Découverte de l'entrée d'un tunnel antique en Australie ?

Découverte de l'entrée d'un tunnel antique en Australie ? - MAJ

© Ryan Mullins

" Mon équipe et moi avons été, et sommes retournés sur de nombreux sites sacrés et historiques qui ont été impitoyablement saccagés. Malheureusement, le regard insouciant sur les gravures originales et les arrangements de pierres, il y a quelques milliers et souvent des dizaines de milliers d'années, fait extrêmement partie intégrante de l'archéologie en Australie. Si banale est cette profanation des sites bien connus ou faciles à trouver, que notre première priorité a toujours été axée autour de la prévention de ce manque de respect scandaleux ; apprendre ce que sont les moyens de l'archéologie et qui était responsable, car il faut toujours faire attention à ses arrières pour sa préservation. (YH : plus clairement, l'auteur dit que cela ne sert à rien de montrer et découvrir des sites si les autorités et archéologues ne font plus rien derrière pour les protéger, et qu'il vaut mieux parfois ne pas révéler trop vite les choses au public... l'auteur fait partie d'une équipe qui diffuse ses visites et expéditions, ce qui peut être gênant pour la préservation de certains nouveaux sites, justement...)

Pour cette raison, à l'occasion, j'ai été délibérément écarté lors de la fourniture d'informations par rapport à la situation et de la géographie (YH : des découvertes ou recherches en cours). Mais heureusement, le site que je vais aborder aujourd'hui ne sera jamais vandalisé. Cette série de tunnels, et ce qui apparaît au-delà, n'aurait jamais été visible par nous ou quelqu'un d'autre. C'est seulement parce que le chercheur d'artéfacts et archéologue spirituel Klaus Dona nous a envoyé une photo avec l'emplacement précis marqué dessus que nous étions maintenant debout sur ce site extraordinaire. L'accès au site n'est pas seulement difficile, ce serait un euphémisme. Il y a des pentes extrêmement raides à négocier et une entrée qui ne trahit rien, même pour un œil exercé, sauf que l'avancée à l'avant est lourde de danger réel et présent.

Notre première enquête était beaucoup trop brève pour ce qui était nécessaire. Mais nous avions eu deux sites à examiner ce jour-là, et que celui-ci était la partie inconnue de ce jour, plus de temps a été consacré à l'autre site qui promettait des résultats tangibles. Même arriver à ce site a été une distraction d'une certaine ampleur, et maintenir l'équilibre lors de la descente était un exploit en soi. Mais la foulée finale pour gagner l'entrée était un effort de réflexion, une chute de quatre mètres avec pas moins de deux mètres à traverser sur un seul pied, puis en faisant pivoter l'autre pied sur la pente et en visant la terre battue à l'avant des tunnels. C'était une action méritant certaines planifications. Heureusement, ceux qui se trouvaient à bord avaient le pied agile et étaient aventureux de l'esprit, et chacun d'entre nous a réussi à négocier la faille.

À l'exception de moi-même, le reste de l'équipe s'est axé sur la recherche d'une entrée quelconque. D'après les informations que nous avions reçues, nous savions que le tunnel conduisait profondément à l'intérieur. Mais nous avons aussi vu l'impact et les dommages causés par la masse de roches au-dessus, qui a littéralement glissé sur la colline et dans ce complexe. D'après notre estimation, il y avait là deux embranchements / tunnels, que je pouvais (étant le plus mince) parvenir à suivre sur près de 10 mètres avant qu'il ne se réduise à pas plus de 10 centimètres. Je pouvais voir que l'écart continuait vers l'intérieur et semblait uniforme et assez long, mais personne dans notre groupe ne pouvais plus avancer.

Le reste de l'équipe se s'est pas découragée et a cherché d'autres moyens d'entrer, mais je suis retourné à une section du tunnel qui mesure près de 5 mètres. Nous avons tous convenu que le mur était très semblable aux anciens murs au Chili et au Pérou. Les jointures étaient si précises que seule la plus mince des brindilles pouvait être insérée sur 15 - 20 cm dans le plus grand écart entre ces blocs de grès de forme rectangulaire. Il y a quatre couches horizontales de blocs de grès, chaque couche posée parfaitement à plat avec un plateau de grès plat de dimensions et tonnage considérables reposant au sommet de ce mur de soutènement. J'ai essayé d'identifier un processus géologique possible qui pourrait créer un tel alignement complexe et compliqué mais je suis revenu à vide à chaque fois.

À certains égards, notre temps limité sur le site a été une bénédiction. Je n'avais vraiment rien à offrir de plus en essayant de donner un sens à ce qui était de toute évidence un mur construit pour supporter le poids de l'étagère de roche, avec l'énorme accumulation de rochers formés avec des arêtes vives, des faces planes et des angles à quatre-vingt dix degrés. La technologie nécessaire pour construire ceci ne peut pas être trouvée dans n'importe quelle boîte à outils d'origine, ou ce que les experts revendiquent. De toute façon pour le moment, il était temps de s'en aller et de revenir pour mesurer et analyser un autre jour. Ce que j'ai fait.

© Ryan Mullins

Il a fallu quatre mois sur le calendrier et que les finances permettent une visite de retour. Arriver à l'entrée semblait encore plus dangereux qu'avant, ou je vieillissais. Malgré une décidément longue pause - une pause qui a été renforcée par des visions de ce qu'un pied droit mal placé pourrait entraîner, couplé avec la facilité apparente avec laquelle mon compagnon sur place, Ryan, avait en passant frôlé le gouffre - je suis resté dans la tactique et la pente.

Cette fois, nous n'avions pas l'intention de trouver une façon , tout ce que nous intéressait c'est ce qu'était ce mur. Tout ce qui pouvait être visible était simplement un souvenir restant de ce que c'était. Depuis notre dernière visite, les dommages créés en raison de la compression d'en haut était encore plus évidents. Comme précédemment, la plupart des roches gisaient sur le plancher et placées au-dessus, parfois précairement, étaient formées et découpées. Mais il y en avait plus de la même sorte et ne faisait que renforcer ce que nous savions déjà pour être vrai, que cette construction n'était pas une formation naturelle.

Le mur était toujours là et pas plus mal question usure. Mais cela va changer dans le temps. Le plus grand choc a été mon incapacité à effectuer plus d'une tâche. C'était tellement évident que les trois autres murs étaient toujours là. Ce qui n'était pas immédiatement apparent était de savoir à quoi ressemblaient les murs quand ils ont été faits, les angles et les mesures ont indiqué une précision et une répétition qui ne pouvait venir que par des mains humaines et une lame de métal.

Steven Strong (c)

Les trois roches de base varient légèrement en longueur, en hauteur, mais il n'y a pas une différence de plus de un centimètre. Le Mur 3 est de 190 centimètres de hauteur, le mur 2 est exactement le même et le mur 1 est un centimètre plus petit à 189 centimètres. Il est possible que cette distance soit simplement une coïncidence, mais il y a plus d'une concordance encore. Le mur 1 et les murs 2/4 forment ce que nous pensons être l'entrée principale, le sol entre eux est presque parfaitement de niveau, comme l'est le rocher étagère au-dessus. En tant que tel, il ne devrait venir aucune surprise à ce que le mur 1 mesure 293 centimètres de hauteur, alors que les murs 2/4 sont d'un centimètre plus courts à 292 centimètres.

Steven Strong (c)

Étant au-dessous et à l'extérieur de l'entrée principale, ainsi éventuellement agissant davantage comme un support pour les deux parois intérieures, le mur 3 est positionné vers le bas de la pente et a dû être construit de façon plus élevée pour supporter le poids de la toiture-terrasse à 180 degrés. Ce mur est de 317 centimètres de hauteur et 354 cm de longueur. Êtant le plus éloigné du bloc massif de grès poussant contre le mur 1, le mur 3 présente le moins de dommages. Les quatre couches de blocs qui composent le mur 3 sont complètes, la fondation de pierre est de 354 x 190 cm, et les trois couches supérieures sont essentiellement des mêmes dimensions. La pierre au-dessus du bloc de base mesure 354 x 40 cm, celle qui la suit est de 354 x 43 cm, et la pierre supérieure (qui prend le poids considérable de grès au-dessus) est presque identique avec une mesure de 354 x 44 cm. Chaque bloc est nivelé en haut et en bas, créant un joint quasi-transparent.

© Ryan Mullins

Pour commencer, le mur 2 avait tout ce qu'il fallait, et comme il était avec le mur 3, il était composé de quatre couches. Construit à deux mètres du sommet de la pente, la première pierre est exactement à la même hauteur que le mur 3 mais est de 46 cm plus longue (400 x 190). Au total, le mur est de 292 cm de hauteur et 489 cm à son point le plus long. Les trois couches horizontales au-dessus ne sont pas aussi élevées que celles du mur 3 et doivent compenser pour les 25 cm de hausse du niveau du sol de sorte que ce mur peut partager la charge du plafond plat en grès avec le mur 3. Le deuxième niveau est constitué de deux blocs, l'un de 44 x 21 cm et le bloc contigu de 182 x 21 cm. La troisième couche est composée de cinq rochers rectangulaires, 20 x 15 cm, 25 x 15 cm, 59 x 15 cm, 65 x 15 cm et 77 x 15 cm. Étant très étroit, il est tout à fait possible qu'il y ait eu deux ou peut-être trois blocs au moment de sa construction, mais en raison de l'âge et du glissement au-dessus, ces roches se sont brisées et sont tombées. Les deux roches au sommet ci-dessus sont beaucoup plus épaisses et, évidemment, se séparent d'abord, leurs mesures sont de 264 x 66 cm et 285 x 66 cm.

© Ryan Mullins

D'un intérêt particulier, et l'objectif principal de cette excursion en ce pays, c'est que les lignes et les découpes évidentes sur la face du mur 2 tournent le coin et longent la face du mur 4. C'est pour cette raison que nous n'avons vu aucune différence dans les mesures de ce mur, elles sont identiques au mur 2. En outre, nous avons détecté entre la couche deux et la trois ce qui ressemble étrangement à du mortier.

Quand nous avons arrêté les outils et les crayons et commencé à nous éloigner, nous l'avons fait avec des sentiments mitigés et un tableau de scores inégal. Bien que pleinement satisfaits de ce qui avait été mesuré, enregistré, dessiné et déduit, quand nous nous sommes arrêtés et avons regardé en arrière, mon compagnon et moi-même nous sommes sentis obligés de soulever la même question : l'incroyable poids du plateau de grès du plafond, assis au sommet de trois murs de soutènement. Plat c'est plat, et 180 degrés c'est 180 degrés assis sur une pente de 45 degrés. Les trois murs prennent uniformément le poids et les rochers partagent les angles, les arêtes et les mesures bien au-delà du domaine de la coïncidence.

Les vrais problèmes pour toute critique possible, c'est entièrement un exemple inhabituel de processus géologiques naturels qui font que le degré de la descente (environ 45 degrés) est en contradiction avec trois parois droites parallèles, et une quantité considérable de roches avec des lignes droites et des angles droits qui forment cette entrée. Si des centaines de tonnes de grès glissait en bas de la colline, une roche fixe, quelle que soit sa taille, va subir des pressions de plus grandes puissances en croissant de bas en haut. A cause de ça, des fractures en résultant ne doivent pas apparaître en lignes droites et en angles droits. Les lignes droites sont en opposition directe avec la propagation de la force (du poids) d'en haut.

À notre avis, il y a seulement une question qui reste à déterminer : avant ou après ? Les murs ont été construits d'abord, puis la plate-forme de roche placée sur le dessus, ou est-ce que c'était le plateau qui s'avançait déjà avec les murs et les tunnels façonnés autours et dans le grès existant après ? Quelle que soit la réponse, c'est clairement ancien et a été construit grâce à l'application d'outils et de technologies qui, soi-disant, ne se sont pas présentés en Australie avant l'invasion britannique...

Contrairement à de nombreux autres sites, les dangers de l'accès et de la gravité de la pente (debout sans aide est quasiment impossible) peuvent garantir que des vandales et ceux qui n'ont pas le respect des cultures ne pourront jamais trouver ce lieu sacré. Le plus grand problème n'est pas l'arrogance mais la gravité, qui a son propre ordre du jour. Le temps viendra bientôt où les dix mètres restants du tunnel se réduiront et se rejoindront, la paroi portant le poids de ce glissement commence à se fissurer et s'effriter, et aucun doute les Murs 2 et 4 seront érodés dans le même sens.

En terminant, nous allons examiner brièvement la question la plus pressante : qui a fait cela ? Il n'y a pas moins de 19,77 mètres de murs en dessous d'un plateau de grès massif qui ne devraient pas être là si les textes standards et les programmes étaient corrects. À tout le moins, des lames de métal et des compétences en maçonnerie raffinés sont essentiels à la construction, même si elle a été construite sur une plate-forme plate. Les difficultés dans la construction sont amplifiées à plusieurs reprises sur une pente avec une telle inclinaison dramatique. Nous avons déjà identifié de nombreux artéfacts, des gravures et des constructions dans la zone proche, qui portent une ancienne influence ou donnée égyptienne, et il est possible qu'ils en étaient responsables. Autant radical que cela puisse paraître, nous considérons leur participation comme l'option la plus prudente de toutes les explications possibles.

Quand Klaus Dona nous a dirigé vers ce site, nous avons réussi. Ensuite, il nous a envoyé sur un autre lieu hors de la voie pour enquêter, et encore une fois, un autre succès - nous avons même trouvé quelque chose d'encore plus étonnant (je dirai plus sur ce site bientôt). Le problème est : deux sur deux semble impressionnant, mais il y a encore plus de 140 autres sites à étudier dans la même zone. Il y avait quelque chose d'absolument énorme ici, un immense complexe, dont ces trois murs sur ce site, et des murs et résolument des roches bizarres sur l'autre site, sont simplement des matières à réflexion. Égyptien ? Eh bien, c'est possible, aussi loin, mais nous sommes plus enclins à regarder beaucoup plus loin dans le temps - mais de ne pas parler si facilement de réduction à des civilisations antérieures comme l'Atlantide et, en particulier, la Lémurie ou Mu.

Quelles que soient les mérites de nos réflexions, cette construction n'est pas naturelle, pas faite après l'invasion britannique, mais bien avant, et non créée par l'utilisation de n'importe quelle version de la technologie de la pierre et du bâton d'origine. Ce sont des faits et non des opinions. Ce qu'on ne peut nier également, c'est que tout ce qui a été construit dans les temps anciens sur ce site en Australie ouvre une nouvelle page dans l'histoire du monde.

All photos © Ryan MullinsWake Up World.com Founder.

article by Steven Strong

Retour sur les lieux de la découverte

Dans un article récent sur Wake Up World, j'ai décrit en détail les mesures, le contenu et le placement volontaire de blocs de grès taillés qui forment une série de murs à l'intérieur d'une construction qui ne peut être logée dans une version acceptée de la pré-histoire de l'Australie.

Il y a un peu plus d'une semaine, nous sommes retournés sur le site avec l'intention d'effectuer toutes sortes de tâches. Le temps était épouvantable, les pluies torrentielles et des vents violents n'ayant aucun respect pour les imperméables ou autres vêtements de protection. Au moment où nous avons atteint le site, nous étions saturés et avions perdu notre enthousiasme et le désir de rester plus longtemps que ce qui était absolument nécessaire.

Un objectif, le but principal de notre visite, a été achevé alors que toutes les autres tâches prévues ont été reportées. Il était tout simplement trop misérable de passer une journée à l'extérieur. En tant que tel, un rapport de l'archéologie menée sur place ce jour-là pourrait être contenu dans une phrase simple. Mais pour des raisons que je ne vais pas développer dans cet article, le résultat obtenu sur cette expédition (aussi confus que c'était) doit rester confidentiel pour le moment.

Mais, malgré les nuages d'orage et la pluie cyclonique, il y avait une " ligne argentée ". La veille, nous avions vu trois photographies prises par un membre de l'équipage, Ryan Mullins : deux photos de l'entrée de la construction et une de la forte pente menant à une ouverture que nous croyons être contre nature. Sur les deux photographies de l'entrée qui mène aux  trois murs et tunnels, on a été délibérément flouté pour mettre en évidence ce qui semble être, à tout le moins, résolument artificiel et produit par des mains humaines.

La photographie de la pente à l'extérieur montre un gradient en accord avec les terrains environnants, mais en contradiction avec les planchers plats formés à l'intérieur de l'entrée.

Les murs à l'intérieur semblent avoir été soigneusement coupés et placés, et la forme et apparence de l'entrée semble avoir été faite par les humains. Les deux piliers de grès verticaux apparaissent comme pour supporter le poids du plateau de grès au-dessus.

Tout autour, la pente est extrême. C'est un site qui menace la vie de marcher dessus, très difficile de construire un rudimentaire appentis dessus, impossible à détecter, même lorsqu'on est à deux mètres de lui, et il a été trouvé seulement à l'aide de la carte de Klaus Dona et l'accès à une technologie que mon équipe ne devra pas divulguer pour le moment.

Certains diront que cette construction est dûe à des forces naturelles extrêmement inhabituelles. Mais il doit y avoir tellement de différents facteurs géologiques en jeu, et il semble très peu probable que cela puisse être autre chose qu'une structure humaine très habile et compliquée.

Notre exploration est un travail en cours. Ce que nous savons, c'est qu'il y a beaucoup plus qu'une ouverture et trois murs à l'intérieur.

Tous ce que nous avons gagné de la journée a été un puzzle très curieux de l'archéologie. Mais nous reviendrons un jour prochain, et j'espère que la météo sera plus accommodante pour notre travail.

article by Steven Strong - Toutes les photos © Ryan Mullins. - http://wakeup-world.com/2013/12/09/returning-to-an-ancient-underground-tunnel-entrance-in-nsw-australia/

En regardant attentivement cette image, j'ai remarqué certains détails qui me font de plus en plus penser qu'il pourrait bien s'agir ici d'une découverte extraordinaire (mais je suppose qu'il faut être sur place et avoir un peu de recul au niveau paysage pour vérifier le puzzle... mais d'après ce que je vois, nous pourrions avoir la tête et la poitrine d'une énorme statue ou sorte de sphinx, chutés en morceaux en bas du monument. Regardez bien la photo à gauche et les formes que j'ai entouré en orange... et si on regarde la dernière photo en bas de l'article, prise du bas de la forte pente, on imagine très bien ce torse coupé (avec un "bras" peut-être visible) et cette tête tout au sommet de ce sphinx directement taillé dans la roche et complété de constructions. L'entrée en bas doit en effet être l'entrée d'un sous-terrain sous le monument (une tête d'oiseau ? Isis ? ou autre...). Si vous regardez à droite, nous avons aussi un ou plusieurs rochers de formes pyramidales. Et même les roches sur la pente pourraient être une "patte" de sphinx ou statue dessinée... :

Yves Herbo Traductions-SFH-02-12-2013/11-12-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire alien mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau