ?) dans cette région, tout d'abord par l'Afrique lors des premières migrations des hominidés, mais aussi par les homo-sapiens très tôt (voir le néolithique), mais aussi que les premières civilisations recensées (Harappa, Sumer, Arratta, Gobleki Tepe puis Egypte, Grèce) ont toutes obligatoirement eu des relations avec la région lors de leurs voyages (les navires sumériens existaient...) et passages de l'une vers l'autre... il n'y a absolument aucune raison en fait que beaucoup de pays des Balkans et jusque dans le Caucase ne puissent pas posséder dans leurs sols des restes de pyramides ou des structures très anciennes (probablement malheureusement réutilisées et anéanties à 99% par la population dense) proches de celles qui se sont développées dans le monde entier... mais il semblerait que beaucoup craignent que de telles découvertes dans les pays de l'Est ne bouleversent l'installation historique de la pensée occidentale (celle un peu ou beaucoup faussée par les vainqueurs, avec curieusement la complicité de pays comme la Chine, qui a caché longtemps ses propres pyramides !) sur l'ensemble du monde... : http://irna.lautre.net/Le-livre-La-pyramide-du-Soleil-de.html

MAJ 07-04-2014 : En ce qui concerne les structures de Visoko en Bosnie, toujours à l'étude, la détection d'un ultrason unique a été attestée par plusieurs appareils, voici ce qu'en dit Dominique Jongbloed, chercheur et auteur connu, qui y a fait une première expédition en 2013 : " Je confirme également l'émission d'une fréquence ultrasonique unique dans la bande des 27/28 KHz ... Je la confirme non seulement parce que le Magenta 5.0 l'a décelé sans problème mais parce qu'il l'a également enregistré et que j'ai le fichier son que j'envoie prochainement à l'analyse.

(écouter le fichier son)

Sa répétitivité est telle qu'il est impossible, ayant consulté une base de données fiable de sons et ayant pu, de ce fait, faire la comparaison avec des sons naturels, que cette émission soit d'origine naturelle. Après approche des spécialistes animaliers, il est confirmé qu'aucun animal ne communique ou n'émet de quelque façon que ce soit sur cette fréquence, y compris et surtout les chauve-souris.

La fréquence est actuellement axée sur le coin du mur d'accès situé au sommet à la pyramide. Elle est logée exactement dans l'axe à 90 ° de ce mur et couvre un cône de fréquences courant de 10 Khz à 41 Khz avec un point culminant à 27,4 Khz très clair et très puissant. Reçue une seconde fois, plus bas (environ 5 m) dans l'ancienne cour du bâtiment, on peut effectivement lire que sa puissance est plus forte au sommet que plus bas.

Le fait donc que la fréquence s'amplifie plus elle s'éloigne de la pyramide et en respectant un cylindre vertical et invisible, de l'ordre de 4 à 5 mètres de diamètre, qui limite sa propagation, est tout à fait authentique. Certaines personnes ont affirmé qu'il existerait plusieurs salles souterraines au coeur de la pyramide qui agissent comme un accélérateur de cette fréquence ultrasonique. Ces salles sont soutenues par des piliers en forme de x superposés.

Toutefois, étant impliqués dans le fake de Montevecchia, j'émets des réserves sur le contenu de leurs travaux et leur soi-disant résultats et me propose donc de refaire l'opération de mesure puisque celle-ci s'est faite avec un géoradar et que ce genre de matériel mon ami Hervé Michel, le chasseur de trésors, est en mesure de me mettre en rapport avec quelqu'un qui possèderait ce type de matériel et pourrait peut être m'accompagner sur place pour vérifier.

Ceci dit, je ne peux ni expliquer la provenance de cette fréquence, ni sa situation géographique ou sa profondeur car le Magenta semble être brouillé sur ce plan par la pyramide (ou un système inclus dans la fréquence émise). Il faudra plus de temps et plusieurs mesures et contre-mesures pour situer la source. Cela demande une longue expédition sur place ... que je compte faire avec votre appui. ". Une nouvelle expédition est en principe prévue ce printemps :

http://www.dominiquejongbloed.org/index_fichiers/epr2.htm

Autres liens sur le même sujet : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/pyramides-de-bosnie-visite-du-tunnel-et-liens-avec-chauvet.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-pyramides-de-bosnie-refont-parler-d-elles.html

Yves Herbo traductions, Sciences-F-Histoires, 24-03-2014 - MAJ 07-04-2014

Yves Herbo sur Google+

mystère archéologie prehistoire

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau