L'Exode des Hébreux d'Egypte a-t-il existé ?

L'Exode des Hébreux d'Egypte a-t-il existé ?

Merrouge artefacts1 mini

Le sujet n'a jamais été résolu jusqu'à présent de savoir si  toute ou partie de la longue histoire de l'Exode des Hébreux (qui se comptent eux-mêmes régulièrement et partent à des centaines de milliers d'individus suivant les Ecritures) est réelle ou non. Pourtant, certaines traces archéologiques ont été annoncées, mais la science officielle (et la majorité de l'Eglise chrétienne) en a refusé l'existence, car il n'y en aurait aucune mention nulle part en Egypte, à part les écrits hébreux bien sûr... et qu'un peuple si nombreux en déplacement aurait laissé plus de traces historiques, d'autant que l'écriture existait partout où ils sont censés être allés. On a bien trouvé des cités brûlées et pillées comme dit dans les textes, mais sans preuves que ce soient des Hébreux qui l'aient fait, ou inversement que c'était des villes prises et occupées provisoirement par des Hébreux, avant d'être rechassés eux-même... tous les cas de figure se présentent un peu dans les Textes question batailles et périodes...

Merrouge artefacts4 1

Le sujet est trop vaste pour suivre toutes les données (étude des langues sémitiques et leur répartition, étude des rites locaux et des changements de noms des divinités, recherches éventuelles sur l'ADN, architectures, outils et grafittis laissés, archéologie...) et cet article se concentrera sur les éventuelles découvertes archéologiques décrites à l'aide d'une source assez complète (mais qui pourra être complétée par la suite) que j'ai traduit pour ma curiosité personnelle et la votre éventuellement. Une notion importante a se rappeler : au tout début, on ne parlait pas de "juifs" et Moïse faisait partie (à priori !) du peuple Hébreu qui avait probablement oublié les raisons de sa présence en Egypte comme esclaves et qui pratiquait les mêmes rites religieux que les Egyptiens... on peut dire (si on suit les Textes) qu'ils ne sont devenus Juifs que lorsqu'ils ont fini par écouter aveuglément l'Eternel et se sont soumis aux rites qu'il exigeait, de l'autre côté de la Mer Rouge et avec une population très jeune (tous ceux qui ont fuit l'Egypte et fait l'Exode au début sont morts dans le désert après 40 ans d'errance, à part Moïse et ses fils, ce ne sont donc que leurs enfants qui ont survécu et sont devenus les vrais juifs pratiquants par la suite (tuant d'ailleurs les récalcitrants Hébreux, considérés comme non-juifs par leur refus ou désobéissance...)

Merrouge artefacts3

L'Exode Hébreu

Quand ? vers 1500 avant JC ?

Sources accessoires : L'Expulsion des Hyksos (qui vivaient autour d'Avaris, Egypte, aka Tell el-Dab'a) dans les documents égyptiens et peintures murales. Des sceaux juridiques de Joseph ont peut-être même été trouvés dans Avaris. En outre, un "appel" à "L", l'une des premières lettres indiquant le Dieu hébreu a été trouvé inscrit sur des murs égyptiens. Avaris est également l'emplacement de Ramsès, l'endroit où les Israélites s'établirent (Genèse 47:11) et d'où ils partirent (Exode 12:37).

"Il a repoussé la mer Rouge, et Il l'a asséchée : il les conduisit à travers les abîmes comme dans un désert. Et il les délivra de la main de celui qui les haïssait, Il les délivra de la main de l'ennemi. Et les eaux couvrirent leurs adversaires : il n'y avait aucun d'entre eux laissé ". Psaume 106 versets 9-11 (c. 1023 Av. JC)

Inscriptions lg

Inscriptions du Sinaï à Wadee El-Mukattab, Sinaï
Au sujet de l'inscription photographiée en 1857 par Francis Frith (1822-1898) - Titre du livre: Sinaï, la Palestine, le Nil. ca. 1863

Ci-dessous à partir des Inscriptions trouvées au Sinaï 

- Exode de l'Egypte ?

Comparez la description de Moïse dans la Bible ci-dessous sur les événements entourant la sortie d'Egypte, avec les huit anciennes inscriptions suivantes trouvées sur les différentes falaises dans la région de Wadi Sidra du Sinaï. Wadi Sidra est une voie naturelle possible, les Juifs ont peut-être choisi de passer par le Sinaï après s'être échappés de l'Egypte. L'itinéraire exact reste incertain.

Inscriptions : " Le souffle du vent, la mer se divisant en plusieurs parties, ils passent à travers " "Les Hébreux fuient par la mer, la mer est transformée en terre sèche". "Les eaux ont autorisé et refusé le passage, ont éclaté à l'improviste en se précipitant sur les hommes étonnés, regroupés par quarts réunis pour tuer traîtreusement en étant soulevés avec fierté. " "Le chef séparé par la mer, ses vagues rugissant. Les gens entrent, et passent au milieu des eaux." "Moïse a demandé que les gens se hâtent comme une autruche aux ailes déployées en criant; le nuage qui brille (description d'un OVNI-Dieu ?), une armée puissante est propulsée dans la mer Rouge est rassemblée en une seule; ils vont sauter et sautiller. Voyageant à travers le canal ouvert, en prennant la fuite de devant la face de l'ennemi. Le sommet de la mer est divisé. " "Les gens fuient, les tribus descendent dans les profondeurs. Les gens entrent dans les eaux. Les gens entrent et pénètrent à travers le milieu. Les gens sont remplis de stupeur et perturbés. Jéhovah est le gardien et compagnon. " "Leurs ennemis pleurent les morts, les vierges sont en lamentations. La mer qui retombait les accablait. Les eaux ont été lâchées et ont recoulées à nouveau. " Le peuple part fugitif. une armée puissante est immergée dans la mer profonde, le seul moyen d'évasion pour le peuple rassemblé. "

" The wind blowing, the sea dividing into parts, they pass over""The Hebrews flee through the sea; the sea is turned into dry land.""The waters permitted and dismissed to flow, burst rushing unawares upon the astonished men, congregated from quarters banded together to slay treacherously being lifted up with pride.""The leader divideth asunder the sea, its waves roaring. The people enter, and pass through the midst of the waters.""Moses causeth the people to haste like a fleet-winged she-ostrich crying aloud; the cloud shining bright, a mighty army propelled into the Red sea is gathered into one; they go jumping and skipping. Journeying through the open channel, taking flight from the face of the enemy. The surge of the sea is divided.""The people flee, the tribes descend into the deep. The people enter the waters. The people enter and penetrate through the midst. The people are filled with stupor and perturbation. Jehovah is the keeper and companion.""Their enemies weep for the dead, the virgins are wailing. The sea flowing down overwhelmed them. The waters were let loose to flow again."The people depart fugitive. A mighty army is submerged in the deep sea, the only way of escape for the congregated people."

- source dans Grant R. Jeffrey "La signature de Dieu"

L'Historien Diodore de Sicile, vers environ 10 Avant JC, qui décrit la péninsule du Sinaï dans sa bibliothèque d'histoire a écrit : « En outre, un autel y est construit en pierre dure et très ancien en années, portant une inscription en lettres anciennes d'une langue inconnue. La surveillance de l'enceinte sacrée est à la charge d'un homme et d'une femme qui tiennent la position pour leur vie ". (Liv. 3, sect. 42, Loeb Classical Library, CH Oldfather, trans. [Cambridge Harvard University Press, 1993], p.211)

En 518 Après JC, Cosmas Indicopleustes, un écrivain chrétien byzantin, mentionne également les inscriptions anciennes. Les concernant, il a déclaré qu'elles ressemblaient "à tous les lieux d'étape, à toutes les pierres de cette région qui ont été rompues dans les montagnes, écrites avec des caractères hébraïques sculptées." 288/49 Cosmas est parvenu à la conclusion qu'elles ont été faites par les Israélites fuyant l'Egypte.

D'autres explorateurs qui ont confirmé ces inscriptions étaient Mgr Robert Clayton de l'Irlande (1753) et le révérend Charles Forster qui a publié ces résultats dans un livre en 1862. Il est venu à la conclusion que ces inscriptions étaient une combinaison de l'hébreu et de l'alphabet égyptien décrivant l'exode d'Israël sortant d'Egypte.

En 1761, un explorateur allemand, Barthold Niebuhr, a trouvé un vaste cimetière en ruine avec des tombes de Juifs qui a été découvert dans le Sinaï avec des inscriptions confirmant qu'ils sont morts en raison de la peste surnaturelle de Yehovah, mentionnée dans Nombres 11:34-35.

- Les auteurs de ces inscriptions qui décrivent de façon frappante les grands événements de l'Exode n'ont pas utilisé un seul des mots ou de la langue que Moïse utilise pour décrire la même chose. En d'autres termes, ils ne sont évidemment pas inspirés par les écrits de Moïse. Ils sont clairement écrits dans le cadre de témoins indépendants à ces événements.

Josephus dans ​​Josephus contre Apion . I, 26, 27, 32, mentionne deux prêtres-enseignants égyptiens : Manetho et Cheremon qui, dans leurs histoires de l'Egypte sont spécifiquement nommés Joseph et Moïse en tant que leaders de la race juive. Josephus déclare que Manetho et Cheremon ont déclaré que les Juifs ont rejeté les coutumes et les dieux de l'Egypte. Ils ont noté que les Juifs pratiquaient des sacrifices d'animaux dont ils ont été témoins à la première Pâque. Ces historiens ont également confirmé que les Israélites ont migré vers le «sud de la Syrie", qui était le nom égyptien de la Palestine. Ils ont également mentionné que l'exode d'Israël a eu lieu pendant le règne d'Aménophis qui était le fils de Ramsès et le père de Seth qui régnait vers la fin de la 18e dynastie, ce qui met l'exode d'Israël entre 1500 et 1400 avant JC. Cela confirme la chronologie de l'Ancien Testament de l'exode qui se produit en 1460 Avant JC.

Les Inscriptions sur des pierres en grès

Sandstoneinscriptions

Donc qu'est-il arrivé aux corps de tous les esclaves hébreux en fuite qui sont morts de ce fléau ? Une montagne Cimetière a été trouvée.

En 1761, Barthold Niebuhr, un explorateur allemand, a trouvé un immense cimetière avec des tombes et un sépulcre au sommet d'une montagne inaccessible appelé Sarbut-el-Khaden. Des Inscriptions ont été trouvées sur les tombes et à l'intérieur du sépulcre. (Voyage en Arabie, tom. Ip 191). Niebuhr a donné ses doutes que les inscriptions aient été faites par des Egyptiens, comme aucune inscriptions gravées n'a jamais été trouvée en Egypte ; c'était plutôt en partie des peintures d'images sur plâtre. Il a également trouvé des inscriptions lisibles non seulement sur les tombes, mais aussi au sein d'un petit temple taillé dans la roche, toutes jugées de la même langue écrite que les inscriptions de l'Exode en hébreu. Dans un autre livre, Niebuhr remarque "la merveilleuse conservation des inscriptions sur ce grès tendre, exposées comme elles l'ont été à l'air et à la météo pendant le laps de tant de siècles. Sur certaines pierres elles sont tout à fait parfaites" (Niebuhr, biblique recherches, vol. i. pp 113-114). Il a constaté, comme dans les autres inscriptions du Sinaï, que les écrits semblables à des hiéroglyphes étaient significativement différents dans la forme des hiéroglyphes égyptiens, mais partageaient des similitudes tout de même. En outre, aucune mention de dieux égyptiens ou de symboles égyptiens communs ne se trouvent sur le sommet de la montagne-cimetière.

En plus de tout cela, Niebuhr a trouvé de nombreuses gravures de cailles sur les pierres tombales "debout, volant et apparemment, même ligotées et cuites" (Apoc. Charles Forster, Sinaï photographié. [London: Richard Bentley, 1862], p 62) et a noté que les Bédouins se réfèrent à ce cimetière comme le "Turbet es Yahoud" (tombe des Juifs).

Lorsque le Dr Stewart a exploré plus tard cet immense cimetière, il a fait des moules des inscriptions du site qui ont ensuite été traduites par le révérend Charles Forster pour apparaître dans son livre de 1962 Photographed Sinaï (p. 84) : Voici les inscriptions traduites : "- Les apostats pris par la maladie de Dieu, par l'intermédiaire d'oiseaux ailés ". "- Frappé par la maladie de Dieu dans la plaine de sable, (en) dépassant les limites de la modération." " - maladifs, frappé par la maladie de Dieu; leurs moelles corrompues par Dieu par l'intermédiaire des oiseaux ailés". " - Les gens, voués à la destruction, crient. Dieu déverse le sommeil profond, messager de la mort, sur les pèlerins ". " - Le tombeau est une fin de vie pour les malades, frappés par la maladie de Dieu ". La Rébellion de Miriam (les inscriptions trouvées) - " Miriam, la prophétesse aux lèvres menteuses a une langue trompeuse ". "- Elle provoque les tribus à conspirer contre le pilier et le prince du peuple ". "- convoqués pour tumulte, pervertis, pleins de conflits, les gens insultent le doux et généreux homme. " " - Ils mènent des reproches au béni de Dieu ". "- La peste des Serpents de feu " " - Mordus et détruits par le feu, des serpents sifflant, les Hébreux sont blessés pour leurs crimes". " Jéhovah fait un cours d'eau de la roche de pierre. ".

" Les gens, donnés à la destruction, pleurent à haute voix. Dieu déverse un sommeil profond, messager de la mort, sur les pèlerins. Le tombeau est une fin de vie pour les malades, frappés par la maladie par Dieu. "

Autres inscriptions :

- " Les Hébreux murmurent contre Moïse / Dieu fournit de l'eau miracle. Les pèlerins fugitifs dans la mer ont trouvé un lieu de refuge à Sidri. "
- " éclairés sur un terrain de plaine, ils procèdent à leur pèlerinage plein de terreur, Les Hébreux passe à travers la mer dans le large désert sans eau, affamés de faim et de soif. "
- " Les gens clament avec véhémence. Le peuple est en colère de Moïse. Un détour sur le bon chemin, ils ont soif de l'eau intarissable. "
- " L'eau coule, jaillissant doucement hors de la roche de pierre. Sort de la roche un murmure d'eaux abondantes. Sort de la pierre dure un puits jaillissant."
- " Comme un broyeur sauvage, les Hébreux avalent énormément et goulûment. Avides des aliments comme des enfants, ils plongent dans le péché contre l'Éternel. "
- " Les gens boivent, entraînés sur ​​leur chemin, à boire avec la bouche avide, Jéhovah donne à boire encore et encore. "
- " Les gens pressés par la soif, boivent avec véhémence. "
- " Ils boivent l'eau qui jailli sans pause, toujours potable. "
- " Dépravés à côté du jaillissant bien potable. "
- " Dieu juge la gloutonnerie populaire. "
- " Les gens ont à boire à satiété. Dans la foule, ils deviennent gras. Chair qu'ils dépouillent de l'os, la mutilant. "
- " Remplis avec de la nourriture, ils sont tapageurs. "
- " Blasés, ils s'entassent, réclament, ils vomissent. "
- " Les gens boivent de l'eau jusqu'à être replet. "
- " Les tribus, pleurant la mort, crient, les yeux baissés. "
- " La colombe pleure, dévorée par la peine. "
- " La faim ! les hommes tentés, menés à la destruction, périssent. L'apostasie de la foi les conduit à la tombe. "
- " Dévorant la chair voracement, buvant du vin avec gourmandise, Dansant, criant, ils jouent. "

- " Rassemblés de tous les côtés pour les piéger, les gens dévorent avec avidité les cailles. "

- " Tirant l'arc sur eux, les ramenènent. "
- " Mangeant ardemment et énormément de la chair crue à moitié, les pèlerins deviennent des pestiférés. "

La description de Moïse dans la Bible

Exode 12:31-42

31 Pendant la nuit, Pharaon appela Moïse et Aaron et dit, " Partez ! Laissez mon peuple, vous et les Israélites ! Allez adorer le Seigneur comme vous l'avez demandé. 32 Prenez vos troupeaux, comme vous l'avez dit, et partez. Et aussi bénis-moi ". 33 Les Égyptiens pressaient le peuple de se dépêcher et de quitter le pays. " Car autrement," ils ont dit, "nous allons tous mourir ! " 34 Alors le peuple emporta sa pâte avant d'ajouter la levure, et la portèrent sur ​​leurs épaules dans des pétrins enveloppés dans des vêtements. 35 Les enfants d'Israël firent ce que Moïse a dit et a demandé aux Egyptiens des objets d'argent et d'or et des vêtements. 36 Le Seigneur avait fait que les Egyptiens soient favorablement disposés envers le peuple, et ils leur ont donné ce qu'ils demandaient ; ils dépouillèrent les Égyptiens. 37 Les Israélites partirent de Ramsès pour Succoth. Il y avait environ six cent mille hommes à pied, sans les femmes et enfants. 38 Beaucoup d'autres personnes sont allés avec eux, (pas des Hébreux) ainsi que de grands troupeaux de bétail, les troupeaux et hardes. 39 avec la pâte qu'ils avaient apporté d'Egypte, ils font des gâteaux cuits et des pains sans levain. La pâte était sans levain, car ils avaient été chassés d'Égypte et n'ont pas eu le temps de préparer de la nourriture pour eux-mêmes. 40 Maintenant, la longueur du temps pendant que le peuple d'Israël vivaient en Egypte était de 430 ans. 41 À la fin des 430 ans jour pour jour, toutes les divisions du Seigneur ont quitté l'Egypte. 42 Parce que le Seigneur veillait cette nuit pour les faire sortir d'Égypte, en cette nuit tous les Israélites doivent rester vigilant pour honorer le Seigneur pour les générations à venir.

Des roues de chariots et des ossements dans le Golfe d’Aqaba

Chariotw2Chariot4spoke

A gauche, roue de char fixée à l'essieux tenant debout sur le fond marin. A droite, une roue de char à 4 rayons sur le fond marin de la mer Rouge. Trouvée en 1998.
La Bible dit que tous les chars de l'Égypte ou les 600 chars choisis, des modèles plaqués or, étaient dans l'armée poursuivant le peuple de Dieu.

Merrouge boneMerrouge bone1Merrouge bone2

La Mer Rouge ou la mer des Roseaux ?

Puisque des roseaux ne poussent que dans l'eau douce, les chercheurs ont étudié pendant des siècles un lac d'eau douce d'Israël qu'ils auraient traversé et bien sûr il n'en existe pas.
Un mot plus précis pour l'expression hébraïque "Yam Souf" pourrait-il être "algues" au lieu de roseaux ? Serait-ce faire référence à la partie de la mer Rouge présentement connue comme le golfe d'Aqaba - où ces roues de chars ont été trouvées ?

Merrouge artefacts5

Le nom de la mer Rouge vient probablement de sa proximité avec Edom, la terre occupée par les descendants d'Esaü, dont le nom en hébreu signifie rouge.

Merrouge artefacts6

Dans 1 Rois 09:26, nous avons un emplacement qui peut être identifié aujourd'hui pour faire simple et pour nous dire où était-ce sur la mer Rouge. Il y avait un port où le roi Salomon a construit et maintenu une flotte de navires marchands. Il a été appelé Ezion Geber et on peut encore voir ses vestiges aujourd'hui près de la ville balnéaire de Eilat à l'extrémité nord du golfe d'Aqaba sur la mer Rouge.

Chariot

La roue ci-dessus montrée est incrustée dans le corail

Au sujet de la roue de char trouvé par Ron Wyatt dans la mer Rouge : la 18ème dynastie faisait des roues à 8 rayons seulement.

Chariot relief small

Le Musée du Caire affiche une roue à 8 rayons sur un char Cab

Merrouge artefacts9

Aller au Wyatt Archeological Research Center et lire les résultats fascinants de cet archéologue extraordinaire Ron Wyatt :

lire: Où était la traversée de la Mer Rouge ?

Redseacrsg

La plage de Nuweiba conduit à Wadi Watir :

Watir

En décrivant ses endroits préférés, Terri Hurley a écrit sur ​​Wadi Watir : " Le Sinaï est un désert montagneux, et les Bédouins voyagent à travers, le long, et sur ​​les crêtes entre les montagnes. Le soleil n'est pas pour très longtemps dans un oued, à cause des montagnes, et il est important de ne pas camper sur le sable dans le centre d'un oued, parce que chacun peut drainer jusqu'à 100 miles carrés de désert, et même sans nuages ​​visibles, un mur d'eau peut dévaler le Wadi à tout moment ! La vue des étoiles est inimaginable. A plus de 100 miles de l'ampoule la plus proche de lumière électrique, le ciel prend un aspect tout à fait nouveau. Cela ne prend pas plus de 2 minutes entre les étoiles filantes, et même sans lune, la lumière est assez lumineuse pour se promener. "

Wadiwatir big

Aaron Sen a plongé à plusieurs reprises sur ce site, et peut témoigner de la validité de la découverte. En Mars 1998, il a photographié les restes d'une roue de char à quatre branches, et a pris des ossements humains dont il existe «des dizaines» éparpillés sur le lit de la mer. Un spécimen a été amené au département de l'ostéologie à l'Université de Stockholm, et testé, s'avère être le fémur côté droit d'un humain, mâle. Bien qu'il ne peut pas être daté, il était évidemment de l'Antiquité. La hauteur de l'homme a été estimé à 165-170cm (5.4 à 5.5 pieds), et les os ont été remplacés par des minéraux. Des petites quantités de coraux ont été de plus en plus grandes pour remplacer le minéral. Aaron a vu l'écroulement de l'extrémité sud du pont de terre sous-marin. Il a également vu une voie que les Israélites auraient pu prendre pour traverser la mer Rouge, qui mène de la rive, en descendant dans la mer. Les Israélites auraient dû pousser les pierres et les rochers de côté afin de permettre l'accès de leurs chariots.

Merrouge artefacts12

Diodore de Sicile, historien grec de Sicile vivant de 80 avant JC à environ 15 avant JC (20 ans avant la naissance réelle du Christ en l'an 5 ou 6 - nous ne serions donc pas en 2014 mais en 2009 ou 2010, bientôt 2012 !). Diodore de Sicile a écrit, " Dans les temps anciens, il s'est passé une grande peste en Egypte, et nombreux en ont attribué la cause à Dieu, qui a été offensé par eux parce qu'il y avait beaucoup d'étrangers dans le pays, par qui les rites et les cérémonies étrangères étaient employés dans leur culte de la divinité. Les Egyptiens ont conclu,. par conséquent, à moins que tous les étrangers soient chassés du pays, ils ne devraient jamais être libérés de leurs misères. " Sur ce, certains auteurs nous disent, le plus éminent et entreprenant de ces étrangers qui étaient en Egypte, et obligés de quitter le pays... qui a pris sa retraite dans la province maintenant appelé Judée, qui était non loin de l'Egypte, et en ces temps inhabitée. Ces émigrants ont été conduits par Moïse, qui était supérieur à tous dans la sagesse et la prouesse. Il leur a donné des lois, et ordonné qu'ils n'aient pas d'images des dieux, parce qu'il n'y avait qu'une seule divinité, le ciel, qui entoure toutes les choses, et est le Seigneur de l'ensemble ". (Diodore Siculul, Bibliothèque d'histoire, lib. 1., ap Phot.)

Hérodote, un ancien historien de grec, en discute dans Exodus Herodotus, surnommé le père de l'histoire, il était un historien grec qui a écrit le livre Polymnie. Dans la section c.89, il a écrit ce qui suit: « Ce peuple (les Israélites), de son propre aveu, habitait les côtes de la mer Rouge, mais a émigré de là vers les parties maritimes de la Syrie, tout ce qui apparaît comme district, aussi loin que l'Egypte, est libellé la Palestine. " Les côtes de la mer Rouge sont, en partie, situées au jour actuel en Egypte, tandis que les parties maritimes de la Syrie antique sont, en partie, situées à ce qui est maintenant Israël. Strabon était un historien païen ainsi que géographe, qui est né en 54 av. JC. Il a également fait référence à l'histoire de l'exode sous la direction et le leadership de Moïse. " Parmi les nombreuses choses parues sur ​​le temple et les habitants de Jérusalem, le rapport le plus crédible est que les Egyptiens étaient les ancêtres des Juifs. Un prêtre égyptien nommé Moïse, qui possédait une partie du pays appelé la Basse-Egypte, étant insatisfait des institutions là-bas, est parti et est venu en Judée avec un grand groupe de personnes qui adoraient la Divinité ". (Strabon, Géographie, lib. Xvi., C.2).

" Quant à la connexion existante entre l'écriture du Sinaï et celle de l'Egypte, nous sommes parfaitement de l'avis de M. Forster, et allons le soutenir avec des preuves. Vingt-quatre lettres de l'alphabet égyptien démotique sont constamment trouvées dans les inscriptions du Sinaï. A l'exception de deux des trois variantes, c'est le même alphabet... [Il est impossible que] un peuple si intelligent, si persévérant que le peuple hébreu, n'ait pas laissé dans le granit indélébile de la péninsule du Sinaï un seul monument de leur Exode, pour remercier Dieu de pouvoir, au milieu de tant de misère et de danger, récupérer la sécurité et la liberté. " Prof M. Lottin de Lavel, Voyage dans la Péninsule Arabique de Sinaï et l'Égypte emoyenne [SEM le Ministre de l'Instruction publique et des Cultes, 1859]

Au cours du siècle dernier de nombreux explorateurs ont redécouvert un groupe d'inscriptions antiques dans le Wadi Mukatteb ("La vallée de l'écriture") sur la péninsule du Sinaï. Il est communément admis que ces inscriptions ont été faites par les esclaves hébreux échappés de l'Egypte en passant par l'aire sous la conduite de Moïse. Bien que ces inscriptions ont reçu beaucoup d'attention au premier abord, l'idée que ces inscriptions aient été faites par les Hébreux de l'Exode a été sommairement rejetée par la plupart des chercheurs, simplement parce qu'ils sont le plus souvent connus dans la Bible. Leur preuve était... bien, aucune preuve, car ils ont généralement refusé d'examiner même les inscriptions, la trace écrite ou le témoignage de l'un de ces explorateurs. Ils avaient fait référence à un événement lié à la Bible, ce qui était suffisant pour réfuter que les inscriptions détenaient quelque chose d'essentiel.

Néanmoins, les quelques chercheurs qui ont examiné les inscriptions ont affirmé que ces inscriptions ont en effet été rédigées par les Hébreux qui ont été témoins des événements miraculeux décrits :

Cosmas Indicopleustes, byzantin auteur chrétien, a écrit que les inscriptions sont apparues " à tous les lieux d'étape, toutes les pierres dans cette région qui ont été rompues dans les montagnes, écrites en caractères hébraïques sculptées "proclamant généralement," Le départ de tel ou tel homme d'une telle tribu, de telle année, tel mois . " (Arthur Penrlyn Stanley, le Sinaï et la Palestine [London: John Murray, 1905]., P 57)
Les examinateurs ont conclu que, comme les inscriptions avaient survécu en bonne forme aussi longtemps et que les habitants pouvaient se rappeler du climat chaud et sec, elles pourrait facilement avoir survécu depuis l'époque où l'Exode est supposé s'être produit.

Mgr Robert Clayton de l'Irlande a également confirmé que les inscriptions étaient vraiment d'origine hébraïque ancienne, principalement constituées du nom, de la tribu et de la date ou des inscriptions similaires par des personnes de toute évidence de passage ou, peut-être, campant à proximité pour une courte période de temps. Il a publié ces résultats dans le Journal de Franciscains du Caire (1753)

Certains critiques, le professeur Arthur Penrhyn Stanley entre autres, ont suggéré que ces inscriptions ne sont pas fiables car elles avaient subi le trafic lourd d'anciens pèlerins chrétiens et peuvent avoir été écrites par eux. Stanley et quelques autres explorateurs ont régulièrement déclaré que les graffitis et "nombreuses" croix inscrites près, dans ou autour de ces sites avaient été laissés par des Chrétiens, indiquant un témoignage de leur pèlerinage, comme ils ont été connus pour l'avoir fait dans d'autres régions du Moyen-Orient. Cependant :

- Un examen détaillé de sept cent sites d'inscriptions réelles du Sinaï révèle que dix symboles qui pourraient raisonnablement être confondus avec les croix dont le professeur Stanley et d'autres savants critiques se réfèrent. Et chacun d'eux peut être facilement expliqué, par exemple, la croix-forme égyptienne (ou leur forme de la lettre "T" qui apparaît dans la plupart des langues écrites). La forme en croix égyptienne ressemble plus à une croix réelle que la plupart des autres lettres en forme de T d'autres langues et pourrait facilement être confondue avec une "croix". Le Professeur Stanley n'a fait aucune tentative pour cacher le fait qu'il avait peu de familiarité avec les langues écrites en hébreu ou égyptienne dans les inscriptions.

- S'il est indéniable que la plupart des pèlerins chrétiens médiévaux ont laissé des inscriptions similaires le long de leurs voyages d'historiens, de chercheurs, les traducteurs ont rarement eu des difficultés à les distinguer des anciennes inscriptions hébraïques. Les modèles de contexte et d'écriture des deux cultures ont tendance à être radicalement différents et quelques pèlerins chrétiens auraient probablement fait des inscriptions en hébreu de toute façon, ces inscriptions étaient encore moins une écriture hébraïque fortement influencée par l'égyptienne. En outre, même à l'œil amateur des laïcs présents lors des différents examens de ces sites, les deux inscriptions chrétiennes et hébraïques étaient facilement reconnaissables.

- La plupart des chercheurs qui ont daigné examiner les inscriptions hébraïques, ont été contraints de dire qu'ils ont été rédigés par des Hébreux de l'Exode. En outre, tous les sites d'inscriptions qui sont évidemment beaucoup trop anciens pour être le produit de pèlerins chrétiens, se trouvent sur ​​le côté ouest du Sinaï (le côté le plus proche de l'Egypte), suggérant que les écrivains sont venus de cette direction. Aucun de ces sites ne contiennent soit des noms chrétiens ou juifs (comme ceux qui sont communs aux citoyens d'Israël des décennies plus tard) et aucun chrétien ne vivait dans la partie ouest du Sinaï à l'époque où ces anciennes inscriptions ont été écrites.

Celles des inscriptions décrivant les événements de l'Exode, en particulier les événements miraculeux, sont écrites dans le contexte d'avoir été témoin des événements. C'est comme un témoignage d'origine plutôt que de tenter de copier des passages de la Torah / Ancien Testament ou pour paraphraser ces textes.

- Les auteurs de ces inscriptions qui décrivent de façon frappante les grands événements de l'Exode n'ont pas utilisé l'un des mots ou la langue que Moïse utilise pour décrire la même chose. En d'autres termes, ils ne sont évidemment pas inspirés par les écrits de Moïse. Ils sont clairement écrits dans le cadre de témoins indépendants à ces événements.
Aucun exemple de dieux égyptiens ou de symboles similaires ne sont trouvés parmi ces inscriptions que nous pensions provenir des écrivains égyptiens, même ceux-là qui contenait des exemples précis. Et il n'y a aucune preuve historique d'un groupe d'Egyptiens vivant dans le Sinaï ou autour de la période où des inscriptions ont été faites. Ceci malgré le fait que le style d'écriture a été fortement influencé par la langue écrite égyptienne (ce que l'on pourrait attendre des esclaves hébreux échappés de l'Exode).

Qui était Toutankhamon ?

Le jeune Egyptien Toutankhamon (Ramsès?) était-il le fils du pharaon que l'Ange de la Mort a tué parce qu'il était le premier-né de la famille du pharaon régnant ? Beaucoup commencent maintenant à le penser...

Dans cette vidéo en VF très prudente, on situe l'écriture de l'Exode entre 700 et 600 avant JC car on estime que certaines villes qui sont citées dans le Texte n'ont pas existé avant. On dit aussi qu'il est impossible qu'environ 2 millions d'Israélites soient partis d'un seul coup d'Egypte... tout simplement parce que le peuple égyptien (d'après les historiens) ne faisait que 3 ou 4 millions d'individus en tout, et que le départ de 2 millions d'esclaves aurait tout simplement ruiné et anéanti l'Egypte antique... ce qui ne s'est pas produit... mais on sait aussi que les archéologues se trompent assez souvent de datation (ou ne sont pas d'accord entre eux) et qu'il y a aussi beaucoup de suppositions ou affirmations non prouvées réellement, telles que les occupations de certaines villes par différents occupants les ayant envahis ou même reconstruits plusieurs fois... je rappelle aussi que dans la majorité des cas, les archéologues n'ont qu'une idée vague de la date de la réelle fondation d'une ville (qui a été peut-être un village d'abord), alors que les dates de sa destruction sont plus faciles à reconstituer... Et enfin, on ignore tout simplement certaines découvertes qui ne "collent" pas... c'est plus simple.

Dans cette longue conférence en anglais, on montre beaucoup plus de preuves directes ou indirectes et l'avis est déjà différent.

La plupart des artefacts et ossements trouvés au fond de la Mer rouge :

Le récit biblique de la traversée de la Mer Rouge par les Israélites et la mort de pharaon et de sa troupe d'élite les poursuivant sur des chars est confirmé par le récit en hiéroglyphes trouvé à El-Arish.

Voici la traduction du texte trouvé : 

" Pi-ha-Khiroth

En passant au cours des années 60 du 19è siècle à El-Arish, une ville sur la frontière entre l'Égypte et la Palestine, l'attention d'un voyageur fut attirée par un sarcophage en granit noir ayant des inscriptions hiéroglyphiques sur toute la surface. Il était utilisé par les Arabes de l'endroit pour abreuver leurs troupeaux. Un récit sur ce sarcophage et une traduction partielle du texte furent publiés en 1890 (F.L. Griffith, The Antiquiies of Tell el Yahudiyeh and Miscellaneous Work in Lower Egypt during the Years 1887-1888). La pierre fut transportée au Musée d'Ismailia et une nouvelle tentative de traduire le texte fut entreprise. (Georges Goyon, „Les travaux de Chou et les tribulations de Geb d’après le Naos 2248 d’Ismailia, Kêmi, Revue de philologie er d’archéologie égyptiennes et coptes VI (1936), 1-42).

Dans le texte endommagé, on trouve les lignes suivantes :
"Le pays était dans une grande affliction. Le malheur tomba sur la terre ... Il y eut un grand bouleversement dans la résidence ... Personne ne quitta le palais ... ni les hommes ni les dieux ne pouvaient voir leurs faces les uns les autres."

Des ténébres similaires durant un certain nombre de jours et qui obligèrent chacun à rester où il se trouvait, qui étaient accompagnées d’un grand bouleversement et qui étaient si grandes que personne ne pouvait discerner le visage de son voisin sont mentionnées dans le livre de l’Exode en relation avec la neuvième plaie :
"... et il y eut d'épaisses ténèbres dans toute l'Egypte pendant 3 jours. Les gens ne se voyaient pas les uns les autres et personne ne bougea de sa place pendant 3 jours. ..." (Exode 10:22-23)

Le roi et son armée ne revinrent jamais; ils périrent :
" Lorsque la majesté de Ra-Harmachis combattit contre les malfaiteurs dans la mare, le dit Endroit du Tourbillon, les malfaiteurs n’eurent pas le dessus sur sa majesté. Sa majesté sauta dans le dit Endroit du Tourbillon "

Et dans le livre de l’Exode il est rapporté :
"... Vers le matin, la mer reprit sa place. Les Egyptiens prirent la fuite à son approche, mais l'Eternel les précipita au milieu de la mer. L'eau revint et couvrit les chars, les cavaliers et toute l'armée du pharaon qui avaient pénétré dans la mer après les Israélites. Il n'y eut pas un seul rescapé.! (Exode 14:27)

L’objet des deux rapports devrait être considéré comme identique seulement si un détail marquant est trouvé dans les deux versions, en hébreu et en égyptien, qui ne peut être attribué au hasard.

La marche du Pharaon est rapportée ... Il arriva à l’endroit appelé par un nom :
"Sa majesté ... se trouva à l’endroit appelé Pi-Kharoti."
Et quelques lignes plus loin il est dit que :
"Il fut jeté par une grande force. Il fut jeté en l’air par le tourbillon ... Il ne fut plus en vie."

"Les Egyptiens les poursuivirent et tous les chevaux et les chars du pharaon, ses cavaliers et son armée les rattrapèrent alors qu'ils campaient près de la mer, vers Pi-Hahiroth, vis-à-vis de Baal-Tsephon !" (Exode 14:9)

Pi-Kharoti est Pi-Hahiroth du texte hébreu. C’est le même endroit. C’est la même poursuite ...

L’inscription sur le sarcophage d’El-Arish dit que le nom du pharaon qui périt dans le tourbillon était Thom ou Thoum. Il est intéressant de constater que Pi-Thom signifie "habitation de Thom“. Pithom était le nom de l’une des deux villes construites par les esclaves israélites sous le pharaon de l’oppression (Ages in Chaos, I. Velikovsky, Abacus edition 1973, p.33-38).

Merrouge artefacts8

Sources : http://www.bibleprobe.com/exodus.htm

http://messianique.forumpro.fr/t1875-chars-de-pharaon-retrouves-dans-la-mer-rouge

http://pleinsfeux.org/des-roues-de-chariots-dans-le-golfe-daqaba/#.U5fu7XJ_ts4

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 11-06-2014

Yves Herbo sur Google+

mystère alien ufo ovni interviews archéologie prehistoire échange lire moyen-orient

Commentaires (2)

yvesh

Et bien vous semblez ne pas savoir lire car c'est aussi ce que je dis : " il est évident que tous les textes sacrés, quels qu'ils soient, ont bien été écrits et déformés par les êtres humains car ce n'est pas une entité (que l'on nomme dieu car l'être humain donne un nom à tout) qui a pris la plume pour écrire...". Vous devriez réellement lire ce que j'écris ailleurs au lieu de vous bloquer sur vos propres certitudes erronées. Et vous vous contredisez vous-même aussi ! Car les datations au carbone 14 ne sont pas très fiable en fait, et la majorité des scientifiques le reconnaissent, et même après les recalibrations du carbone 14 du début du 21ème siècle, il faut maintenant d'autres moyens de datations pour être "sûr"... la thermoluminescence par exemple est maintenant + utilisée, en complément. Vous vous contredisez encore en affirmant que l'on sait dire avec précision les débuts de constructions d'une ville et que c'est le cas pour les lieux indiqués dans la Bible (par exemple)... c'est faux car aucune nouvelle datation réelle n'a été effectuée sur les anciennes découvertes d'avant la recalibration du carbone 14 ! Donc, on ne sait pas ! Lisez mon dernier article sur "Vu que du ciel volet 3", et vous aurez la preuve (avec liens) que les nouvelles datations faites en 2014 avec le carbone 14 recalibré prouvent que les datations faites en 1996 du Great Serpent Mound en Ohio étaient faussées avec l'ancienne calibration, et de plusieurs milliers d'années ! (et c'est probablement la même chose d'ailleurs avec les mauvaises datations de Glozel faites par l'état français avant cette recalibration ^^). Et en ce qui concerne une comparaison avec la bible (par exemple) : où trouvez-vous une datation précise dans la Bible ? Nulle part ! La majorité des scientifiques reconnaissent avec intérêt et honnêteté que des lieux indiqués et des noms ONT BIEN ETE RETROUVES, et c'est tout ce que je dis personnellement, puisqu'il n'y a pas de datations officielles dans les textes sacrés (il y a juste des interprétations de théologiens religieux qui ont inventé une sorte de calendrier et des correspondances de dates... mais ce ne sont que des thèses !). Et ensuite, pour dater des fondations (surtout au carbone 14 qui n'est pas très fiable en fait), il faut encore trouver des choses à dater en relation avec ces mêmes fondations, et que ces choses soient organiques !!... ce qui n'est pas le cas de la pierre dans la majorité des cas ! Donc, désolé, mais vous racontez des bêtises et vous désinformez le lecteur en ne tenant pas compte de la réalité...
Et vous parlez sans donner de preuve, de surcroît ! L'archéologie, au contraire, a apporté en effet les preuves que le récit biblique contient réellement des faits historiques, puisqu'on y retrouve des noms de lieux, de rois, des récits de batailles DONT ILS ONT RETROUVES LES TRACES et des écrits ! Dans la mesure où il n'y a aucune datation dans les récits bibliques, vos propos ne veulent rien dire et n'ont aucun rapport avec les récits bibliques... et quand je parle que la science ignore tout simplement certaines découvertes qui ne "collent" pas, il n'y a aucun lien pour moi avec les textes anciens ou bibliques, mais surtout avec la chronologie "officielle", qui est erronée depuis le 19eme siècle, puisque les datations effectuées depuis 200 ans (et non revues !) sont en grande partie fausses... mais , encore une fois, je ne suis pas partisan de la bible ou autre (même si je respecte une certaine volonté de transmission de données, sûrement en partie fausse, comme notre science actuelle qui évolue sans arrêt d'ailleurs !) mais je ne suis pas partisan non plus du dogmatisme erroné de notre science actuelle...

luxorion

Vous dites, "je rappelle aussi que dans la majorité des cas, les archéologues n'ont qu'une idée vague de la date de la réelle fondation d'une ville [...] on ignore tout simplement certaines découvertes qui ne "collent" pas... c'est plus simple"

Belle tentative de désinformation :-(
Votre conclusion toute personnelle est totalement non fondées car justement l'archéologie apporte les preuves démontrant que le récit biblique ne colle pas à la réalité des faits historriques. Les dernières techniques de datation au carbone 14 en particulier ont une précision atteignant 25 ans pour le Xeme siècle avant niotre ère. Les ciffres ne mentent pas aussi bien que vous ! Lex experts en archéologies notamment ont démontré depuis des années que ces récits bibliques sont enjolivés, que les faits historiques ont été embellis ou modifier pour mieux servir la foi des istraélites. Que vous le croyez ou pas ne change rien car les faits sont là pour restituer la réalité, pas la vérité des écritures ou celles de croyants digmatiques qui refusentr de voir la réalité en face.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau