Etude sur le Roc du Lion de Sigiriya au Sri Lanka Partie 4

Etude sur le Roc du Lion de Sigiriya au Sri Lanka Partie 4

sigiriya-view.jpg

Cet essai est initié par Vladimir Kovalev et concerne l'étude de Sigiriya, ou le Rocher du Lion au Sri Lanka, à l'aide d'un reportage photo sur place, ses pensées et impressions sur sa visite. Il s'agit d'extraits et de quelques photos pour illustrer cette traduction très intéressante, l'essentiel du reportage et des photos sont à voir (en VO) sur le site de l'interessé : http://8916898.blogspot.fr/

Partie 1 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka.html

Partie 2 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka-partie-2.html

Partie 3 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka-partie-3.html

" Chapitre 4 sur la suite du Photo reportage détaillé sur Sigiriya, ou le Rocher du Lion, au Sri Lanka : pensées et impressions de ma visite.

Nouvelles énigmes mystérieuses du Sri Lanka. Qu'est-ce qui unit l'ancienne civilisation du sous-continent indien et l'Afrique, l'Atlantide et l'Amérique du Sud ?

Mihintale, Sigiriya et Yapahuwa : triangle mystérieux des objets sacrés, dont la mémoire a traversé les millénaires. Symboles maçonniques avant l'ère bouddhique. Cosmodromes anciens.

Le chapitre 4 d'une composition photographique détaillée sur Sigiriya.

" Dans cet essai, je décris mes impressions, basées sur des faits et des observations - y compris les observations de certaines choses qui sont inexpliquées en termes de ce que nous connaissons au 21e siècle. Comme celles-ci sont tout simplement mes impressions, je vous serais reconnaissant de vos commentaires (et, peut-être des réponses) aux questions que mes propres commentaires et observations suscitent. Ma visite à la Roche du Lion m'a permi de me rendre compte que cet endroit est plus mystérieux que ce qui est communément connu et mérite une attention plus importante que je ne le pensais. Donc, voilà la suite des Parties 1, 2 et 3 :

Le "Rock du lion" de Sigiriya, placé près du "rock radar" mystérieux de Pidurangala, apparaît vraiment comme le coeur d'un vaste complexe situé au Sri Lanka, le souvenir de l'importance de ce que c'est et de tous ses objets sacrés ont atteint nos jours.

L'impossibilité de formations naturelles des roches de ce type, l'orientation similaire des éléments et du complexe dans son ensemble menant à l'emplacement possible de la légendaire Atlantide ne laissent aucun doute sur leur création artificielle et pour prouver le lien étroit entre eux, frapper l'imagination par le plus haut niveau des technologies disponibles, des civilisations antiques, des ... humains ?

Ca y est, le grand ensemble de trois plateaux rocheux, avec des signes d'origine artificielle, ou au moins de traitements, la mémoire d'une chose sacrée qui a traversé les millénaires, entourée d'un halo de légendes et de mythes, de cultes pour les gens - Mihintale, Yapahuwa et la paire Sigiriya / Pidurangala :

sigiriya-yapahuwa-mihintale.jpg

J'attire votre attention sur le fait que leur emplacement apparaît comme un quasi-triangle isocèle de forme parfaitement exacte (les points ont été pris sur les centres de symétrie de chaque objet). Et ne soyez pas confus par le fait que la face supérieure (Sud) du triangle soit un peu plus courte que la partie inférieure (Nord). Il y a une raison.
Apparemment, il était important pour ses créateurs de fournir des orientations et des angles idéalement précis, de sorte que la projection du triangle sur la surface de la Terre fasse un tel effet, parce que la surface de la Terre du pôle Nord à l'équateur se développe (YH : est ronde). Le même effet, nous pouvons le voir sur la Grande Pyramide de Gizeh (aussi connue comme la pyramide de Khufu ou la pyramide de Khéops), la longueur de la fondation sud est plus élevée que dans le Nord, en raison de l'orientation idéalement précise des côtés de la pyramide. Dans mon article précédent (notamment dans le chapitre 3), j'ai attiré votre attention sur le caractère artificiel de l'énorme sommet du rock Pidurangala, comme s'il était coupé en diagonale par un couteau géant, de sorte qu'il apparaisse comme une projection d'un triangle équilatéral. En supposant que l'objet avait un but et une fonction bien spécifique, comme le Over-The Horizon-complexe d'une antenne radar, je traçais la ligne sur son axe de symétrie, et j'ai trouvé qu'elle est allée sur le lieu de l'emplacement présumé de l'Atlantide, décrite par Platon, dans l'océan Atlantique à l'ouest des "Colonnes d'Hercule" (en face du détroit de Gibraltar).

Au cours d'une étude attentive du triangle Mihintale-Sigiriya-Yapahuwa, il s'est avéré que son axe de symétrie (la ligne, élaboré à partir de l'apex (Sigiriya) par l'intermédiaire d'une base du triangle), coïncide avec l'axe de symétrie du sommet triangulaire de la Roche de Pidurangala, ils ont le même sens et sont parallèles les uns aux autres !
Une telle coïncidence ne pouvait guère être juste le hasard et des probabilités, mais régularité et règle. Ces coïncidences sont tout simplement impossibles !

triangle-en3.jpg

triangle-en4-ed.jpg

En suivant l'axe de symétrie de cet objet passionnant, j'ai eu des résultats plus précis de sa direction :

sigiriya-axis-finish-4.jpg

sigiriya-axis-finish-6.jpg

sigiriya-pidurangala-axis-finish-3.jpg

La ligne précédente de symétrie du sommet triangulaire du Pidurangala (décrite dans le chapitre 3 de mon histoire) a été établie un peu plus haut, sur Bogota. Compte tenu des grandes distances de 17.855 kilomètres - l'erreur s'est avérée être assez faible. Cette fois, la ligne franchit l'équateur près de Quito, capitale de l'Equateur. Je crois que c'est un résultat plus précis parce que la précision de la direction est beaucoup plus élevée en raison des dimensions beaucoup plus grandes du triangle d'origine. Environ 50 km (au lieu de quelques centaines de mètres). Ainsi, alors que l'étude des objets mystérieux du Sri Lanka avec leur signification sacrée, religieuse et entourés d'un halo de mythes et légendes millénaires, j'ai découvert deux autres objets étonnamment similaires aux objets de Sigiriya, qui sont clairement des parties d'un ensemble unique ; cela soutient ma suggestion antérieure sur une partie de leur fonction technique (ou la destination industrielle).
Arrêtons-nous maintenant sur chacun des objets plus en détails et examinons comment ils pourraient être intéressant pour nous :

1. Yapahuwa - "un double" de la Roche de Sigiriya, qui ressemble à elle comme un frère jumeau.
yapahuwa.jpg

Yapahuwa (son nom original est Yapawwa) -. un rocher solitaire, comme une colonne énorme avec des parois à pic et plateformes principales se hausse à des centaines de pieds au-dessus de la plaine environnante. Yapahuwa avait l'habitude d'être la capitale du Sri Lanka dans la seconde moitié du 13ème siècle (1273 - 1284). A cette époque une forteresse a été construite autour du rocher.
Le Palais Royal a été construit sur le sommet de l'énorme rocher, à la ressemblance de Sigiriya, il a été également orné d'un arbre sacré Bodhi, également connu sous le nom de Bo (le cinghalais Bo), planté de la graine de l'arbre Bodhi sous lequel le Bouddha (Prince Siddhartha Gautama), a obtenu l'éclaircissement tout en méditant, puis a commencé à prêcher le bouddhisme.

yapahuwa-staricase-2-cdm.jpg

La relique sacrée de la dent de Bouddha (cinghalais: දන්ත ධාතුව) (danta dhātuya), qui a été ramené de Dambadeniya, a été maintenue dans un Temple de la Dent Sacrée, spécialement construit au bout du troisième escalier.

yapahuwa-ruins.jpg

La relique de la Dent Sacrée a été retirée de là et emportée par les envahisseurs venus de l'Inde du Sud, mais récupérée plus tard, en 1288, par le roi Parakramabahu III (1287-1293), qui, pour des raisons de sécurité, mis temporairement la relique de la dent sacrée de Bouddha à Polonnaruwa.
Cependant, après la prise de la forteresse par les envahisseurs indiens et la perte de la dent, Yapahuwa fut abandonnée et tomba en ruine ; finalement y vivaient seuls les moines bouddhistes et les ascètes religieux. Cependant, de tout ce qui précède, il est possible d'attribuer telle base de faits :

Yapahuwa est construit sur une falaise avec des parois abruptes et un sommet plat comme Sigiriya ; Dans les temps anciens, les gens ont donné à cet endroit une très grande valeur. Si grande qu'ils ont placés ici :
- La capitale de l'Etat
- Le principal vestige de l'État - la relique sacrée de la dent de Bouddha.

2. Mihintale - un plateau rocheux avec des signes évidents d'ajustements artificiels d'énormes blocs de granit sur le point le plus haut (photo ci-dessous) ; selon la légende, il a été utilisé comme une place d'amarrage pour des avions anciens - des vimanas de vol. Mihintale est situé près de l'ancienne ville d'Anuradhapura (patrimoine mondial de l'UNESCO).

mihintalle9.jpg

Voici l'un de ses sommets sur la photo, que l'on appelle Aradhana Gala. L'ancienne Chronique Mahavamsa, que nous connaissons déjà par la description du Sigiriya, dit que vers 247 avant JC, l' Arahant Mahinda (fils d'Ashoka - l'empereur de l'Inde), a atterri sur le dessus après un voyage en avion. le vol de l'Inde au Sri Lanka par vimana a mis moins d'une journée. Après sa descente vers la Terre à cet endroit, il a apporté le bouddhisme au Sri Lanka, pour transmettre son savoir au roi Devanampiyatissa. Depuis lors, Mihintale est considérée comme le berceau du bouddhisme au Sri Lanka et est un lieu de pèlerinage vénéré. Détail intéressant : le nom Mihintale (cinghalais: Mihin-Thale) signifie le «plateau de Mihindu". Mihindu - Prononciation Cinghalais de nom indien Mahinda.

La véracité historique relative de cette légende est confirmée par le fait qu'en plus de la Chronique Mahavamsa (écrit en Pali), il est également décrit dans l'épopée cinghalaise Sinhala Dipavamsa et l'épopée tamoul Tamil Manimehala. Avant d'obtenir le nom de Mihintale, cette montagne était aussi connue comme Sagiri, qui suggère la similitude avec le nom de Sigiriya, qui se prononce comme Sigiri.
Là encore, la curieuse coïncidence, le sentiment d'un lien entre différentes choses et les événements ...

Mais Mihintale se compose également de nombreux autres sites intéressants, y compris les ruines de l'ancien monastère et le plus ancien hôpital connu de notre histoire.

mihintalle3.jpg

mihintalle2.jpgmihintalle7.jpg

Outre mentionné comme un site d'amarrage pour les navires volants, Mihintale cache quelques secrets, donnant des surprises aux observateurs sencés : certains éléments qui ne correspondent pas à l'image globale de l'histoire traditionnelle et qui trébuchent sur la logique humaine, pour être exact : A. Le creusement de la pierre de granit, d'une longueur de 19 mètres environ, situés dans les ruines du monastère "réfectoire" :

mihintalle11.jpg

mihintalle12.jpgmihintalle13.jpg

mihintalle14.jpg

Cette auge de granit ne correspond généralement pas à l'intérieur des ruines du monastère, elle semble complètement étrangère à elles. Tout ce que nous voyons sur les photos est construite en briques ou en calcaire tendre, qui est facile à manipuler. Remarquez comment sont étonnamment différentes les surfaces des colonnes de calcaire, mangées par la rigueur des temps, par rapport à l'auge de granit ! L'auge de granit est installée sur des dalles de roche de granit identiques. Une magnifique performance, une précision dimensionnelle, des chanfreins, des rayons précis de la courbure et la qualité de la surface est frappante et, comme les trônes de granit de Sigiriya, évoquent des pensées de traitements par la machine. Notez également les trous carrés dans les dalles de granit sur le sol - «la pierre d'équilibre» avec des milliers de poids en tonnes sur le Rocher de Sigiriya, a les mêmes ! Il s'agit d'une technologie complètement différente et elle n'était pas disponible pour les constructeurs, armés de marteaux et de burins.

En outre, il y a une autre auge similaire dans l'ancienne ville d'Anuradhapura, très proche de ce site :

abhayagiri-anuradhapura-1.jpg

Gardez un œil sur le côté droit de la dépression - parfaitement plat, comme si il était tracé en ligne par un fil. En même temps, les segments de la paroi latérale gauche sont montés grossièrement et corrompus. Quelle en est la raison ?  Parce que son côté gauche a été détruit. Cette vieille photo montre que l'objet a été trouvé par des archéologues dans les conditions suivantes :

anuradhapura-abhayagiri-rice-canoe.jpg

C'est le même creux avant l'excavation. Le côté droit est en bon état. Le côté gauche est détruit. Sur cette photo (ci-dessous), vous pouvez voir que cela n'a pas été détruit par hasard, mais intentionnellement :

abhayagiri-anuradhapura-2.jpg

Ici, on voit clairement à mi-hauteur que des segments de bordures ont été sous un long effet mécanique - pour parler crûment, quelqu'un a pris du temps et faits des efforts pour son endommagement, a très longtemps heurté le mur de la cuve avec un énorme marteau et endommageant considérablement sa surface avant qu'il ne soit tombé.

Je ne donne pas le reste de certaines questions, dont les réponses ne sont pas faciles à trouver :
  • Qui et pourquoi il était nécessaire de commettre un tel acte stupide et inutile, après avoir passé une énorme quantité de temps et d'efforts pour détruire les simples auges en pierre (ce n'est pas une statue d'une divinité détesté, par exemple - alors c'est compréhensible) ? On peut supposer que briser l'auge, c'était très important pour qu'elle ne puisse pas être utilisée comme prévu, sans plus.
  • Pourquoi les gens anciens, il y a des milliers d'années, ont réussi à fabriquer et à assembler des auges de pierre parfaitement lisses, des blocs de plusieurs tonnes de formes idéales, mais l'homme moderne et civilisé, armé de techniques modernes d'ingénierie, a à peine réussi à rétablir des segments tombés de son côté gauche d'une manière tordue, après avoir échoué à les aligner comme sur la droite ?
  • Pourquoi de telles auges de pierre ont été nécessaires, quel était leur but?

Une réponse claire sur le but de ces auges n'existe pas, il n'y a pas de descriptions à leur sujet. Comme supposition, il existe une version où les auges aurait été utilisées pour recueillir des aumônes de riz, de plats cuisinés, qui ont été généralement donnés par les pèlerins (dévots). Soi-disant, les moines mangeaient le riz, écopant avec des bols de la droite de la cuvette. Ils ont appelé cela "Buth Oruva" (ou canoë riz, bateau de riz). A mon avis, cette version est quelque peu discutable. On estime que le creux s'adapte aux bols de riz 3,800. Imaginez cette énorme quantité de nourriture dans une auge, jetée là comme pour des porcs. La température moyenne annuelle au Sri Lanka est de +31 degrés Celsius, plus-moins quelques degrés - climat chaud et humide. Il y a des insectes et des bactéries. Comment laver cet énorme creux ? Irréel... en quelques heures, la nourriture dans les auges serait comme un poison et tout le monde qui en mangerait sa part serait mort d'infections intestinales.
Toutefois, dans le même temps au même endroit, il y avait un système parfait de plomberie et d'égouts, de toilettes, où les eaux usées, avant de pénétrer dans l'environnement, passaient par une usine de traitement en plusieurs étapes ! Croyez-vous que ces gens ne savaient rien au sujet des bactéries et de l'assainissement, et mangeaient dans un abreuvoir ?
Tous ces faits ont été trouvés lors des fouilles et confirmés ; par exemple, il y a les restes d'anciennes toilettes sur la photo ci-dessous, avec une cuvette de WC de l'âge de deux mille cinq cents ans (?) :
mihintale-toilet.jpg
B. La baignoire mystérieux de pierre de granit, sculptée en forme de silhouette du corps humain, située sur le territoire du premier hôpital connu de l'histoire de l'humanité :

mihintale-bath-1.jpg
La baignoire de granite repose sur un socle de granit. Sa bordure est sculptée d'une manière qui reprend la forme de la tête, se rétrécissant au niveau du cou, se développant au niveau des épaules, puis légèrement effilée à l'endroit où les mains se terminent, démontrant ainsi les proportions du corps humain. La profondeur de bain est suffisante pour couler un corps humain entièrement en lui, de sorte qu'il soit complètement recouvert de liquide. Il y a une baignoire dans l' «hôpital» d'une autre ville, un site du patrimoine mondial de l'UNESCO - Polonnaruwa (on présume qu'elle a été déplacée là de Mihintale) :

polonaruwa-medic.jpg

Selon les chroniques anciennes, la médecine dans ces hôpitaux était tellement bien développée que là, même les muscles et les os ont été traités et restaurés (les anciens traités ont sauvegardé même le nom de ces professionnels - des mandova) ! Mais le but de la baignade reste un mystère - de même que dans le cas des auges de pierre, il n'est fait aucune mention d'elles dans toutes les descriptions, seulement des hypothèses.

behet-oruva-description.jpg


Il est supposé que ces baignoires ont été remplies avec des huiles à base de plantes aromatiques et que les gens étaient plongés en elles pour un traitement de la peau ou d'autres maladies telles que l'arthrite, etc. Mais pourquoi tailler une telle forme compliquée, avec un aperçu clair de la tête ? C'est assez inconfortable ! Il n'y a pas d'autres analogues connus, hérités de civilisations anciennes. Les baignoires peuvent être de forme ovale, ronde, carrée, rectangulaire, polygonale, etc - mais personne et nulle part n'a taillé une place spéciale pour la tête avec le rétrécissement du cou. Parce qu'une personne doit respirer, sa tête doit être située au-dessus de la surface du liquide et elle doit être à l'aise...

Impression : les baignoires formées avec une découpe pour la fixation de la tête peuvent avoir un sens dans ce cas, explicable d'un point de vue logique :

  • Le corps humain doit être placé horizontalement, et être entièrement recouvert de liquide, ou flotter librement dans un fluide à très haute densité ; 
  • Une telle forme de baignoire avec la place précisément définie pour la tête est nécessaire pour empêcher la tête humaine de "glisser", et le corps doit toujours être figé dans la même position, ce qui suggère que :
  • L'homme placé dans la baignoire pendant une longue période devait être inconscient (en état de sommeil profond, par exemple), de sorte qu'il ne pouvait pas contrôler la position de son corps, si vous avez besoin de le figer.  
  • Une version de son utilisation comme un sarcophage (cercueil) n'a pas de sens, car les boîtes de formes rectangulaires normales sont mieux et beaucoup plus faciles dans le traitement, tel qu'on le voit partout dans le monde. 
  • A en juger par les signes familiers pour nous (le matériau est en granit, de très haute qualité de traitement (peut-être d'une machine), l'âge de ces baignoires peut être de plusieurs milliers d'années plus vieux que l'âge des autres objets qui ont été construits autour d'elles par la suite.
Donc, très probablement, ces baignoires ont vraiment été utilisées à des fins médicales, mais leur véritable objectif pourrait être d'une très large gamme, du traitement des maladies de la peau à l'anabiosis et la culture artificielle des organes - le Clonage

C. Il y a un autre artefact, très important de mon point de vue, similaire au symbole maçonnique. Ce qui nous oblige à regarder sous un angle différent, non seulement l'histoire de cet objet, mais aussi l'histoire de l'humanité dans son ensemble. Jetez un oeil à cette photo ; elle est tirée du site Web officiel de la Central Cultural Fund Sri Lanka (établissement public) :
ccf.jpg
Un des logos officiels de cette organisation est les mains qui entourent (comme une protection) un triangle. La signification de ce logo est la suivante : « La région formée en reliant les anciennes capitales de Anuradhapura, Polonnaruwa et Kandy avec Sigiriya au centre est appelée le Triangle culturel du Sri Lanka. Dans ce triangle, il y a des lieux de culte, des palais, des salles de formation et d'autres bâtiments ».
Maintenant, remarquez les symboles gravés sur une pierre de granit à Mihintale :

mihintale-ancient-triangle-bage.jpg
Sur cette photo, nous voyons aussi une représentation schématique des mains humaines, qui couvrent, comme pour le défendre, un triangle avec des symboles à l'intérieur. La partie supérieure du triangle est séparée visuellement dans un petit triangle. Comme une petite pyramide est le sommet de la grande pyramide ... Quand je l'ai vu la première fois, j'ai eu une association qui a immédiatement surgi à ce sujet :
mihintale-mystery-triangle.jpgccf-logo.jpgdollar-pyramid.jpg
Un Symbole maçonnique vieux de 2500 ans ? Pourquoi pas, je ne crois guère que les maçons aient dû inventer toutes leurs symboles. Ils utilisent simplement les symboles les plus importants des civilisations anciennes, recueillis tout autour de la Terre. En outre, l'image de couvrir des mains un triangle a été trouvée à Mihintale, l'un des sommets du triangle Mihintale-Sigiriya-Yapahuwa. Alors, quelle sorte de triangle devine-t-on sur cette sculpture en pierre ? Il me semble tout à fait logique de penser que si l'image sculptée du triangle a été trouvée à Mihintale, c'est que le triangle doit être directement concerné par Mihintale. Par conséquent, les plus importants sont les plus anciens objets : Sigiriya, Mihintale et Yapahuwa, qui forment ce triangle exact.
two-triangles-sri-lanka.jpg
Cette capture d'écran Google montre comment est le Sri Lanka avec ses triangles "culturels", à quoi ça ressemble à une altitude de 200 kilomètres, à partir de l'espace extra-atmosphérique. 
Y a-t-il coïncidence de nouveau ? Ces objets ont-ils été placés avec autant de désinvolture ? de la peine à le croire... Il y a trop de coïncidences. Il est plus probable que :

  • Les premiers anciens constructeurs de ces objets étaient parfaitement conscients des coordonnées géographiques ; ils avaient des cartes, connaissaient la forme de la Terre et utilisaient des dispositifs de positionnement, leur permettant de planifier la construction de tels grands objets,
  • Pour une raison quelconque, cette localisation précise de ces objets était importante pour eux, et en effet il est possible qu'ils aient été en mesure d'observer ces objets de l'espace. 

Par ailleurs, au sujet de l'espace, j'ai décidé de vérifier comment ces triangles étaient orientés par rapport à l'autre et à l'équateur, et nous en sommes là :

line-of-symmetry-1.jpg
Cette capture d'écran montre les directions (et angles) des axes de symétrie des "triangles culturels» du Sri Lanka, la direction du pôle Nord est considéré comme "0.00" degrés, les angles calculés dans le sens horaire :
  • Du haut de Sigiriya (le triangle de Sigiriya-Mihintale-Yapahuwa) l'axe de symétrie est maintenu à un angle de 290.42 degrés ;
  • Du haut de Polonnaruwa (le triangle de Polonnaruwa, Anuradhapura, Kandy) l'axe de symétrie est maintenu à un angle de 252.66 degrés ; 
  • En conséquence de cela, la ligne de symétrie de ces deux lignes, en d'autres termes, la ligne tracée avec précision entre elles est maintenue à un angle de 271,54 °. 
Ainsi, la ligne générale de la symétrie de ces triangles dévie de seulement 1,54 degrés d'écart de la ligne de l'équateur, elle est presque parallèle à l'équateur !
line-of-symmetry-2.jpg
Qu'est-ce que cela signifie ? Est-ce que cela pourrait avoir un sens ? Oui, il y en a et très important ! L'hypothèse logique serait que les "triangles culturels» du Sri Lanka en fait, ont eu pour but technique spécifique et ont été utilisés pour soutenir le travail de cosmodromes anciens (spaceports). Nous savons déjà que c'est mieux, plus correct et plus rentable de construire des cosmodromes sur l'équateur et les lancements de vaisseaux spatiaux dans le plan équatorial.

launch-rockets-from-equator.jpg
Il y a des raisons précises pour lesquelles :

  • En les lançant près de l'équateur en direction de l'Est, les vaisseaux spatiaux obtiennent le coup de pouce supplémentaire de la vitesse de la rotation de la Terre, qui les aide à atteindre l'orbite, la vitesse augmente en raison de l'ajout de la vitesse périphérique du cosmodrome. La vitesse circonférentielle du cosmodrome est la vitesse de son mouvement autour de l'axe de rotation de la Terre. Plus il est près de l'équateur, plus il y a une distance entre lui et l'axe de rotation terrestre - et plus la vitesse en périphérique est élevée. Quand une fusée est lancée depuis l'équateur (par rapport à Baïkonour, par exemple) en orbite géostationnaire, sa charge utile peut être augmentée de 25-30% avec le même taux de consommation de carburant.
  • La Terre à l'équateur, a un rayon plus grand (elle ne présente qu'approximativement la forme d'un ballon, en fait, la Terre est aplatie aux pôles), de sorte que l'accélération de la pesanteur à l'équateur est moins forte qu'ailleurs. La différence n'est pas très grande, mais par exemple, la fusée porteuse "Proton" de 700 tonnes de poids sera "allégée" de 4,3 tonnes ! Pourquoi ne pas prendre un espace supplémentaire de 4,3 tonnes de charge utile ?
  • Facteur suivant : sur l'équateur, le vaisseau spatial est plus proche de "l'espace" de 20 km, et a donc besoin de moins de carburant (énergie) pour arriver à la même hauteur et la même orbite      !
  • Par ailleurs, le lancement d'un engin spatial en orbite géostationnaire de l'équateur est plus facile parce que la vitesse angulaire de sa rotation coïncide avec la vitesse angulaire de la rotation de la Terre. Ainsi, le vaisseau spatial est "suspendu immobile" au-dessus d'un certain point de l'équateur. Et ceci est utilisé pour les communications par satellite et les télécommunications (rend la réception au sol plus facile, c'est assez pour avoir une simple "antenne parabolique", pointée sur la position orbitale du satellite, plutôt que de complexes récepteurs avec des systèmes de repérages mobiles).

Ensuite la direction du lancement du vaisseau spatial doit coïncider avec le sens de rotation de la Terre (d'Ouest en Est), il est logique de chercher des preuves d'anciens cosmodromes en Amérique du Sud, dans un secteur défini par des lignes rouges (ou avec un écart allant jusqu'à 30 ° par rapport à elles - au sein du secteur de travail de radars), à partir desquels les vaisseaux spatiaux pouvaient être lancés vers le Sri Lanka. En outre,  sur le territoire de Sri Lanka  il y a du y avoir des stations de poursuite pour contrôler les engins spatiaux.
Ce fait peut expliquer la construction des objets antiques (villes) avec des triangles réguliers ; placer là un équipement radar permet de définir l'emplacement  (positionnement) et d'autres paramètres des objets volants, y compris la vitesse angulaire et la direction du vecteur de mouvement avec une grande précision . 

Quiconque est familier avec les principes de fonctionnement des télémètres, goniométrie et de positionnement, doit me comprendre immédiatement.

Je veux juste vous dire que, pour déterminer la position exacte d'un objet dans l'espace, nous avons besoin de connaître la direction et la distance à elle, pris de trois points différents, que nous voyons dans ce cas.

line-of-symmetry-3.jpgwhere-is-ancient-cosmodrome.jpg
Par ailleurs, la ligne de symétrie vanant de Polonnaruwa passe sur le mystérieux géoglyphe ancien situé dans le désert de Nazca au sud du Pérou aux coordonnées: 14 ° 41'18 "S, 75 ° 7'22" O.
La ville antique de Machu Picchu, au Pérou (coordonnées  13 ° 9'47 .09 "S 72 ° 32'46 .16" W) avec une surprenante maçonnerie polygonale mégalithique de blocs de granit, se trouve également au sein du secteur, défini par les lignes rouges de directions des triangles du Sri Lanka. Il y a aussi beaucoup d'autres objets anciens similaires au sein du secteur  défini par les lignes rouges ; des ruines avec un inexplicable traitement high-tech de blocs mégalithiques, etc, qui nous donnent des raisons de croire que le niveau de développement de leur civilisation était beaucoup plus avancée que la nôtre : Saksaywaman , Písac , Tiwanaku et Pumapunku , Ollantaytambo , Caral ( Norte Chico ). Qu'est-ce que cela - une coïncidence, un hasard ?  Il y a quelque chose à penser...

Ainsi, je crois qu'il y a un lien très fort entre les anciennes civilizations de l'Inde subcontinentale et les anciennes civilisations d'Amérique du Sud, c'est est fort possible.

Je tiens à exprimer ma gratitude à tous les lecteurs qui ont lu mon histoire jusqu'à la fin, aussi je vous serais très reconnaissant pour les ajouts précieux et vos commentaires intéressants.

Publié par Vladimir Kovalev - à suivre

A suivre pour les traductions des recherches et réflexions en cours sur l'utilisation de technologies avancées dans l'antiquité.

Yves Herbo : je peux déjà facilement apporter des éléments, artéfacts, trouvés en Equateur et Nasca, dans ces régions précises citées au-dessus. Ce sont à l'évidence des artéfacts fabriqués en Inde ou Asie et découverts en Amérique du Sud ! Regardez juste la collection du Padre Crespi :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/beaucoup-d-artefacts-etranges-trouves-en-equateur.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/beaucoup-d-artefacts-etranges-trouves-en-equateur-part-2.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-complexe-reseau-souterrain-de-los-tayos-equateur.html

Yves Herbo traductions-SFH-09-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire alien échange essai auteur mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau