De nouveaux crânes déformés découverts au nord du Mexique

De nouveaux crânes déformés découverts au nord du Mexique

mexique-2012-cranedeforme2.jpg

Les archéologues ont découvert le premier cimetière pré-hispanique dans la région de Sonora, près du petit village mexicain d'Onavas. Certains des squelettes, enterrés il y a environ 1000 ans, présentent une déformation du crâne.

mexique-2012-cranedeforme.jpg

Un des 13 individus découvert avec un crâne déformé. Image: INAH

Un cimetière unique.

Le cimetière se compose de 25 personnes, dont 13 ont intentionnellement le crâne déformé. Cinq d'entre eux ont également des mutilations dentaires.
Ces pratiques culturelles sont similaires à celles des groupes préhispaniques dans le sud de Sinaloa et le nord de Nayarit, mais jusqu'à présent, elles n'ont pas été constatées dans le Sonora.

Certains des individus portaient des ornements tels que des bracelets, des anneaux pour le nez, des boucles d'oreilles et des pendentifs fabriqués à partir de coquilles trouvées dans le golfe de Californie.

mexique-2012-cranedeforme4.jpg

Une sépulture contenait une carapace de tortue, soigneusement placée sur l'abdomen.

Cependant, les archéologues ont constaté que les sépultures n'étaient pas accompagnées des offrandes et récipients habituels.
Pour les archéologues, la découverte de nouvelles déformations craniennes est passionnante. Cela n'a jamais été constaté dans les groupes culturels de Sonora.

"Cette découverte unique montre un mélange de traditions des différents groupes du nord du Mexique. L'utilisation d'ornements fabriqués à partir de coquillages du golfe de Californie n'avait jamais été trouvé auparavant dans le territoire de Sonora. Cette découverte étend la limite de l'influence des peuples méso-américains plus au nord que ce qui a été précédemment noté", a déclaré l'archéologue Cristina Garcia Moreno, directrice du projet de recherche.

L'archéologue a mené des travaux pour le compte de l'Arizona State University avec l'accord de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH).

Les mutilations et les déformations comme marque de statut social.

Garcia Moreno a déclaré que la "déformation crânienne dans les cultures méso-américaines a été utilisée pour différencier un groupe social des autres et à des fins rituelles, tandis que la mutilation dentaire dans les cultures telles que les Nayarit était considérée comme un rite de passage à l'adolescence. Ceci est confirmé par les résultats de l'étude du cimetière de Sonora, où les cinq corps avec les mutilations dentaires ont tous plus de 12 ans d'âge."

Cependant, poursuit-elle, "dans le cas présent, on ne peut pas reconnaître les différences sociales car toutes les sépultures semblent avoir les mêmes caractéristiques. Et nous n'avons pas été en mesure de déterminer pourquoi certains portaient des ornements et d'autres non, ou pourquoi, parmi les 25 squelettes seul un était féminin."

mexique-2012-cranedeforme3.jpg

Des ossements de 25 individus ont été récupérés, 17 ont entre 5 mois et 16 ans et 8 sont des adultes.

Le chercheur a noté que le nombre d'enfants et de pré-pubères identifiés dans le cimetière peut être un indicateur de mauvaise pratique en ce qui concerne la déformation crânienne et d'une mort causée probablement par une force excessive dans l'enserrement du crâne.

Ses dires proviennent des analyses menées sur les vestiges et les résultats n'ont pas montré de maladies apparentes qui pourraient avoir causé la mort.

La découverte est importante, car elle montre l'influence des sociétés mésoaméricaines dans le sud de Sonora, beaucoup plus au nord que prévu.

"En raison des caractéristiques des personnes qui ont été trouvés dans Ónavas, en particulier à partir de la déformation du crâne et des mutilations dentaires, on peut les relier aux sociétés du sud du Mexique, par exemple, Michoacán, Nayarit, Jalisco, et à son tour, avec la zone méso-américaine culturelle. "

La découverte a été daté de l'an 943 après JC à partir d'échantillons prélevés dans l'un des individus. Garcia Moreno a souligné que l'Amérique Centrale a été affectée par l'arrivée des colons du sud, ce qui peut avoir étendu leur influence plus au nord qu'on ne le croyait auparavant.

Sources:
Past Horizons: "Cranial deformation discovered in 1000 year old Mexican cemetery" + http://breves-archeologiques.blogspot.fr/

Yves Herbo : En cette époque déjà tardive en ce qui concerne les déformations du crâne, il est évident qu'il s'agit là de survivance d'une pratique dont les origines et véritables buts ont été oubliés et déformés eux-mêmes pour s'approprier un statut particulier : l'apparence des Frères de l'Espace mentionnés par les Mayas des millénaires avant la mort de ces adolescents, victimes surtout du matérialisme humain qui y a vu une possibilité de pouvoir... En effet, il ne suffit pas de citer qu'il s'agit de "rituels" X mais bien d'expliquer pourquoi les crânes déformés avaient un statut particulier par rapports aux autres et pourquoi ce choix dangereux et mortel (avec preuves sur les enfants) plutôt qu'un allongement des oreilles (voir les Incas) ou autre... Autre chose : comment expliquent les archéologues toutes ces découvertes de crânes déformés (ou non déformés et naturels) dans d'autres parties du monde à priori sans relations, comme à Malte et en Egypte... tout ceci confirme bel et bien la probabilité d'une tentative d'imitation d'une ancienne race disparue, ou des "dieux" repartis pour les uns, des Frères de l'Espace pour d'autres... 

Je vais développer un peu ici les possibilités délaissées par la science officielle qui entend expliquer les théories par les faits (avec raison) mais qu'elle mélange faits et interprétations souvent : le fait certain est par exemple qu'il existe des crânes déformés artificiellement, certains volontairement et d'autres non volontairement (les crânes de bébés qui sont conservés culturellement très longtemps dans leurs berceaux par exemple). Nulle part les archéologues n'ont trouvé une indication précise des origines et raisons de cette pratique (très courante dans certaines régions et à certaines époques puisque des peuples entiers l'ont pratiqué avec un pourcentage important - la nécropole de l'Hypogée de Ħal Saflieni par exemple contenait 7000 de ces corps aux crânes dolichocéphales à l'origine. On mélange donc les faits aux supputations et on affirme avoir "très probablement" résolu le problème... du moment que les supputations entrent dans le bon contexte du moment. L'autre problème étant lié bien sûr à la "logique" : terme à la fois précis et vague quand on sait qu'il est évident qu'une logique est obligatoirement influencée par le mode de fonctionnement d'une société, et qu'il y a donc plusieurs logiques possibles. Et que l'on est donc en droit de considérer que la logique scientifique est toute aussi illogique en réalité que l'est l'être humain dans sa façon de vivre. 

Un exemple du manque de rationalité scientifique ? Toutes les dernières avancées en matière de physique appliquée (début de téléportations de matériaux effectivement réalisées, progrès sur le domaine quantique et affinement de certaines théories, etc...) nous démontrent de plus en plus la possibilité que l'espace-temps et les multiples dimensions interfèrent... même si notre physique tient à l'heure actuelle, on sait qu'elle comporte de nombreuses lacunes : néanmoins, la science officielle continue aveuglément a affirmer ses "vérités" à partir de sa vieille réalité et physique, sans tenir compte des réels progrès... 

En tenant compte de cette nouvelle réalité (mais c'est peut-être trop tôt effectivement pour certaines lourdeurs dogmatiques), je peux émettre en toute logique une autre possibilité à l'apparition de cette pratique auto-destructrice (pour notre concept de société à nous bien sûr) qui apparaît et disparaît depuis des millénaires, et jusqu'à très récemment encore (je parle ici des déformations volontaires avec bandelettes ou planchettes). On sait que les plus anciens (sauf avis contraire) crânes de ce type ont été découverts en Chine et ont été datés de 17.000 ans, alors que d'autres se retrouvent vers -9000 ans av JC en Mésopotamie (surtout dans l'actuel Iran), en Egypte et méditerranée, surtout Malte mais aussi dans les Amériques... mais que ces pratiques (très identiques mais c'étant diversifiées et détéroriées avec le temps) sont étalées tant régionalement que temporellement : on en retrouve la trace au moyen-âge (Hongrie) et même jusqu'au 19ième siècle (région toulousaine, les Tectosages, France 14ième au 19ième siècle)... aucune explication logique, y compris sur les dernières versions françaises : le phénomène est plutôt apparu de façon très marginale pour atteindre TOUTES les catégories sociales au 19ième siècle avant que des mesures culturelles soient prises officiellement et qu'il disparaisse des campagnes en quelques décennies. Toutes ces pratiques sur leur longueur deviennent bien sûr des "héritages" et habitudes, "obligations" de communauté et d'environnement, même au coût élevé des "loupés" de ces pratiques. La notion de statut ou de pouvoir associé à ces déformations ne se rencontrent vraiment qu'en Egypte et en Amérique Centrale, mais l'on mentionne également dans plusieurs légendes et textes anciens de dieux ou démons ayant exactement leur apparence cranienne. On en trouve même des représentations dans des glyphes. 

En tenant compte des nouvelles avancées sur les théories d'un univers multi-dimensionel et de certaines preuves accumulées sur leur réelle interactivité avec notre monde physique (http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/la-parallele-mysterieuse.html), en y ajoutant je pense qu'il est possible d'y inclure ce phénomène assez exceptionnel dans ce que nous pensons connaître de la mentalité humaine avec cette possibilité :

Il existe un phénomène physique naturel (ou non) dont nous commençons seulement à percevoir la réalité : la collision cyclique (ou non) d'une ou plusieurs autres réalités dimensionnelles avec la notre, tout au long de l'Histoire de la Terre. Ces collisions peuvent être parfois très destructrices, parfois non (comme des séismes), mais elles permettent également la communication entre différentes intelligences, voir des incursions pour les plus évoluées... S'agit-il de "Portes" ou de Vortex-trous noirs ? On sait que des scientifiques affirment avoir trouvé les deux (http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/astronomie-espace/de-vraies-portes-des-etoiles-trouvees.html), mais ces "vortex" s'ouvriraient-ils le long d'une parallèle précise par périodes (vers le 35ième parallèle nord) ou aussi sur un ancien équateur hypothétique (la Terre ayant basculé sur son axe en partie dans le passé) comme plusieurs chercheurs le supposent ? Une intervention extérieure par des entités supérieures ressemblants à des humains aux grands crânes, par cycles de collisions de ces mondes parallèles ou vortex s'ouvrant par périodes pourrait être tout aussi logique si on accumule tous les mystères que cela pourrait résoudre, y compris éventuellement les ovni et les artéfacts anormaux, légendes et même religions et "dieux"...

On remarque curieusement dans les études sur les déformations toulousaines que celles-ci augmentaient la capacité occipitale et du cervelet, du cerveau "reptilien" de l'homme, et que les scientifiques admettaient à l'époque que les Toulousains étaient considérés comme parmis les plus intelligents et plus actifs du royaume pendant longtemps... 

Une interprétation logique et plausible est donc bien qu'une influence externe à l'humanité existe, et qu'elle maintient toujours son intervention en permanence, comme si le temps n'avait pas du tout la même réalité pour elle.

Yves Herbo SFH 12-2012

Yves Herbo sur Google+

mystère environnement archéologie prehistoire

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau