Une inscription phénicienne sur un plateau de Nasca, Pérou

Une inscription phénicienne sur un plateau de Nasca, Pérou

Palpa inscription mini

Surprenante et certaine d'être controversée, une inscription gigantesque sculptée dans un style de caractères typiques phéniciens du 3ème siècle avant JC a été découverte sur un plateau de montagne isolé, près de Palpa, un petit canton à quelques 20 kms au nord-est de Nasca, au Pérou.

Palpa inscription

Découverte lors de recherches sur les modifications des textures de surface des figures de géoglyphes au sein du complexe des lignes de Nasca, l'inscription peut aider à expliquer pourquoi certaines statues pré-inca étaient des êtres humains barbus et d'autres négroïdes en apparence. Pourquoi les puquios et les systèmes de drainage sous-terrains ressemblent à ceux de l'Iran, mais surtout comment les cultures primitives du début du Pérou précolombien ont pu acquérir cette géométrie sophistiquée et la capacité d'arpentage pour construire les monuments archéologiques des lignes de Nasca.

Avis d'experts : le Dr Jorge Alonso, l'un des plus prestigieux historiens de l'Espagne, sociologue et expert épigraphique déclare : " Sans aucun doute le script est phénicien, de vers le 3ème siècle avant JC et syllabique, peut-être de l'Arménie ou de Caldea, ou d'autres parties de la Syrie ou peut-être d'une région proche ".
(le Dr Alonso a donné pleine permission de reproduire cette déclaration)

Perou paques ethiopie

Les connaissances architecturales semblent communes malgré les distances...

Le Dr Clyde Winters, PhD, professeur adjoint d'éducation et de linguistique, de l'Université de Saint-Sauveur, Chicago, Illinois, fait le commentaire suivant : " Les signes ressemblent à l'écriture éthiopienne avec une voyelle attachée à chaque symbole, donc je ne peux pas être sûr que mon interprétation soit correcte. Pour assurer la traduction, des racines génériques de validation sont utilisées pour interpréter les signes ; ceux-ci peuvent être trouvés dans un dictionnaire de langue sémitique ".

Palpa1

Dr Winters traduction :

Descendre (dans la terre) et diffuser cette ...
Transporter et pacifier l'eau (dans la région)
Venez vous propager (dans cette région). Grâce.
Sortir (du milieu de la terre) et devenir fort.

Le Dr Winters en outre déclaré : " Il serait intéressant que cette zone ait été peuplée dans le passé et ait fourni des terres arables et de l'eau pour les agriculteurs anciens ". (Reproduit avec la permission du Dr Winters).

Cette question peut être répondue en référence aux Documents concernant des recherches approfondies dans le bassin du Rio Grande de Nasca par le Dr Helaine Silverman (professeure agrégée et présidente, Département d'anthropologie, Université de l'Illinois à Urbana-Champaign) et le Dr David Browne, (archéologue gouvernemental, Commission royale sur les monuments anciens et historiques du Pays de Galles) sur la réalisation d'un programme similaire de recherche dans les domaines de la vallée de la rivière Rio Palpa, Rio Viscas & Rio Grande. Les deux confirment qu'il y a des preuves substantielles de vastes sites nationaux d'habitation, des sites administratifs / centres cérémoniels, de l'architecture et des cimetières occupés au moment de la Culture Nasca, 300 Av JC - 600 après JC.

David Johnson (associé auxiliaire de recherche, Département d'anthropologie, Université du Massachusetts) et une équipe d'hydrogéologues et des archéologues sont actuellement dans la région de Palpa pour étudier les sites archéologiques affiliés à l'activité geoglyphique en surface, les flux d'eau sous-terrains (aquifères) et leur puquios associé (puits). Une activité de recherche similaire est menée par le Dr Markus Reindel de la KAVA (Kommission fur Allgemeine und Vergleichende Archaeologie).

(En attirant l'attention des lecteurs sur les programmes de recherches ci-dessus, l'auteur tient à préciser que les personnes et les institutions nommées ne sont associées d'aucune façon avec le projet Nascodex, ou des conclusions tirées par l'auteur).

Dans sa traduction de l'inscription de Palpa, le Dr Winters semble tout à fait inconsciemment être tombé probablement par hasard sur l'interprétation correcte du texte - une instruction de dévouement (dédicace) par "un Dieu-prêtre", exhortant ses adeptes (suiveurs) :

Venez, creuser (dig) dans la terre,
Pacifiez, contrôlez et augmentez les eaux,
Faites la couler immédiatement dans la région,
Gagnez La grâce et la faveur,
Allez parmi les gens, devenez
Les dirigeants forts.

La question demeure. Qui était le Prêtre-Dieu et ses disciples ? Quand et d'où sont-ils venus ?. Une inscription écrite en script de 200-300 avant JC avec des connaissances sur l'eau hydraulique similaires à celles utilisées en Iran depuis plusieurs siècles (qanats) - Située sur un désert de pampa à 3.500 km de l'autre côté du monde et de l'Arabie du Sud ? De nombreuses questions doivent encore avoir leur réponse.

MISE À JOUR :

Le 3ème siècle avant JC pour l'inscription "phénicienne" a été renforcé par la découverte de tessons dans la région de Palpa (Reindel/Isla 1999) attribués à la phase Ocucaje du Paracas Moyen, c'est à dire vers 300 avant JC. On ne sait pas si les artefacts de cette période ont été trouvés à l'intérieur ou autour du tas de pierres qui composent les caractères de l'inscription.

La traduction par le Dr Clyde Winters prend une autre dimension également : Une étude menée par Jeanette Sherbondy (1982), et nous citons ... " Un mythe moderne de Puquio (Ayacucho) déclare que les ancêtres ont parcouru les routes aquatiques sous-terraines. Les ancêtres ont créé des sources et des ouvertures dans la terre. Ils ont distribué des terres et des eaux pour chaque peuple ".

Nazca

BIBLIOGRAPHIE :

Aveni, Anthony. F. "entre les lignes" (Univ. Texas Press. 2000)
Browne, le Dr David M. "En outre reconnaisance archéologique dans la province de Palpa". Contributions à l'archéologie du Nouveau Monde. Oxford: Oxbow Books.
Johnson, David:. "Les conduites d'eau de Nasca" http://www.rumbosperu.com "Lignes de Nasca indiquent des sources d'eau du Pérou» - suggère chercheurs U.Mass http://www.umass.edu
Reindel, Markus et Isla Johny, (1999) Das Palpa-Tal: Ein Archiv der Vorgesichte Perus. Geheimnisvolle im alten Pérou, éd. Judith Rickenbach (1985) pp.177-98 Musée Rietberg, Zurich, Suisse. (Cité dans "Le Nasca")
Silverman Helaine (1990) «Au-delà de la Pampa: les géoglyphes dans les vallées de Nazca" National Geographic recherche 6 (4): 435-456.
Silverman H, Browne DM (1991) "Nouvelle preuve de la date des lignes de Nazca" Antiquité 65 (1991) 208-20.
Silverman - Proulx: "Le Nasca". (Blackwell Publishing. Royaume-Uni et Etats-Unis 2002)

Sherbondy, Jeanette (1982) Les systèmes de canaux de Hanan Cuzco. Thèse non publiée, Département d'anthropologie, Université de l'Illinois à Urbana - Champaign. (Cité dans "Le Nasca")

Source : http://www.nascodex.org/NX/Epigraphy.html

Les Nazca, entre océan Pacifique et la cordillère Andes

Nazca chauchilla bruns et roux c07

Nazca chauchilla bruns et roux même époque, même endroit. - Wikimedia

Le Pérou s’est battis entres quatre grands ensembles parallèles, orientés Nord-Sud. L’océan pacifique, d’où le regard ne rencontre rien avant l’Asie, un désert côtier, puis les Andes et en contrebas vers l’ouest du continent Sud-Américain, l’Amazonie luxuriante et infinie. Situé sur la côte désertique Nazca est à la fois le nom d’une ville actuelle et celle d’un peuple et d’une civilisation qui s’épanouit entre le III siècle avant JC et le IV siècle après JC.

Nazca chauchilla brun et roux barbu c03

Nazca chauchilla bruns et roux barbu, même endroit, même époque - wikimedia

Dans cette zone sableuse battue par les vents, les populations vivaient des produits de la mer et de vallées irriguées par les eaux descendant depuis les Andes à l’ouest. On ne connaît pas de villes du peuple Nazca, mais il a été découvert par contre un gigantesque centre religieux encore peu exploré, la cité de Cahuachi. L’archéologue Italien Giuseppe Orefici mène des recherches sur l’ancienne capitale des Nazca, un travail de fourmi pour comprendre ce peuple mystérieux né en plein désert, connu presque exclusivement pour ses énigmatiques lignes géantes tracées dans la pampa, les géoglyphes de Nazca, visibles uniquement du ciel, que je décrirais plus en détail plus loin (YH : lire l'article entier avec le lien).

Carte perou

Les Nazca étaient un peuple probablement très religieux, et qui, si l’on en croit certains chercheurs, passaient leur vie à préparer leur mort. Le pouvoir sacerdotal était fondamental, ce qui est en général, assez caractéristique des civilisations précolombiennes. En effet, les climats et les environnements durs auxquels ils devaient faire face, déserts, hautes montagnes, jungles épaisses, imposaient une organisation minutieuse de la production et des rapports humains, sans laquelle il n’y avait pas de reproduction sociale globale possible. Sans un pouvoir pour assurer une cosmogonie fonctionnelle, la civilisation se serait effondrée. C’est pour cela que ces sociétés sont souvent notablement conservatrices, et l’individu fortement soumis corps et âmes à une élite qui semble toute puissante et qui règle la vie communautaire dans ses principaux événements : semailles, irrigation, fêtes, sacrifices, travail collectif… (YH : on pourrait remarquer que le modèle de société moderne n'est pas si éloigné de ça !).

L'Énigme des Nazcas

La civilisation Nazca (ou Nasca) est surtout connue pour ses géoglyphes (uniquement visible du ciel), d’immenses lignes et figures tracées dans le désert proche de la ville actuelle de Nazca, ses aqueducs et par ses céramiques polychromes à motifs zoomorphes de parfois plusieurs km de longueur...technologie ou adoration ?

Comme dans beaucoup de civilisations hydrauliques, c’est à dire dépendantes de l’irrigation à grande échelle pour subvenir aux besoins de sa population, deux connaissances sont essentielles et assurent ainsi le pouvoir: le temps et l’eau. Le temps tout d’abord, parce qu’une organisation minutieuse des travaux agricoles et des fêtes qui y sont liées, assurent une production satisfaisante pour toute la société. De plus, dans un monde où, il ne faut pas l’oublier, la démocratisation du temps tel que nous la connaissons aujourd’hui était encore bien lointaine, le savoir des cycles astraux garanti à ceux qui le possèdent la démonstration d’un pouvoir divin. (YH : tout comme les connaissances non démocratisés de certains corps de métiers et découvertes le sont de nos jours encore).

Les Puquios, l’eau au cœur des montagnes

Désertique certes, le site d’établissement Nazca n’en est pas dénué de certains avantages pour autant. Comme on peut le voir dans la carte suivante, la zone d’extension Nazca se situe sur la course de nombreuses rivières qui confluent vers le Rio Grande, formant ainsi un réseau vaste pour l’irrigation.

Nazca region1

Foyer et zone d’influence Nazca – The Nasca de Helaine Silverman et Donald A. Proulx

De ces rivières, ils détournaient une partie de l’eau dans des canaux pour ensuite irriguer des terres fertiles chargés d’éléments riches déposés par les vents et les rivières. L’eau détournée en amont suit alors la pente la plus douce pour s’écarter au plus loin de la source. Puis par gravité, des canaux secondaires et tertiaires sont construits et creusés pour amener l’eau directement dans chaque parcelle. Rien de bien original au début. De nombreuses plantes étaient cultivées par les Nazca. On y retrouve différentes variétés de maïs bien sur, mais aussi des courgettes, des patates douces et du canna edulis, une racine peu connue en Europe, qui se mange comme une pomme de terre. Le coton domestiqué au Pérou, gossypium peruvianum, et qui donne des balles de fils naturellement colorés était aussi probablement cultivé sur place. Enfin la coca et les gourdes, en tant que cultures non alimentaires étaient aussi largement cultivés où accessibles par échange. (...)  L’essentiel de l’agriculture se fait donc plus à l’est, plus en Altitude entre 400 et 2000 mètres d’altitudes.

Flore nazca

Plantes domestiquées Nazca – Musée de Lima

A une date difficile à élaborer aujourd’hui, le développement démographique des populations Nazca a probablement provoqué une pression de plus en plus forte à la colonisation de ses terres. L’état central Nazca, déjà bien développé afin d’entretenir la cosmogonie de cette civilisation tout en organisant efficacement de grands domaines irrigués, a commencé progressivement à proposer des solutions pour étendre les terres à ces altitudes plus basses où l’eau fait défaut, et ainsi répondre à la croissance démographique de sa population. On sait aujourd’hui que les élites Nazca avaient une connaissance très précise de la géologie, de la sismologie et de l’hydrologie de la zone.

Quoi qu’il en soit, l’élite Nazca a analysé cette partie de son territoire, et pour résoudre le problème d’eau a décidé de creuser à l’horizontal depuis une altitude plus basse afin d’atteindre les nappes phréatiques où de grands quantité d’eau s’infiltrent naturellement, et ceci du à la nature très poreuses de certaines couches géologiques de la région. Ces tunnels sont appelés Puquios et s’enfonce souvent très profondément dans les entrailles de la terre afin d’en ramener l’eau nécessaire à l’agriculture.

Coupe transversale qanat puquios

Coupe transversale schématique d’un Puquios

Enfin, comme on peut le voir sur le schéma, des puits sont régulièrement creusés le long de l’aqueduc souterrain ou Puquios. Ces puits où ojas, servent à la fois pour entretenir le canal souterrain et de source d’eau pour les populations adjacentes. Leur forme très esthétique en font un point de passage apprécié des touristes de la région. Grâce au génie des Nazca, la majorité de ces puquios sont encore en fonctionnement aujourd’hui. Katharina Schreiber qui en recense un peu plus de quarante note que 36 sont encore utilisés aujourd’hui par les agriculteurs de la zone alors qu’ils ont été construit il y a plus de deux milles ans. Il est important de préciser que tout n’est pas encore totalement maîtrisé sur cette technique Nazca. En effet, il apparaîtrait que ces aqueducs forment non pas des unités séparées, mais constitue bien un réseau complexe, où les jeu de failles, fréquentes dans cette région sismique, provoquent des passages d’eau souterrains qui resurgissent en surface parfois des centaines de mètres plus loin. Notre ignorance partielle sur ces puquios montrent l’extrême ingéniosité et connaissance de ces Nazca qui ont su domestiquer une région parmi les plus arides du monde pour un faire un véritable jardin cultivé.

Puquios sortie

Sortie du Puquios de Cantayo – (Photo: http://www.nazcamystery.com)

Nazca ojasOja à Cantayo – (Photo: http://www.nazcamystery.com)

Extraits de : http://jardinons.wordpress.com/2009/02/01/puquios-lignes-et-genie-nazca/

Sur les traces des Nazcas

Sur les traces des Nazcas. Source : Arte

Yves Herbo Traductions, Sciences, F., Histoires, 14-06-2014

Yves Herbo sur Google+

mystère environnement archéologie prehistoire économie échange lire auteur climat volcanisme séisme

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau