Des observatoires astronomiques datés de 6000 ans en Europe

Des observatoires astronomiques datés de 6000 ans en Europe

Dolmen carregaldosal

Une grande étude publiée par une équipe d'astronomes britanniques fin juin 2016 révèle non seulement l'existence d'un système assez sophistiqué permettant une observation astronomique du ciel nocturne il y a plus de 6000 ans, mais aussi des liens probables avec un culte lié aux étoiles (ou une utilisation culturelle) et possible avec... l'Atlantide. Pour résumer, cette étude effectuée sur plusieurs mégalithes (Dolmens) de configuration spéciale, alignés précisément et situés au Portugal et en Espagne permet d'affirmer que ces structures ont été élaborées et alignées pour permettre l'observation certaines et isolée de l'étoile géante Alderbaran - celle qui se lève juste avant le lever du Soleil à un endroit précis, visé par les ouvertures de tous ces dolmens. Et quand on sait qu'Aldebaran est aussi la principale étoile de la constellation du Taureau, le lien avec l'Atlantide de Platon (qui cite le Taureau comme ayant une grande importance culturelle pour les Atlantes) est difficile à éviter. Beaucoup d'auteurs considèrent que la mystérieuse civilisation des constructeurs de mégalithes (qui ne sont pas des Gaulois ou des Celtes comme certains raccourcis historiques ont pu le faire croire pour certains) est née effectivement au Portugal et Espagne avant de remonter jusqu'en Grande-Bretagne où se trouve Stonehenge (l'un des Stonehenges plutôt), l'un de leurs chefs-d'oeuvre mégalithiques...

Ceci conforte également bien sûr le fait que ces constructeurs mégalithiques, ainsi que leurs mystérieuses connaissances astronomiques avancées et également sur celles des ondes et failles telluriques, soient des rescapés/survivants de la non-moins mystérieuse Atlantide, qui auraient débarqué en Espagne et Portugal ou encore proviendraient bien de ce lieu au sud de l'Espagne, appelé Tartessos (et considéré comme la plus ancienne civilisation européenne par les anciens Grecs eux-mêmes !), peut-être retrouvé récemment, et qui aurait été englouti par un raz de marée dans le Delta de Cadix (version Atlantide)... ou détruit par Carthage peut-être ! tout en sachant que cette civilisation semble être apparue subitement vers le début du néolithique, il y a 7 à 8000 ans à divers endroits... tous à proximité de la mer ou de cours d'eau pour les plus anciens...

 

Une équipe d'astronomes du Royaume-Uni étudie ce qui pourrait être décrit comme l'un des plus anciens outils d'observation astronomique, qui a été utilisé par les humains aux alentours de 4000 avant JC.

Carregal do salThe view towards the east from the Carregal do Sal megalithic cluster, at dawn at the end of April around 4,000 BC, as reconstructed using a Digital Elevation Model and Stellarium. Aldebaran, the last star to rise before the Sun, is rising directly above Serra da Estrela, the ‘mountain range of the star’.   FR : La vue vers l'est à partir du groupe mégalithique Carregal do Sal, à l'aube, à la fin de Avril vers 4000 avant JC, comme reconstitué à l'aide d'un modèle numérique d'élévation et de Stellarium. Aldebaran, la dernière étoile à se lever avant le soleil, monte directement au-dessus de la Serra da Estrela, la "chaîne de montagne de l'étoile".Image credit: Fabio Silva.

 

L'équipe de spécialistes en astronomie, dirigée par le Dr Fabio Silva de l'Université du Pays de Galles Trinity Saint David, estime que les couloirs d'entrée longs et étroits des tombes mégalithiques ibériques de la période du Néolithique moyen (estimations) peuvent avoir amélioré ce que ces premières cultures humaines pouvaient voir dans le ciel nocturne (un peu à la façon d'un telescope mais sans lentilles aidant fortement à améliorer la vision nocturne ou même lunaire).

L'idée de l'équipe était d'étudier comment une ouverture simple, par exemple une ouverture ou une porte, affecte l'observation des étoiles légèrement plus faibles.

Les scientifiques ont concentré leur étude sur les tombes à couloir, qui sont un type de tombe mégalithique composé d'une chambre de grosses pierres imbriquées et d'une longue entrée étroite.

Image 3987 2e carregal do sal

Photographs of the megalithic cluster of Carregal do Sal: (a) Dolmen da Orca, a typical dolmenic structure in western Iberia; (b) view of the passage and entrance while standing within the dolmens’ chamber: the ‘window of visibility;’ (c) Orca de Santo Tisco, a dolmen with a much smaller passage or corridor. FR : Photographies du groupe mégalithique de Carregal do Sal: (a) du Orca Dolmen, une structure dolméniques typique dans l'ouest Iberia; (b) vue du passage et de l'entrée tout en se tenant dans les dolmens de la chambre: la "fenêtre de visibilité" (c) Orca de Santo Tisco, un dolmen avec un passage beaucoup plus petit ou un corridor.  Image credit: Fabio Silva.

 

Ces espaces sont supposés avoir été sacrés, et les sites peuvent avoir été utilisés pour des rites de passage, où l'initié devait passer la nuit à l'intérieur de la tombe, sans lumière naturelle à part ce qui brille par l'entrée étroite encastrée et avec les restes des ancêtres de la tribu.

Ces structures pourraient donc avoir été les premiers outils astronomiques pour améliorer l'observation du ciel, des millénaires avant que les télescopes aient été inventés.

" C'est tout à fait surprenant que personne n'ait étudié à fond la façon dont par exemple la luminosité du ciel nocturne impacte ce qui peut être vu à l'oeil nu ", a déclaré le co-auteur Kieran Simcox, de l'Université de Nottingham Trent.

Les objectifs de l'équipe était de voir comment l'œil humain, sans l'aide d'un dispositif télescopique, pouvait voir les données de luminosité du ciel étoilé et leur couleur.

Seven stone antas

Seven-Stone Antas (Getty Images - Representational Image)

Les scientifiques ont l'intention d'appliquer ces idées sur plusieurs cas de tombes à couloir, comme le vieux dolmen de 6000 années "Antas Seven-Stone "au Portugal et aussi en Espagne.

" Les orientations des tombes semblent être en alignement avec Aldebaran, la plus brillante étoile de la constellation du Taureau ", a déclaré le Dr Silva.

" Pour chronométrer avec précision la première apparition de cette étoile dans la saison, il est essentiel de pouvoir détecter les étoiles au crépuscule."

" La première observation dans l'année de la réapparition d'une étoile après sa longue absence du ciel nocturne aurait pu être utilisée comme marqueur de saison, et pourrait indiquer par exemple le début d'une migration vers les pâturages d'été ", ont dit les astronomes.

" Ce moment précis aurait pu être considéré comme la connaissance ou la prévoyance secrète, seulement obtenue après une nuit passée en contact avec les ancêtres, dans les profondeurs d'une tombe à couloir, puisque l'étoile ne peut pas avoir été observable de l'extérieur ".

Cependant, les astronomes suggèrent que cela pourrait en fait avoir été le résultat de la capacité de l’œil humain à repérer des étoiles dans ces conditions crépusculaires, étant donné les petits passages d'entrée des tombes.

Le Dr Silva et ses collègues ont présenté leurs résultats fin juin 2016 à l'Assemblée nationale de l'astronomie 2016 à Nottingham, Royaume-Uni.

Fabio Silva et al. Arising and Laying Hidden Stars: their celestial dynamics and role in Neolithic Iberian Cosmology. NAM 2016

 

Sources : http://www.sci-news.com/astronomy/iberian-megalithic-tombs-lensless-telescopes-03987.html

http://www.dnaindia.com/scitech/report-scientists-say-6000-year-old-tombs-could-have-been-first-telescopes-2230995

 

Yves Herbo et traductions, Sciences et Fictions et Histoires, http://herboyves.blogspot.com/, 28-07-2016

Yves Herbo sur Google+

mystère antiquité auteur prehistoire archéologie lire échange environnement

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau