Fresque d'un scandale scientifique, du rififi au Tassili

Fresque d'un scandale scientifique, du rififi au Tassili

tassili-n-ajjer-sahara.jpg

Dans ces colonnes(1), nous avions présenté la grande expédition archéologique qui, en novembre 2009, avait gagné le Tassili n’Ajjer.

Objectif : la datation de centaines de milliers de peintures et gravures rupestres de ce site classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. Par la suite, nous avions informé des résultats préliminaires de cette recherche à partir de leur publication dans la revue internationale Sahara (n° 21/2010). Tout semblait aller pour le mieux dans cette extraordinaire aventure qui se distinguait triplement : comme «la plus grande entreprise archéologique menée en Algérie depuis l’indépendance et sans doute avant» ; par l’utilisation de technologies ultramodernes de datation, sur le terrain et en laboratoire ; enfin par le fait que la réussite du projet permettrait à l’Algérie de devenir le premier pays du Sud à dater son art pariétal, ce que des pays avancés n’ont pu réaliser que récemment.

Mais le sérieux et l’enthousiasme qui marquaient l’envol de cette entreprise ont pris du plomb dans l’aile avec des agissements que l’on pourrait qualifier de braconnage scientifique. Un chercheur français est venu troubler ce beau et grand projet de recherche au risque d’étendre les dégâts à son cadre institutionnel et diplomatique : l’accord bilatéral signé en 2004 par les ministres des Affaires étrangères algérien et français qui envisageait même une extension de la recherche à l’Ahaggar et à l’Atlas saharien.

Au départ, l’expédition de 2009, véritable «caravane du savoir», était partie d’un bon pied : 45 hommes et femmes, dont 15 chercheurs de différentes disciplines, une équipe de guides du parc du Tassili, une vingtaine d’âniers, une cinquantaine de bêtes de somme pour acheminer, à 1000 m d’altitude, dans un relief accidenté, vivres et matériel et, surtout, 500 kilos d’équipements scientifiques et techniques. Respectant ses engagements, la partie algérienne n’a pas lésiné sur la prise en charge humaine et logistique. De même, les chercheurs n’ont pas ménagé leurs efforts. On était au comble de l’optimisme et la communauté scientifique internationale accueillait le projet avec un grand intérêt. La deuxième étape, dite de laboratoire, avait confirmé l’esprit de coopération scientifique qui avait présidé à l’élaboration du projet ainsi que la mobilisation importante de part et d’autre.

Côté algérien : le CNRPAH (Centre national de recherches en préhistoire, anthropologie et histoire), les Parcs nationaux du Tassili et de l’Ahaggar, la wilaya de Djanet... Côté français : plusieurs structures rattachées au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), dont le Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement de Paris, des instituts ou centres de physique appliquée à l’archéologie, étude des archéomatériaux, etc. «Le choix d’une coopération avec les scientifiques français s’explique par leur avancée dans les recherches sur l’art rupestre, dans leur pays mais aussi dans le monde», avions-nous relevé alors.
La publication précitée dans la revue Sahara avait confirmé la dynamique engagée, de même qu’un état d’esprit positif.

L’équipe y rendait compte de l’avancement des travaux et signalait des perspectives importantes liées à la poursuite des analyses. Tout allait pour le mieux avant que Jean Loïc Le Quellec, faisant office de responsable de l’équipe française (car jamais nommé par sa tutelle comme prévu par les accords), ne décide de faire cavalier seul en publiant deux textes sur les résultats du projet : un article dans la revue française Nouvelles de l’Archéologie (n°120-121, sept. 2010) dans un dossier sur la coopération archéologique française à l’étranger, puis un résumé de communication envoyé au 13e Congrès de l’Association archéologique panafricaine de préhistoire (nov. 2010, Université Cheikh Anta Diop, Dakar), résumé dont il niera l’existence malgré sa publication dans le programme de ce congrès sur le Net !

Pour la préhistorienne Malika Hachid, chef de projet, il ne s’agit, ni plus, ni moins, que de «publications sauvages». En effet, l’article 7.2 de la convention CNRPAH-CNRS, issue de l’accord-cadre, relatif aux publications et communications, précise clairement qu’elles doivent être validées communément. Au-delà de cette disposition, la déontologie universelle et séculaire veut qu’un chercheur engagé dans une équipe ne peut, à lui seul, confisquer un travail commun.

En réaction, le ministère algérien de la Culture décide, en mai 2011, de suspendre le projet en attendant des explications du CNRS et en exigeant une réunion extraordinaire entre celui-ci et son vis-à-vis algérien, le CNRPAH. Parallèlement, Malika Hachid adresse un mail à tous les chercheurs algériens et français, de même qu’à la direction du parc national du Tassili, pour les en informer. J. L. Le Quellec diffuse alors un mail adressé aux chercheurs du projet dans lequel il attribue la suspension à la «défaillance survenue du côté algérien : l’incapacité du pays d'assurer la sécurité des ressortissants étrangers, ce qui a conduit le ministère français des Affaires étrangères à déconseiller formellement tout déplacement dans le sud et même le nord du pays où des attentats surviennent chaque semaine». Ulcérée, Malika Hachid, qui nous a montré ce message, se souvient de l’accueil accordé à l’équipe française et des bonnes conditions de circulation, de sécurité et de travail dans lesquelles s’est déroulée la mission. On peut d’ailleurs s’interroger sur le fait que J.L.L.Q. ait attendu d’être mis en cause pour en parler !

Cela conduit le ministère algérien des Affaires étrangères à convoquer, en novembre 2011, le premier conseiller de l’ambassade de France à Alger pour lui faire part de sa protestation. La représentation diplomatique transmet cette dernière à qui de droit. Mais, côté CNRS, aucune réaction n’est signalée, pas plus qu’une tentative de contact avec la partie algérienne et, encore moins, semble-t-il, de rappel à l’ordre du trublion. Un silence radio qui, sans doute, encourage ce dernier à récidiver avec une publication dans une revue américaine, la Quaternary Geochronology (n° XXX, 2012). Poursuivant son entreprise d’accaparement de données scientifiques inédites, il s’étale à nouveau dans une émission de France-Culture, en mars 2012, annonçant la pseudo datation des peintures rupestres du Tassili-n-Ajjer, à l’insu des chercheurs algériens et français du projet comme des institutions algériennes concernées.

tassili-peinturesrupestres.jpg

Pour Malika Hachid, «il faut imaginer la même situation en sens inverse : par exemple, un projet de recherche sur la célèbre grotte Chauvet en France, sur laquelle des chercheurs algériens publieraient des éléments scientifiques inédits interprétés sans la contribution de leurs collègues français. Il faut imaginer une protestation du ministère français des Affaires étrangères signifiée au premier conseiller de l’ambassade d’Algérie à Paris et restée sans effet. Il faut imaginer que la France ait été la dernière à apprendre par une radio algérienne et un chercheur algérien que les peintures de la grotte Chauvet avaient, enfin, été datées !».

Le CNRS ne réagit pas aux demandes d’explication, attitude qui confirme un «désintérêt» manifesté depuis le début du projet. En dehors du versement de sa part budgétaire en 2009, il n’a jamais tenté d’entrer en contact avec son vis-à-vis, le CNRPAH, en dépit des relances de ce dernier par l’intermédiaire de son chef de projet, ni même montré une volonté, du moins de convenance, de suivre le projet. Même la réunion d’étape, prévue contractuellement, au bout de deux années, n’a pu se tenir. Notre source précise même que le SCAC (Service de coopération et d’action culturelle) de l’ambassade de France a dû, plusieurs fois, suppléer à l’absence du CNRS.

Sur suggestion du SCAC, Malika Hachid écrit à Patrice Bourdelais, directeur de l’Institut des Sciences humaines et Sociales (rattaché au CNRS). Celui-ci, dans une lettre datée du 8 juillet 2011, assure son interlocutrice qu’il a convoqué J.L.LQ. et que celui-ci ne fait plus partie du projet de recherche. Constatant que cette lettre ne faisait pas mention des infractions aux accords bipartites, ni aux propos tenus sur l’Algérie, Malika Hachid adresse un second courrier demeuré sans réponse. Et les récidives précitées se poursuivent.
La préhistorienne envoie un message circulaire sous le titre «Alerte à l’escroquerie scientifique». En réponse, l’intéressé crie à la calomnie et à la diffamation. Dans un message, cosigné par Norbert Mercier et Micher Grenet, autres membres de l’équipe, il affirme, à propos d’un article, qu’il «est absolument faux d'affirmer que l'un de nous l'aurait rédigé seul». Il ajoute que «conformément à son rôle dans le projet, Mme Hachid est citée en troisième auteur», sans préciser que cela s’est fait à son insu et qu’il décide ainsi de hiérarchiser les rôles.

Il conclut en affirmant qu’un mail et un courrier, avec copie de l’article, ont été adressés à la préhistorienne, sans réponse de celle-ci. Hachid affirme qu’elle n’a jamais reçu la lettre et le mail dirigé sur une ancienne boîte désactivée, ce que Mercier a reconnu. Pour autant, l’absence de réponse de Malika Hachid autorisait-il l’utilisation d’un travail commun et le nom de la chercheuse ? Sachant, de plus, que la convention était déjà suspendue ! Malika Hachid nous signale, à titre d’exemple, que Lucile Beck, chimiste, a respecté cette suspension à propos d’un article qu’elle avait pourtant achevé.

Aussi, qu’est-ce qui a bien pu entraîner un tel comportement de la part d’un chercheur comme Le Quellec, parfaitement au fait des usages scientifiques et même préfacier d’un livre intitulé Halte au pillage ?(2)  Le pousser à dénigrer et écarter la contribution d’Ali Amara et Abdelkader Heddouche, géomorphologues-préhistoriens au CNRPAH et spécialistes de la préhistoire nord-africaine depuis plus de 30 ans, quand lui-même est mythologue et donc étranger aux analyses géologiques, géomorphologiques et stratigraphiques ? A utiliser le travail de la géologue Safia Agsous, alors même qu’elle procédait aux comparaisons avec les stratigraphies de Tadrart Akakus (Libye) de chercheurs italiens dont J.J.LQ. avait contesté le souhait de l’Algérie de les inviter à collaborer au projet ?

Malika Hachid voit dans ce comportement des desseins inavoués : «L’importance des données stratigraphiques et des datations résident dans le fait qu’elles peuvent indiquer un âge relatif des peintures rupestres, un patrimoine emblématique qui a valu au Tassili-n-Ajjer d’être inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité en raison du témoignage qu’il porte sur une brillante civilisation saharienne dont on sait maintenant qu’elle fut aussi ancienne que celle du Croissant Fertile, au Proche-Orient, celle qui a introduit les innovations fondamentales du Néolithique en Europe. En les interprétant seul et sans les compétences requises, l’intéressé entendait orienter les résultats vers sa propre thèse sur leur ancienneté, soit pas plus de 6000 ans d’âge.

Pourtant, dans l’état actuel des connaissances, la communauté scientifique internationale sait pertinemment qu’il existe d’autres thèses, celles de la chronologie très longue (supérieure à 10 000 ans) et celle de la chronologie longue (égale à environ 10 000 ans). La gravité de cet acte réside donc dans le fait qu’outre le mépris des chercheurs algériens, il frôle l’idéologie puisque son but est visiblement de rajeunir les civilisations africaines». Elle ajoute : «Ce comportement déshonore la recherche française et ses institutions qui comptent, heureusement, des chercheurs honnêtes et très proches de l’Algérie. Des chercheurs français, et pas des moindres, des chercheurs maghrébins, africains et européens n’ont pas manqué de nous manifester leur profond désaccord avec de tels agissements». Dans une déclaration commune, les chercheurs algériens(3), «refusent que, sous couvert scientifique, on puisse impunément manipuler l’histoire de leur pays».   

Très récemment, Slimane Hachi a été contacté par l’Institut des Sciences humaines et Sociales, qui souhaite organiser la réunion de travail tant attendue. Selon son interlocuteur, le CNRS a pris acte des faits survenus et des instructions seraient immédiatement données à Le Quellec pour mettre fin à ses agissements. La diplomatie, la science et la raison ont-elles fini par l’emporter ? Le Tassili, empli de mystères, attendait le savoir. Il n’avait pas besoin de scandale.

-1- Lire El Watan, Arts & Lettres, du 21 nov. 2009 et du 5 fév. 2011.
-2- «Halte au Pillage» sous la direction de Grégory Compagnon. Editions Errance, 2011.
-3- Malika Hachid, préhistorienne, Chef de Projet. Ali Amara, géomorphologue-préhistorien. Abdelkader Heddouche, géomorphologue-préhistorien. Safia Agsous, géologue. Souhila Merzoug, paléontologue. 
Hocine Sahnoun, préhistorien.

Sources -  http://www.elwatan.com/hebdo/arts-et-lettres/archeologie-fresque-d-un-scandale-scientifique-du-rififi-au-tassili-14-04-2012-166724_159.php

http://www.archeolog-home.com/pages/content/fresque-d-un-scandale-scientifique-du-rififi-au-tassili.html

Relayé par SFH 09-2012

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire NOM environnement mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau