Des lacs et rivières sous les sables de la péninsule arabique

Des lacs et rivières sous les sables de la péninsule arabique - MAJ 08-2015

lacs-et-rivieres-desert-arabie.jpg

Image satellite d'un ancien lac montrant l'emplacement de sites archéologiques. Le lac est en bleu et les sites archéologiques sont en rouge. Crédit Image: Nick Drake.

Des images satellites ont révélé qu'un réseau d'anciennes rivières traversaient les sables du désert d'Arabie ; cela conduit les scientifiques à penser que la région a connu des périodes plus humides par le passé.

Ces images sont le point de départ d'un grand projet de recherche mené par l'Université d'Oxford. Ce projet est potentiellement révolutionnaire pour le patrimoine de l'humanité.

L'équipe de recherche se penchera sur la façon dont, à long terme, le changement climatique a influencé sur l'installation ou le déplacement des premiers hommes et des animaux; les réponses apportées devraient aussi permettre de voir dans quelle mesure ils ont pu survivre ou pas.

Jusqu'à présent, cette partie du monde a été largement ignorée par les chercheurs, malgré sa situation critique en tant que pont entre l'Afrique et l'Eurasie.
Dans un projet financé par l'ERC (European Research Council), une équipe multidisciplinaire de chercheurs étudieront les effets des changements environnementaux dans la péninsule arabique au cours des deux derniers millions d'années.
L'étude systématique du Pléistocène et de l'Holocène sera unique tant par sa longueur qu'au niveau du détail.
Pendant cinq ans, les chercheurs étudieront les caractéristiques du paysage et des sites ayant un potentiel archéologique; pour cela, le réseau des cours d'eau servira de carte.

Les dernières techniques de datation seront utilisées pour repérer l'âge des fossiles d'animaux, de plantes et des différents outils de pierre ; les similitudes et différences seront comparées avec l'art rupestre de la région.
L'équipe se penchera essentiellement sur le désert d'Arabie, mais le travail portera également sur l'ensemble de la péninsule.

Une question clé

Ils tenteront de savoir quand les premiers premiers hommes modernes sont susceptibles d'être arrivés dans la péninsule arabique depuis l'Afrique, voire des régions avoisinantes. Ils examineront également des éléments de preuve suggérant la façon dont les premiers hommes modernes ont réussi à survivre, ou non, dans des conditions arides et extrêmes.

Le chef du projet, le professeur Michael Petraglia, Co-Directeur du Centre pour l'Archéologie Asiatique à l'Ecole d'Archéologie de l'Université d'Oxford, a déclaré: "A partir d'images de la NASA prises du désert d'Arabie, nous pouvons voir les caractéristiques physiques du paysage qui sont visibles depuis l'espace; elles dénotent tout un réseau de vallées fluviales et d'anciens bassins lacustres. Ces lignes et les creux dans le sable nous fournissent une carte de la région sur laquelle nous allons concentrer notre activité de recherche. La présence d'eau est un indicateur précis de l'endroit où les premiers hommes et animaux ont migré ou se sont installés.

La péninsule arabique a une richesse de sites archéologiques et un spectaculaire dépôt d'anciennes rivières et d'anciens lacs. Pourtant, en dépit de son importance en tant que pont entre deux continents, il y a très peu de connaissance sur ses débuts préhistoriques. Ce projet s'appuie sur de nombreuses disciplines: l'ensemble devrait révéler une histoire jusque-là indicible, mais très importante sur l'effet du changement climatique sur les premiers hommes".

Les chercheurs pourront identifier les sites archéologiques importants, y compris les sites qui ont déjà été fouillé et où des outils de pierre et des fossiles d'animaux ont été trouvés.
Les chercheurs vont également mener des études sur le terrain dans les anciens bassins lacustres, où des fossiles de poissons pouvant aller jusqu'à un mètre de long ont été découverts.

Une palette de techniques de datation sera utilisée par les chercheurs pour identifier l'âge des fossiles et des outils en pierre pour faire ressortir les chronologies des sites archéologiques.

La datations des fossiles d'animaux et de plantes devrait fournir de nouvelles informations sur les sources alimentaires éventuelles des premiers hommes, ainsi que l'évolution des changements environnementaux.
Le projet permettra d'examiner les zones marines, les grottes, les puits d'eau existants et des carrières pour étudier la stratigraphie.
Ils examineront également les dépôts entre 30 à 60 mètres de profondeur pour mesurer les effets des changements environnementaux. En observant tout changement des plantes fossiles, des roches et des couches, ils pourront voir les moments où le climat était plus humide ou plus sec.

Les scientifiques vont extraire l'ADN des animaux issus de la péninsule arabique. L'ADN agit comme une horloge moléculaire qui peut en dire plus aux chercheurs sur le descendant le plus récent de cet animal et quand l'ancêtre commun est susceptible d'être arrivé dans cette région.
Ils examineront l'ADN d'un certain nombre d'espèces à partir de collections de musées, tels que l'autruche, l'oryx, le bouquetin, la hyène, et le ratel. Ils pourront établir leur origine, leurs histoires démographiques, et les modèles de dispersion probables.

Sources :
Physorg: "Ancient network of rivers and lakes found in Arabian Desert"

Traduction : http://decouvertes-archeologiques.blogspot.fr/

MAJ 08-2015 : suite des recherches :

Pour le Professeur Petraglia, l'histoire a commencé en 2000, quand il était un associé de recherche au Smithsonian à Washington. Une délégation du ministère saoudien de l'Education a visité l'institution pour le lancement de "Written in Stone", un site Web commun consacré à quelques-uns des exemplaires des 9.000 anciennes inscriptions rupestres trouvées dans le pays.

« Je leur ai dit que je me suis intéressé aux migrations hors d'Afrique et que je comparais l'Inde à l'Afrique. Ils ont dit, " Eh bien, l'Arabie saoudite n'est-il pas un endroit logique pour travailler ? ". Je pensais « absolument », et j'ai obtenu une bourse subventionnée. "

En 2001, Petraglia a passé plusieurs mois en Arabie Saoudite: " Et j'ai été épaté ". Jusque-là, il n'avait jamais entendu parler de l'énorme étude archéologique nationale menée dans les années 1980, qui avait été signalée dans Atlal, mais n'était pas devenue une part de la littérature scientifique internationale.

Alors dans le pays, il a pu visiter trois ou quatre sites. Parmi eux se trouvait Dawadmi, dans le centre de la péninsule arabique, où, dit-il: « Je voyais tous ces outils de pierre étonnants et bien conservés, étalés littéralement sur des kilomètres."

Avec des objets répartis sur 200 km, le site Dawadmi s'est avéré être l'un des plus grands dans le monde pour les outils de pierre fabriqués par l'homme des débuts.

Le "projet Palaeodeserts" a signalé ses résultats en mi-Avril dernier avec une conférence à Oxford, dont le titre résume la nouvelle perception du rôle de la région dans l'élaboration de la destinée humaine: " Saoudite Verte : la préhistoire humaine au carrefour des continents ".

" Nous l'avons appelé saoudite verte parce que plusieurs fois dans le passé, la Saoudite était verte, avec des prairies, des paysages boisés, des rivières et lacs," explique le professeur Petraglia.

" Avec ce titre, nous avons essayé de briser l'image stéréotypée de l'Arabie comme étant juste ce lieu stérile, désolé, hyper-aride, car il est tellement plus intéressant que cela."

L'une des leçons clés qui a émergé du projet, avec beaucoup de résonance pour notre temps, est que le changement climatique a joué un rôle central dans la détermination du sort de notre espèce à ses débuts.

« Nous avons maintenant des preuves de mouvements dramatiques à travers le temps, entre l'humidité et la sécheresse, d'un cycle répétitif », explique le professeur Petraglia.

" Nous avons l'aridité et la formation des déserts, mais qui est suivi par l'humidité et les lacs et les rivières, qui a attiré des populations à travers le Sahara et jusqu'en Arabie. La grande question est : qu'est-il arrivé à ces populations quand les choses allaient mal ? "

Une partie de la réponse est que l'environnement changeant a repoussé des populations entières à nouveau. Certaines sont allées vers l'est, en fin de compte pour remplir d'autres régions de la Terre pour la première fois, alors que certaines ont recherché des sanctuaires dans ce qui était alors des zones environnementales plus favorables, comme dans le sud de l'Arabie ou le long du Golfe. Maintenant, bien sûr, ces régions sont dans une période de sécheresse, mais le Professeur Petraglia dit: " La prédiction devrait être que, dans l'avenir, les périodes humides réapparaîtront à travers le Sahara et l'Arabie "...

" Ceci est un cycle naturel que le climat de la Terre a traversé pendant des centaines de milliers d'années. "

Prédire exactement quand des rivières pourraient à nouveau circuler à travers "l'Empty Quarter" est «très difficile», et faite doublement par les créatures mêmes dont la distribution mondiale et de dominance a été rendue possible par ce cycle naturel, en premier lieu - nous.

" Les gens ont influencé ces processus de nos jours, ce qui, bien sûr, fait toute la différence." (YH : une façon d'appuyer le fait que l'homme moderne a influencé par son activité et sa présence ce cycle millénaire).

L'avenir immédiat du projet réside dans le développement d'un centre de recherche écologique Saoudien à Riyad, qui a été annoncé l'an dernier par le Prince Sultan bin Salman Al Saud, président de la Commission saoudienne pour le Tourisme et les Antiquités.

Les pensées de Professeur Petraglia sont déjà tournées vers d'autres régions de l'Arabie, qui, selon lui, pourraient fournir des pièces supplémentaires au puzzle préhistorique.

" Si nous en obtenons la possibilité, nous appliquerions la même approche internationale, interdisciplinaire et collaborative pour l'enregistrement archéologique du Golfe (entier), y compris dans les Émirats Arabes Unis," dit-il.

Le golfe Persique a un dossier archéologique bien connu, qui remonte à dix mille années, mais " il doit être mieux compris à l'égard de comment le changement climatique a touché les populations, en examinant comment les sociétés ont changé à partir des chasseurs-cueilleurs pour devenir des éleveurs-chasseurs et pêcheurs ".

Encore plus excitant, les sables du Golfe pourraient dissimuler un bien plus grand trésor, croit-il.

" Il y a maintenant des indices disant que le Golfe a une préhistoire beaucoup plus profonde, remontant à 100.000 années ou plus.

" Une échelle complète et détaillée des explorations et des fouilles archéologiques fait cruellement défaut."

Source : http://www.thenational.ae/uae/heritage/when-arabia-was-green-lush-grasslands-helped-early-man-make-leap-out-of-africa#full

Traductions partielles Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires, 14-08-2015

MAJ 2 : Découverte extraordinaire dans le Golfe, l'Histoire de l'Humanité bientôt réécrite ?

As yemen oman uae archaeological sites

(...) En Mars 2015, les archéologues ont fait une découverte à Sharjah en Arabie Saoudite, qui non seulement promet d'apporter un éclairage nouveau sur le rôle de l'Arabie dans la préhistoire, mais a aussi le potentiel de réécrire l'histoire de l'humanité.

La découverte a été une usine préhistorique d'outils composée de plus d'un millier de fragments de pierre dont quatre haches, des grattoirs qui auraient été utilisés pour le nettoyage et la préparation des peaux d'animaux et des préformes lithiques : des pierres brutes, incomplètes et inutilisées qui attendent encore la taille finale et le raffinement qui les auraient transformés en outils.

" Ils peuvent être vieux de 200.000 ou même 500.000 années, nous ne savons pas encore, mais ils repoussent certainement à loin (dans le temps) la première preuve de l'occupation humaine dans le sud-est Saoudien ", explique Knut Bretzke de l'Université Eberhard Karls de Tübingen, en Allemagne, le leader de l'équipe responsable de la découverte faite à Suhailah, au nord de la ville-oasis de Dhaid.

Comme un nombre croissant d'éléments archéologiques découverts à travers l'Arabie durant la dernière décennie, "l'assemblage lithique" de Bretzke constitue un défi pour le modèle standard (toujours théorique) de " la sortie d'Afrique " des débuts de la dispersion humaine qui a dominé le consensus scientifique depuis la fin des années 1990.

" Le modèle "standard" dit généralement que les humains modernes sont sortis de l'Afrique entre il y a 50.000 à 60.000 ans, mais il est important de réaliser que nous avons maintenant des preuves archéologiques pour appuyer la théorie selon laquelle il y a eu une expansion plus tôt de l'homme moderne ", explique l'archéologue.

" Et maintenant, il y a de plus en plus de preuves avec deux études génétiques et d'autres découvertes en Arabie et en Asie, qu'il pourrait y avoir eu de multiples expansions (migrations) bien plus tôt que cela."

Si l'analyse de Bretzke est correcte, alors les outils non seulement témoignent de l'occupation humaine de l'Arabie au moins 75.000 années plus tôt que précédemment accepté, mais Suhailah est également l'un des sites archéologiques préhistoriques les plus importants, pas seulement dans les Émirats arabes unis, mais dans l'ensemble de la péninsule arabique.

" Cela n'a pas été dérangé et nous pouvons maintenant recueillir et étudier les lithiques systématiquement, ce qui va donner un aperçu de l'occupation humaine pendant le milieu du Pléistocène ", explique l'archéologue d'une quarantaine d'années.

Mais tandis que Bretzke reste optimiste sur le fait que le travail de terrain permettra à son équipe de découvrir plus de preuves à Suhailah, il admet que d'arriver à une date plus précise pour l'usine d'assemblage (ce lieu de convergeance et de fabrication d'outils à grande échelle) est peu probable.

Les découvertes ont été faites au niveau du sol et non pas à la suite de travaux d'excavation, rendant les datations difficiles. " Jusqu'à présent, il est impossible de fournir une date absolue pour les découvertes qui sont faites à la surface. Bien sûr, les haches ont des caractéristiques particulières qui me permettent de les mettre dans un laps de temps entre il y a 200.000 à 500.000 ans, mais qui est basé uniquement sur leur forme et la technologie qu'ils utilisent ".

Si la datation de Suhailah va probablement rester une question d'interprétation, (YH : mais c'est le cas de la majorité des comparaisons de formes de poteries ou autres pour beaucoup de sites plus récents), l'archéologue est plus confiant quant à l'établissement de dates absolues pour ses découvertes à Jebel Faya, un autre site de Sharjah où Bretzke a supervisé des fouilles depuis 2012.

« Nous avons creusé sur environ 150 mètres carrés et nous sommes descendus, au point le plus profond, à environ quatre mètres cinquante sous la surface », explique l'Allemand.

« Nous avons découvert une séquence de sept couches et nous avons prélevé des échantillons et les avons soumis pour une datation. Nous attendons encore les résultats, mais le fait est que nous avons maintenant une séquence de sept couches potentiellement paléolithiques qui peuvent être datées et connectées à celles qui ont déjà été fouillées, avec quelques découvertes du Néolithique tardif et de l'Age du Bronze trouvées sur le dessus ".

" La couche la plus profonde doit dater d'il y a environ 125.000 ans, mais nous ne savons toujours pas avec certitude pour les couches supérieures. Mais, compte tenu de la morphologie de la grotte et de la sédimentation, nous croyons qu'ils sont de la fin du Pléistocène, vieux peut-être de 12.000 ou 13.000 années. Nous ne pouvons pas être sûr, mais les outils ne se regardent pas comme s'ils étaient néolithiques ».

Pour Bretzke, l'importance de ces couches vient de leur capacité à mettre en lumière non seulement sur l'occupation au début de l'Arabie, mais comment la colonisation de la péninsule a été liée à des changements dans le climat, les origines et les destinations des habitants de Jebel Faya et combien de temps ils sont restés.

Travaillant avec le professeur Adrian Parker, un géographe de l'Université d'Oxford Brookes en Angleterre, Bretzke a analysé les couches de sédiments de Jebel Faya et la présence de phytolithes, des structures de silice microscopiques qui sont recueillies dans le tissu végétal et persistent dans le sol longtemps après la désintégration d'une plante, permettant d'établir les liens entre l'occupation et des changements dans le climat préhistorique et la végétation du site.

« Nous avons étudié la taille des grains [des sédiments] et établi quelques conclusions sur la façon dont ils ont été déposés, parce que vous pouvez faire la distinction entre un dépôt dans des conditions humides et des conditions sèches », explique Bretzke.

" Nous avons également trouvé des preuves de l'existence de palmiers sur le site. Bien sûr, nous ne savons pas si ils étaient d'origine naturelle ou si les gens les ont amenés là-bas, mais ils doivent avoir été quelque part dans le voisinage ".

Bretzke et Parker ont conclu que les couches de périodes d'archéologie et d'occupation sur le site sont toujours liées à des périodes humides et que les couches sans preuves archéologiques sont liées à des périodes sèches.

" Il n'y a aucune source d'eau permanente au Jebel Faya à part les précipitations et les eaux de surface. Dès qu'il cesse de pleuvoir, vous devez le quitter ", dit l'archéologue.

" La séquence [de découvertes] ne nous donne pas également des informations détaillées sur la technologie qui a été utilisée. J'ai des outils avec des caractéristiques que je ne peux trouver nulle part ailleurs et chacune est radicalement différente ", explique Bretzke.

" Cela suggère qu'il y avait des impulsions d'occupations plutôt qu'une occupation continue, et aussi que les populations entrantes sont venues de différentes directions."

(...) Hans-Peter Uerpmann a commencé des fouilles à Fay-NE1 en 2003 et a fait sensation en 2011 quand, avec Simon Armitage de Royal Holloway, de l'Université de Londres, il a publié un document « La Route du Sud " Out of Africa " : preuve d'un début d'Expansion de l'Homme moderne en Arabie " dans la revue Science.

Non seulement ce document réclame que Jebel Faya a fourni la preuve de l'arrivée des humains anatomiquement modernes en Arabie dès il y a 125.000 années, mais il a également proposé qu'ils sont arrivés par l'intermédiaire du Détroit Bab El Mandeb de la Mer Rouge et non via la vallée du Nil ou du Proche-Orient, comme cela avait été suggéré précédemment.

" Ces humains anatomiquement modernes '' - comme vous et moi - avaient évolué en Afrique il y a environ 200.000 ans et a ensuite peuplé le reste du monde ", a déclaré Armitage en 2011.

"A Jebel Faya, les datations révèlent une image fascinante dans laquelle les humains modernes ont migré hors d'Afrique beaucoup plus tôt qu'on ne le pensait précédemment, aidés par les fluctuations mondiales du niveau de la mer et du changement climatique dans la péninsule arabique."

" Jusqu'à présent, nous avons pensé que des développements culturels conduisaient à l'occasion des personnes à se déplacer hors de l'Afrique ", a déclaré Uerpmann aux journalistes au moment du rapport. " Maintenant, nous voyons, je pense, que c'était l'environnement qui a été la clé." (...)

(...) En 2010, après une recherche de six ans sans aucun résultat, Jeff Rose et son équipe ont commencé à découvrir des outils lithiques au cours de leur dernière saison dans le champ qui apparaît être un type très spécifique de la technologie de l'outil de pierre utilisée par le " complexe nubien", les chasseurs nomades de l'Afrique de la Vallée du Nil.

" Cette façon de faire des outils de pierre avait été trouvée seulement en Afrique, le long de la vallée du Nil jusqu'à ce moment ", dit Rose. " Nous avons daté les trouvailles comme étant d'il y a environ 106.000 années et ils étaient assez bien assortis à ceux de la vallée du Nil et une fois que nous avons trouvé un site et commencé à chercher pour ceux-ci, nous en avons trouvé environ 200 de plus, tous dans le sud d'Oman ".

" Nous avions touché le jackpot ", a déclaré Rose au National Geographic. " C'était l'euphorie scientifique. Nous n'avions jamais considéque le lien à l'Afrique viendrait de la vallée du Nil, et que leur route serait à travers le milieu de la péninsule arabique, plutôt que le long de la côte ".

" Les généticiens ont montré que l'arbre moderne de la famille humaine a commencé à se diversifier il y a 60.000 années. Je ne conteste pas quand cela est arrivé, mais où. Je suggère que la grande expansion humaine moderne vers le reste du monde a été lancée à partir de la Péninsule Saoudienne plutôt que de l'Afrique ".

Malgré la controverse entourant Jebel Faya, la publication du site était l'un des trois événements qui, selon Michael Petraglia de l'Université d'Oxford, a fait de 2011 mirabilis une "annus mirabilis" pour l'archéologie préhistorique en Arabie.

" Il y avait trois publications indépendantes en 2011, l'un à propos de Jebel Faya, l'un écrit par Jeff Rose sur Oman et celui par nous en Arabie Saoudite, qui a identifié et daté les premiers sites stratifiés dans toute l'Arabie, qui a complètement changé tout ce que nous connaissons sur la chronologie de l'occupation dans la péninsule arabique ".

" Le modèle prédominant dans le milieu universitaire a été que, beaucoup d'êtres humains se sont déplacés hors de l'Afrique de façon répétée dans le temps sur un couple de millions d'années, ils ont utilisé les côtes de l'Arabie et évité l'intérieur ", explique Petraglia. " Mais nous démontrons très, très clairement maintenant que ce n'est pas le cas. Le tableau d'ensemble est que l'Arabie Saoudite est désormais au cœur de notre compréhension du passé de l'humanité. Ce n'est pas une histoire de côté, c'est l'histoire centrale. "

Pour Rose, le concept de "Green Saoudite" et l'image qu'il peint des dispersions dictées par le climat, dans laquelle des groupes de chasseurs-cueilleurs suivent les cours d'eau, non seulement correspond à l'archéologie, c'est également logique.

« Les gens qui ont été en Arabie Saoudite ne pénètraient pas par le long de sa côte, ils se déplacaient à l'intérieur pendant les périodes vertes. Ils ont été opportunistes et profitant d'une péninsule arabique qui a été couverte par les prairies, les rivières et les lacs et les mêmes plantes et les animaux auxquels ils ont déjà été adaptés au nord-est de l'Afrique ". (...)

Source : http://www.thenational.ae/arts-lifestyle/the-review/the-long-read-out-of-arabia-the-story-of-early-humanity

Yves Herbo Traductions partielles d'après les publications scientifiques et un long résumé de Nick Leech, Sciences, Fictions, Histoires, 14-08-2015

Nejd plateau asDr Yamandú Hilbert examining stone tools from a Palaeolithic site on the Nejd Plateau, Dhofar. Courtesy Jeffrey Rose

YH : pour résumer, l'homme moderne serait sorti d'Afrique il y a environ 120.000 ans pour se regrouper en partie en Arabie Saoudite verte et aurait ensuite conquis le monde à partir de l'Arabie Saoudite redevenue sèche il y a 60.000 ans...

MAJ 3 : C'est une autre MAJ axée principalement sur l'eau, car les dernières informations concernant l'Arabie Saoudite elle-même, ne sont pas archéologiques mais plutôt écologiques : 

Le bassin d'eau souterraine d'Arabie menacé d’épuisement

Le bassin d'eau souterraine d'Arabie, une source aquifère dont dépendent quelques 60 millions de personnes selon la NASA, est l'un des bassins les plus menacés par la sécheresse et qui risque l'épuisement pour bientôt, selon des recherches de scientifiques menées sur la période 2003-2013, citées par futura.sciences.com.

Selon deux études publiées en juin 2015 sur les niveaux des grands réservoirs d'eau souterraine dans le monde, les évaluations basées sur les données du duo de satellites Grace montrent que 21 des 37 grands systèmes aquifères sont en voie d'épuisement.

Il s'agit aussi du bassin aquifère indien Indus, situé dans le nord-ouest de l'Inde et au Pakistan.

Le troisième plus vulnérable est le bassin de Murzuk-Djado, en Afrique du Nord.

Les scientifiques s'alarment de la situation qui, conjuguée au changement climatique et la croissance démographique, menace plusieurs régions de graves pénuries d'eau et de crises socioéconomiques et politiques.

Sur la Planète bleue, 97,5% de l'eau est salée (océans...). Sur les 2,5% d'eau douce, presque un tiers est souterraine (30,1%) et seulement 1,2% est disponible en surface. 68,7% sont dans les calottes polaires ou des glaciers.

Vue de l'espace, que ce soit à quelques milliers ou des centaines de millions de kilomètres, notre Planète apparaît bleue. Mais, en réalité l'eau ne représente que 0,023% de sa masse totale.

La pollution de l'eau en surface et le tarissement des cours d'eau sont des facteurs aggravants de cette situation. Les chercheurs rappellent que ces ressources aquifères sont très difficiles d'accès, donc très coûteuses à explorer...

Sources : http://www.webmanagercenter.com/actualite/economie/2015/07/14/165498/le-bassin-d-eau-souterraine-d-arabie-menace-d-epuisement,  futura.sciences.com.

 

Yves Herbo Traductions, S,F,H, 05-2012, 08-2015

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire environnement climat mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau