Des analyses ADN des Néandertaliens et Denisoviens révèlent une autre espèce inconnue

Des analyses génétiques des Néandertaliens et des Denisoviens révèlent une autre espèce inconnue

L'homme préhistorique s'est entrecroisé de façon effrénée entre Néandertaliens, Denisoviens et une autre espèce inconnue. Cette nouvelle espèce mystérieuse semblerait indiquer un monde proche de celui du "Seigneur des Anneaux" avec différentes créatures (issues de ces croisements). Les analyses du génome du groupe humain de Néandertal, tout comme celles de celui dénommé Denisoviens révèlent que la bonne et longue entente sexuelle semble avoir inclus un autre mystérieux ancêtre de l'homme.

Ces analyses ont été présentées à une réunion de la Royal Society de Londres, et elles comprenaient  des «extraits» du mystérieux ADN - ni Homme ni Néandertal, ni Denisovien. Elles suggèrent que le croisement était endémique et plus largement entre les groupes humains vivant en Europe et en Asie 30.000 années plus tôt qu'on ne le pensait, disent les scientifiques.

Les résultats proviennent d'une nouvelle analyse de l'ADN à partir d'une Denisovienne, une hominidé découverte après les analyses d'ossements et de dents trouvés dans une grotte de Sibérie, et publiée dans la revue Nature.

La nouvelle étude des génomes a été réalisée par David Reich de la Harvard Medical School. Il a dit : « les Denisoviens semblent plus distincts de l'homme moderne que l'homme de Néandertal. Il a ajouté : « les Denisoviens portent une ascendance venant d'une population archaïque inconnue, sans lien avec les Néandertaliens », disent de nouveaux rapports scientifiques.

Mark Thomas, un généticien évolutionniste à l'University College London, qui était présent lors de la présentation, a dit : " c'est ce qui commence à me faire penser que nous sommes à la recherche d'un monde du type " Seigneur des Anneaux " - qu'il y avait de nombreuses populations d'hominidés. " (YH : sans oublier les "Hobits", les petits Hommes de Flores)

Cela vient après les virus anciens hérités de Néandertaliens qui ont été trouvées dans l'ADN de l'homme moderne.

Les scientifiques étudient les liens possibles entre les « rétrovirus endogènes », qui sont contenus dans l'ADN, et les maladies modernes telles que le sida et le cancer.

Les chercheurs ont comparé l'ADN de l'homme de Néandertal et celui des Denisovans à celui obtenu à partir de patients atteints de cancer.

Ils ont trouvé des preuves de virus de Neandertal et Denisovien dans l'ADN moderne, ce qui suggère qu'ils proviennent d'un ancêtre commun il y a plus d'un demi-million d' années.

Les Néandertaliens ont coexisté avec nos ancêtres en Europe pendant des milliers d'années, mais appartenaient à une autre sous-espèce humaine. Ils ont finalement disparu il y a environ 30.000 ans.

Environ 8% de l'ADN humain est constitué de rétrovirus endogènes ou VRE, qui sont des séquences d'ADN laissées par les virus qui passent de génération en génération.

Ils font partie des 90 pour cent du génome, parfois appelé ADN « poubelle», qui ne contient pas de codes d'instructions pour fabriquer des protéines.

L'analyse a inclus des « extraits » du mystérieux ADN ni humain, ni de Neandertal

Le Dr Gkikas Magiorkinis, du Département de zoologie de l'Université d'Oxford, qui a co-dirigé la recherche, a dit : « Je ne voudrais pas le considérer comme un 'junk' parce que nous ne savons pas ce qu'il fait encore. Dans certaines circonstances, deux « virus indésirables » peuvent se combiner pour causer la maladie. Nous l'avons vu à maintes reprises chez les animaux déjà. Un VRE a été démontré causer le cancer lorsqu'il est activé par des bactéries chez des souris dont le système immunitaire est affaibli.

L' équipe d'Oxford envisage maintenant de chercher des liens possibles entre ces virus anciens, appartenant à la famille HML2 des virus et le cancer ainsi que le VIH / sida.

« Comment les patients ayant le VIH répondent à HML2 est lié à la vitesse à laquelle un patient va vers le sida, il y a donc clairement un lien là-bas, » a déclaré le Dr Magiorkinis.

« Les patients VIH ont également à risque beaucoup plus élevé de développer un cancer, pour des raisons qui sont mal comprises. Il est possible que certains de ces facteurs à risques soient génétiques, et peuvent être partagés avec HML2.

« Ils deviennent également réactifs dans le cancer et l'infection au VIH, de sorte que pourraient s'avérer utiles en tant que cible thérapeutique dans le futur. "

Le co- auteur, le Dr Robert Belshaw, de l'Université de Plymouth, a déclaré : « En utilisant le séquençage de l' ADN moderne de 300 patients, nous devrions être en mesure de voir dans quelle l'ampleur ces virus sont dans la population moderne.

« Nous nous attendons à ce que des virus sans effets négatifs se soient propagés dans la plupart de la population moderne, car il n'y aurait pas de pression évolutive contre eux.

« Si nous constatons que ces virus sont moins fréquents que prévu, cela peut indiquer que les virus ont été inactivés par chance ou qu'ils augmentent la mortalité, par exemple grâce à une augmentation du risque de cancer.

L'étude, publiée dans la revue Current Biology, a été financée par le Wellcome Trust et le Conseil de recherches médicales.

Est-ce que les Néandertaliens ont donné le langage à l'homme moderne ?

Néandertalien - reconstitution - Spy, Belgique

Des scientifiques prétendent que notre langue moderne peut être retracée jusqu'à l'homme de Néandertal qui vivait il y a un demi-million d'années.

La recherche semble indiquer de plus en plus que nos proches cousins, les Néandertaliens, étaient beaucoup plus semblables à nous qu'on ne l'imaginait. Des chercheurs néerlandais soutiennent que le dernier ancêtre commun que nous partagions avec les Néandertaliens il y a environ un demi-million d'années, possédait la parole et un langage commun avec l'homme moderne.

Ils croient que les origines de la langue moderne sont dix fois plus anciennes qu'on ne le pensait.

Les scientifiques de l'Institut Max Planck aux Pays-Bas sont intéressés par les implications pour la compréhension actuelle de la diversité linguistique de nos jours.

L'opinion populaire est qu'ils parlaient en grognements primitifs, mais homme de Neandertal a habité avec succès de vastes étendues de l'ouest de l'Eurasie pendant plusieurs centaines de milliers d'années, au cours des âges difficiles et des périodes interglaciaires plus douces.

Les chercheurs en psycholinguistique Dan Dediuand et Stephen Levinson ont déclaré que loin d'être des brutes lentes, leurs capacités cognitives et leur culture étaient comparables à la nôtre.

Le duo, qui s'est penché sur les résultats passés en détail, fait valoir que le langage et la parole essentiellement modernes sont une ancienne fonctionnalité de notre lignée qui remonte au moins à l'ancêtre le plus récent que nous avons partagé avec les Néandertaliens et les Denisovans (une autre forme de l'humanité qui est surtout connue à partir de son génome).

Leur interprétation de la preuve rare contredit un scénario populaire bien considéré par la plupart des scientifiques des langues, qui pensent que notre langue moderne a commencé avec l'arrivée soudaine de la modernité vraisemblablement due à une ou quelques mutations génétiques qui ont donné naissance à la langue.

Source : DailyMail

Yves Herbo Traductions-SFH-11-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire alien mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau