Des Egyptiens anciens en Australie ? Part 1

Des Egyptiens anciens en Australie ? - Part 1

scarab.jpgscarab-text.jpg

Cet article fait suite à celui-ci, mes premières recherches sur les pyramides de Gympie en Australie, suite aux très vieilles légendes des aborigènes locaux, qui parlent d'hommes blancs aux yeux bleus, avec des coliers en forme de dauphins et ayant habité les lieux avant eux et qui avaient érigé plusieurs pyramides ici. Ces dernières auraient toutes été rasées par le temps et les colons se sont servis des ruines pour leurs routes et fondations. Une pyramide intacte subsisterait dans une propriété privée, mais peut-être d'autres, enterrées. J'en parlais un petit peu dans ce premier article, voici une traduction des écrits d'un des chercheurs très impliqués sur le sujet.

Les textes de Rex et Heather Gilroy traduits en français :

" La preuve qui a été déterrée suggère que toute la région de Sydney avait été explorée, qu'ils se sont installés et ont exploité tout au long de l'âge du bronze [2000-1400 Avant JC], et par des milliers de colons. Ma femme Heather et moi nous sommes récemment démenés jusqu'à trouver, recherche après recherche, impliquant souvent ce script mixte. Nous l'avons trouvé sur le site de la pyramide sur la colonie Cooktown, à Cairns, Sarina, Gympie, sur la rivière Logan au sud de Brisbane, dans le district de la Nouvelle Angleterre et dans le centre-ouest du Nouvelle-Galles du Sud, en divers endroits de Victoria, en Australie du Sud et sur le Territoire du Nord, et à travers la mer de Tasman en Nouvelle-Zélande.

gympie-aerial-shot-s.jpgGympie-vue aérienne

De nouvelles découvertes de l'âge du bronze de colons égypto-phéniciens en Australie.

" Pendant que cet article est mis sous presse, plusieurs évolutions majeures sont actuellement en cours en Nouvelle-Galles du Sud, qui non seulement ajoutent un poids considérable aux découvertes de Sarina sur une colonie phénicienne au Val Osborne, mais aussi soutenir l'authenticité du controversé " Ancien Empire " de la période des hiéroglyphes égyptiens gravés sur le côté d'une pointe de falaises de grès surplombant les eaux de Brisbane, près de Gosford sur la Nouvelle-Galles du Sud Central Coast.

Les Colonies Perdues australiennes de l'âge du bronze des rois-dieux. [Cet article est composé de matériau du livre "Pyramids of Destiny - Lost Colonies Pacifique de l'âge du bronze rois-dieux» par Rex et Heather Gilroy. Copyright (c) Rex Gilroy 2003 URU Publications, publié 2008.] La suite du livre "Pyramids dans le Pacifique" 2001.

Partie 1 - part One - VO Par Rex Gilroy
Copyright (c) Rex Gilroy 2003

" Cet article est composé d'extraits du livre " Pyramids of Destiny - Lost Colonies Pacifique de l'âge du bronze rois-dieux » par Rex et Heather Gilroy . Copyright ( c) Rex Gilroy 2003 URU Publications , est disponible dès maintenant - 2007. Je dédie cette série à ma femme et collègue chercheuse, Heather, dont la constante assistance dédiée dans chaque aspect de notre travail commun, est pour moi une source d'inspiration constante. Sans son soutien ici, il est douteux que beaucoup de nos plus grandes découvertes archéologiques auraient été possibles.

Il y a peu de doute que l'Australie était connue et visitée par presque tous les anciens culture maritime sur Terre. L'une des dernières trouvailles à soutenir cette thèse est l'idole de grès sculpté du dieu de la pluie maya, Chac Mool, déterrée par moi à proximité d'une jungle couverte de ruines en pierre sur la rivière Endeavour près de Cooktown, dans le Grand Nord Queensland. La relique semble être la preuve incontestable d'une expédition amérindienne qui a dérivé jusqu'ici via les courants océaniques du Pacifique, n'importe où il y a jusqu'à 2000 ans.

Pourtant, bien avant cette époque, ce continent a été colonisé et largement exploité par les peuples de l'île du sud-est et de l'Asie continentale, la région du Proche et du Moyen-Orient et de la Méditerranée. Cela aiderait à expliquer la présence d'anciens rites de momification de style égyptien autrefois pratiqués parmi les insulaires du détroit de Torres et par les tribus autochtones du Cap York, ainsi que les rites et les croyances associées qui équivalaient sensiblement aux mêmes enseignements de la religion osirienne de l'Egypte. [Un compte rendu complet des rites de momification australiens et les croyances associées se trouve dans " Pyramides dans le Pacifique - L'histoire non écrite de l'Australie ", par Rex Gilroy, URU Publications 2000] .

Des reliques mysterieuses et inscriptions rupestres dans une multitude de langues anciennes qui continuent d'être trouvées vers le haut de toute l'Australie démontrent que ces peuples n'étaient pas de simples visiteurs occasionnels sur ces rivages. En effet, il y a suffisamment de preuves pour montrer que les colonies établies ici le sont de longue durée, des générations durables, voire des siècles. Certaines de ces colonies possédaient des pyramides et ces structures n'auraient pas été construites sans colonisation à long terme à l'évidence.

A l'apogée de l'âge du bronze [ 2000-1400 AV JV ], les Pharaons d'Egypte ont possédé souvent d'énormes flottes de grands navires en bois, chargés de mineur-colons et leurs familles, ainsi que du bétail et des produits, de l'océan Indien à l'île du sud-Asie de l'Est. Jusqu'à quel endroit ces expéditions, composées d'Egyptiens, de Phéniciens, de Libyens, de Celtes et d'autres naviguaient est un mystère pour les historiens. Pourtant, il y a beaucoup de preuves pour montrer que beaucoup de ces expéditions ont pénétré au-delà du détroit de Torres pour explorer l'est de l'Australie, ou naviguer dans les îles du Pacifique Ouest, y compris la Nouvelle-Zélande, laissant des influences culturelles et autres sur les habitants autochtones qui sont encore visibles aujourd'hui.

Cet article en trois parties étudiera cette évidence, à commencer par la colonie maintenant révélée qui couvrait une vaste zone du plateau d'Atherton, et qui couvrait [ à ce stade ] une façade maritime s'étendant du district sud de Cooktown Tully. Qu'il y ait eu contact entre elle et d'autres plus au sud, à Proserpine, Sarina et Gympie semble certain.

Cachée profondément dans la jungle de la péninsule du Cap York se dresse une pyramide à degrés en ruine. À l'origine trouvée par un agriculteur de Cooktown, alors qu'il dégageait la forêt tropicale dans un endroit isolé vers le milieu du 19e siècle, elle a été par la suite visitée par quelques premiers colons, jusqu'à ce que la jungle la récupère et que l'emplacement soit perdu avec le dépérissement des vieux pionniers.

Quand, en 1978, Heather et moi ayons entendu parler de cette structure d'une ancienne résidente de Cairns, nous n'avons eu que de vagues directions à suivre. Au début, nos premières recherches pour la " pyramide perdue de vue au nord du Queensland " a été un échec. Puis, en Septembre 1987, nous sommes tombés sur ce qui peut ou ne peut pas être la même pyramide.

Luttant par la croissance de la forêt dense recouvrant la structure, nous avons trouvé que c'était une ruine en ruine, construite de cuivre, de quartz, de fer et d'autres minerais, ainsi que d'autres roches de différentes tailles, certaines pesant autant que de 2 à 4 tonnes, à travers lesquelles des siècles de croissance d'arbres avaient grandi, délogeant une grande partie de la maçonnerie. Cependant, nous avons compté huit terrasses, le sommet étant entouré par un faible [ en décombres maintenant ] mur, la structure montée à 18.3m de hauteur. La pyramide a été alignée avec les quatre points cardinaux et un grand autel de pierre brute, a maintenant basculé et tombé à l'extrémité orientale du sommet.

Il mesurait 1,53 m de hauteur en position verticale par 2,14 m de long et 2m de large. Chacune des quatre terrasses de base mesurait 33,5 mètres de longueur, et nous avons également détecté des décombres de restes d'un mur bas qui s'étendait à l'extérieur de la structure, à 6m, de 60m de longueur et entourant la pyramide sur les quatre côtés, avec une ouverture au coin nord-ouest du mur.

Nous avons également constaté que la face sud de la pyramide possédait deux chaussées, l'une sur le côté occidental a montré des signes d'un ancien escalier au sommet, mesurant 4,5 m de largeur, tandis que l'autre, vers l'extrémité orientale, se composait de deux voies séparées par une paroi centrale menant à une ancienne enceinte, probablement deux petits sanctuaires. Ces deux chaussées étaient bordées par des murs en moellons sur les extérieurs.
Lors du retour de ces enquêtes sur le site nous avons trouvé une vaste zone d'anciennes exploitations minières aurifères alluvionnaires et d'or à ciel ouvert et des mines de cuivre sur un flanc de montagne à proximité.

En Juillet et Octobre 2002, Heather et moi sommes retournés au quartier Cooktown. Toute la région Atherton-Cape York était au milieu d'une terrible sécheresse et la jungle couvrant la pyramide était considérablement morte, nous permettant pour la première fois d'obtenir de bonnes photographies de la structure. En raison de la mortalité massive de la végétation, nous avons découvert de nombreuses petites dalles de pierre portant des inscriptions égyptiennes et phéniciennes. Celles-ci étaient votives, offrant des messages laissés par des sacrifices sur la pyramide.

ptah.jpg

Lors de la visite de Juillet, nous avons découvert deux grandes pierres portant de longues inscriptions dans un script égypto-phénicien mixte. Celles-ci avaient jusqu'alors été cachées dans l'ancien revêtement de jungle dense.

L'une des pierres avec des inscriptions, une dalle de grès ferrugineux mesurant la longueur de 2,5 m par 1,7 m et une largeur de 40cm d'épaisseur dépassait de la terrasse au sommet de la face ouest de la pyramide. Elle a été ensuite traduite comme suit :

" Les mines dans les montagnes, surveillées par l'oeil de Ra, le soleil, comme il se lève au-dessus de l'océan pour briller, même en hiver. Il prend soin de la terre de sa lumière.
Ta-na, notre Roi, le brun, est arrivé ici par le « navire de la Bannière Royale ». Il officie lors des cérémonies de la pyramide et sur les règles pour les mines d'or et de cuivre brillant " .

La seconde stèle se trouvait à l'angle nord-ouest de la terrasse de la base. Gravé dans le même script mixte, on lit :

" La pyramide de pierre a été construite en position verticale et les terres cultivées. L'oeil de Ra apporte la lumière pour cultiver la terre. 100 navires de Ra ont été fabriqués ici par son souffle de vent sous la protection de ses rayons de lumière. Les flottes des navires d'or de Ra (sont au) départ pour Dan. Nous nous sommes rassemblés pour lui au temple. Avons brûlé de l'encens pour Ra " .

Avec le retour de la pluie dans la région, la jungle recouvrira bientôt la pyramide à nouveau, avec les traces à proximité des demeures anciennes, une autre trouvaille faite par nous lors de notre visite en Octobre 2002. La pyramide était de toute évidence une structure dédiée au culte solaire et la pièce maîtresse d'une grande communauté. Une des petites inscriptions votives sur la pierre offrait des énoncés en phénicien : « Le temple de la pyramide de Ra, construit par les mineurs de la montagne " .

La pyramide a été construite avec des minerais bruts et de grosses pierres provenant des activités minières menées dans les environs. Ces anciennes routes possibles finiront par être identifiées par ici, par lesquelles les minerais localement fondus ont été transportés vers Cooktown Harbour où des traces de peuplement ont été retrouvés. Pour ces opérations [ comme « Pyramides dans le Pacifique " l'a montré ] , il aurait fallu des charrettes à bœufs pilotés ou l'utilisation de troupeaux de mules, amenés ici à partir de bases en Asie du Sud-Est. De Cooktown, des triremes ont navigué vers la maison, chargés d'or, du cuivre et d'autres métaux précieux et pierres précieuses recueillies par ici.

Loin au sud, autour de la ville de Atherton, beaucoup plus de pierres portant un mélange de scripts du Moyen-Orient antique se trouvent sur les hauteurs, et les agriculteurs ont trouvé les restes de ce qui semble être une ancienne route qui conduit à une zone d'étain, amenant à descendre vers le bas d'Atherton sur la côte, près de l'emplacement actuel de Cairns.

Au cours de notre expédition de juillet 2002, nous avons passé du temps avec un ami dans une ferme de canne à sucre, à Smithfield dans la périphérie nord de la ville. Une ancienne, désormais ensablée jetée et un ancien marigot de Cairns Harbour se trouve ici, et tout en explorant autour de son ancien rivage, j'ai récupéré plusieurs petites pierres d'ardoise au sol portant des inscriptions de l'âge du bronze. Trois étaient des pierres " de message ", par exemple des inscriptions qui contiennent souvent des informations de la journée - un jour de la vie des gens. Ces inscriptions ont déclaré : " Yata, par bateau je suis venu, pour le capitaine Baga-i " ; " Waga, le capitaine, a mené notre équipe à cet endroit dans l'oeil du navire de Ra » et « Mon nom est Shem de Lud ».

Les deux autres spécimens étaient des inscriptions « ex-voto », sûrement d'un temple de Ra à proximité depuis longtemps disparu. Ces inscriptions disaient : « Ra est positionné sur cette terre et observe notre naissance et la mort. Zata, à l'Oeil de Râ, le soleil, prie » et « Takona faisaient des offrandes au temple de Ra " . Je crois en outre que le travail de terrain pourrait montrer d'autres restes dans les parages, peut-être même ceux d'ancienne fonderies, d'où l'or, le cuivre et l'étain récupérés des montagnes a été mis sur les triremes pour le long voyage de retour vers les ports de la mer Rouge.

Comme cette série d'articles va le démontrer, les colonies qui doivent être cachées ont révélé des inscriptions rupestres dans lesquelles les noms des souverains apparaissent. Le fait est que ces colonies sont devenues si grandes que leurs énormes populations exigeaient la mise en place de classes dirigeantes locales. Comme l'inscription sur le temple-pyramide près de Cooktown fait état, un dirigeant de cette colonie était le puissant roi Ta-na. Peut-être que des futures inscriptions seront trouvées révélant d'autres monarques. Le Pharaon Ta-na a régné sur un territoire considérable qui sûrement s'étendait vers l'ouest pour les minéraux riches des terres du Pays du Golfe. Sa colonie, comme les autres, plus au sud, étaient de tellement longue durée qu'au cours du temps, la population mixte d'Égyptiens, des Libyens, des Phéniciens et des Celtes, races intermédiaires, etc, ont mélangé leurs idées culturelles et aussi leurs écritures afin de créer un langage fait d'une série de lettres et symboles.

Même les marins de ces pays avaient élaboré leurs propres écritures et celles-ci peuvent être trouvées sur des rochers souvent à l'intérieur des terres, le long des rivières côtières que les colons ont exploré dans la recherche de sites miniers, ou même de bon bois pour la construction de bateaux. C'est maintenant un fait établi, en particulier parmi les chercheurs précolombiens, qu'après avoir atteint la côte d'Afrique, des Amériques ou de tout autre pays et de repérer les entrées des réseaux hydrographiques côtiers, ils naviguèrent le long de ceux-ci, s'arrêtant de temps en temps pour explorer l'intérieur des terres à la recherche de sites de pierres précieuses minérales ou organiques. Des bases si des dépôts intéressants ont été découverts seraient établies ici et à l'embouchure de la rivière, tandis que un ou deux bateaux [ en supposant qu'il y avait assez de la flotte d'habitude sur ces expéditions ] seraient renvoyés chez eux pour revenir avec plus de navires et des colons pour que la nouvelle colonie minière qui serait créée et développée pour avoir plus de minerais et de pierres précieuses partant des localités qui ont été découvertes.

Par exemple, un grand nombre d'écritures sur roches égyptiennes, phéniciennes, libyennes, le Celtic et les autres sont découvertes par Heather et moi sur une large zone du NVW de Central-Ouest et du district de la Nouvelle Angleterre du nord de l'Etat, principalement sur les sites de la Dubbo et Bathurst comportant de l'or, le cuivre et l'étain des quartiers bordant la rivière Macquarie. Dans les districts Inverell, Tamworth et Nundle bordant le bassin du fleuve Namoi-Peel et Moree, près de la rivière Gwydyr à l'extérieur. Tous ces fleuves se jettent dans la rivière Darling qui bifurque de la rivière Murray près de Wentworth dans le coin sud -ouest de l'État, la rivière Murray [ qui commence sur la côte sud de l'Australie à Encounter Bay ] à partir de sa jonction avec la rivière Darling, coule vers l'est pour se connecter avec d'autres rivières de l'intérieur, par exemple, le Murrumbidgee et Lachlan, qui ont tous deux un flux profond à travers le sud-ouest de l'intérieur de l'Etat où de vastes gisements de métaux précieux et pierres précieuses se trouvent encore aujourd'hui. Des écritures rupestres ont été révélées le long de toutes ces rivières et d'autres ramifications de la Murray à Victoria .

gympie-pyramid-view1.jpgCette photo est censée avoir été prise avant la destruction du site de Gympie par des bulldozers mais aucune preuve ni dates n'étayent cette hypothèse (Brett Green)


Aujourd'hui, la plupart de ces cours d'eau pourraient ne pas être navigables pour les grands bateaux, mais dans l'Antiquité lorsque les nappes phréatiques étaient plus élevées, les triremes auraient pénétré en eux. Et quand un fleuve rétrécissait ou devenait peu profond, les membres d'équipage prenaient un engin plus petit, par exemple, les "hippopotames", qui étaient d'environ deux fois la taille d'une vieille chaloupe britannique, ou encore de plus petit en taille comme des kayak - faits avec le métier de la peau. Les Phéniciens en particulier, étaient des experts géologues. Par exemple, lors de la découverte de nids de fourmis, ils examinaient les petites pierres retirées des profondeurs par les fourmis, dispersées dans le nid, avec des lentilles grossissantes. S'il y avait des traces de quartz, ils savaient qu'il y avait une chance d'y avoir de l'or à proximité, ou si des fragments d'agate ou d'autres pierres précieuses étaient identifiés, ils savaient qu'il y aurait des pierres précieuses à trouver. Il n'est guère étonnant que les Phéniciens étaient les maître-mineurs du monde antique !

Les explorations des réseaux hydrographiques côtiers, notamment en Australie, expliquent pourquoi Heather et moi avons été en mesure de découvrir d'anciennes inscriptions rupestres et d'autres reliques en profondeur en Australie centrale, au Queensland Central et dans les districts NSW Central-ouest, etc. Il ne semble guère y avoir une partie reculée de l'Australie où les Phéniciens rustiques, [ si ] pas d'autres, n'ont pas pénétré dans l'antiquité, et où les temples et les pyramides de ces mineurs mégalithiques ont été trouvés, il est certain que ce sont les pièces maîtresses de grandes colonies de longue durée. En Cheminant vers le sud sur la côte Queensland de Cairns se trouve Tully, où sur la rivière Tully se trouvent des rocs plus phéniciens qui commencent à sortir de terre, et beaucoup plus loin au sud, des traces de ruines côtières mégalithiques, une grosse tête en pierre sculptée et des inscriptions rupestres plus phéniciennes ont été découvertes par Heather et moi dans les dernières années , ce qui suggère que beaucoup plus nous attend encore.

Cependant, au cours de notre expédition de Juillet 2002 loin au nord du Queensland, le hasard nous [ en fait sur une de mes « intuitions » notoires !] fait tomber sur les vastes décombres des restes d'un temple, caché profondément dans une forêt tropicale sur un site de montagne côtière au bord d'un cours d'eau. Aujourd'hui, par ici, les terrasses côtières sont couvertes par les fermes de canne à sucre, la ville et un réseau de routes et des maisons, ne donnant aucune indication qu'une colonie minière majeure pourrait avoir, y existait il y a jusqu'à 3000 ou plus années ! Comme mon nouveau livre le montrera, de vastes exploitations du cuivre et de l'or ont été effectuées dans la chaîne de montagnes à proximité, les minéraux ont été fondus par ici, placés sur des galères et ont navigué vers le nord jusqu'à la côte, sans doute pour le long voyage vers les ports de la mer Rouge .

Le temple qui a été construit à Proserpine est de roches basaltiques, beaucoup plus important. Des siècles de croissance des arbres avaient renversé les murs mais on pouvait encore détecter les contours de ce qui s'est avéré être de petits sanctuaires à Isis, Bel et Baal. Il y avait là un temple communal auquel les gens de plus d'une nationalité adoraient, mais principalement un centre pour le culte de Baal, à qui il a été consacré. Comme nous étions sur notre chemin vers le sud lorsque nous avons découvert ce temple et que nous ne pouvions passer que quelques heures là, nous n'avions pas le temps d'effectuer des mesures détaillées de la structure. Cependant, dispersées parmi les ruines, nous avons découvert 17 inscriptions « ex-voto » sur pierres à proximité des sanctuaires, ceux-ci consistant en une prière en égyptien : «" Isis faite que ma cloche vibre, Irala " , avec deux autres messages en égyptiens disant : « Dabaz l'Ancien commande que tous se réunissent pour adorer Ra » et « réunis ici pour rendre grâce à Ra pour sa protection des navires du Soleil " .

Les inscriptions restantes étaient dans une écriture celto-phénicienne, dont sept ont été des « pierres de deuil », par exemple , un tel message disait : « Malheur à Ragi le Brun. Hélas, il n'est plus. A cet endroit Nata laisse des offrandes pour lui. Baal veillez sur lui » et « Pleurez Syna, allé à Baal. Il est mort d'une morsure de serpent. Pleuré par Gil " . Pourtant, la plus remarquable découverte a été une image de basalte de 24cm de haut surmontée de Baal qui détient le Soleil dans sa main droite et le message " Baal le Soleil " gravé sur le dos. En déblayant les vignes et les arbustes, nous avons découvert une large stèle tombée et brisée, 76cm de haut par 50cm de large, portant l'inscription : " Culte du Soleil Baal ici. Libations d'eau pour le Dieu " .

À proximité se trouvait une pierre longue de 60cm par 30cm de largeur portant le message : " Sur cette terre, les rayons de lumière de Baal rayonnent le Soleil " . Et puis, en déblayant une épaisse couche de feuilles d'un gros rocher, j'ai trouvé que c'était une petite pierre d'autel portant une écriture plus phénicienne. La mesure était de 60cm de long sur 36cm de large par 27cm de haut, et les inscriptions de l'autel, j'ai réalisé, portaient le nom d'un monarque local. Il a été traduit comme suit : « Le Roi Nagi allume le feu sacrificiel pour Baal dont l'oeil est au-dessus de nous tous, et dont la lumière (fait) pousser le champignon sacré. Rassemblez-vous ici pour adorer Baal. Recueillez et contemplez son œil, le Soleil " .

pymid.jpg
La présence d'un roi qui implique beaucoup plus de preuves nous attend Heather et moi dans le quartier de Proserpine, preuve d'une grande colonie, la colonie ayant sûrement couvert une superficie considérable, quelque part là-bas sur les terrasses côtières. Le jour tombait lorsque nous avons comptabilisé fébrilement tout ce que nous avions trouvé, avant de commencer notre chemin pour sortir de la forêt qui s'assombrissait, mais nous fûmes bientôt de retour en Octobre pour une autre recherche dans le nord du Queensland, dans le but de reprendre les travaux sur le quartier de la pyramide / colonie de Cooktown, et nos dernières découvertes à Proserpine.

Lors de cette visite, nous avons découvert que la sécheresse persistante avait en notre absence tué une grande partie de la croissance de la jungle. En conséquence, je suis arrivé sur une douzaine de pierres inscrites éparpillées sur les feuilles séchées couvrant les petits sanctuaires. Tout ceci a été gravé en écriture phénicienne. Une petite dalle portait l'image d'un animal au long cou, à quatre pattes et à queue, représentant l'offrande dont le message d'accompagnement déclarait " placé ici au temple ". Ces inscriptions ont révélé une influence d'une famille sur le site. Un petit [ 14cm par 11cm ] message votif de pierre offrant à lire : « Ce jour-là, l'ait amené ici, et tué pour le Soleil, Baal, un sacrifice par Naga, fils de Sheb ".

Un autre ex-voto de pierre mesurant 13cm par 12,5 cm a déclaré : « Pour Baal du Soleil. Sheb du Soleil fait une offrande ". J'ai découvert deux inscriptions « Sheb » qui en a révélé plus sur la colonie. On lisait : « Les navires du roi Raga se rassemblent. Ils se réunissent ici, commandée par Sheb, son fils. Ils grandissent en nombre " . L'autre inscription a déclaré : « Avant l'oeil du Soleil nous partîmes. Les équipages se rassemblent pour Sheb. Baal veille sur nous. ". Si nous avons affaire au même Sheb, il était le fils de l'un des rois de cette colonie, et il semblerait que Sheb était sur le point de commander le levage des voiles de la flotte, peut-être pour les ports de la mer Rouge, chargée d'or, de cuivre et d'autres métaux précieux extraits dans les montagnes voisines.

La mort de l'ancienne jungle dense a permis que nous mesurions enfin le site, qui est de 257m de long sur 39.15m de largeur, érigé sur un axe est-ouest sur son lieu au sommet de la montagne. Nous avons également découvert que, bien que le temple avait été initialement construit à l'époque de l'âge du bronze [ les inscriptions celto-phéniciennes trouvées par ici ce jour dataient d'environ 1600 avant J.-C. ], il était encore en usage au moment de l'émergence de l'Age du Fer, qui avait commencé autour de 1400 avant JC. Notre preuve en était la découverte d'un gros rocher portant une inscription phénicienne remarquable.

La roche en saillie sur le sol avec un angle, mesuré à 1,19 m de longueur par 50 cm de large. Sur un côté de cela, nous avons découvert un autel de libation en basalte d'une longueur de 76cm et de largeur de 46cm et 18cm d'épaisseur, avec un creux de 12.5cm de large et de 5cm à 6cm de creux pour les libations.
Pourtant, les inscriptions ont révélé une grande chose, car lorsque je traduisais plus tard, j'ai trouvé que c'était plus une relique d'un autre chapitre inconnu dans la colonisation de l'Australie commençant dernièrement à émerger. L'inscription a déclaré :

" Cette partie du temple de Baal du Soleil a été construite par les colons des navires de Hiram et Salomon pour rendre grâce. Pour que sur le terrain plat de cette colonie soit construit des bateaux qui naviguent, que cette terre du peuple noir ait à travailler des mines et faire grandir le grain pour tous. Bana votre souverain déclare " .

Les preuves suggèrent que cette inscription remonte au règne du roi Salomon de Judée, et du roi phénicien de Tyr, Hiram. Salomon est mort en 950 avant JC et célèbre pour son temple [à l'origine une structure phénicienne qu'il a complété ], pour lequel il a envoyé des expéditions au loin pour recueillir l'or, argent, cuivre et autres métaux et pierres précieuses pour être utilisés dans la parure de ce temple. A cet effet, il a demandé l'aide de l'un de ses alliés, le roi Hiram [ comme l'Ancien Testament fait état ] à fournir des navires nécessaires pour obtenir ces richesses.

Jusqu'à quel endroit les navires de ces monarques ont navigué est un mystère, mais je crois que l'Australie était bien en vue sur leur liste. La présence de la flotte de l'expédition conjointe de ces deux monarques à la colonie de Proserpine semble maintenant certaine, et que pendant leur séjour des chambres supplémentaires ont été ajoutées au temple par les Phéniciens de cette expédition.

Lors de notre visite de Juillet 2002 à Tully, la recherche d'une entrée a abouti à la récupération de deux pierres inscrites, ce qui suggère que la colonie était en augmentation là aussi, mise en place par des gens envoyés sur notre partie du monde, dans ce cas par Hiram lui-même. L'inscription sur pierre d'une longueur de 20cm en largeur 16,5 cm et 10,5 cm d'épaisseur est ainsi libellée : " C'est le lieu de rassemblement, où la terre est cultivée. Ra veille sur nous. Nous sommes des gens de Khem et de Tyr, envoyés ici des navires par notre Roi, Hiram. Nous avons suivi le soleil à cette terre ". Khem était bien sûr l'Egypte, de sorte qu'il semble que l'expédition comprenait des hommes et des femmes de l'Egypte et de la Phénicie.

Parce que toute colonie ayant eu sa propre classe dirigeante montre qu'elle était de taille considérable, avec une population d'un nombre d'au moins 2 ou 3 mille habitants [ comme suggérés par le Atherton et Proserpine, ainsi que Sarina, Gympie et d'autres colonies à traiter dans cette série ]. Savoir il y a combien de temps ces colonies ont été établies peut être déduit de non seulement les styles des structures pyramidales, mais aussi des différentes écritures, dont les apparitions d'abord dans leur pays d'origine sont connues.

Par exemple, la forme de la pyramide à gradins, qui se trouve près de Cooktown, et aussi à la colonie Gympie [ étant étudiée dans la partie 2 de cette série ] appartiennent à la 3e dynastie de l'Egypte, à environ 2650 avant JC, et il est donc certain que la Colonie à l'Extrême Nord du Queensland a été établie sur cette période. La colonie Proserpine à l'heure actuelle peut être grossièrement datée de l'ère de l'inscription du temple vers Hiram/Solomon mentionnée précédemment, à travers le 15ème siècle avant JC (" Ibéric Script ", développé par les colons de la péninsule espagnole comme un outil facilitant à lire les langues utiles dans les transactions commerciales).

La plus ancienne écriture phénicienne, la cananéenne, qui date d'environ 3000 avant JC, est trouvée vers le haut de la rivière Lowood / la Bremer [ sud-est du Queensland ] colonie qui sera traitée dans la partie 2 de cette série. Pourtant, certaines trouvailles faites à la Colonie Gosford, NSW Central Coast feront la démonstration à la fin de cette série, que les Egyptiens et leurs alliés étaient présents en Australie dès l'Ancien Empire, par exemple 2780-2100 AV JC, peut-être même plus tôt, mais le lecteur devra attendre pour l'histoire complète dans la partie 3 !

L'ampleur de cet engagement puissant, qui s'étend sur tant de siècles, démontre la puissance exercée à l'âge du bronze par les Roi-Dieux, qui, par leurs commandements, ont été en mesure d'envoyer des dizaines de milliers de colons dans l'océan Indien, des voyages qui ont abouti à l'établissement de colonies puissantes, maintenant en grande partie retournées à la poussière, et que seules ces quelques reliques et structures rocheuses exposées sur la surface des sables du rêve intemporel australien nous laissent à peine un soupçon de ce qui était autrefois, et ce qui attend encore les piques des futurs chercheurs.

Fin Partie 1 - http://www.mysteriousaustralia.com/egyptians_australia_mainpage.html



Traductions Yves Herbo-SFH-09-2013

article médias photos science histoire archéologie prehistoire alien échange auteur lire mystère

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Sciences, Fictions, Histoires : Pages

↑ Grab this Headline Animator

Sciences, Fictions, Histoires : Blog

↑ Grab this Headline Animator

Annuaire de sites Net-liens