L'offrande de Pharaon à Esna

L'offrande de Pharaon à Esna

egyptetempleesna.jpg


En regardant la colonne comme je le fait sur la photo, vous vous direz: Voici Pharaon offrant une branche de fleurs et 3 oies à un Neter... vous vous direz c'est joli et après avoir admiré vous passerez votre chemin... et vous auriez tort. En effet, parce que vous manqueriez toute la richesse des significations qu'un ancien égyptien aurait compris, lui, en voyant une telle scène. Tout d'abord nous sommes dans le temple d'Esna qui est dédié à Khnum. Et c'est à Khnum a droite que pharaon fait ses offrandes.

offrande-pharaon-a-esna.jpg
Il est la représentation de la renaissance, de la création et du soleil du soir, des aspects de la nature de Dieu. A Esna (Létopolis), connu sous le nom de Lunyt ou Ta-senet, en Egypte antique, dans ce temple, Khnoum est appelé «le père des pères» ... Il est à l'origine la représentation divine de la source du Nil, Khnum est donc lié à la crue annuelle qui apporte le limon et l'argile, ce qui donne la vie et la fécondité aux champs... il était vu ainsi comme étant le créateur des corps humains, qu’il façonnait avec cet argile sur un tour de potier, puis les plaçait dans l’utérus des mère. Khnum le bélier: le symbole complet de la fertilité. De façon à ce que cette fertilité ne cesse de revenir en Egypte avec l’inondation annuelle, Pharaon fait des offrandes symboliques à Khnum.

La représentation des 3 oiseaux, d'oies ou de canards égyptiens de la même famille n'est pas une representation en soi de 3 oies, car le nombre 3 en ancien égyptien désigne un pluriel, des myriades. Alors Pharaon offre une myriade d'oiseaux. Et pour les anciens Egyptiens la venue des millions de ces oiseaux migrateurs venant d'Eurasie qui remplissaient les cieux égyptiens à chaque automne coïncidait avec la montée des eaux du Nil et de l'inondation dans les champs apportant la prospérité. Pour les anciens Égyptiens, l'arrivée de ces migrants ont réaffirmé leur croyance en la renaissance cyclique de l'univers et ces les oiseaux sont devenus des symboles puissants de la vie et de la protection.

En ce qui concerne la branche de fleurs: la première chose que vous devez savoir, c'est qu’en ancienne Egypte: la branche: «Teru» signifie: invoquer, prier, adorer ... et Pharaon avec ces lotus dans ses mains tient en réalité le symbole de l'eau (lotus) qui est attendue en urgence , donc Pharaon invoque Khnoum pour de l'eau très nécessaire et l’inondation... le lotus est la seule fleur en Egypte qui fleuri en permanence tout au long de l'année et elle est la seule plante qui à des fruits et des fleurs en même temps. Le lotus est également associé à la renaissance, à la création et à la prospérité. Ainsi, la fleur de lotus a été prise comme une représentation symbolique du soleil, parce que la fleur de lotus ce ferme pendant la nuit et redescend dans l'eau marécageuse et remonte une fois de plus à l'aube.

Dans la pensée égyptienne le lotus est donc associé avec les éléments de l'eau et du feu. Les oiseaux eux sont associés aux éléments air et terre. La Terre parce que l'ancien nom pour canard est Geb qui est aussi le neter de la terre et que les 3 oiseaux sont aussi une fine allusion aux 3 Neters créateurs de la Terre Amun, Geb et Ptah. En tout cas l'harmonie des quatre éléments est là, et l'offrande est parfaite, le souhait de pharaon ne peut qu'être accepté.

Texte&Photo©AntoineGigal 2012 - http://www.gigalresearch.com/

Yves Herbo : Mme Gigal nous confirme à nouveau en particulier que le symbole du lotus n'est pas soit une simple fleur ni simplement un signe d'offrande comme le traduisent nombre d'archéologue, mais bien un symbole d'élément primordial, eau et feu. Quand on regarde les grandes gravures de lotus avec de grandes tiges recourbées comme à Denderah, en Egypte, il ne s'agit bien évidemment pas de simples fleurs de lotus comme édicté par les archéologues, mais bien d'un système électrique avec une forte mention de l'élément feu-eau très significatif...

denderah.jpg

Les "lotus" de Denderah

SFH 12-2012

Yves Herbo sur Google+

mystère environnement archéologie prehistoire NOM moyen-orient

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau