Etude sur le Roc du Lion de Sigiriya au Sri Lanka Partie 3

Etude sur le Roc du Lion de Sigiriya au Sri Lanka Partie 3

sigiriya-view.jpg

Cet essai est initié par Vladimir Kovalev et concerne l'étude de Sigiriya, ou le Rocher du Lion au Sri Lanka, à l'aide d'un reportage photo sur place, ses pensées et impressions sur sa visite. Il s'agit d'extraits et de quelques photos pour illustrer cette traduction très intéressante, l'essentiel du reportage et des photos sont à voir (en VO) sur le site de l'interessé : http://8916898.blogspot.fr/

Partie 1 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka.html

Partie 2 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka-partie-2.html

" Chapitre 3 sur le Photo reportage détaillé sur Sigiriya, ou le Rocher du Lion, au Sri Lanka : pensées et impressions de ma visite.

Qu'est Pidurangala : un monastère dans des grottes ou un ancien système de radar d'alerte précoce à côté de "la Roche du Lion", le Sigiriya ?

" Dans cet essai, je décris mes impressions, basées sur des faits et des observations - y compris les observations de certaines choses qui sont inexpliquées en termes de ce que nous connaissons au 21e siècle. Comme celles-ci sont tout simplement mes impressions, je vous serais reconnaissant de vos commentaires (et, peut-être des réponses) aux questions que mes propres commentaires et observations suscitent. Ma visite à la Roche du Lion m'a permi de me rendre compte que cet endroit est plus mystérieux que ce qui est communément connu et mérite une attention plus importante que je ne le pensais. Donc, voilà la suite des Parties 1 et 2 :

pidurangala-1.jpg

Il y a une montagne de granit "chauve" inhabituelle à exactement 1 km de distance (par les centres) du plateau rocheux de Sigiriya, avec son sommet incliné plat en forme de triangle, comme s'il avait été coupé obliquement par un couteau géant.

pidurangala-2.jpg

Il y a un monastère dans les grottes de la montagne Pidurangala, un assez grand complexe de grottes. Bien que les murs des grottes ont été reconstruits, les signes révélateurs d'une civilisation précoce sont évidents. La face de la pierre est sculptée pour former des rainures, pour empêcher l'eau de pluie de tomber directement dans les grottes. En outre, une inscription gravée dans la roche, écrite en écriture du début du Brahmi lie la grotte au Seigneur Pussa et a été datée entre le 3ème et 1er siècle avant JC. Cela prouve que les grottes de Pidurangala étaient habitées avant l'époque du Roi Kashyapa.

Voilà à quoi ressemble Pidurangala vu du haut du rocher de Sigiriya :

pidurangala-3.jpg

Nous ne pouvons pas voir de Sigiriya son comptoir en granit aplani incliné en forme de triangle, parce qu'il vise dans l'autre sens (loin de nous et à gauche), et situé sur le côté arrière de la montagne. Mais vous pouvez regarder sur Google Earth une capture d'écran (la Mountain Pidurangala à plat en pente est mis en évidence par le cercle jaune.)

rolling-stone-rock-sigiriya-2.jpg

Aussi, vous pouvez voir "la pierre d'équilibre» sur le sommet de la montagne Pidurangala. Le Guide a déclaré que la «pierre d'équilibre» est installée dans un état instable et pourrait facilement être contrainte de se balancer comme un pendule, juste avec une petite poussée. Comme précédemment, le Guide a déclaré que cette "pierre d'équilibre» était destinée à être utilisée comme une arme, pour la jeter sur la tête des assaillants, si nécessaire. Cela n'a aucun sens, parce que même avec l'hypothèse la plus rigoureuse, le poids de cette pierre est de plus de 5000 tonnes et même actuellement il est impossible de l'installer avec nos technologies modernes, sans parler des esclaves avec des cordes et des bâtons en bois qui ne se trouvaient qu'à la disposition de l'époque de Kashyapa.

pidurangala-4.jpg

Vous rappelez-vous que la " pierre sur les colonnes " est placée près des "pattes de lion" de Sigiriya ? Coïncidence très intéressante ... Il y a donc deux montagnes avec la même hauteur, avec deux «pierres d'équilibrage" de milliers de tonnes de poids sur chacune.

Hypothèse : du point de vue moderne, ces pierres n'ont de sens que comme sismomètres ( sismographes ), des capteurs de vibrations sismiques. D'une certaine manière, il était très important pour les constructeurs antiques de Sigiriya, bien sûr, qui n'y ait pas de tremblements de terre assez puissant pour être en mesure de modifier les paramètres géométriques (orientation) des montagnes . Pourquoi ? Parce que les montagnes pouvaient être utilisées éventuellement pour certaines tâches très précises...

Penchons-nous sur les paramètres géométriques de la montagne.

pidurangala-triangle-radar.jpg

Si Google Earth nous dit vrai, les paramètres de la partie supérieure de la montagne Pidurangala sont les suivant :

Le sommet du Rocher s'inscrit dans un triangle équilatéral ; élévation au point A = 252 m, au point B = 309 m, alors h = 57 m ; AB = 160 m. Du point A au point de plan de la roche B il y a une pente uniforme. Il n'y a pas de pente à partir du point B au point C - le plan est parallèle à la surface de la Terre.

J'ai calculé l'angle du plan incliné:

Cosec α = 160/57 = 2,8070175

Donc, α = 20,87 degrés (ou 0,36425 radian) ≈ 21 degrés.

schema-pente.jpg

Il y a certaines idées de nos connaissances analogues modernes qui ont traversé mon esprit. Il y a un objet moderne identique (similaire) à la forme de la partie supérieure de la montagne Pidurangala :

gru-russian-radar.jpgPhoto of Signals intelligence radar at Ovidiopol-2, Odessa region, Ukraine.
Used to be a GRU's top secret object during USSR times. Photo du radar de renseignement électromagnétique à Ovidiopol-2, dans la région d'Odessa, en Ukraine.
Connu pour être un objet top-secret du GRU pendant les temps de l'URSS.

Hypothèse : ainsi, on peut supposer que la pente du haut de ce rocher a été utilisée comme une base pour un grand réflecteur d'antenne, ce qui pourrait être :

1 Un radiotélescope conçu pour le suivi des objets spatiaux, ou, tout aussi probable :

2. une partie d'un radar complexe Over The Horizon (OTH) pour la surveillance de l'espace dans la direction de l'Egypte (Afrique du Nord) et jusqu'au deux Amériques. Ou une partie d'un système de radar d'alerte précoce permettant les défenses d'être alertées de lancements de missiles. Ou une partie d'un Système de Signaux Intelligents. Il existe son analogue actuel - une antenne pour la reconnaissance de signaux qui y ressemble - un plan incliné énorme.

3. Ou tout cela à la fois.

Afin de déterminer la direction dans laquelle cette antenne pourrait viser, je travaillais un peu avec Google Earth et j'ai trouvé ce qui suit : brièvement, l'antenne a été conçue pour contrôler l'espace aérien de la Péninsule Arabique, l'Afrique du Nord, l'Océan Atlantique et les Amériques. Partiellement ou entièrement.

Si vous tracez une ligne droite sur l'axe de symétrie de la partie plane (réflecteur d'antenne) du haut vers le bas de ses points, vous obtiendrez le résultat suivant :

line-sigiriya-bogota-0.jpg

Comme point de départ, j'ai accepté le point derrière le rocher avec les coordonnées: 7 ⁰ 57'52 .40 "N et 80 ⁰ 45'56 .01'' E  En continuant à dessiner la ligne plus loin, j'ai découvert que la ligne traverse Oman, l'Arabie Saoudite, l'Egypte.

line-sigiriya-bogota-1.jpg

La ligne traverse la rivière du Nil en Egypte, aux coordonnées: 24 14'49 .92 ⁰ "N et 32 ⁰ 52'35 .60" E. La distance de ce point aux pyramides du plateau de Gizeh est de 685 km à vol d'oiseau. La distance de ce point à Sigiriya est de 5397 km. Ainsi, l'écart de Gizeh n'est pas de plus de 7 ⁰ de la direction de notre ligne, de sorte qu'il revient définitivement dans le secteur de travail de l'antenne. Bien, il pourrait y avoir une certaine imprécision ... Mais il n'y a rien de tout à fait parfait sur Terre...) En outre, la ligne traverse l'Algérie, la Mauritanie et le trajet à travers le Sahara occidental débouche sur l'océan Atlantique.

Passé au-dessus de l'océan, la ligne repose presque sur l'articulation entre les Amériques. Dans mon cas, la ligne passe sur Trinité-et-Tobago, le Venezuela et la Colombie (juste au dessus de Bogota). J'ai arrêté la ligne aux coordonnées: 2 ⁰ 26'05 .49 "N et 78 ⁰ 08'09 .02" W.

Une observation intéressante : et si le radar avait été dirigé vers l'Atlantide («île d'Atlas»), une île légendaire d'abord mentionné dans les dialogues de Platon, Le Timée et le Critias, écrits aux environs de 360 avant JC ?

Selon Platon, l'Atlantide était une puissance navale située à l'ouest des "Colonnes d'Hercule" (en face du détroit de Gibraltar) qui a conquis de nombreuses régions d'Europe occidentale et d'Afrique 9000 années avant l'époque de Solon, soit environ 9600 avant Platon - (YH : donc il y a environ 11 960 ans avant maintenant). Après une tentative ratée d'envahir Athènes, Atlantis a coulé dans l'océan "en une seule journée et une nuit de malheur».

Niveau résultat du calcul, il s'avère que l'angle entre la direction de Sigriya à la pointe la plus méridionale de l'Amérique du Sud jusqu'au point le plus au nord en Amérique du Nord est d'environ 60 ⁰, à savoir si le secteur de travail (examen du secteur dans le plan horizontal) de l' antenne était au de moins de 60 ⁰, elle a permis de contrôler tout l'espace aérien et l'espace extra-atmosphérique sur l'ensemble du territoire dans cette direction.

Quelqu'un pourrait dire que ce ne peut pas être un radar, car les ondes radio se déplacent en ligne droite et ne peuvent pas faire le tour de la terre. Mais des radars over-the-horizon (OTH) utilisent la réflexion ionosphérique, le problème d'ombre radio pour eux n'existe pas du tout. L'OTH est capable de détecter des cibles à des distances très longues, généralement à des milliers de miles.

Par exemple, le Duga-3 russe (en russe: Дуга-3, 5Н32) OTH a pu détecter le lancement du missile de croisière subsonique "Tomahawk" du sous-marin dans l'Océan Atlantique. Cela ressemblait à un bruit répétitif tapant fort, à 10 Hz, alors que les Américains l'ont appelé Pic.

La structure de Duga-3 comprend trois stations :

Dans la zone de Tchernobyl (Ukraine, Tchernobyl 2.). La station a été construite près de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en raison de sa forte consommation en énergie. Les essais de l'Etat après modernisation en 1985-1986 ont échoué le 26 Avril 1986, en relation avec l'accident de Tchernobyl. Près de Nikolayev (Ukraine), actuellement démantelée. Dans le village Kartel Bolshaya (Territoire de Khabarovsk), à côté de la Komsomolsk-on-Amur, desarmé le 14 Novembre 1989, à cause de changements dans la situation internationale et actuellement démantelée.

Les champs de vision de 3 Duga-stations OTH :

duga.gifLes champs de vision de Duga-3 stations OTH

Par exemple, voici une photo d'un OTH radar américain semblable, à Nekoma, Dakota du Nord (même si c'était une mauvaise excuse pour le Duga-3 russe) :

safeguard-missile-site-radar.pngStanley R. Mickelsen Safegard complex Nekoma, Dakota du Nord

Quelqu'un pourrait dire aussi que cela n'a aucun sens d'utiliser un tel grand rocher comme une base de réflecteur métallique pour l'antenne. À mon avis, au contraire, tout est logique. Si j'ai un outil, (avec lequel) d'un coup je peux couper la moitié de la roche entière, je ne vais pas vous embêter avec une installation longue et pénible de nombreuses structures métalliques d'une antenne d'une hauteur de plusieurs centaines de mètres. En outre, un rocher, en tant que base pour l'installation du réflecteur métallique de l'antenne, est beaucoup plus solide qu'une structure de poutrelles métalliques. Donc, tout semble très claire et logique - la construction d'une telle base de pierre est beaucoup plus facile, plus sécuritaire et meilleure. (YH : quand on a l'outil, en effet).

Aussi, je voudrais dire quelques mots à ceux qui sont confus avec les irrégularités de surface de l'antenne. En fait, ce n'est pas grave - la surface de la pierre en elle-même n'a guère été utilisée comme un réflecteur. Donc, elle n'a pas à être parfaitement plane. Très probablement, ce fut la base sur laquelle un réflecteur métallique a été monté. En outre, il y a une autre explication sur les irrégularités d'une surface "d'antenne rocheuse". Il est clair que de tels objets en temps de guerre sont des objectifs prioritaires en premier, une frappe préventive. Tenant compte du fait que l'ancienne ville de Mohenjo-Daro (au Pakistan actuel) a été détruite en 1900 Avant notre ère par l'impact d'une arme nucléaire (ou des armes ayant des facteurs affectant similaires), nous pouvons facilement supposer que l'ancienne civilisation par laquelle nous sommes ici concernés, a été en concurrence et parfois brouillée (en guerre).

Je n'insiste pas pour que la "Rocky antenna" ait été détruite par une explosion nucléaire, non. Il n'y a pas de preuves pour cela. Mais si la guerre a éclaté, elle devait être détruite (endommagée) en premier lieu - c'est un fait. Le reste a été fait par le temps et les pluies.

En outre, je dirais que les deux capteurs sismiques ("pierre sur les colonnes" et "pierre d'équilibre» de milliers de tonnes en poids) sont les meilleures preuves de ma théorie "pierre de l'antenne". Dans cette version, elles ont un sens : afin de comprendre si la situation a changé, et donc les caractéristiques de l'antenne (orientation, l'angle, etc) à la suite de tremblements de terre, ou non. Surtout si vous visitez le site après une longue absence, par exemple - si vous trouvez qu'une pierre est tombée sur le côté, il y a 100% besoin d'une refonte majeure. Si le complexe était destiné en recours seulement, il n'y aurait aucun sens à ces capteurs et ils n'existeraient tout simplement pas.

Ainsi, j'ose suggérer que la «antenne rock" à Sigiriya a été conçue pour contrôler l'espace aérien non seulement au-dessus de la péninsule arabique et l'Afrique du Nord, mais peut-être au-dessus de l'Atlantide et des Amériques. L'objet de Sigiriya apparaît à cette lumière non seulement comme un endroit confortable pour les loisirs et le divertissement, mais aussi comme un objet stratégique d'une importance particulière pour le signal intelligent ou (et) des missiles et la défense de l'espace des anciennes civilisations.

Donc, il y a un sens à chercher des anciens sites de lancement d'engins spatiaux dans cette direction. Des Lanceurs de missiles intercontinentaux à ogives nucléaires pourraient difficilement survivre jusqu'à nos jours. Bien que s'ils les ont construits comme des silos de lancements, comme nous le faisons maintenant (pour les fusées les plus protégées), les silo de lancements silo pourraient survivre aux temps modernes, si ils avaient été sculptés dans du granit...

Détails intéressants : Le Sri Lanka est mentionné dans le Ramayana et le Mahabharata, les épopées en sanskrit de l'Inde ancienne, comme l'île royaume de Lanka, gouvernée par Ravana, le méchant principal dans le Ramayana .

Les plus anciennes parties du texte conservées sont officiellement datées de autour de 400 avant notre ère, bien que les origines de l'histoire, probablement, datent d'entre les 8ème et 9ème siècles avant JC. Le Mahabharata donne une description des continents de la Terre, des autres planètes, et se concentre sur le sous-continent indien, donne une liste détaillée de centaines de royaumes, de tribus, des provinces, des villes, des villages, les rivières, les montagnes, les forêts, etc du sous-continent indien (très ancien). Il explique également le sujet des formations militaires adoptées par chaque côté à chaque instant, la mort de chaque héros et les détails de chaque combat de guerre.

Les descriptions de certaines batailles du Mahabharata contiennent des preuves de l'utilisation possible d'armes nucléaires, avec l'ensemble de ses facteurs destructeurs.

Ils disent que pendant le premier essai d'armes atomiques (16 Juillet 1945, nom de code «Trinity»), le père de la bombe atomique Robert Oppenheimer, choqué par la puissance de mort atroce de son "enfant", était en train de réciter des versets du Mahabharata en Sanskrit :

"... Gurkha, volant dans un vimana rapide et puissant,

a jeté un seul projectile

chargé de l'énergie de l'Univers.

Une colonne incandescente de fumée et de flammes,

aussi brillante que dix mille soleils,

rose avec toute sa splendeur.

C'était une arme inconnue,

un coup de foudre de fer,

un messager gigantesque de mort,

qui a réduit en cendres

toute la race des Vrishnis et les Andhakas ... "

“…Gurkha, flying a swift and powerful vimana,
hurled a single projectile
charged with the power of the Universe.
An incandescent column of smoke and flame,
as bright as ten thousand suns,
rose with all its splendour.
It was an unknown weapon,
an iron thunderbolt,
a gigantic messenger of death,
which reduced to ashes
the entire race of the Vrishnis and the Andhakas…"

champignon-atomique2-1.jpg

Bien sûr, ces objets ne peuvent être considérés séparément des autres semblables, ils doivent être considérés uniquement dans une approche globale, comme s'ils étaient censés faire partie d'un vaste système situé sur de grandes surfaces - dans différents pays et, éventuellement, même des continents. De ce point de vue, pour tester cette théorie, il est utile de cartographier ces structures anciennes et essayer d'établir un lien entre elles.

Un peu d'histoire et des faits intéressants :

Lorsque les archéologues ont fouillé la ville de Mohenjo-Daro (traduit par «Colline de la mort», détruite il y a près de 3500 ans) au 19e siècle, ils ont trouvé beaucoup de squelettes se trouvant juste dans les rues, certains d'entre eux se tenaient la main comme s'ils étaient pris par surprise par un certain danger. Ces squelettes sont les plus radioactifs jamais trouvés, sur un pied d'égalité avec ceux trouvés à Hiroshima et Nagasaki. Des villes anciennes dont les murs de briques et de pierres sont littéralement transformés en verre et fondus ensembles, peuvent être trouvées en Inde, l'Irlande, Ecosse, France, Turquie, Russie (Carélie) et d'autres endroits. Il n'y a pas d'autre explication logique sur la fusion des pierres de forteresses et des villes, comme une explosion atomique, ou une arme très puissante avec des effets similaires à une explosion nucléaire. Pour atteindre ces résultats d'une autre manière (le feu ouvert plus conventionnel) n'aurait pas été possible pour tous. Il y a des couches entières de terre cuite et de verre vert trouvées parmi les ruines de Mohenjo-Daro, parfaitement planifiée comme avec une grille, avec une ville approvisionnée en eau et avec égouts, aussi avancée que le Pakistan et l'Inde d'aujourd'hui, une ville, qui, selon l'histoire officielle ne devrait tout simplement pas exister dans de tels temps anciens et sauvages. Apparemment, le sable et l'argile ont été fondus et fusionnés initialement sous l'influence d'une très grande température, puis ont immédiatement durci. Les mêmes couches de verre vert sont apparues dans le désert du Nevada (États-Unis) après chaque explosion nucléaire. Les analyses des échantillons ont été effectuées à l'Université de Rome et dans les laboratoires du Conseil national de la recherche italienne, et ont révélé : la fusion s'est produite à 1400 - 1500 centigrades. Cette température pendant ces périodes pouvait être (éventuellement) atteintes dans un four métallurgique, mais jamais sur une vaste zone ouverte. Si vous examinez attentivement les bâtiments détruits, vous verrez qu'il y a une région clairement indiquée de l'épicentre de l'explosion, le Ground Zero, où tous les bâtiments ont été transformés en "grain". L'impact de destruction diminue progressivement du centre vers la périphérie. La plupart des bâtiments sont intacts à la périphérie. En bref, l'image n'est pas sans rappeler les effets des bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki.

La datation de la destruction de la ville (il y a 3500 ans) est basée sur l'analyse au radiocarbone et peut produire des erreurs importantes dans des conditions de rayonnements élevés (et ils se sont précisémment produits). La méthode au radiocarbone appliquée par les scientifiques soviétiques, a démontré une date plus tôt de 2400 Avant JC - donc il y a 4400 années. D'autres chercheurs comparent Mohenjo-Daro à l'une des 7 villes " Rishi ", appartenant à l'ancien empire qui existait en Inde entre - 15.000 et - 12.000 ans.

Ainsi, à la mort de l'Atlantide par le cataclysme dans les profondeurs du dénommé pour l'honorer Océan Atlantique, et la destruction du royaume de Rama par les armes nucléaires, notre monde a roulé en bas de l '«âge de pierre» à nouveau.

Cycles sans fin de l'histoire... Combien de fois cela s'est passé avant ? Combien de fois ce sera répété encore et encore ? La mémoire humaine est courte, mais c'est du à la mémoire courte de l'humanité. L'oubli est un fléau plus terrible, défaut que l'humanité porte en elle-même...

Suite : l'histoire mystérieuse du Sri Lanka. Localisation des cosmodromes anciens et des symboles maçonniques d'avant l'ère bouddhique. Ce qui unit l'ancienne civilisation du sous-continent indien et l'Afrique, l'Atlantide et l'Amérique du Sud ?

Je tiens à exprimer ma gratitude à tous les lecteurs qui ont lu mon histoire jusqu'à la fin, aussi je vous serais très reconnaissant pour les ajouts précieux et commentaires intéressants.

Publié par Vladimir Kovalev

A suivre pour les traductions des recherches et réflexions en cours sur l'utilisation de technologies avancées dans l'antiquité.

Yves Herbo traductions-SFH-09-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire alien échange essai auteur mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau