Hueyatlaco - Anatomie d'une anomalie

Hueyatlaco - Anatomie d'une anomalie

hueyatlaco3.jpg

Suite de cet article : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-mystere-mexicain-est-aussi-a-hueyatlaco.html

Le dilemme Hueyatlaco

Des gisements contenant des artefacts humains à Valsequillo, au Mexique, ont été datés à environ 250.000 ans avant le présent par la méthode des traces de fission fission-trace-dating») de la matière volcanique et d'uranium des os d'un bassin de chameau.

Le dilemme posé par ces dates est clairement indiqué dans la citation suivante, tirée des conclusions de l'article soumis.

« La preuve présentée ici indique toujours que le site Hueyatlaco a environ 250.000 ans.

Nous qui avons travaillé sur les aspects géologiques de la région de Valsequillo sommes douloureusement conscients qu'un si grand âge pose un dilemme archéologique.

Si les datations géologiques sont correctes, des outils de pierre sophistiqués ont été utilisés à Valsequillo longtemps avant les outils analogues qui sont cependant censés avoir été développés en Europe et en Asie.

Ainsi, notre collègue, Cynthia Irwin-Williams, a critiqué les méthodes de datation que nous avons utilisées, et elle veut que nous insistions sur le fait que l'âge de 250.000 ans est pratiquement impossible ".

( Steen -McIntyre, en Virginie, et al ; . " Preuves géologiques d'âge des dépôts à Hueyatlaco site archéologique, Valsequillo, au Mexique, " Quaternary Research, 16:1, 1981)

Commentaire

L'impasse dessus n'est pas sans rappeler l'insistance de Lord Kelvin disant que la terre a seulement environ 100.000 ans sur la base de ses calculs de capacités productrices d'énergie du soleil.

Les géologues pensaient autrement, qu'il nécessitait environ un milliard d'années pour que la nature sculpte la terre telle qu'ils l'ont vue. Kelvin n'a pas été reconnu sur l'énergie nucléaire, et les géologues ont eu le dernier mot !

Ref : De Science Frontiers #21, MAY-JUN 1982. © 1982-2000 William R. Corliss

I. INTRODUCTION

Depuis la publication de Thomas Kuhn "La Structure des révolutions scientifiques" (1970), un grand nombre de personnes dans le domaine des sciences et ailleurs ont utilisé
sa distinction entre les paradigmes de la science normale et les anomalies à la fois dans la science normale et les révolutions scientifiques pour expliquer l'évolution de la science contemporaine.

Tous les appels de Kuhn n'ont pas été tout aussi éclairants.

Il a parfois semblé que ceux qui sont sur les franges de la science établie crient au « détour de paradigme » pour expliquer pourquoi leur travail ne retient pas l'attention alors qu'en fait, c'est le travail lui-même qui est à blâmer. Vraisemblablement, certains éléments de preuves qui entrent en conflits avec les opinions reçues sont ignorées pour une bonne raison, et d'autres sans une bonne raison. Quand une anomalie apparente est rejetée sans raison valable, alors les scientifiques en question se comportent mal.

Mais se sont-ils comportés en " non scientifiques " ?

Dans cette étude, nous examinons en détail un cas particulier d'un ensemble de preuves anormales reçues et visibles. Dans ce cas, le point de vue reçu est une théorie sur les origines de l'homme dans les Amériques, et l'anomalie est un site du Mexique, dont l'âge est apparemment en conflit avec cette théorie reçue.

Sans essayer de décider si la vue reçue est correcte, ou si la preuve anormale est intéressante à considérer (ce qui est, après tout, une affaire de spécialistes - YH : c'est un point de vue), nous suivrons l'histoire de ce qui s'est passé pour les scientifiques impliqués, et tirerons des conclusions sur ce qui peut et ne peut être attendu de la science en tant qu'une véritable institution humaine.

En particulier, nous soutenons que, dans les périodes d'instabilité dans la science («révolution», si vous voulez), il est dans la nature même de la science de traiter la preuve anormale avec hostilité et suspicion, même quand il y a peu de raisons de soupçonner ça.

II . LE POINT DE VUE REÇU

Le point de vue reçu, accepté par une majorité des anthropologues et des archéologues, c'est que l'humanité n'a pas évolué de façon indépendante dans les Amériques, et doit donc y avoir migré d'ailleurs.

Pour diverses raisons génétiques, il semble que tous les Américains autochtones sont plus étroitement liés les uns aux autres que ne le sont d'autres populations, et sont plus étroitement liés aux peuples de l'Asie que ceux des autres régions du monde. La conclusion raisonnable à tirer de cette preuve est que les premiers Américains ont migré de l'Asie, que ce soit à travers le détroit de Béring ou à travers un pont de terre.

La migration à grande échelle par bateau est peu probable, même si la traversée est étroite à travers un plan d'eau comme le détroit de Béring, donc l'hypothèse du pont terrestre de Bering est la meilleure hypothèse pour une route migratoire.

Cette séquence de déductions implique un nombre limité de possibilités de migration. Une route de terre était entièrement disponible seulement quand il y avait suffisamment de glaciation du niveau de la mer pour qu'elle diminue d'environ cent cinquante pieds (46 mètres), une telle baisse du niveau des mers est nécessaire pour que le pont de terre de Béring (ou, peut-être plus correctement, la masse terrestre maintenant appelée Béringie) puisse apparaître.

D'autre part, si il y avait une telle glaciation, les voies terrestres en Amérique du Nord étaient impraticables, aucune migration ne pourrait avoir lieu (YH : c'est déjà ici une affirmation douteuse : les Lapons, Inuits et autres prouvent le contraire en y vivant en permanence ! - les hommes modernes seraient en effet incapables de migrer, mais les anciens oui, très probablement !). Ces deux contraintes limitent sévèrement le nombre d'opportunités pour la migration à des périodes spécifiques pendant les périodes glaciaires (YH : limites peut-être imaginaires !)

Le meilleur candidat pour une période de la migration est généralement considérée comme une période au cours de la fin du Pléistocène, il y a environ douze mille ans. Bien que des revendications de migrations antérieures sont parfois publiées à force de découvertes archéologiques, l'idée que les humains sont arrivés relativement récemment semble être assez bien établie (YH : et oui, on établi l'idée et la théorie... jusqu'à ce que la réalité rattrape l'idée ^^).

Donc, c'est en toute confiance que ce point de vue a été jugé et que, en 1962, dans un écrit pour Scientific American, William Haag pouvait dire :

" L' occupation de l'homme du Nouveau Monde peut remonter à plusieurs dizaines de milliers d'années, mais personne ne soutient rationnellement qu'il a été ici, même pour seulement 100000 années. "

Il y a un nombre impressionnant de preuves visibles d'une récente migration, et relativement peu de toute présence humaine plus tôt dans les Amériques. Ce qui semblaient être des traces d'occupations antérieures se sont généralement avérées être trompeuses.

David Meltzer (1993) décrit la situation en ces termes :

Au début des années 1950, il y avait déjà des signes d'une présence humaine beaucoup plus tôt en Amérique. Ces traces deviendraient plus larges au fur et à mesure que les années passaient, jusqu'à aujourd'hui où une multitude de sites soi-disant anciens ont fait leur apparition, certains avec des âges réhaussés estimés de 200.000 ans.

Chaque nouveau candidat à une plus haute antiquité apporte avec lui de nouvelles revendications, mais le résultat reste le même. Les sceptiques posent des questions difficiles. Le débat s'ensuit. La demande est acceptée par les uns, rejetée par les autres, tandis que le reste "attend et voit". Jusqu'à présent, au moins, la barrière Clovis reste intacte. Un avant - 11, 500 B.P. de présence humaine en Amérique n'existe pas aujourd'hui.

Il y a au moins trois types impressionnants de preuve pour une migration au Pléistocène supérieur (ou un ensemble de migrations) :

preuve de langues amérindiennes

preuve de la dendrochronologie

preuve de l'ADN mitochondrial 1

Tous les trois types de point de preuve mènent à trois vagues de migration, les premiers au Pléistocène supérieur, comme hypothèse. Les plus anciens sites clairement datables sont très loin de ceux des Clovis et de Folsom, et ils sont au plus tôt de 11.500 BP.

Ajoutez à ces éléments de preuve de l'absence de preuves claires de quoi que ce soit plus tôt, et vous avez un argument puissant pour la vision d'une récente migration, ce qui donne de bonnes raisons de se méfier des découvertes qui sont censées être plus âgées. Considérons les types de preuves à leur tour.

Linguistique amérindiennes

Les centaines de milliers de langues qui ont été parlées sur les continents américains forment une variété déconcertante, mais de nombreux linguistes pensent maintenant qu'elles se répartissent en trois familles :

amerind

Na - Dénés

Eskimo - Aléoutes

Les langues amérindiennes montrent le plus de variété, et sont géographiquement les plus répandues, étant parlées des régions du Canada jusqu'à La Terre de Feu. Ces deux faits plaident en faveur de l'ancienneté relative de la langue commune à partir de laquelle ils tirent tous la leur.

Les langues eskimo-aléoutes sont moins nombreuses et plus semblable à une autre. Elles sont également parlées dans une zone plus petite, autour des régions côtières du nord.

Le groupe Na - Déné est intermédiaire dans la variété et l'étendue. Ces langues sont également parlées dans les régions au sud de la plus grande étendue sud des langues eskimo-aléoutes, mais pas si loin au sud que les langues amérindiennes. Par ailleurs, les groupes linguistiques peuvent être organisés afin de voir des similitudes avec des langues de l'Ancien Monde, avec l'Eskimo- Aléoutes êtant plus, et l'amerindien étant moins comme les langues parlées en Asie.

Cet agencement des langues avec les points à trois vagues distinctes de migration, avec les ancêtres des parleurs de l'amérindien qui arrivent en premier. Toutefois, ce classement relatif nous donne peu sur une manière de datation absolue pour les migrations. 2

La dendrochronologie

Dans le Hrdlicka 1920 est noté un caractère que toutes les dents amérindiennes possèdent, qui est également caractéristique des dents de la population du nord de l'Asie.

Sur la base de cette caractéristique, une particulière forme en pelle - comme la forme des incisives, appelés Sinodontie, il a conclu que les Amérindiens étaient répartis en trois groupes génétiquement distincts : Eskimos , Athabaskans et Sud-Américains.

Christy Turner (1986) fait une analyse statistique des dents américaines pour vérifier cette classification. En regardant les autres, les même caractéristiques héréditaires des dents, et en catalogant les similitudes et les différences entre neuf mille Américains préhistoriques différents, il a également conclu que les Amérindiens sont répartis en trois groupes génétiquement distincts, mais il a identifié les trois groupes plus directement avec les trois groupes linguistiques de Greenberg.

En plus de soutenir le point de vue des trois migrations, la preuve dentaire peut nous donner une chronologie absolue. Les caractéristiques dentaires qui sont identifiées dans l'étude de Turner sont génétiquement déterminées, l'environnement ayant peu ou pas d'impact.

De cette façon, les preuves fournies par les dents, comme celles fournies par les groupes sanguins, peut nous donner une image claire des relations génétiques entre les populations. Les mutations se produisent de façon régulière, nous pouvons également dire il y a combien de temps deux populations ont divergé par le nombre de gènes qu'ils partagent et combien ils diffèrent.

Quand un gène s'exprime dans une partie visible et facilement préservée d'un animal, comme une dent, alors nous pouvons utiliser les variations de cette partie pour dater l'histoire génétique de l'animal.

Dans le cas des humains en Amérique du Nord, nous pouvons dire par des distributions des caractéristiques de Sinodontie que la population nord-américaine s'est séparée de la population nord-asiatique il y a environ douze mille ans - ce qui confirme le point de vue de la migration au Pléistocène tardif.

L'horloge ADNmt

Les similitudes dans les caractéristiques anatomiques brutes, et même dans une certaine mesure dans le code génétique qui les inspire, peut parfois survenir en raison de pressions environnementales similaires, même si les deux populations ne sont pas étroitement liées.

Il y a des parties du code génétique, cependant, qui ne sont pas exprimés du tout, ou ne s'expriment que dans des caractéristiques neutres. Dans ces gènes, le taux normal de mutation n'est pas affecté par les pressions environnementales. En particulier, l'ADN mitochondrial ( ADNmt) n'est pas soumis à des forces de mélange de fertilisation, puisque l'ADNmt de toute créature vient de sa mère uniquement.

Donc, étant donné une estimation raisonnable de la rapidité et de la régularité des mutations qui se produisent dans l'ADN mitochondrial, nous pouvons assez précisément dater lorsque les populations ont divergé. Par cette mesure, les Américains se sont divisés des Asiatiques du Nord il y a quelques 20.000 ans.

C'est plus tôt que ce que les autres méthodes nous ont donné pour une première migration, mais peut être expliquée par l'estimation du taux de mutation.

La réaction aux anomalies

Compte tenu de ce nombre impressionnant de preuves, il semble tout à fait raisonnable de penser qu'une migration au Pléistocène supérieur est établie.

Même si il y a des trouvailles occasionnelles qui semblent être datables à beaucoup plus tôt, il est plus raisonnable de penser qu'il doit y avoir quelque chose de faux avec les dates de ces sites que d'accepter le prix d'un renversement d'une théorie bien fondée.

L'incapacité d'expliquer pourquoi un site semble être antérieur à la fin du Pléistocène n'est pas un obstacle à l'acceptation de la théorie de la migration tardive, surtout si l'alternative est d'accepter une migration plus tôt, tout en étant incapable d'expliquer l'évidence linguistique, dentaires et génétiques.

Meltzer ( . , 1993, p 21 ) caractérise la position de l'archéologue de cette façon :

Ce problème est aggravé par de trop nombreuses fausses alarmes. Des dizaines de sites ont été annoncés comme possédant une grande antiquité. Mais en y regardant de plus près, chacun a réussi à vivre jusqu'à la faillite de son ancienneté. Caveat emptor.

Les archéologues ont la mémoire longue - cela fait partie de notre expertise, après tout - il n'est donc pas surprenant que, dans ces circonstances, toutes les nouvelles demandes pour une grande antiquité dans les Amériques sont accueillies avec un scepticisme bordant le cynisme. La réponse n'est peut-être pas louable, mais elle est compréhensible .

La plupart des archéologues qui donnent cette réponse compréhensible sont nettement moins conciliants que Meltzer. En fait, la réponse de Haag citée plus haut, qui rejette les allégations d'extrême antiquité de la présence humaine dans les Amériques comme irrationnelles, est la norme plutôt que l'exception.

Les plus anciens sites qui ont résisté à un examen minutieux, et dont le témoignage est sans ambiguïté aucune, sont les Clovis et Folsom, tous datables d'après -12.000 AV JC, et donc complètement compatibles avec la dernière migration du Pléistocène.

III. L'anomalie

Parfois, une découverte archéologique semble contester ce point de vue reçu.

Le projet archéologique spécifique qui est au centre de ce travail était situé à Hueyatlaco, Valsequillo, qui est à quelques kilomètres au sud de Puebla, au Mexique. La région était devenue très connue parmi les archéologues en raison des formes animales éteintes variées.

La fouille initiale a débuté en 1962. Au cours de la poursuite du processus de fouille cinq sites ont été découverts et des coupes stratigraphiques séquencées (Irwin-Williams 1967a).

hueyatlaco.jpg

L'excavation finale à Hueyatlaco été conclue en 1973.

Le travail de terrain s'est poursuivi tout au long du processus excavational par les membres de l'équipe, y compris le Dr Cynthia Irwin-Williams et Dr. Virginia Steen-McIntyre. 3

Les Consultants ultérieurs associés au projet étaient Ronald Fryxell, BJ Szabo, et CW Naeser dans la poursuite des efforts visant à résoudre la controverse entourant la datation des preuves accumulées au cours du processus d'excavation à Valsequillo, Mexique ( Malde et Steen-McIntyre, 1981).

Il n'y a pas eu d'irrégularités dans les méthodes de l'équipe, et le site a été surveillé pour éviter toute falsification ou la destruction accidentelle de preuve ( Irwin -Williams 1967a ).

Le chercheur principal de ce projet, Cynthia Irwin-Williams (1978), a caractérisé le site archéologique comme un domaine qui contenait un "site d'abattage" et les activités indicatives du dépeçage et d'activités de camping de l' "Ancien Homme "

Les artefacts découverts ont établi clairement qu'ils sont d'origine non locale, allant d'un rude objet unifacial de percussion pour des lances ( pointes de projectile ) fabriqué par un groupe moins sophistiqué, jusqu'à des bifaces de découpe, des grattoirs et des arêtes de coupe, des outils bien faits d'un caractère avancé.

Dans son article publié en 1978, Irwin-Williams affirme que l'abondance de la faune maintenant disparues dans la région Valsequillo a attiré les premiers chasseurs.

Il y avait des endroits dans la zone appropriée pour le camping et à proximité se trouvent des sites appropriés pour l'abattage des arbres et des sites qui étaient appropriées pour l'abattage des animaux en raison de la proximité des petits ruisseaux.

Irwin-Williams reconnaît que les estimations modernes concernant la présence de l'homme dans cette localité ont une gamme de 11.000 ans à plus de 30.000 ans.

La controverse a commencé en 1967, avant que les fouilles aient été réalisées. Malgré les efforts approfondis et la compétence des membres de l'équipe archéologiques à Hueyatlaco, Jose L. Lorenzo, Directeur de la Préhistoire à l'Instituto Nacional de Antropología e Historia, a lancé plusieurs allégations concernant l'intégrité du projet à Hueyatlaco, El Horno, et Tecacaxco ( communément appelé Valsequillo).

L'allégation la plus importante a été dirigé sur l'authenticité des objets récupérés sur le site Hueyatlaco.

map-mexique1.gifLorenzo (1967) a allégué que certains des artefacts avaient été enterrés par des ouvriers travaillant sur le site, puis mélangés avec d'autres artefacts d'une manière qui fait qu'il est impossible de séparer et d'identifier les objets enterrés.

Le regroupement volontaire de preuves, si il se produisait, soulève des doutes importants quant à l'âge du site, ainsi que sur l'intégrité du chercheur principal et des autres membres de l'équipe archéologique.

Les allégations ont été examinées par Cynthia Irwin-Williams (1967b) dans Paleo-Indian Institute Miscellaneous Publications indiquant que :

" Ces allégations sont totalement sans fondement dans la vérité " et que Lorenzo était motivé " par une animosité personnelle déformée et une irrationnelle incapacité à changer d'avis. "

En 1969, Cynthia Irwin-Williams a en outre réfuté les allégations de Lorenzo avec des déclarations écrites de trois professionnels réputés dans le domaine de l'anthropologie et de l'archéologie (Irwin -Williams 1969).

En Juin 1969, Barney J. Szabo et Harold E. Malde avaient terminé leurs tentatives de datation des artefacts extraits de Valsequillo, et ont rejoint Cynthia Irwin-Williams, qui a publié les résultats ( Szabo, Malde, et Irwin-Williams 1969). Un moyen important de dater les outils de pierre récupérés à Valsequillo était de dater les strates où ils ont été trouvés, par les datations des fossiles et d'autres restes d'animaux provenant du même site.

La datation au radiocarbone des fossiles de mollusques (coquillages) ont montré un âge de plus de 35.000 ans.

La méthode sur l'uranium a donné un résultat de 260.000 ± 60.000 années. Une dent de mastodonte extraites de El Horno a été datée par la méthode de l'uranium et a été évaluée à plus de 280.000 ans. De même, un bassin de chameau récupéré à partir du site Hueyatlaco était daté selon la méthode de l'uranium système fermé à plus de 180.000 années, et en utilisant le système ouvert à 245.000 ± 40.000.

Un métapode de cheval récupéré à partir du site Atepitzingo dans la zone Valsequillo était daté en utilisant la méthode uranium date de système ouvert à 260.000 ± 60.000 années.

Dans les conclusions de l'article ( Szabo, Malde, et Irwin-Williams 1969, p . 243 ), les auteurs ont noté, plutôt un euphémisme, que certains d'entre eux étaient peut-être trop vieux indiquant que,

« Nous ne pouvons pas expliquer pourquoi certaines de ces dates de preuves archéologiques sont beaucoup plus âgées que prévues ».

Dans le même article, Malde fait remarquer que l'une des difficultés à évaluer les échantillons était peut-être du à un manque de marqueurs stratigraphiques du terrain pour la corrélation avec les différentes localités de l'échantillon.

Plus tard ( les résultats ont été publiés en 1981), lui et Virginia Steen-McIntyre prélevaient des échantillons des couches stratigraphiques, y compris des échantillons de pierre ponce et de cendres pour résoudre simplement ce point. 4 Informations complémentaires : la stratigraphie aiderait à déterminer si les objets ont été localisés dans une érosion en creux comme un canal de flux (une ancienne rivière, ruisseau), ce qui indiquerait que les lits portant les artefacts étaient d'un âge plus jeune.

Cette possibilité a soulevé des doutes qui ne pouvaient pas être ignorés. Les Drs. Steen-McIntyre, Malde et Roald Fryxell, un spécialiste de la cartographie des couches de sédiments  des sites archéologiques, sont retournés à Hueyatlaco pour une excavation supplémentaire. Le travail pour déterminer la séquence stratigraphique a été entrepris en 1973. Cette excavation finale établie une séquence d'âge pour la première fois, montrant que les objets ne se trouvent pas à l'intérieur d'un canal de flux et donc, ne sont pas plus jeunes que les dépôts de cendres qui les recouvraient.

Avec une image plus complète stratigraphique du site développée par la tranchée de 1973, il devint évident que le Dr Steen-McIntyre a fait face au problème de l'adéquation de la cendre et les dépôts de pierre ponce avec une source volcanique connue à des fins de datation. Plus d'échantillons ont été prélevés et examinés, mais aucun d'entre eux ne se sont révélés utiles dans l'identification de leur source.

Le Verre ponceux (des cendres volcaniques soufflées dans l'air lors de l'éruption) contient des éclats de verre qui contiennent un grand nombre de cavités de bulle, connue comme des vésicules.

Lors des intempéries sur le verre volcanique, l'humidité s'évacue à travers les surfaces exposées. Dans les climats tempérés, ce processus peut être complété en 20.000 ans. Comme le verre ponceux s'hydrate, les vésicules commencent également à recueillir l'eau.

Le remplissage total des vésicules peut nécessiter dix millions d'années environ. Ainsi, l'évaluation du remplissage dans les vésicules aide dans la détermination de l'âge (du verre volcanique).

En utilisant un microscope pétrographique et des techniques de masquage de lumière spéciales, le Dr Steen-McIntyre a commencé la tâche d'examiner les échantillons des couches de cendres volcaniques provenant d'Hueyatlaco contenant du verre volcanique et des phénocristaux de minéraux. les Phénocristaux sont des cristaux de minéraux qui poussent dans le magma liquide au moment de l'éruption.

Le processus d'examen nécessite environ huit heures de temps de microscope pour chaque échantillon.

Lors de l'examen microscopique des phénocristaux, le Dr Steen-McIntyre a détecté un phénomène qu'elle décrit comme ressemblant à un piquet de clôture. Les échantillons, au lieu d'avoir des surfaces de cristal frais et avenant, apparaissaient plutôt hirsutes, ayant une apparence de " palissade ". Les fragments de verre volcanique ont également résisté et avaient absorbé l'eau du sol dans lequel ils gisaient jusqu'à excavation.

Certains des vésicules avait des flaques d'eau en elles leur indiquant qu'elles étaient d'un âge considérable. Dans des recherches antérieures, le Dr Steen -McIntyre avait effectué les procédures de rapprochements sur des couches de cendres au parc national de Yellowstone ( Steen McIntyre , 1980). Les échantillons provenant de Hueyatlaco ont une ressemblance frappante avec ceux de Yellowstone datés de 251 000 années.

Quelques cristaux de zircon de deux des couches volcaniques, les cendres de Hueyatlaco et la boue de Brown Tetela, ont été donnés par le Dr Steen-McIntyre à l'autre géochimiste, CW Naeser, à traiter pour la datation. Naeser a utilisé la méthode de datation par traces de fission zircon, qui s'appuie sur les propriétés radioactives de certains éléments. Les résultats de ce processus ont démontré que la boue de Tetela Brown avait 600.000 ± 340.000 années avant maintenant, et les cendres de Hueyatlaco ont été établies à 370,000 ± 200.000 années avant maintenant.

L'âge minimum varie de 170 000 années à 260 000 ans Avant Maintenant (Steen-McIntyre, communication personnelle avec Suzanne Clark).

Les résultats de Szabo, en utilisant la méthode uranium-série, étaient âgés de 180.000 à 260.000 ans avant Maintenant. La Méthode de fission de piste zircon de Naeser a montré des âges allant de 170 000 années à 260 000 ans Avant Maintenant. Les deux séries de dates conviennent avec les observations de 251 000 années du Dr Steen-McIntyre. Trois méthodes distinctes, calculées par trois géologues distincts, ont donné des résultats similaires, mais les résultats sont accueillis avec scepticisme et hostilité.

Puis lorsque les membres de l'équipe ont commencé à remplir leurs méthodes de datation respectifs, et les résultats lui ont été présentés, Irwin-Williams est devenu critique des résultats et a indiqué son mécontentement dans toutes les publications concernant le projet Valsequillo par divers membres de l'équipe. Irwin-Williams était clairement en détresse que les estimations de datation de la présence humaine à Valsequillo donnaient longtemps avant 30.000 BP, la date la plus rapprochée qu'elle pouvait accepter.

map-mexique2.jpg

Il n'est pas improbable que Irwin-Williams ait craint que sa carrière soit en péril à la lumière de ces datations.

Elle craignait certainement (ou au moins se méfiait de) ce qui pourrait arriver si elle était associée à des éléments marginaux. Quand, lors d'une réunion de la Geological Society of America, Malde et Fryxell ont annoncé leurs premières datations pour le site Valsequillo - dont les dates ont été établies par trois méthodes indépendantes - l'annonce a été signalé sur le fil de l'UPI pour Novembre 14, 1973. Irwin-Williams a réagi avec colère.

Dans une lettre datée du 3 Novembre 1974 à Alan L. Bryan, un collègue de l'Alberta, elle a dit :

Mon commentaire sur la situation ( jurons supprimés), c'est que c'est l'une des annonces publiques les plus irresponsables avec laquelle j'ai jamais eu le malheur d'être impliquée.

Parmi les trois méthodes de datation utilisées par Malde sur les matériaux, deux sont si nouvelles que nous n'avons essentiellement aucune information sur leur validité. La troisième (fission-track dating) a donné un résultat anormal d'environ 300.000 ± 300.000 (en d'autres termes, pas de date du tout).

Cela semble tout à fait raisonnable. Si deux des méthodes de datation sont expérimentales, et qu'on donne un résultat essentiellement sans valeur, alors les dates sont sûrement suspectes.

Comparer la charge de l'irresponsabilité avec le texte de leur annonce, tel que rapporté dans l'étude du Quaternaire (Steen-McIntyre, Fryxell et Malde 1981) :

" La preuve présentée ici indique toujours que le site Hueyatlaco est vieux d'environ 250.000 ans. Nous qui avons travaillé sur les aspects géologiques de la région Valsequillo sommes douloureusement conscients qu'un si grand âge pose un dilemme archéologique. " (Szabo et Al. , 1969)

" À notre avis, les résultats présentés ici élargissent la fenêtre de temps dans laquelle une enquête sérieuse sur l'âge de l'homme dans le Nouveau Monde serait justifiée. Nous continuons à jeter un regard critique sur toutes les données, y compris la nôtre "

Cette déclaration semble éminemment prudente. En outre, le UPI rapporte que Fryxell dit, à la même séance :

" Ce n'est pas de bon ton de venir à une réunion et dire " je ne sais pas ", mais c'est essentiellement là où nous en sommes maintenant. "

Cette déclaration de l'ignorance ne semble guère téméraire et irresponsable. En outre, Irwin-Williams semble vouloir que la datation aux traces de fission soit fausse.

Steen-McIntyre, dans une lettre à JL Bada, cite la date indiquée par cette méthode à 370.000 ± 200.000 ; une large gamme d'erreur, mais guère de sens. Les méthodes expérimentales (Tephrahydration et des séries de l'uranium ) ont depuis été jugées suffisamment fiables.

Dr Steen-McIntyre était une étudiante diplômée au moment où le projet a commencé Valsequillo. Elle travaillait sur son doctorat à l'Université de l'Idaho et le projet Valsequillo devait être son projet de recherche. Il est devenu clair pour elle après trois ans de travail acharné, que le sujet de sa thèse devra être changé en raison de la nature controversée des résultats à Valsequillo concernant l'âge du site, tel que publié par Szabo et Malde en 1969.

Finalement, Steen-McIntyre a été contrainte de choisir une thèse au sujet moins controversé, comment examiner les échantillons de cendres volcaniques. Steen-McIntyre a finalement obtenu son diplôme en 1977. Entre 1969 et 1973, les frictions au sein de l'équipe archéologique Valsequillo à l'égard de la date de la place où a été trouvée la construction.

Malde faisait la promotion avec enthousiasme d'une date lointaine (environ 200 000 années BP), tandis que Irwin-Williams faisait la promotion d'une date plus conservatrice, mais toujours controversée au début (20.000 années avant maintenant ) .5

L'allégeance de Steen-McIntyre était avec Malde, mais sa position subordonnée dans l'équipe et dans la profession de l'archéologie l'a amenée à être plus prudente. Sa prudence, avec son érudition minutieuse, lui a permis de continuer à trouver un emploi.

En début de 1973, Virginia Steen-McIntyre avait acquis une reconnaissance internationale à partir de plusieurs organisations, dont la National Academy of Sciences, de qui elle a aussi reçu des fonds pour des réunions à l'étranger et des conférences. Elle a travaillé à temps partiel dans son domaine d'expertise dans un laboratoire du gouvernement, et est même devenue professeure auxiliaire d'archéologie à la Colorado State University.

La correspondance entre Irwin-Williams et Steen-McIntyre pendant les émissions de la fin des années 1970 montre que les deux ont été de plus en plus frustrées par l'impasse.

Le matériau de Valsequillo, pour la plupart des objets durs, les pointes à une date lointaine, mais la masse des autres éléments de preuve, en grande partie par déduction d'après l'environnement, les pointes à une date beaucoup plus tardive. Après que le processus de datation du projet Valsequillo ait atteint la fin et qu'elle avait obtenu son diplôme, le Dr Steen-McIntyre a tenté de publier son article sur le site de Valsequillo.

Elle a rencontré de sérieuses difficultés à cet égard. Les retards ont souvent été expliqués par des excuses tels que : « l'article a été égaré ou perdu »; elle a finalement réussi à obtenir que son article sur Valsequillo soit publié en Novembre 1981. Peu après, le Dr Steen-McIntyre a rencontré le mépris et le ridicule de ses pairs et a été une fois encore accusée de ruiner la carrière de Cynthia Irwin-Williams (Steen-McIntyre, communication personnelle avec Suzanne Clark) .

Barney Szabo a rencontré des difficultés similaires après que l'article de lui-même et Harold Malde soit publié. Même si Szabo, craignant des réactions négatives de la part des conclusions, a tenté de se distancer du projet Valsequillo, ses tentatives étaient insuffisantes pour échapper à la désapprobation de la communauté scientifique. Il a rencontré cette censure de front alors qu'il était à la recherche d'une bourse de recherche pour un autre projet.

La révision scientifique a recommandé que l'octroi soit refusé sur la base de la participation de Szabo au projet Valsequillo. Szabo avait été étiqueté comme un scientifique incompétent et manque de crédibilité (Steen -McIntyre, communication personnelle avec Suzanne Clark) .

Le processus de publication est clairement un phénomène politique très tendu. Les Éditeurs de revues scientifiques sont des personnes influentes avec une capacité d'autorité. C'est un processus très similaire à la méthode qu'un scientifique rencontre lorsqu'on cherche à obtenir des subventions de recherche. Les deux sont subordonnés à des informations d'identification de l'individu cherchant publication ou financement, ainsi que les critères auxquels adhère l'éditeur. Les processus sont également sujets à la subjectivité et la partialité.

Steen-McIntyre n'est pas la seule étudiante de l'archéologie américaine à être mal traitée sur la base de son point de vue.

E. James Dixon (1993, p 128 ) rapporte des réponses similaires à ses écrits quand il a simplement suggéré un mécanisme de migration autre que le pont terrestre de Bering :

" Au début des années 1980, j'avais publié un article populaire sur le peuplement des Amériques dans lequel j'ai simplement laissé entendre que les humains pouvaient avoir colonisé les Amériques via le Pacifique.

J'ai été fortement et rapidement critiqué par plusieurs de mes collègues. Un associé senior a suggéré que je ne poursuis pas ceci plus, de peur de perdre ma crédibilité au sein de la profession. "

Ce n'était pas seulement des collègues de Dixon qui trouvent son point de vue dangereux ; les éditeurs de journaux ont critiqué ses écrits professionnels, non pas parce qu'ils ne répondaient pas aux normes scientifiques de la revue, mais parce qu'ils sont opposés à l'opinion reçue.

Dixon avait fait une série d'études dans lesquelles lui et un collègue avait fait grandir des cristaux d'hémoglobine à partir de matériaux récupérés de pointes de lance. Ils ont fait correspondre l'hémoglobine à partir de ces pointes avec celle trouvée dans les espèces vivantes, et aussi avec des spécimens récupérés à partir des espèces disparues.

Le résultat, c'est que certaines de ces pointes pourraient être datées de bien avant la barrière Clovis et Folsom, que le sang qui était sur elles venait d'animaux qui étaient éteints avant 12.000 avant maintenant. Donc, soit les humains étaient en Amérique avant la fin du Pléistocène, soit ces animaux ont survécu plus longtemps que ce qui est actuellement supposé.

Dixon a envoyé ces résultats à la science, avec le résultat suivant (Dixon, 1993, p 111-112) :

Après que Loy [ le partenaire de Dixon dans cette recherche ] soit parti, je suis passé par la tâche laborieuse de l'édition de notre article pour répondre aux exigences de la revue, et bientôt il fut dans l'e-mail. Environ deux semaines plus tard, j'ai reçu un mot que notre manuscrit avait passé le premier niveau du dépistage par l'examen du comité de rédaction et qu'il avait été envoyé à des spécialistes dans le domaine de l'examen technique.

Après que deux mois se soient écoulés, nous n'avions reçu aucun autre mot de la revue, alors j'ai décidé d'appeler le bureau de la rédaction. La semaine suivante, j'ai reçu une lettre de l'éditeur indiquant que, bien que les examinateurs ont recommandé à l'unanimité la publication, ils n'allaient pas publier l'article.

En d'autres termes, il n'y avait aucune plainte au sujet de l'article en invoquant des raisons stylistiques ou techniques, mais uniquement sur les conclusions dont il faisait valoir.

IV . CONCLUSIONS

Ce genre de réaction aux preuves anormales est, comme le dit Meltzer, compréhensible, mais il semble aussi tout à fait contraire à l'esprit de la science.

Et pourtant, c'est une réponse commune aux anomalies. Non seulement dans l'archéologie, mais dans toutes les autres sciences aussi, les défis à la vision reçus sont traités avec une suspicion exagérée. Il est tout à fait raisonnable de traiter les anomalies avec suspicion. Après tout, si un élément de preuve vient à la lumière qui est incompatible avec une théorie bien fondée, il n'est pas toujours évident de savoir lequel des deux doit céder.

Fréquemment, les anomalies apparentes s'évaporent avec un examen plus approfondi. Il y a une certaine incitation pour les scientifiques de tenter de renverser les théories reçues, et ils peuvent surestimer ce que leur témoignage montre. Si une théorie reçue est soutenue par beaucoup de preuves, il serait irrationnel de l'abandonner à la première constatation anormale, même s'il n'y a pas d'explication alternative disponible pour l'anomalie.

Mais ce qui est arrivé aux dissidents dans l'archéologie des Amériques - en particulier ceux qui traitaient de la preuve Hueyatlaco - va au-delà de la simple suspicion. Leurs données sont traitées avec mépris, leurs résultats ( même quand ils sont modestement déclarés) sont traités comme des tricheries et ils sont parfois accusés d'incompétence ou de malhonnêteté.

Pourquoi ces réactions extrêmes ?

Dans toutes les sciences, les anomalies sont contemplées avec la même hostilité. Cela semble être une pratique courante dans la science, et pourtant cela semble un paradigme scientifique. La raison pour cela est difficile à concilier avec nos notions de la science, c'est que nous n'arrivons pas à voir la science comme une pratique qui est socialement intégrée.

La science semble être une méthode abstraite de choix d'une théorie, qui n'est pas à l'abri de l'abus. Dans le même temps, la science semble être une pratique sociale, sous réserve qu'elle est soumise à tous les abus comme toute institution humaine.

Ces affirmations ne peuvent pas être vraies, et pourtant les deux semblent plausibles. Il semble que la méthode scientifique ( dans la mesure où il y a une méthode unique ) vise précisément à extirper l'erreur et à tendre vers le plus vrai et de plus vraies images du monde. D'autre part, les scientifiques sont des gens, et la recherche scientifique est faite par des gens dans les entreprises, et il serait étonnant qu'ils n'aient pas apporté leurs préjugés dans le laboratoire avec eux.

Nous avons trois choix :

nous pouvons souscrire à la première vue et rejeter le second

nous pouvons souscrire à la seconde vue et rejeter la première

nous pouvons trouver un moyen de concilier les deux points de vue

En fait, les points de vue des deux sont bien compatibles.

Lorsque les partisans de " l'auto-correction naturelle " de la science disent : " La science est impartiale " et que les tenants de la science comme une entreprise purement idéologique disent la " Science est biaisée ", ils ne sont pas en désaccords, car ils parlent à contre-courant, ils signifient des choses différentes par le mot «science».

Le professeur a parlé d'une méthode employée dans le choix de la théorie, abstraitement conçue ; le suivant parle d'une pratique socialement instantanée qui donne le choix d'une théorie comme un composant. Par conséquent, il est possible pour la méthode abstraite caractérisée de la sélection de la théorie d'être auto-correctrice, et pourtant aussi d'être intégrée dans une pratique plus large qui dans une certaine mesure compromet, voire détruit, l'auto-correction.

Cette distinction entre la science sur la procédure de choix d'une théorie et la science comme pratique sociale est facilement confondue avec une autre distinction, liée à la distinction entre les bonnes et les mauvaises sciences.

Par exemple, de nombreux scientifiques admettent que certains scientifiques ont peut-être laissé un biais s'introduire dans leur travail, mais que quand ils le faisaient, ils faisaient de la mauvaise science. En d'autres termes, c'est de la science idéale, ou bien de la science qui se corrige. Mais les deux parties au débat peuvent convenir qu'il y a une bonne et mauvaise science.

Les croyants de la science peuvent admettre que certains scientifiques sont biaisés, mais ils veulent affirmer que ce n'est pas seulement dans l'idéal que la science se corrige elle-même, mais aussi dans la pratique réelle. Ils veulent prétendre que la science que nous avons en fait, a une tendance vers la vérité, qui ne serait pas garantie si elle était seulement une science pratiquée dans l'idéal de cette fonctionnalité. De plus, beaucoup des critiques politiques de la science veulent prétendre que même quand la science se rapproche de l'idéal d'objectivité, elle sert toujours le pouvoir politique. Ainsi, la distinction entre la science réelle et idéal n'éclaire pas le problème.

Les défenseurs de l'objectivité et " l'auto-correction naturelle " de la science pensent à la science comme une méthode, structurellement conçue pour éliminer les erreurs. En particulier, elle vise à éliminer l'erreur de rupture en raison des perspectives personnelles des scientifiques.

La méthode scientifique, tel que décrite dans les manuels de sciences innombrables, est quelque chose comme ceci :

une hypothèse est conçue, ce n'est pas important comment

les conséquences logiques de cette hypothèse sont déduites

les expériences sont conçues pour voir si ces conséquences sont vraies

sinon, l'hypothèse est prouvé fausse, et le processus revient au début, avec une hypothèse révisée ou complètement nouvelle.

Si les conséquences sont correctement déduites, et les expériences sont bien conçues et bien exécutées, alors l'hypothèse initiale est réfutée, même si c'était l'hypothèse d'un animal de compagnie d'un scientifique bien-aimé et autoritaire.

Richard Feynman (1990, p 156) décrit la méthode de cette façon :

En général, nous cherchons une nouvelle loi [ de la physique ] par le procédé suivant. Nous avons d'abord deviné (déduit). Ensuite, nous calculons les conséquences de cette déduction pour voir ce qui pourrait être implicite si cette loi que nous devinions est juste.

Ensuite, nous comparons le résultat du calcul à la nature, avec l'expérience ou l'expérimentation, afin de le comparer directement avec l'observation, pour voir si cela fonctionne. Si cela n'est pas d'accord avec l'expérience, c'est erroné. Dans cette déclaration simple est la clé de la science. Elle ne fait aucune différence sur combien votre proposition est belle.

Elle ne fait aucune différence sur comment vous êtes intelligent, qui a fait la supposition, ou quel est son nom - s'il est en désaccord avec l'expérience c'est qu'il est erroné.

C'est tout ce qu'il ya à faire. Il est vrai que l'on doit vérifier un peu pour s'assurer que c'est faux, parce que celui qui a fait l'expérience a peut-être rapporté de manière incorrecte, ou il peut y avoir eu une certaine fonction dans l'expérience qui n'a pas été remarquée, un peu de terre ou quelque chose, ou l'homme qui a calculé les conséquences, même si il peut avoir été celui qui a fait les suppositions, pourrait avoir fait une erreur dans l'analyse.

Feynman poursuit en disant que cette image est un peu simpliste, mais ses remarques supplémentaires ne servent qu'à ajouter des détails à la structure en trois parties : l'hypothèse, retenue, expérimenter.

Les résultats de l'expérience ont alors un effet sur quelles hypothèses sont proposées, le processus est donc une spirale d'auto-correction, se focalisant sur la représentation fidèle du monde. Il est facile de voir comment cette compréhension de la science conduirait à penser que cela ne pouvait pas être biaisé. Si un scientifique biaisé présente une hypothèse erronée, elle ne sera pas confirmée par l'expérience, et ainsi la partialité tient, au moins à long terme, par la structure même de la science.

Les critiques de la science que nous pratiquons aujourd'hui ne voient pas la science comme cette méthode idéalisée et très abstraite de choix de la théorie.

hueyatlaco1.jpgLa «méthode scientifique» classique est une composante de la science, mais ce n'est pas tout. Ils pensent à la science comme une pratique sociale qui commence bien avant hypothèse avec des informations de fond, la distribution de ressources et des opportunités, et qui se termine par la publication et la discussion des théories.

Quelles théories sont acceptées, publiées et discutées forment les nouvelles informations de fond sur lesquelles se posent de nouvelles hypothèses, en sorte sur cette image, aussi, des spirales de la science, mais la spirale est guidée par plus qu'une simple observation et expérimentation. C'est à cause de ces forces supplémentaires sur l'enquête scientifique que la science (au sens de « pratique ») peut être biaisée, même si la science (au sens de « méthode ») est à l'abri de biais.

La science comme une pratique sociale peut être décomposée en trois étapes : la sélection d'hypothèses, le choix de la théorie et la théorie d'absorption.

Le Choix de la théorie a fait l'objet de beaucoup de discussions dans la science, et ainsi est devenue la science elle-même pour beaucoup de gens, parce que cela se prête à un traitement abstrait. En particulier, cela se prête à une conception normative, la science de la compréhension de la sélection de la théorie nous permet de développer les logiques de la science, et d'interpréter des cas particuliers de sélection de la théorie, en termes, sur la façon dont ils atteignent bien les buts de la science, y compris une image précise du monde.

Mais évidemment, il y a plus sur la façon dont la science se fait, plus que les théories scientifiques que nous acceptons, que la logique du choix d'une seule théorie. La pratique scientifique, qui est actuellement décalée du réel, les scientifiques qui travaillent, est mieux représentée par une structure à trois étages, avec un choix de la théorie qui se déroule dans un contexte de sélection d'hypothèses et de l'absorption publique.

Au stade de la sélection d'hypothèses, la science prend son sens. Pour commencer, la science se fait en partie en fonction de ce que les scientifiques antérieurs ont déjà fait et ce que les scientifiques actuellement employés aimeraient voir se réaliser.

Les scientifiques sont en partie recrutés, promus et évalués par ailleurs sur la valeur de l'intéret des problèmes qu'ils poursuivent, alors que nous découvrons que le monde est en partie fonction de ce que les scientifiques travaillent actuellement à trouver intéressant. Les partisans de théories qui postulent une présence humaine pré-Clovis dans les Amériques (comme le montre le cas de Steen-McIntyre) ont du mal à trouver un emploi.

Les Hypothèses que personne ne respectent auront du mal à trouver du financement et du soutien ; les hypothèses qui sont très radicales seront même difficiles à formuler, à défaut d'une histoire. Alors, quelles théories que nous acceptons sont limitées par quelles hypothèses à faire tester. Au stade de la théorie d'absorption, il y a des contraintes similaires. Si aucune société scientifique ou un journal ne trouve votre travail important ou intéressant, il ne sera pas publié, et si d'autres scientifiques ne cherchent pas à reproduire les résultats, le grand public ne saura jamais rien à ce sujet.

Un grand nombre de preuves contre l'affichage standard se font éliminer à ce stade (comme le montre le cas de Dixon). La biologie évolutionniste a du attendre des décennies pour le travail révolutionnaire de Gregor Mendel, car il languissait dans un journal de second ordre que personne ne lisait.

Même si un article sur un problème considéré comme marginal par la majorité donne une publication, si la communauté scientifique ne se réuni pas sur elle, ne discute et ne s'étend pas sur elle, elle disparaît dans l'obscurité. Ainsi, alors que nous nous bornons à l'examen de la méthode scientifique, il est vrai que toute hypothèse, peu importe ce qu'elle est ou qui l'apporte de haut, est traitée équitablement, lorsque nous passons à la pratique sociale de la science, nous voyons que seules les hypothèses qui peuvent attirer suffisamment d'intérêt pour obtenir des ressources, la publication et la discussion ont vraiment avoir une chance d'être acceptées.

Ces deux façons de regarder la science nous donne un autre moyen d'attirer la distinction de Kuhn entre la science normale et la révolution scientifique, sans ses flirts avec l'anti-réalisme. Quand il y a une théorie acceptée en place (un «paradigme», si vous préférez), il y a des projets de recherche alternatifs bien structurés, le développement de différents aspects de la vision reçue. Les scientifiques qui entreprennent des projets de recherche différents se considèrent comme faisant tous un travail respectable, même si ils sont mutuellement incompatibles.

Les scientifiques qui entreprennent des projets en dehors de l'ensemble structuré de solutions de rechange (comme les planètes-plate ou les scientifiques créationnistes) sont rejetés comme des cinglés. Le travail scientifique qui est dans le giron du " travail respectable" est ensuite évalué uniquement en raison de la façon dont il répond aux canons de la science dans le sens de la " méthode ".

hueyatlaco2.jpgTout ce qui est respectable tel que déterminé par la vision reçue sera accepté comme valant la peine, et aura une chance de publication et de financement.

Le stade moyen de choix de la théorie occupe une place importante, et les forces qui agissent sur la sélection des problèmes et l'adoption de la théorie ont peu de travail à faire. À une époque où la preuve est en train de vous interpeller à remettre une vison reçue en question, la ligne de démarcation entre la science "crackpottery" (marginale) et la respectable est temporairement floue.

En conséquence, les premiers et troisième étages de l'entreprise scientifique prennent un rôle plus important. Si il n'est plus clair (sauf dans les cas extrêmes) de savoir qui les cinglés sont et qui les bons scientifiques sont, la question de savoir qui obtient d'être embauché, d'être financé, et qui est publié aura un effet proportionnellement plus élevé sur la science qui en résulte. Aussi, sans critères clairs permettant de distinguer entre les bonnes et les mauvaises sciences, les critères effectivement appliqués seront plus enclins à solliciter la subjectivité.

Les accusations sans fondement d'incompétence ou de fraude seront beaucoup plus communes et plus d'injustices seront commises. 6

Remarques

Nous obtenons cette classification de la preuve de Meltzer, 1993, p 84-94 .

Une description complète et détaillée de cette preuve et ce que cela implique se trouve dans Greenberg 1987.

L'équipe complète composée du Dr Cynthia Irwin-Williams, archéologie, chercheur principal, le professeur Juan Armenta Camacho, l'archéologie, le Dr Virginia Steen-McIntyre, téphrochronologie, le Dr Harold E. Malde, la géologie, le Dr Clayton E. Ray, paléontologie, Dr. Dwight, malacologie, RB Taylor, le Dr Gordon Goles, l'analyse par activation neutronique, M. Mario del Barrio Pichardo, la paléontologie.

Identifier la source de la pierre ponce et des cendres volcaniques s'est avérée difficile. D'autres échantillons ont ensuite été recueillis par Steen-McIntyre et Fryxell, dont certains ont ensuite été comparés à des échantillons fragmentaires provenant d'un volcan, La Malinche, à proximité du site. Aucun des échantillons s'est avéré être identique aux échantillons de La Malinche. Deux échantillons de la couche se ressemblent, mais non identiques comme prévu. Le verre et des cristaux dans les morceaux de pierre ponce produite à partir de la boue de Brown Tetela étaient très différents. Voir Steen-McIntyre, Fryxell et Malde, 1981, pp 1-17 .

Le travail en ce jour de Irwin-Williams est particulièrement déroutant, car il est à la fois trop loin pour les preuves matérielles à Valsequillo (qui pointent vers un âge d'un ordre de grandeur plus élevé) et trop tôt pour le plus grand corps de preuves indirectes (qui pointent vers une date de 10 000 années au plus tard).

Nous sommes reconnaissants à Virginia Steen-McIntyre pour un grand nombre d'informations concernant la fouille de Hueyatlaco. Merci aussi à George Agogino de la Eastern New Mexico University, de nous avoir donné accès aux documents personnels de la défunte Cynthia Irwin-Williams.

hueyatlaco-7.jpg

References

Dixon, E. James (1993) Quest for the Origins of the First Americans. Albuquerque: University of New Mexico Press.

Feynman, Richard (1990) The Character of Physical Law. Boston: MIT Press.

Greenberg, Joseph (1987) Language in the Americas. Stanford: Stanford University Press.

Haag, William G. (1973) “The Bering Land Bridge” in Early Man in America. San Francisco: W. H. Freeman and Company, pp. 11-18.

Irwin-Williams, Cynthia (1967ª) “Associations of Early Man with Horse, Camel, and Mastodon at Hueyatlaco, Valsequillo (Puebla, Mexico)” in Pleistocene Extinctions

the Search for a Cause. Edited by P. S. Martin and H. E. Wright. New Haven: Yale University Press, pp. 337-350.

(1967b) “Comments on Allegations by J. L. Lorenzo Concerning Archaeological Research at Valsequillo, Puebla” in Paleo-Indian Institute, Eastern New Mexico University Miscellaneous Publications, Number 1, Portales.

(1969) “Comments on the Associations of Archaeological Materials and Extinct Fauna in the Valsequillo Region, Puebla, Mexico” in American Antiquity 34: 82-83.

(1978) “Summary of Archaeological Evidence from the Valsequillo Region, Puebla, Mexico” in Cultural Continuity in Mesoamerica. Edited by David L. Browman. The Hague: Mouton Publishers.

Kuhn, Thomas (1970) The Structure of Scientific Revolutions. Chicago: University of Chicago Press.

Lorenzo, Jose L. (1967) “Sobre Metodo Arqueologico” in Boletin of the Instituto Nacional de Antropologia e Historia, Junio.

Malde, Harold E. and Virginia Steen-McIntyre (1981) “Reply to Comments by C. Irwin-Williams: Archaeological Site, Valsequillo, Mexico” in Quaternary Research 16:418-425.

Meltzer, David J. (1993) Search for the First Americans. Washington: Smithsonian Books.

Steen-McIntyre, Virginia (1980) “Approximate Dating of Tephra.” Presented at NATO Advanced Studies Institute on Tephrochronology, Iceland, June 1980.

Steen-McIntyre, Virginia, Roald Fryxell, and Harold E. Malde (1981) “Geologic Evidence for Age of Deposits at Hueyatlaco Archeological Site, Valsequillo, Mexico” in Quaternary Research 16:1-17.

Szabo, Barney J., Harold E. Malde, and Cynthia Irwin-Williams (1969) “Dilemma Posed by Uranium-Series Dates on Archaeologically Significant Bones from Valsequillo, Puebla, Mexico” in Earth and Planetary Science Letters 6:237-244.

Turner, Christy (1986) “The First Americans: the Dental Evidence” in National Geographic Research 2:37-46.

Source : http://www.bibliotecapleyades.net/ciencia/esp_ciencia_life18.htm

Yves Herbo Traductions-SFH-11-2013

Yves Herbo sur Google+

mystère alien archéologie prehistoire échange auteur

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau