Histoire cachée : Le Stonehenge actuel est un faux

Histoire cachée : Le Stonehenge actuel est un faux

stonehenge-mini.jpg

" Tout le monde connait le mythique site mégalithique de Stonehenge (dont le nom signifie « les pierres suspendues »), situé à quelques kilomètres au nord de Salisbury en Angleterre, mais ce que tout le monde ne sait pas, c’est que le site actuel ne ressemble pas à ce qu’il était avant 1900. Agé de plus de 4000 ans, ce site historique a été totalement restauré depuis les années 1901 à 1964, et ceci en toute discrétion, puisque ces travaux n’apparaissent nul part dans les manuels !

stonehenge-1877.jpgJuillet 1877

" Comme le dit si bien Hélios : « Tous ceux qui s’escriment aujourd’hui à vouloir décoder le rôle ésotérique de ce monument selon son apparence actuelle peuvent aller se rhabiller » Le veilleur

Comment ils ont reconstruit Stonehenge

« Pendant des dizaines d’années les guides officiels de Stonehenge regorgeaient de faits et d’illustrations fascinants et de théories entourant le monument préhistorique le plus important du monde. Ce que les belles brochures ne mentionnent pas, cependant, c’est la reconstruction systématique du cercle de pierre âgé de 4000 ans tout au long du 20ème siècle. On est resté très évasif concernant sa restauration et une majorité de gens qui prévoient de visiter le monument n’imaginent pas qu’on leur cache l’histoire réelle. »

stonehenge-1901a.jpgTravaux de 1901

" Voici l’un des sombres secrets de l’histoire que n’abordent pas les archéologues : celui de l’époque où des entreprises du bâtiment ont recréé le plus ancien monument de Grande-Bretagne d’une manière qui pour eux devait être la plus ressemblante.

De 1901 à 1964, la plus grande partie du cercle de pierres a été restaurée par une série de rénovations qui l’ont laissé, aux dires d’un archéologue, comme le produit de l’industrie du patrimoine du 20ème siècle. Mais cette information est particulièrement absente des guides et info-phones dont se servent les touristes sur le site. Suite à des nouvelles selon lesquelles le cercle de pierres proche d’Avebury a été presque totalement reconstruit dans les années 1920, la révélation concernant Stonehenge a mis les archéologues dans l’embarras.

English Heritage (organisme britannique chargé de la gestion du patrimoine, NdT), le gardien du monument, est en train de réécrire en quelques mots le guide officiel, qui ne tenait pas compte de la récente histoire du site. Dave Batchelor, archéologue de English Heritage, a dit qu’il réécrirait personnellement le guide officiel.

« L’affaire est passée à la trappe dans les années soixante » a-t-il admis. « Mais les temps ont changé et nous pensons maintenant que c’est un élément important de l’histoire de Stonehenge qui doit être révélé ».

L’archiviste de l’université de Cambridge et auteur éminent sur Stonehenge, Christopher Chippindale, a admis :

« Il n’y a pas grand-chose que nous voyons à Stonehenge qui n’ait été changé d’une manière ou d’une autre ».
Et l’étudiant en recherche historique, Brian Edwards, qui a révélé récemment que le monument avait été totalement reconstruit, a découvert des photos rares de la restauration de Stonehenge. Il a dit :

« C’est tout à fait comme si Stonehenge avait subi un nettoyage historique. Les gens ont été maintenus pendant trop longtemps ignorants des travaux de restauration du site. Je suis stupéfait du peu de gens au courant de la chose. Je trouve merveilleux que le guide s’apprête à raconter bientôt toute l’histoire ».

" Chaque année un million de visiteurs sont impressionnés quand le monument les fait remonter dans le temps à un autre âge et émerveillés par la technologie primitive et la force musculaire qui a servi à transporter les énormes monolithes et à les ériger sur la plaine de Salisbury. Ils en suffoquent quand on leur parle de ce site étrangement spirituel… Le premier ordinateur de l’humanité, ses pierres levées et ses linteaux précis, se dressant magiquement et mystérieusement avec leurs cieux au-dessus et leurs solstices solaires.

stone-henge-salisbury-1918.jpgPhoto de Stonehenge après la 1ère guerre mondiale

Mais aujourd’hui, comme pour prévenir une grande controverse archéologique – et à la suite de l’intérêt manifesté par le chercheur historique Brian Edwards et un journal local, les brochures vont être réécrites, et incluront les « années oubliées ». Les années où des équipes de terrassiers s’installaient à bord des plus immenses grues de l’empire britannique pour remettre les pierres à la verticale, redresser les trilithons (ensemble de 3 pierres, deux verticales et la 3ème horizontale au-dessus, NdT) penchés, remettre en place des linteaux tombés qui siégeaient autrefois au sommet des énormes pierres en sarsen (type de grès trouvé abondamment en Grande-Bretagne, NdT). Comme le dit M. Edward – l’enfant terrible de l’archéologie britannique, suite aux révélations que les environs d’Avebury ont été reconstruits dans les années 20 et 30 par Alexandre Keiller, roi de la marmelade (usine dont il avait hérité, NdT) :

« Ce que nous voyons est un paysage du 20ème siècle, qui est une réminiscence de ce à quoi POUVAIT ressembler Stonehenge il y a des milliers d’années. Le site a été créé par l’industrie du patrimoine et N’EST PAS une création des peuples préhistoriques. Ce que nous voyons a moins de 50 ans ».
Dans le domaine archéologique, la réécriture du guide est de la dynamite. English Heritage gère Stonehenge au nom de la nation et un membre de cet organisme a révélé :

« Des forces obscures étaient à l'oeuvre dans les années 70, quand on a pris la décision de ne pas tenir compte des informations concernant les restaurations. Cela va changer maintenant. »

Restauration et Reconstruction

stonehenge1964a.jpg

Travaux de 1964

La première restauration de Stonehenge fut lancée il y a plus de 100 ans. Et en 1901, pendant que les maçons partaient travailler, la rubrique du courrier des lecteurs du Times était pleine de lettres bucoliques de réclamations. Mais la première étape de « restauration » était néanmoins en route et le gourou de l’époque, John Ruskin, fit tomber une sentence qui devait lui survivre…

« La restauration est un mensonge », tempêta-t-il. La rénovation de Stonehenge montait malgré tout en puissance et d’autres travaux furent entrepris en 1919, 1920, 1958, 1959 et 1964. Christopher Chippindale, conservateur du musée d’archéologie et d’anthropologie de l’université de Cambridge et auteur de Stonehenge accompli, avoue :

« Presque toutes les pierres ont été déplacées d’une manière ou d’une autre et reposent sur du béton ».
Une pierre a été redressée et bétonnée en 1901, six autres en 1919 et 1920, trois de plus en 1959 et quatre en 1964. Il y a eu aussi l’excavation de la pierre Altar et le Trilithon a été ré-érigé en 1958. Le guide « Stonehenge et les monuments voisins » et l’audioguide du site omettent de mentionner toutes les reconstructions faites au 20ème siècle. Il n’y a qu’à la page 18 que figure une discrète référence… « Un certain nombre de pierres penchées et tombées ont été redressées et ré-érigées ». Mais même le guide officiel ne contient aucun indice sur une restauration à grande échelle, en estimant qu’elle ne méritait aucune insertion.

stonehenge1964b.jpgToujours en 1964

Pourquoi le tableau de John Constable de 1835 sur Stonehenge aux pages 18 et 19 semble tellement différent de la photo impeccable d’aujourd’hui à la page 29 ? LA RAISON : de nombreux travaux de restauration ont été réalisés entre les deux photos. Et pendant les longs étés chauds il serait possible – si on peut s’approcher des pierres – de voir en grattant le gazon se révéler les socles de béton sur lesquels la majorité des pierres sont aujourd’hui posées. Indice révélateur mortel, mais il est difficile aujourd’hui de le repérer car les abords de Stonehenge sont interdits.

stonehenge1954c.jpg1964

On se demande comment un événement aussi énorme que la résurrection d’un monument terrestre tel que Stonehenge soit passée inaperçue. Il est rare aujourd’hui de tomber sur une quelconque mention de la reconstruction du monument historique. Les gens aiment avoir des indications claires qui sont suivies, comme celles d’un casino en ligne où il n’y a aucune place pour des malentendus. Si la reconstruction de Stonehenge devenait claire pour le public, cela ne ferait qu’ajouter à sa valeur historique.

Les photos montrent clairement la progression de la reconstruction. Certaines ont été découvertes par M. Chippendale et ont servi pour une édition révisée de son livre. Beaucoup ont été perdues. D’autres ont été trouvées par M. Edwards qui a exhumé des guides datant de l’époque où Stonehenge n’avait pas honte de son passé et il a exposé des photos et des récits de la restauration.

stonehenge1964d.jpg

1964

« La nouvelle est sensationnelle », a dit Edwards, membre de l’université de West England. « Une fois compris la somme de travail réalisé, j’ai été étonné de découvrir que presque personne d’extérieur n’était au courant des reconstructions de ces 100 dernières années. J’ai toujours pensé que si des gens prenaient la peine de visiter Stonehenge, d’ici ou de l’étranger, alors le moins qu’ils puissent espérer est une histoire véridique ».

Source : earth-heal.com + http://actuwiki.fr/actu/38646/ – Traduction : bistrot bar blog

stonehenge-2013.jpgStonehenge 2013...

Cette évidence énorme qui est révélée par ces honnêtes chercheurs démontre juste le haut de l'iceberg de la réalité qui est continuellement modifiée par les administrations et institutions de chaque époque. Attention, je ne dis pas que les archéologues de ces époques ont pensé à mal faire (notre science, nos administrations et entrepreneurs font la même chose en ce moment !), mais il y a une évidence (qui saute pourtant aux yeux si on réfléchit à l'Histoire humaine), c'est que plus une oeuvre (d'architecture, artistique ou utilitaire) est ancienne, plus il y a de probabilités qu'elle ait été réutilisée (donc mal datée), réusinée ou réparée, reconstituée... voyez ce qu'on a tenté de reconstituer avec Stonehenge en 100 ans... et rappelez-vous que l'endroit date de 4000 à 5000 ans (mal datés probablement) et que l'humain a toujours été présent depuis... Lisez mon article sur le Sphinx de Gizeh, et même les pyramides d'Egypte, et vous comprendrez en approfondissant vos connaissances sur les 18ième siècle à maintenant, vous constaterez obligatoirement qu'une confrérie particulière est apparue au grand jour, liée à l'invention d'un nouveau système économique et bancaire faisant passer le pouvoir financier de toutes les dernières monarchies et des premières républiques aux mains de cette confrérie. Cette même très riche confrérie a pu acheter, détentrice de toutes les dettes des royaumes, un pouvoir immense sur la politique, les sciences et les religions. C'est évidemment à leur initiative (bienfaitrice pour la majorité si on ne regarde que d'un côté) et argent que les sciences progressent (mais avec de faux principes religieux souvent et de grossières erreurs dont on ne s'aperçoit que maintenant), tout comme les arts... mais aussi les renversements de pouvoirs et les guerres, les dictatures. C'est évidemment aussi, pendant le temps des colonisations européennes exacerbées par leurs désirs de ressources, le bon moment pour renforcer les croyances et les coutumes humaines en un monde très commercial, dirigé par une élite qui se limite volontairement et a construit un système éducatif qui limite volontairement le nombre d'élite (imaginez un monde où l'éducation (à cerveaux nés semblables et égaux) réussirait à 100% son oeuvre et où tout le monde serait un dirigeant potentiel... cette égalité, notre monde actuel ne la tente même pas... et pour cause : le pouvoir (le vrai) financier est aux mains d'une petite minorité, et il ne faut surtout pas que cela change...), que beaucoup de restaurations de monuments et de travaux de rénovations, de fouilles, ont été accomplis, accompagnant tout un renouveau scientifique par son empreinte manipulatrice. Depuis lors, un certain cadre "historique" a été donné aux scientifiques par cette confrérie (infiltrée partout où il faut, et énormément au 19ième siècle), intégrant les découvertes de ces fossiles "d'hommes-singes" (appelés volontairement ainsi dès le début grâce à cette influence trompeuse) et les traces des activités anciennes dans un dogme pré-établi de longue date... dont même les calibrages des appareils de datations doivent tenir compte sous peine d'être disqualifiés. La réalité doit absolument coller au dogme sinon elle ne passe même pas la porte (mais elle la casse souvent quand la vérité éclate). Si vous connaissez par exemple l'histoire de Glozel et les manipulations prouvées du vrai scientifique diplômé et reconnu (et non des découvreurs trop honnêtes) sur la réalité des découvertes, vous avez une idée de la réalité des interventions constantes de cette confrérie sur la réalité politique humaine...

Yves Herbo-SFH-09-11-2013

Yves Herbo sur Google+

environnement archéologie économie prehistoire politique NOM astronomie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau