Etude sur le Roc du Lion de Sigiriya au Sri Lanka Partie 1

Etude sur le Roc du Lion de Sigiriya au Sri Lanka Partie 1

sigiriya-view.jpg

Cet essai est initié par Vladimir Kovalev et concerne l'étude de Sigiriya, ou le Rocher du Lion au Sri Lanka, à l'aide d'un reportage photo sur place, ses pensées et impressions sur sa visite. Il s'agit d'extraits et de quelques photos pour illustrer cette traduction très intéressante, l'essentiel du reportage et des photos sont à voir (en VO) sur le site de l'interessé : http://8916898.blogspot.fr/

" Chapitre 1 sur le Photo reportage détaillé sur Sigiriya, ou le Rocher du Lion, au Sri Lanka : pensées et impressions de ma visite.

Sigiriya - c'est quoi ? Un «Jardin d'Eden», une ancienne station, ou tout simplement une pyramide au sommet d'un rocher ? Il y a traitement de la pierre de granit par une machine et d'autres preuves de technologies anciennes avancées.

Dans cet essai, je décris mes impressions, basées sur des faits et des observations - y compris les observations de certaines choses qui sont inexpliquées en termes de ce que nous connaissons au 21e siècle. Comme celles-ci sont tout simplement mes impressions, je vous serais reconnaissant de vos commentaires (et, peut-être des réponses) aux questions que mes propres commentaires et observations suscitent. Ma visite à la Roche du Lion m'a permi de me rendre compte que cet endroit est plus mystérieux que ce qui est communément connu et mérite une attention plus importante que je ne le pensais. Donc, commençons !

Référence (informations de Wikipedia - http://en.wikipedia.org/wiki/Sigiriya ) : Sigiriya (le rocher du lion, Cinghalais - සීගිරිය) est un endroit avec une grosse pierre, une forteresse en roche ancienne et un palais en ruine au centre du district de Matale de Province Centrale, Sri Lanka ... [Il est] entouré par les vestiges d'un vaste réseau de jardins, de réservoirs et d'autres structures. Une destination touristique populaire, Sigiriya est aussi réputée pour ses peintures anciennes (fresques), qui rappellent les grottes d'Ajanta de l'Inde. Il est l'un des huit sites du patrimoine mondial du Sri Lanka.... Selon les chroniques de Mahavamsa, l'ensemble du complexe a été construit par le roi Kashyapa (477-495 AD), et après la mort du roi, il a été utilisé comme un monastère bouddhiste jusqu'au 14ème siècle.

sigiriya-top.jpg

Ma visite a eu lieu le 6 Décembre 2012, pendant les vacances avec ma femme, et Sigiriya est certainement l'un des points forts de notre voyage. Le complexe semble être une construction grandiose, placée sur cinq niveaux. Il n'y avait ni bâtiments, ni ruines - seulement des terrasses, des jardins et des étangs. Ces beaux jardins ! Eden ! Paradis ! Cependant, ce qui me semblait évident en ce qui concerne le complexe est qu'il n'y avait rien qui ressemblait à un palais ou à des chambres royales. Il semble également n'y avoir aucune place pour l'un des "Royal Helpers" auquel on s'attendrait comme un roi ou une reine l'exige. Il n'y a pas de maisons pour cuisiner, pas de tours de sécurité ou vigies, aucun entrepôt de nourriture et d'autres fournitures, pas de place pour un harem, aucun hangars ou étables pour les animaux, etc. En bref, il semble n'y avoir aucun vestige de tout type de structures qu'on s'attendrait à trouver, si l'on suit strictement la version officielle de ce que Sigiriya est censé avoir été.

Toutes les constructions artificielles existantes sont construites avec des briques et des pierres et sont complètes, elles ne ressemblent pas à des «fondations» ou des ruines.

Comme j'ai exploré le site, le sentiment que j'ai eu était que l'ensemble du complexe a été conçu pour le plaisir esthétique. De la simple contemplation de sa beauté à se baigner dans les nombreuses piscines, Sigiriya semble inviter à une détente sereine. La partie supérieure du complexe, construite sur le rocher de Sigiriya, apparaît comme une structure pyramidale en rampe avec un sommet plat.

Les dimensions de la plate-forme de la pyramide en haut sont d'environ 17 mètres de longueur et 11 mètres de largeur. Il y a une plaque avec la description "Palace" installée là-bas. Cela rendrait un palais avec une surface totale de 187 mètres carrés - un palais lilliputien avec aucune norme !

Du pied de la montagne au sommet de la mystèrieuse roche, ce qui suit peut être observé :

1. Niveau inférieur ou Premier : "les jardins d'eau" - Voici un complexe de jardins, terrasses et bassins avec des fontaines dans une belle cascade, et la conception du paysage qui est entouré par un large fossé en pierre avec des crocodiles (des reptiles vivent à l'intérieur aujourd'hui ). La longueur de la partie dégagée de la douve - qui est la section disponible pour les touristes - est d'environ 2,4 km. (voir photos sur le site avec l'épouse de l'auteur).

Les rampes de terrasses de briques ont une surface lisse et plane, finies, il n'y a pas le moindre signe de murs, de bâtiments, de structures qui pourraient avoir été construits au sommet d'elles. Par conséquent, ces vestiges (ruines), à mon avis, sont en effet simplement des terrasses, pas des fondations. Les marches d'escaliers sont en marbre blanc. Ils sont originaux, c'est régional, installés lors de la construction de l'objet dans l'Antiquité. J'ai fait cette conclusion sur la base que le fond (niveau 1), et le sommet de la roche (niveau 5) ont les mêmes escaliers de marbre blanc de même taille, forme et apparence.

De par ailleurs, leur aspect n'est pas beau. Leur surface est corrodée, crantée et bosselée, ils semblent très anciens. C'est assez étonnant parce que tout d'abord : il n'y a pas de gel au Sri Lanka (variation annuelle de la température + 4 degrès centigrade ... Equateur), donc, il ne peut y avoir de dommages de chocs thermiques provoqués par l'expansion de l'eau gelée, d'autre part, malgré le fait que leur âge est d'environ 1500 ans (selon la version officielle), nous pouvons comparer leur apparence avec un autre lieu bien connu de nous avec des objets du même âge, par exemple la Grèce antique, qui ont une meilleure apparence.
Impression : des escaliers et des dalles de marbre blanc beaucoup plus vieux que 1 500 ans .

Voici quelques photos panoramiques intéressantes sur les jardins d'eau :

sigiriya-jardin1.jpg

sigiriya-jardin2.jpg

sigiriya-jardin3.jpg

sigiriya-jardin4.jpg

2. Deuxième niveau : le pied bien protégé du rocher de Sigiriya, "Le Boulder Gardens" et "Les jardins en terrasses" . Commence visuellement derrière deux rochers géants qui forment un étroit passage en arche au pied du plateau de roche. La largeur du passage est si étroite que pas plus de deux personnes peuvent marcher confortablement épaule contre épaule. Il n'y a pas d'autres moyens pour atteindre le niveau supérieur. C'est un endroit idéal pour l'organisation de la défense. Une arme mise en place à l'étage - et des millions de troupes d'attaque ne pourront pas passer par cette entrée. Le niveau se termine par des escaliers raides menant à la pente de la roche.

sigiriya-2.jpg

Le niveau se compose également de plusieurs gros blocs reliés par des sentiers sinueux. Il ya quelques endroits intéressants à ce niveau. Je mets la liste ci-dessous pour le plus intéressant :

a. une Chambre de Trone ou Salle de réception (selon le guide) - en pleine zone extérieure, entièrement taillée dans le rocher énorme de granit avec tout en elle - un «trône» et d'autres choses. Imaginez un énorme rocher de granit coupé à moitié horizontalement et ensuite coupé sur les côtés, formant un carré avec des dimensions d'environ 6 mètres sur 6 en projection verticale. Après ça, les anciens maîtres ont taillé le tout, le corps non rompu de granit, tout sur ce lieu - le «trône» (un peu semblable à un canapé), un sol lisse et plat idéal devant le «trône» et une barrière semi-circulaire autour. Il semble qu'ils coupaient le granit aussi facilement que du beurre, n'ayant pas de problèmes avec son traitement. Je dirais plus, la qualité de la coupe est choquante. Ce sont des surfaces idéalement plates, même les pleines, les rayons et les angles. Il n'y a pas de défauts de division ou autre. Ma forte impression est que cela a été fait par le découpage du granit par une machine. Comprenez une chose importante - tous les mêmes «trônes» et «motifs» (il y en a aussi plusieurs d'entre eux) avaient été coupés dans l'ensemble, dans le corps intact d'énormes blocs de granit. Cela signifie que les anciens maîtres avaient une seule tentative. Si ils ont des défauts, il ne serait pas possible de les corriger. Il est plus probable que les crevasses et les dommages sur la surface "du trône" sont le résultat de vandalisme / activités de moines. Il n'y a aucun dommage sur les «trônes» et autres objets sur le sommet, que les vandales n'ont pas pu atteindre.

sigiriya-2a.jpg

sigiriya-2a-thronerock.jpg

Si vous regardez la Salle du Trône du site de l'escalier y conduisant, en bas à droite ci-dessus, nous pouvons voir un autre «lit-trône», entièrement sculpté dans la roche du sol.

Impression : cette plate-forme est trop petite pour être la salle du trône. Si j'étais le roi, j'aurai effacé le terrain de football en dessous de la salle du trône pour des milliers de mes sujets et ils seraient en mesure de se prosterner devant moi tous à la fois. Mais en réalité, il y a juste assez d'espace pour quelques dizaines de personnes maximum. Pas sérieux. Compte tenu de l'énormité du complexe dans son ensemble, trop primitif, pas sympa.

b. La piscine entièrement sculptée au sommet du rocher surplombant la salle du trône, avec des preuves de traitement à la machine, faite par l'ancienne civilisation.

Tout comme la salle du trône, en dépit des milliers d'années, la piscine est belle et luxueuse, parfaite en forme et en réalisation : (taille de pierre). Ils ont coupé une piscine dans la surface rocheuse de la partie supérieure du rocher. Remarquez qu'ils ont laissé les bords de la piscine intacts, ils ne les ont pas fait encore. Regardez l'image, à la division de l'autre paroi de la piscine, juste au-dessus de l'escalier. Cela nous montre la différence entre des principes anciens de constructions et d'autres modernes. Ainsi, la scission nous montre juste une surface inégale de rocher géant, divisant encore paroi de la piscine en deux parties : en bas - le corps du rocher, assez élevé - une bordure de granit, qui forme une barrière autour de la piscine. Les Anciens constructeurs ne se sont pas donné la peine de faire une surface de bordure de piscine plate. Ils ont juste découpé en-dessous des bordures fabriquées pour les égaliser avec la surface supérieure du rocher sur les bords de la piscine, et ainsi ajuster fermement les bordures à cette surface inégale.

Nous ne ferions jamais de cette façon de nos jours. Nous ferions des bords de piscine avec une surface plane, puis placerions les bordures plates et normalisées de mêmes tailles et formes au-dessus.
En fait, la différence entre les principes de la construction est incroyable. Je dirais que l'ancien principe de la construction peut être appelé "pas de normes". (YH : mais du solide).

Impression : ceux qui ont construit (découpé) ces objets (trônes, piscines, murs, etc) à partir d'un seul des blocs de granit, ont fait cela consciemment, pour la seule raison de construire pour des millénaires, offrir une durabilité maximale, la fiabilité et la force, contenir les difficultés avec un traitement de fabrication ferme.

Il ne peut y avoir aucun autre moyen, plus fiable (technologiquement), pour la construction et des matériaux à main plus durables qui permettraient d'assurer les conditions de fonctionnement pendant des milliers d'années, sans aucune perte de performance et sans avoir besoin de réparation. Ils ont construit, en connaissance de cause, pour assurer la durée de vie des objets pendant des milliers d'années.

Sur cette photo (voir sur le site), vous pouvez voir comment le granit autour de la piscine a été traité, ce qui suggère que c'était un traitement par une machine. Quoi qu'il en soit, les cloisons fines et longues (lignes de taille, indiquées par des flèches) pourraient ne pas exister si le granit avait été creusé à la main avec un marteau et un burin. Il serait extrêmement difficile de les faire à la main, dans le but de tromper les ancêtres sur son origine et n'aurait pas de sens. Cela ressemble au «grattage» de certains outils de découpe, qui ont coupé une couche de granit en un seul passage, de profondeur jusqu'à 10 cm. Des  "grattages" voisins ont été effectués à différentes profondeurs (la différence est en millimètres) et formé de longues (minuscules) "cloisons", ressemblant à des lignes de couloirs entre les passages de l'outil de découpe.

Quel outil a été en mesure de le faire, telle est la question. À mon avis, les traces en regard de ce traitement font comme si une lame plate (la largeur montré sur la photo) d'un outil a été submergée dans le granit et tournée sur le côté, coupant une couche lisse de granit comme un «ciseau». Quand vous regardez la photo, la direction pour faire glisser l'outil était de la droite vers la gauche. Ce traitement avait été fait après que le sommet de ce rocher ait été coupé et l'aplanissement a été formé (où la fille séjourne sur la photo). C'est tout à fait logique, car si nous avons un accord avec l'utilisation d'une machine, le haut de la roche a été coupé par le passage d'un énorme outil (une lame de scie circulaire, par exemple), en veillant à une tolérance positive pour la prochaine découpe. Après cela, avec un outil plus précis (et plus petit), l'aplatissement du granit avait été découpé avec plus de passages, pour une dépose précise des bordures (barrières). L'ajustement de surface des bordures a été réalisé «sur place», comme dans le cas de la maçonnerie polygonale, lorsque des blocs distincts n'étaient pas produits à l'avance dans des carrières séparées.

En particulier, je tiens à souligner le «naturel» de la conception de cette piscine et d'autres objets qui lui ressemblent. La manipulation soigneuse des surfaces lisses des murs, des escaliers et des bordures du bassin sont en harmonie avec la surface naturelle de la roche. "Les blocs de bordure» de la piscine ont été installés sur une surface «naturelle» inégale du rocher et ajustée à la forme de sa surface. Il semble que l'harmonie de la surface de la pierre naturelle était plus important pour les constructeurs antiques que des angles droits et des surfaces rectifiées. Ils n'ont pas vu de problème à cela ; au contraire, ils sentaient la perfesction de la beauté naturelle de la pierre, en soulignant cela par leurs objets artificiels.

En créant des chefs-d'œuvre de l'architecture de pierre, ils construisent délibérément pour un temps millénaire, et dans le même temps, ne se soucient pas de faire des tentatives de modifications complètes de tout l'entourage, comme ce serait fait par nos contemporains. En fait, cette technologie est totalement différente de notre technologie moderne.

Qu'était cet outil ? Le moderne outil analogique que nous connaissons pourrait être la technologie de découpe au plasma ou une autre, en fonction du chauffage instantané et de l'évaporation / vaporisation de la roche en fusion. Le plasma à haute température en cours d'utilisation entraîne une torche de gaz chauffé, de granit vaporisé, etc, il est donc impossible de l'utiliser sans protection.

Il s'est avéré que je ne suis pas le seul dans ces hypothèses. En naviguant sur Internet, j'ai trouvé beaucoup d'articles intéressants avec des photos de dessins et des monuments que nous avons hérité des anciennes civilisations, du territoire entre le Tigre et l'Euphrate (l'ancienne Sumer, la première écriture connue de l'humanité la civilisation, et les royaumes, par la suite apparus sur ce territoire), l'Inde (et d'autres nations de l'Asie), ainsi que l'Amérique. Je ne veux pas dire quoi que ce soit, juste regardez les photos.

vajra-ancient-insrument-cutting-stone-1.jpgvajra-ancient-insrument-cutting-stone-10.jpgvajra-ancient-insrument-cutting-stone-9.jpg

Notez s'il vous plaît que les «héros» ou «dieux» des différents continents ont souvent dans leurs mains les mêmes choses : dans l'une - un petit «sac», dans l'autre - un outil similaire à une «lentille» ou une «raclette» (le "sac à main" americain semble être fixé à la ceinture). Les «montres» sur les poignets des dieux sumériens semble particulièrement inhabituelles...

vajra-ancient-insrument-cutting-stone-2.jpg

vajra-ancient-insrument-cutting-stone-8.jpgvajra-ancient-insrument-cutting-stone-0.jpg

Hypothèse : cet «outil» aurait peut-être été connu comme le "Vajra" (décrit en sanscrit dans les épopées de l'Inde ancienne) qui pourrait être utilisé comme une arme et un outil pour la construction (traitement de la pierre, dans les traités anciens il est écrit qu'ils ont été utilisé pour «construire des montagnes»). Les "Vajras" étaient différents en tailles - manuelles et fixes, montées sur de grosses machines (par exemple, sur des «chars volants" appelés "vimana"). Ou alors, cela pourrait être nommé différemment. A en juger par les écrits, ils avaient beaucoup de différents types d'outils et d'armes.

Faits : Notez que sur les plus anciens bas-reliefs sumériens les "dieux" gardent un sac dans la main gauche et un outil dans la main droite. Je vais expliquer pourquoi il est important un peu plus tard.

c. La Chambre du Roi ou Salle de Méditation , dans lequel, selon le récit de la guide, Kashyapa a eu des amusements avec de nombreuses belles femmes dans des positions différentes.

sigirya-sri-lanka-kings-chamber-granite-cutting-1.jpg

La Chambre elle-même représente une niche dans un rocher, dans laquelle (des parties des falaises les plus basses) ont été découpé un déjà familier pour nous "sofa" et le dessin de l'enclôt autour. Le plafond (un sommet de roches en forme d'arche) est suspendu au-dessus si bas, que moi avec ma taille de 1,85 mètres, j'ai du me baisser.

Le plafond de granit est plâtré, il y a longtemps, il y avait des fresques avec des filles à moitié nues peintes sur le plâtre (au troisième niveau, sur la partie verticale du rocher de Sigiriya, à une hauteur de 50 mètres à partir de la base, mais je vous le dirai plus tard), mais de nos jours, il n'y a que des restes seulement. Les fresques ont été détruites par les moines, qui étaient gênés par la vue de femmes nues. Apparemment, ils ont également endommagé le "sofa". J'étais très confus par le fait que je ne connais pas la recette du plâtre, qui est capable de coller sur le granit fermement de un à la moitié de mille ans, à l'extérieur, dans des conditions d'insalubrité, le climat chaud et humide des tropiques.

Et il y a encore une, ou plutôt deux choses étranges - à-moitié enfouies, " sculptées dans le plancher de granit sur les deux côtés du " sofa ".

sigirya-sri-lanka-kings-chamber-granite-cutting-5-1.jpgsigirya-sri-lanka-kings-chamber-granite-cutting-4-1.jpg

Les "creusements" ont des formes irrégulières, ils sont peu profonds (environ 5 centimètres de profondeur) avec des flancs abrupts et un fond plat, une forme ressemblant à un croisement entre une empreinte de pas et un infusoire. Les "creux" de gauche et droite ont des formes légèrement différentes. Le guide a affirmé qu'ils ont été utilisés comme des vases à fleurs. Je pense que c'est absurde parce que d'une part : ils sont trop peu profonds pour un vase, d'autre part : un vase serait fabriqué avec une forme régulière - un cercle, un carré, etc pour des raisons esthétiques.

Impression : ils ont été utilisés comme supports pour insérer quelque chose (certains appareils ?) de la forme appropriée, à ce qui pourrait être possible facilement accessible depuis le canapé.

Hypothèse : J'ai ci-dessus attiré votre attention sur certains outils, que d'anciens dieux tenaient à la main. Ainsi, ces niches éventuellement pourraient être conçues pour y placer : dans le gauche - le «sac» (alimentation) ; dans le droite - l' "outil", qui pourrait être la source(ou d'émission) du plasma.

Au début j'ai attiré votre attention sur le fait que cette "chambre" est située sur le côté droit de la voie (sur la route en amont du premier niveau, au deuxième niveau protégé), un peu plus loin de l'étroit passage-arche, formé par deux gros rochers (où pas plus de deux personnes peuvent à peine marcher épaule contre épaule). "La Chambre" a été spécialement construite face à l'entrée du passage en voûte, de sorte que quelqu'un, assis sur le banc, était assis face à l'entrée du deuxième niveau.

Ainsi, en dehors de la méditation, cette salle pourrait avoir été utilisée comme un avant-poste (mise en place d'armes). Je peux placer avec autorité un tireur assis là, (armé d'une mitrailleuse par exemple !), à lui seul pouvait arrêter un certain nombre d'assaillants se déplaçant à travers le passage entre les rochers. De gauche à droite, le dos et le dessus de cette pièce sont protégés par un substratum rocheux en granit massif, de sorte que, assis là, il était invulnérable aux attaques de l'extérieur (à partir du niveau inférieur du complexe), avec une arme primitive. Au moins, il pouvait couvrir efficacement une retraite, en bloquant toute personne pendant une longue période pour laisser le reste de ses «compagnons» aller au cinquième plus haut niveau (sommet du plateau rocheux), qui était à 100% inaccessible (parce que, bien sûr, les attaquants n'avaient (en principe) aucune aviation).

Ici, bien sûr, se pose la question de l'âge réel de la roche de Sigiriya. Après tout, mes hypothèses déplacent la date de sa construction vers le 4ème millénaire avant JC ou même plus tôt. Au moins, à l'époque des "dieux" vivants sumériens... (et leurs outils).

Les faits : les scientifiques ont déterminé que la Sigiriya à l'âge de la Mahavamsa Chronicle - la "Grande Chronique", la biographie des Rois. La Chronique originale (la version originale, un ensemble de documents écrits en pali) couvre la période allant de 543 avant JC à 300 après JC. Alors que la Chronique a en outre été écrite à plusieurs reprises par des moines bouddhistes (en cinghalais). Selon certains enregistrements récents, le complexe de Sigiriya aurait été construit par le roi Kashyapa (477-495 AD).

Hypothèse : évidemment, comme tout autre Chronique, elle pourrait avoir été écrite ou réécrite plusieurs fois en faveur d'une règle particulière (roi). Il n'y a pas d'autres preuves de l'âge de Sigiriya.

A suivre pour les traductions des recherches et réflexions en cours sur l'utilisation de technologies avancées dans l'antiquité.

Yves Herbo traductions-SFH-08-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire alien échange essai auteur mystère

Commentaires (1)

DUBOS
  • 1. DUBOS | 28/08/2013

Bonjour yves... et merci pour ton superbe article concernant Sigiriya au Sri Lanka ...

Ce que j'ai découvert de fantastique aussi sur ce site, c'est les 2 énorme pied de reptile à 3 doigts devant l'entrée de cette montagne.... Est-ce les restes en ruine d'un colosse gigantesque qui existait il y a très très longtemps ... et qui à été dévaster par le déluge biblique (> ou autre cataclysme)? :

http://www.sunwayholidays.lk/wp-content/uploads/2013/01/Sigiriya-9.jpg

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau