Etude sur le Roc du Lion de Sigiriya au Sri Lanka Partie 2

Etude sur le Roc du Lion de Sigiriya au Sri Lanka Partie 2

sigiriya-view.jpg

Cet essai est initié par Vladimir Kovalev et concerne l'étude de Sigiriya, ou le Rocher du Lion au Sri Lanka, à l'aide d'un reportage photo sur place, ses pensées et impressions sur sa visite. Il s'agit d'extraits et de quelques photos pour illustrer cette traduction très intéressante, l'essentiel du reportage et des photos sont à voir (en VO) sur le site de l'interessé : http://8916898.blogspot.fr/

Partie 1 : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka.html

" Chapitre 2 sur le Photo reportage détaillé sur Sigiriya, ou le Rocher du Lion, au Sri Lanka : pensées et impressions de ma visite.

Sigiriya - c'est quoi ? Un «jardin d'Eden» ou Les Fontaines du paradis ?

Plus de mystères à Sigiriya : Le miroir mural, les fresques dans le ciel, la pierre équilibrée malgré des milliers de tonnes en poids, les pattes reptiliennes d'Ishtar la déesse, la miraculeuse piscine inhumaine et la pyramide au sommet d'un rocher avec des gardiens inattendus.

" Dans cet essai, je décris mes impressions, basées sur des faits et des observations - y compris les observations de certaines choses qui sont inexpliquées en termes de ce que nous connaissons au 21e siècle. Comme celles-ci sont tout simplement mes impressions, je vous serais reconnaissant de vos commentaires (et, peut-être des réponses) aux questions que mes propres commentaires et observations suscitent. Ma visite à la Roche du Lion m'a permi de me rendre compte que cet endroit est plus mystérieux que ce qui est communément connu et mérite une attention plus importante que je ne le pensais. Donc, voilà la suite de la Partie 1 :

3. Rocher abrupt avec un chemin le long de lui, clôturé par le mur de miroir - la partie inférieure du rocher de Sigiriya, 3ème niveau.

sigirya-sri-lanka-mur-miroir1.jpg

Des escaliers escarpés en briques et nous connaissons déjà les marches en marbre qui nous ont conduit à ce rocher escarpé de Sigiriya et l'ascension a commencé.

Observation : Le chemin est pavé par des plaques de marbre et clôturé de l'abîme par le mur de miroir, fait d' "une sorte de porcelaine", tel que décrit dans les sources officielles. Un nom tel que miroir mural a été donné au mur, car il a été poli si magnifiquement que les anciens habitants pouvaient voir leur reflet dessus, pendant la marche le long du chemin. Il y a de nombreux versets sur le mur, gravés sur lui par des gens de l'ancien temps, avec des outils tranchants et minces.

sigirya-sri-lanka-mur-miroir2.jpg

Impression : le mur de miroir, fait en "une sorte de porcelaine", dépasse toute imagination. Actuellement, je travaille dans la porcelaine pour une usine de grès et je sais très bien comment il est difficile (je veux dire impossible), de faire "quelque chose de la porcelaine" avec une taille de quelques centaines de mètres. Par exemple, nous brûlons nos dalles de grès en céramique dans le four (four à gaz) à la température de 1200 degrés centigrades, et même de petites différences dans les conditions de combustion provoquent de nombreux défauts de la surface de la porcelaine. Quel grand four c'était, pour brûler correctement un mur de porcelaine de plusieurs centaines de mètres de longueur !?

sigirya-sri-lanka-mur-miroir3.jpgsigirya-sri-lanka-mur-miroir4.jpgsigirya-sri-lanka-mur-miroir5.jpg

Le mur de miroir semble très bien, malgré des milliers d'années passées - la texture de la surface, la couleur, la régularité de la teinture semblent nouvellement faites. Nombreuses, mais à peine perceptibles, des rayures (écritures anciennes du 8ème siècle de notre ère) ne comptent pas.

La partie principale de miroir mural est parfaitement lisse, parfaitement verticale (ce qui pourrait tout simplement être vu en accrochant partout des "outils de réglage", des niveaux), mais il y a une forme ondulée dans une projection à partir du haut.

L'amplitude de l'onde (la courbure des parois ondulées) est si grande qu'un homme dissimulé ne pouvait être vu à partir de l'extrémité du «corridor», mais en même temps, le mur de miroir semble visuellement entièrement plat. Le gardien nous l'a démontré avec succès. Par ailleurs, la garde est armée, et il y a de nombreuses plaques suspendues partout avec des avertissements que les dommages aux monuments peuvent entraîner une sanction pénale jusqu'à la peine de mort.

sigirya-sri-lanka-fresques1.jpg
Pas moins choquantes et étonnantes, au niveau 3 se trouvent des fresques peintes sur la partie inférieure du « viseur » (une proéminence rocheuse), surplombant la roche à une hauteur d'environ 20 mètres au-dessus du mur de miroir. Nous sommes montés là par l'escalier métallique en colimaçon.

sigirya-sri-lanka-fresques2.jpgsigirya-sri-lanka-fresques3.jpgsigirya-sri-lanka-fresques4.jpgsigirya-sri-lanka-fresques5.jpgsigirya-sri-lanka-fresques6.jpgsigirya-sri-lanka-fresques7.jpg

Du granit plâtré avec des fresques sur lui, suspendues dans le vide sur une falaise, à une hauteur de plus de 50 mètres au-dessus du sol - pour qui, pour quoi ? Pour observer ces fresques avec un télescope de la terre ? Il n'y avait pas d'escaliers dans le temps, il n'y a pas de preuves de cela sur la pierre. Il y a longtemps, il y avait environ 500 fresques, mais seules quelques-unes ont survécu. Des couleurs incroyablement vives n'ont pas disparu depuis 1500 années, magnifiques, technique unique de peinture... Au moins, je n'ai pas vu d'analogies (quelque chose d'exactement similaire à cette technique) dans toute autre culture des civilisations de l'époque, avant ou même après. Des caractéristiques de haut niveau d'expressions faciales sont peintes, des chapeaux, des bijoux, des fleurs et des belles filles sont charmants.
Des Fresques qui s'envolent dans le ciel ... Des fresques avec des dessins d'anciennes dames sont l'un des mystères les plus énigmatiques de Sigiriya, au Sri Lanka.

Impression:  Elles nous montrent aussi une partie cachée de l'histoire humaine, une histoire alternative, où l'humanité pourrait être plus développée que dans les temps modernes. J'ai vu les filles représentant les différents groupes ethniques : lankaises, hindoues, africaines, chinoises et même une slave. Jugez-en par vous-même...

sigirya-sri-lanka-fresques8.jpg
YH : effectivement, cette fresque montre indéniablement une jeune fille blonde aux yeux bleus, improbable native du Sri-Lanka...
En laissant le mur-miroir derrière nous, nous partons le long des escaliers et atteignons le site de rassemblement, qui au premier abord, n'a rien de spécial, s'il n'y avait pas une grosse pierre, située sur le flanc extrême de la colline.

sigirya-sri-lanka-niveau3.jpg

Une pierre de granit, de forme allongée (à fond plat et convexe en demi-sphère au sommet) est d'environ quinze mètres de diamètre (en bas) et montée sur de multiples supports de pierres fines. Prenons à peu près le poids d'une pierre. Le Volume d'une balle avec un rayon de 7,5 m = 4/3 πr ^ 3 ≈ 1766 m ^ 3, puisque nous avons une demi-sphère, en le divisant par 2 = 883 m ^ 3 et en multipliant par les 2,600 kg / m ^ 3 (densité du granit), nous obtenons un poids de ce «caillou» = 2.295 (près de deux mille trois cents) tonnes !

sigirya-sri-lanka-niveau3-blocgranitequilibriste.jpg

Ainsi, nous pouvons voir sur la photo que la pierre de 2.300 tonnes de poids a été installée sur de nombreuses "colonnes" minces en pierre, avec une pente de la ligne d'horizon à un angle de 25-27 degrés et ne peut pas être d'origine naturelle.

Pour l'installation de ces pierres pour former les "colonnes" minces, les constructeurs ont dû découper des entailles profondes spéciales dans la roche du sol. Et ils avaient fait des "colonnes" et monté la pierre dessus en tenant compte de ses irrégularités de surfaces, en l'ajustant fermement sur son fond de soutien. Une fois installée sur les "colonnes", notre grosse pierre a pu y passer des milliers d'années avec succès, en dépit de l'activité sismique et des nombreux tremblements de terre qui ont eu lieu au fil des ans. Il y a aussi beaucoup ouvertures de forme carrées et de faibles profondeurs sur la surface de cette pierre et dans la roche en dessous. Il est exact de dire que les constructeurs n'ont eu aucun problème du tout avec ces sciences comme le «génie mécanique» et la «résistance des matériaux».

Le guide suggère que la pierre avait été mis là dans un but défensif. Soi-disant, quand l'ennemi attaquait, les "colonnes" devaient être retirées et la pierre glissait sur la tête des assaillants. Cela soulève immédiatement deux questions sur cette suggestion : combien de fois elle a été poussée et est tombée sur la tête des ennemis, et comment elle a été installée là ?

Impression : A l'heure actuelle une installation de cette pierre sur ce lieu particulier serait impossible, car il est impossible d'y déplacer une grue de levage qui serait capable de soulever une telle cargaison. En cas de montage (et démontage) d'une grue de levage sur place, en particulier pour l'installation de cette pierre, cette activité serait pleine d'idiotie, parce le résultat n'a pas de sens par rapport aux coûts des budgets et des ressources (nécessaires). Cela fait penser que soulever et déplacer ces cargaisons n'était pas particulièrement difficile pour les constructeurs de Sigiriya, de même que pour les constructeurs du temple de Baalbek (Liban) ou Machu Picchu (Pérou), par exemple...

Suggestion : cette "pierre sur des colonnes" pouvait être utilisée comme un détecteur sismique. Pourquoi pas ? Cela a un certain sens. Je dirai la raison de cela plus tard.

Référence (informations de Wikipedia) : actuellement, la LR13000 (sur la photo ci-dessous) est la plus grande grue de levage du monde qui est capable de se déplacer de façon autonome. Sa capacité de charge est de 3.000 tonnes. Cette machine peut soulever une charge à une hauteur de 12 mètres.

grue-lr13000-3000tonnes.jpgL'objectif principal de cette grosse machine est la construction d'usines chimiques et de pétroles. La grue soulève et installe des réacteurs chimiques et des colonnes de distillation pesant jusqu'à 1.500 tonnes. Ces grues sont également utilisées dans la construction d'installations nucléaires, où des grands blocs doivent être soulevés et installés.

sigirya-sri-lanka-niveau3-blocsgranit.jpgDes pierres de granit énormes installées dans la pente (mises en évidence par des flèches rouges) ne peuvent pas être d'origine naturelle en raison de leur forme et de leurs dimensions. Leurs parties supérieures avant sont coupées avec les mêmes angles. Sans ambiguïté, ils faisaient partie d'une paroi plus ancienne.

4. Le "Lion Gate" ou "Lion escalier" et la montée de la moitié du Roc vers le haut de la falaise Sigiriya - le quatrième niveau.

Après la «pierre sur les colonnes", l'escalier dont la décoration a donné son nom à la falaise Sigiriya (Singh, signifie Lion), nous mène sur une large plate-forme,  Une échelle en métal, qui commence entre les énormes pattes de granit taillé, mène en haut de la falaise. Ils disent que le "Lion" avait auparavant une tête et que le chemin alors passait à travers ses mâchoires. Mais alors la prétendue tête est "tombée" et personne ne sait où elle est maintenant. L'escalier en acier moderne a probablement été construit au même endroit où l'ancien devait être utilisé. Il y a des preuves de ce qui peut être vu sur la surface de la falaise comme des découpes de profonds sillons, des ouvertures et d'autres traces de traitement de la roche.

vers-niveau4.jpg

sigirya-sri-lanka-niveau3-patteslion-escalier1.jpgsigirya-sri-lanka-niveau3-patteslion-escalier2.jpg

Impression : Ces pattes ne ressemblent pas tout à fait comme celles d'un lion, elles n'ont rien de félin du tout. Il y a trois doigts avec des griffes énormes, le quatrième doigt est rudimentaire. L'élévation des pieds est très élevée, pas typique des races de chats. Plus comme des pattes de reptiles. En parcourant les forums Internet dédiés aux recherches sur Sigiriya, j'ai trouvé des estimations soutenant qu'elles étaient trop semblables à la patte d'un dinosaure. Par exemple, des pattes de Troodon, mais vous pouvez argumenter sur cela éternellement...

Comme alternative, ces pieds pourraient appartenir à Ishtar ou Inanna , la déesse des anciens Sumériens.

inanna-ishtar-queen-of-night.jpg

Encore une fois, où est la tête ? Est-elle tombée ou s'est effondrée ? Si c'est le cas, il y aurait eu des éclats, des bosses et des ruines. Mais rien n'est là. Où a-telle été perdue ? Peut-être que toute la tête avait roulé vers le bas, dans le précipice à l'opposé des pattes ? J'y suis allé, sortant d'une falaise vers le bas dans la jungle. J'ai vu le bord d'une énorme pierre qui dépasse des arbres, mais rien n'était clair et cela ne ressemblait à rien par terre. En outre, si la tête de milliers de tonnes en poids était tombée et avait roulé vers le bas, elle aurait tout emporté sur son chemin et aurait résisté à sa manière, toutes ces briques et la terrasse, le terrain et d'abord sur lui, laissant une marque très visible. 
Nous arrivons ici avec l'idée que si la " tête de lion " a été faite de la même pierre de granit que les pattes, les terrasses en briques en face des pieds ont été construites beaucoup plus tard que quand la tête est tombée, ainsi que d'autres constructions en briques là-bas. Il y a un autre sens probable : il y a 1.500 années le Roi Kashyapa a simplement ordonné de construire des choses en briques autour de quelque chose qui existait bien avant cela et avait été abandonné depuis longtemps.
5. Pyramide en rampe au-dessus du rocher de Sigiriya, des jardins, des piscines et des démons-gardiens sur le cinquième niveau, le niveau supérieur.
Quand nous sommes arrivés au sommet du rocher de Sigiriya, mon opinion qu'il n'y avait jamais eu de palais est revenue encore plus forte. Il y a juste une structure pyramidale en rampe avec beaucoup de terrasses et d'escaliers. Il y a aussi une splendide, magnifique piscine et plusieurs bassins plus petits. Comme je l'ai déjà dit, la taille de la plate-forme de la pyramide supérieure est de 17 par 11 mètres (zone de 187 mètres carrés). Il y a un chemin autour du périmètre du site, pavé de dalles antiques de marbre blanc, et une seule pierre de marbre dépasse du sol, comme un site d'amarrage. Deux escaliers mène au sommet plat, placés sur les côtés opposés à l'escalier principal (l'entrée vers le sommet à partir du niveau inférieur du Rocher) et la cascade inférieure de jardins du premier niveau (pour empêcher quiconque de regarder avec des jumelles les Dieux qui descendent du ciel sur la terre, probablement !).

Nous avons été très surpris par des chiens, dormant sur le sommet. Il y en avait deux d'entre eux, comme le yin et le yang. Ils étaient là, mais il n'était pas clair pourquoi, pour quoi faire. Ils n'étaient pas à mendier de la nourriture, n'harcelaient personne, et ne réagissaient pas aux gens. En termes de logique, la logique même d'un chien, il n'y avait absolument rien à faire pour eux, il n'y avait rien à attraper et à chasser. Toute la nourriture était en bas, dans un café à l'entrée de complexe Sigiriya. Mais pour une raison inconnue, ils ont délibérément grimpé au sommet de la pyramide en rampe de Sigiriya pour y dormir ou étaient tranquillement à flâner le long. De temps en temps là, ils semblaient soulager leur garde - plus tard, nous avons rencontré un chien dans l'escalier qui monte vers le haut, avec un regard comme si il savait exactement où aller et pourquoi, et l'autre est descendu. Probablement, il s'agit d'une sorte de service, car ils gardaient quelque chose là-bas...

sigirya-sri-lanka-niveau5.jpg

Il n'y a pas de preuves de palais, juste quelques escaliers, des terrasses, rampes de corniches en briques. La largeur des marches de marbre - comme la moitié de la longueur de mon pied (j'ai une 45 bonne taille (États-Unis -. 11.5.). Il n'y a pas de place pour une habitation ou des installations de stockage, mais j'ai trouvé là une sorte de «trône» sculpté sur de la roche de granit.

sigirya-sri-lanka-niveau5a.jpg

sigirya-sri-lanka-niveau5b.jpg

Impression : ce n'est pas un trône, c'est un banc de jardin pour s'asseoir sur lui, admirant le paysage. Pourquoi ? Il n'y a pas de lieu (place) devant le «trône», où quelqu'un pouvait s'agenouiller ou recevoir de précieux conseils. Il y a seulement un précipice, plusieurs corniches et escaliers en marbre dans un mètre de large, juste pour marcher seul.

Je me battais avec le désir d'utiliser ce «trône» comme d'un canapé-lit. La même conception, et même un traitement idéal de haute qualité de la roche granitique. Des rayures horizontales sur le dossier du trône peuvent être considérées comme des signes de passages de l'outil de coupe. Ou peut-être que c'est juste la structure d'une pierre...

sigirya-sri-lanka-niveau5-panormamavuduhaut.jpg

sigirya-sri-lanka-niveau5-panorama-pyramide.jpg

sigirya-sri-lanka-niveau5-panorama-pyramide2.jpg

sigirya-sri-lanka-niveau5-panorama-pyramide3.jpgsigirya-sri-lanka-niveau5-panorama-piscine.jpgsigirya-sri-lanka-niveau5-panorama-piscine2.jpg

Je tiens à souligner séparément l'unique, grande piscine, entièrement sculptée dans la roche de granit. Avec deux côtés qui descendent les pentes de la falaise, la piscine est entourée par un mur de briques de plus de deux mètres de hauteur.

Et maintenant, je propose à votre attention un peu d'arithmétique, pour imaginer l'énorme travail et main d'œuvre nécessaire à la construction de la piscine. 
La piscine a les dimensions suivantes : longueur - 27,7 m, largeur - 20,72 m, la hauteur de la roche de granite hors de l'eau dans le coin qui est plus proche du haut de la pyramide n'est pas inférieure à 3 m, à partir de la diagonale opposée - 0 m, de sorte que les calculs donnent en moyenne 1,5 m. 
La profondeur de la piscine est d'environ 2 m, je ne pouvais pas mesurer plus précisément, par conséquent, acceptons cette valeur. 
Ainsi, le volume de granit, enlevé pendant la sculpture de la piscine = 27,7 x 20,72 x 3,5 = 2,009 m ^ 3. 
La densité de granit est de 2,600 kg / m ^ 3. 
Ainsi, le poids total de granit, enlevé pendant la construction de la piscine = 2009 x 2600 = 5,223.4 tonnes !

Une observation intéressante # 1 : le processus de fabrication des grandes formations de granit implique des suppressions : d'une part - percer des trous profonds le long de la ligne estimée du fractionnement du granit et ensuite (ancienne version) - le marteler là-dedans avec des cales en bois, qui enflent lorsqu'on les arrose d'eau sur eux et donc rompent la couche de granit, ou (selon la méthode moderne) placer un explosif dans une cavité forée et briser la couche de pierre grâce à la détonation. Dans les deux méthodes, des traces caractéristiques restent à la surface du granit découpé, que, dans ce cas, je n'ai pas remarqué du tout. La version avec scie circulaire n'est pas adaptée, car la surface de la roche granitique ressemble a du "naturel modéré». En outre, le système de drainage fonctionne toujours. Il a plu ce jour-là, la piscine était pleine d'eau, mais pas remplie.

sigirya-sri-lanka-niveau5-panorama-piscine3.jpg

Une observation intéressante # 2 : Faites attention aux endroits indiqués par des flèches.

Il y a un escalier à l'autre bout de la piscine (vers le centre de la pyramide) taillé dans la roche granitique et menant de l'eau à la sculpture dans la roche de la petite plate-forme à partir de laquelle il n'y a pas de sortie. Un second escalier mène à droite (le long du petit côté de la piscine) sur la même plate-forme sans issue située exactement au même niveau. Si vous regardez attentivement, vous pouvez voir que l'étage de ces plates-formes est situé exactement au même niveau que le bord supérieur de la clôture entourant la piscine.

C'est la seule explication logique - ces escaliers avec l'espace-clos de plates-formes étaient destinés uniquement à la chose suivante : tout en nageant dans la piscine, vous pouviez rapidement monter au niveau au-dessus de la barrière et voir - ce qui se passait à l'extérieur là-bas ou s'il arrivait quelque chose de très important, assez intéressant pour courir à travers l'eau au risque de se faire mordre les fesses ? Je ne vois pas d'autre explication. Mais où pouvez-vous regarder dans cette direction ? En bas ? Il n'y a rien d'intéressant, juste la jungle, la même que dans toutes les directions...

Ce qui est très intéressant, c'est que la zone couverte par ces plates-formes vous permet de voir le ciel au-dessus de l'horizon l'Est, sur la ville antique de Polonnaruwa (28 km à vol de mouche, peut être intéressante pour nous à cause de temple antique avec de la maçonnerie polygonale de blocs mégalithiques utilisant le principe de traitement de tous les mégalithes, à savoir la découpe du granit sur la place comme un couteau dans du beurre) vers le sud, en direction du pic d'Adam (Sri Pada montagne, à 130 km à vol d'oiseau).

En parlant de Pic d'Adam, il y a un sentiment de relation forte et stable de ce lieu sacré avec le Sigiriya, au coeur du Sri Lanka. Le chemin incroyable de cet endroit mystérieux est devenu l'objet d'un culte de tous, représenté ici par quatre religions : l'hindouisme, le bouddhisme, l'islam et le christianisme. Avec un peu d'exagération, il peut être appelé l'un des sites les plus vénérés dans le monde. Le rocher proéminent au sommet de cette montagne en a gardé l'empreinte sacrée. Les Hindouistes croient que l'empreinte a été faite par la danse suprême du Dieu Shiva lors de la création du monde et l'a appelé la montagne Shrivan adipate (la danse cosmique de Shiva - Adam pour les Chrétiens).

Les Bouddhistes croient que l'empreinte appartient à Gautama Bouddha, et les hindous n'ont presque rien à dire contre cela, parce qu'ils croient en Bouddha comme une incarnation (avatar) du dieu Vishnu. Dans l'Islam, il est considéré que Adam a mis le pied sur la terre exactement à cet endroit après son expulsion du jardin d'Eden. Par ailleurs, les musulmans vénèrent beaucoup Adam, étant donné qu'il est le représentant de Dieu sur terre, le premier de son prophète et le créateur de la pierre sacrée de la Kaaba à La Mecque.

Un détail intéressant : des milliers et des milliers de papillons se réunissent sur cette montagne chaque année, dans les dernières heures de leur vie, pour mourir sur les pentes du Pic d'Adam. Ils disent que c'est un très beau spectacle. Pour cette raison, le nom cinghalais de la montagne est Samanalakanda, qui se réfère aux papillons (samanalayā).

Egalement, Sigiriya est utilisé comme lieu de nombreux événements dans le roman de science-fiction The Fountains of Paradise par Arthur C. Clarke, bien que Clarke ait changé le nom en Yakkagala ("Demon Rock") dans le livre.

Pour résumer, je reconnaissais qu'après une visite à Sigiriya, a grandi dans mon cœur des sentiments forts que ses jardins magiques, avec une probabilité égale, pourraient être les jardins du paradis d'Eden, où Adam fut banni dans l'Antiquité ou une zone de loisirs antiques, un Resort of the Gods, inaccessible et sûr, où les dieux vivants descendaient du ciel, stationnaient leurs chars volants " vimana "sur la plate-forme en haut de la pyramide. Ou peut-être ces deux objectifs en même temps.

La version de la construction du Palais du Roi Kashyapa par des esclaves sur une courte période de quelques années, semble au moins aussi fabuleuse en raison de l'énorme quantité de travail, l'inexpliqué, l'indisponibilité des technologies de l'homme et tout manque de bon sens dans la construction d'un tel parc à thème grandiose, que tout ne pouvait pas être construit pour être un palais, sur le plan des principes élémentaires de l'architecture et de la construction.

Logiquement, on peut classer l'ensemble des choses qui reposent sur le Sigiriya en trois grandes parties par périodes désignées de temps :

1. Le plus ancien : il s'agit de tout ce qui entièrement taillé dans les rochers de granit avec une grande technologie avancée, au-delà de la portée de transformation du granit moderne et d'autres technologies. Par exemple, les Trônes, les pattes de lion, des piscines avec des preuves de traitement par la machine, une pierre énorme sur des colonnes, etc peuvent dater alors autant que le antédiluvien, je veux dire il y a plus de 12.000 ans. Ce que nous connaissons d'analogues sont les exemples les plus anciens de maçonnerie polygonale de Machu Picchu (Pérou) et les fondations (base) du temple de Baalbek (Liban) et du Temple de Salomon (Jérusalem). (YH : citons le Pont d'Adam-Rama au passage.)

2. L'antiquité moyenne : pavements avec des chemins de marbre blanc et son escalier, le mur de miroir, des fresques et tout ce qui pouvait être fait avec le reste de technologies de pointe accessibles à l'humanité après le déluge. Construit avec les mêmes technologies qui étaient accessibles, par exemple, à la civilisation de Sumer. La période de temps est d'environ - 6000 ans a - 4000 ans. Analogues : les parties supérieures décrites ci-dessus des objets au Pérou, Baalbek et à Jérusalem.

3. Constructions de l'ère commune : tout ce que le roi Kashyapa a pu construire en briques rouges sur les ruines d'un bâtiment existant, abandonné il y a longtemps. Fait il y a environ 1.500 ans.

Il semble beaucoup plus probable que le roi Kashyapa ait été capable d'utiliser le complexe existant, comme son palais - pourquoi pas, il était un fugitif, et il ne pouvait pas avoir le choix (ou / et plus élégant lieu). Mais il est peu probable qu'il y ait eu là-bas un confort impérial, en étant forcé à monter régulièrement à de grandes hauteurs et en séjournant dans les dortoirs en bois sur les terrasses de la pyramide rampe du majestueux Sigiriya...

A suivre pour les traductions des recherches et réflexions en cours sur l'utilisation de technologies avancées dans l'antiquité.

Yves Herbo traductions-SFH-08-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire alien échange essai auteur mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau