Enfin un palais imperial de la dynastie légendaire Xia découvert en Chine

LE PREMIER PALAIS IMPÉRIAL Xia DÉCOUVERT EN CHINE ? - MAJ 05-2015

palace-erlitou-culture-xia.jpg
 Reconstruction d'un palais à Erlitou 
(il ne s'agit pas du palais impérial auquel est consacré cet article)


Des archéologues chinois auraient découvert les restes du plus ancien palais impérial du pays : il remonte à 3700 ans et serait lié à l'ancienne dynastie Xia, que de nombreux chercheurs ont longtemps considéré comme une simple légende.

Les restes du palais se situent sur ​​le site de l'âge de bronze d'Erlitou dans le centre-nord du pays (province du Henan).
Des archéologues ont découvert des fondations en pisé, ainsi que pas moins de trois cours. Le palais couvre une superficie totale de plus de 2100 mètres carrés.

Xu Hong, le responsable de l'équipe archéologique du site et directeur du Département de l'Archéologie Xia-Shang-Zhou à l'Académie chinoise des sciences, a déclaré: " Le complexe du palais d'Erlitou est une découverte étonnante, c'est le premier palais impérial de Chine. "

Le rapport affirme que c'est le palais le mieux conservé sur le site et peut être un prototype de la dynastie suivante, les Shang.

Les premières dynasties chinoises sont généralement considérées comme légendaires, mais les découvertes archéologiques de ces dernières décennies montrent que ces légendes ont une base réelle.
bronze-dynastie-xia.jpg
Bronze Xia ? (Erlitou)
Le site d'Erlitou comprendrait quelque quatre millions de mètres carrés et contient les éléments en bronze les plus anciens trouvés en Chine.
La dynastie des Xia se situerait entre 2100 avant J.-C. et 1600 avant JC. Elle a été remplacée par la dynastie des Shang, qui a été renversé par les Zhou.

C'est de la période Zhou que datent les plus anciens écrits en Chine. Ce fut aussi la période où vécu Kung Fu Tseu (Confucius).

Les chercheurs chinois travaillent depuis 1996 sur un projet visant à établir une chronologie précise de ces premières dynasties légendaires.
Le chef de l'équipe archéologique, Xu, ajoute: "Construit il y a environ 3.700 ans, le complexe du palais est soigneusement conçu; avec les bâtiments environnants, il forme le centre de l'ancienne capitale. Bien qu'il représente seulement un septième de la taille des Palais impériaux des dynasties Ming et Qing, le complexe du palais d'Erlitou est le prototype de tous les palais impériaux construits en Chine plus tard."
Sources :
Notez que le palais est cité comme "le premier palais impérial de Chine", mais daté de 1 700 ans AV. J.C. Or, cette première dynastie aurait régné de -2205 à -1767 AV. JC selon la chronologie traditionnelle chinoise, ou de -2070 à -1570 selon d'autres chronologies. Il s'agirait donc plutôt d'un palais tardif de la dynastie dans les deux chronologies, par rapport à un autre possible palais plus ancien. Le fait qu'il ait possiblement servit de modèle aux suivants, surtout que les Sheng et suivants ont dû réutiliser et modifier les anciennes constructions des Xia, est bien sûr très possible et même probable pour la région. Mais il peut aussi avoir prit lui-même modèle sur un temple plus ancien, y compris ailleurs...
La dynastie des Xia a longtemps été considérée comme purement mythique car peu de textes y font référence : les dynasties avaient tendance à effacer un maximum les traces des dynasties précédentes et les plus anciens documents écrits trouvés en chine ne remontent qu'à 1 000 ans avant J.C., et ils sont eux-mêmes très rares. Pourtant, les traces écrites sur les pierres et murs de certains palais prouvent que l'écriture avait pénétré bien plus tôt, mais tous les anciens parchemins ont disparus ou ont été détruits par les divers souverains et par le temps apparemment. Sauf si de nouvelles fouilles chinoises prouvent le contraire...
site-wadian.jpg
Des archéologues chinois ont découvert une série de complexes rituels disposés de façon symétrique sur un site de la culture Longshan à Wadian, près de la ville Yuzhou, dans la province du Henan. Sur la terrasse nord-ouest du site de Wadian ont été découverts d'énormes fossés arrondis: ils sont le signes de lieu d'occupation datant de la fin de la troisième culture Wangwan (début de la dynastie Xia) de la période Longshan. Parmi ces caractéristiques, l'Est de la fondation en terre battue a été formé à partir de plusieurs fossés en carrés homocentriques, tandis que l'Ouest de ces fondations est formé de trois architectures indépendantes.
Yves Herbo

En 1995, la Chine a lancé un vaste projet visant à établir une chronologie rigoureuse pour les trois premières dynasties de son histoire, celle des Xia, des Shang et des Zhou (jusqu'à -841 pour cette dernière). L'idée était de recouper des datations au carbone-14 et des données astronomiques, concernant en particulier des éclipses, avec tout ce que les inscriptions des Shang et des Zhou pouvaient nous apprendre. Environ 200 chercheurs y ont participé et les résultats obtenus servent à présent de références aux universitaires chinois. Les dates proposées pour les Xia vont de -2205 à -1767. Les Shang auraient régné de -1766 à -1112. Le problème est que ce projet fait encore appel à l'historiographie traditionnelle et n'est donc que partiellement scientifique. (Wikipedia)

Le problème aussi est qu'on a apprit depuis 1995 que même la datation au carbone-14 n'est pas si fiable que ça. Néanmoins, des objets, notamment en bronze, ont été découverts et attribués aux Xia ces dernières années. La légende est donc en grande partie vraie, et elle nous dit que le fondateur de la dynastie Xia était, entre autres qualités extraordinaires, un forgeron et utilisait le bronze (d'ailleurs des objets en bronze ont été attribués aux Xia). Mais si on démarre la dynastie des Xia en - 2205 AV JC, ça repousse d'autant l'arrivée du bronze en Chine (l'âge du bronze ne commence en Chine qu'après -1700 officiellement).

Et si les légendes et textes parlent de la dynastie des Xia et de leur fondateur-dieu Yu le Grand, dont on déterre enfin les traces, elles parlent aussi des prédécesseurs des Xia : les Trois Augustes et les Cinq Empereurs.

Les trois Augustes et les cinq Empereurs appartiennent à une mythologie à laquelle bien peu de Chinois croient actuellement, mais de grands historiens comme Sima Qian l'ont évoquée aussi sérieusement que des faits réels. Ils sont connus par des mentions fragmentaires et parfois contradictoires dans les textes de l’antiquité et surtout des ouvrages de l’époque Hàn. Les historiens modernes pensent qu’ils sont le résultat de la fusion de personnes réelles, anciens chefs d’ethnies, et de personnages mythologiques. Ils sont représentés comme des civilisateurs utilisant leur sagesse et leurs pouvoirs dans le but d'améliorer la vie des hommes. Certains sont devenus à partir des Hàn des dieux taoïstes (Huángdì et dans une moindre mesure FúxīNǚwā et Shénnóng). Huangdi a été choisi comme modèle du souverain idéal par le courant philosophique huanglao né pendant les Royaumes combattants.

Bien que les sources s’accordent sur l’antériorité des trois Augustes par rapport aux cinq Empereurs, elles proposent des versions différentes de chaque groupe.

Selon les chapitres Yùndǒushù et Yuánmìngbāo des Annales des Printemps et des Automnes, ainsi que la version du Shiji « rectifiée » par Sima Zhen de la dynastie Tang, ce sont Fuxi, Nuwa et Shennong.

  • Fúxī, qui possédait une tête humaine, un corps d'animal et une queue de serpent ; il était censé avoir inventé les fondements de l'écriture chinoise, le calendrier, l'utilisation des métaux et aurait organisé l'élevage, la pêche et la construction des maisons (-2852/-2820). Il peut prendre l'apparence d'un homme, d'un serpent, d'une tortue ou d'un dragon.
  • Nǚwā, sa sœur, qui aurait réparé le ciel suite à la guerre entre Gònggōng dieu des eaux et Zhùróng dieu du feu. Elle aurait aussi créé l'humanité en modelant des statuettes d'argile. Elle peut prendre toutes les apparences possibles.
  • Shénnóng (le Divin Laboureur) aurait inventé l'agriculture/la charrue, découvert les plantes médicinales et le thé (-2820/-2798).

 

Les cinq Empereurs (Di) étaient des dirigeants légendaires moralement irréprochables.

La version la plus courante est celle du Shiji, du Shiben et du Dadaiji (une des versions du Liji) :

  • Huángdì (-2698/-2597), l'Empereur Jaune, le plus connu, qui aurait, entre autres, mis en place l'administration chinoise, développé l'écriture, inventé l'acupuncture.
  • Zhuanxu (-2597/-2435)
  • Ku (-2435/-2357)
  • Yáo (-2357/-2255)
  • Shùn (-2255/-2205)

Par la suite, Yǔ le Grand fut le fondateur légendaire de la dynastie Xia, qui aurait réussi à contrôler les crues du fleuve grâce à un système de canaux.

Note : il ne faut pas confondre Huángdì « l'Empereur Jaune » (xxvie siècle av. J.‑C.) avec Huángdì qui signifie « empereur » et qui a été utilisé pour la première fois par Qin Shi Huangdi au iiie siècle av. J.‑C.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_trois_Augustes_et_les_cinq_Empereurs

Absolument toutes ces datations sont des estimations évidemment. On retrouve dans ces histoires les mêmes légendes découvertes chez les sumériens, égyptiens ou autres civilisations antiques (y compris plus récentes en amériques) : celles de dieux- fondateurs, inventeurs et organisateurs de la vie des humains de l'époque. Le Saint-Graal de l'archéologue du futur sera la découverte physique de l'un de ces dieux-fondateurs, une apparente poignée d'hommes selon les chercheurs officiels, qui détenaient tout le savoir de l'humanité aux origines et l'ont appliqué, expliqué aux humains...

chars-mis-au-jour-en-chine.jpg

La découverte remonte déjà à plusieurs semaines mais n'en est pas moins intéressante: 5 remarquables chars et 12 chevaux, dont l'estimation de l'âge remonte à plus de 3000 ans, ont été trouvés dans la ville chinoise de Luoyang, province du Henan. En plus des chevaux et des chars ornés d'équipements dorés, l'équipe archéologique a également récupéré des bronzes et des céramiques.

Les archéologues sont convaincus que la tombe, parfaitement conservée, était celle d'un fonctionnaire ou un érudit jouissant d'un certain prestige, étant donné la richesse des dépôts funéraires: poteries, armes en métal, et inscriptions. Le tombeau, une fosse en terre verticale, a été découverte lors de la construction d'un hôpital.

MAJ 05-2015 : Selon les dernières publications des spécialistes (2012-2013), la dynastie Xia reste toujours une énigme. Tout d'abord, malgré les dires de certains archéologues , il serait faux de prétendre que des os oraculaires feraient allusion à une dynastie Xia, et à sa conquête par les Shang. Par contre, il n'est pas impossible que les habitants de la culture d'Erlitou ne se soient jamais considérés comme « Xia », bien qu'en étant les descendants directs possibles, et que cette appellation étant une pratique de leurs ennemis, elle se serait transmise jusqu'aux Zhou via les Shang...

Pour l'instant et toujours en attente de preuves plus concrètes, la culture de Erlitou est toujours considérée comme étant en réalité la Dynastie Xia ou son héritage direct, si cette dynastie mythique et légendaire (son premier empereur aurait domestiqué les crues du Fleuve Jaune via de vastes travaux non encore avérés) a réellement existé. (Mais toute légende ou mythe possède un fond de vérité, cela a été vérifié à de maintes reprises).

Sources : LI Liu and XINGCAN Chen 2012 et LI Feng 2013. + LI Feng 2013p. 51. + LI Feng 2013p. 53. + http://ashp.revues.org/1640

Yves Herbo traductions, S,F,H,  12/2011, MAJ 05-2015

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange auteur lire mystère légendes antiquité

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau