Chactún, la cité Maya retrouvée

Chactún, la cité Maya retrouvée

chactun.jpg

Les archéologues ont découverte une cité Maya perdue qu'ils ont nommé Chactún, (YH : qui veut dire "Pierre Grande ou Pierre Rouge"), dans la Réserve de biosphère de Calakmul, au Mexique. Ce site vient s'ajouter à la vingtaine de grands centres, dont Uxul, localisés jusqu'à présent par le projet de sondage archéologique du Sud-Est de Campeche.

A la recherche de cités perdues.

Le Dr. Ivan Sprajc, leader de l'équipe menant à bien l'étude, et Nikolai Grube, épigraphiste, travaillent depuis 15 ans dans cette zone archéologique sous-étudiée de la culture maya.

Le travail a été soutenu depuis sa création en 1996 par l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH) pour aider à combler lentement les lacunes dans la compréhension des anciens Mayas.

L'étude qui a eu lieu entre 1996 et 2007 a porté sur la partie sud de la biosphère inhabitée de Calakmul, couvrant une superficie de 4000 km² environ sur une bande mesurant entre 17 et 35 kilomètres de large: elle va du sud de Campeche jusqu'au sud de la ville de Xpujil à la frontière avec le Guatemala et la frontière avec le Quintana Roo et le Belize.

L'enquête a été récemment étendue vers le nord, une zone qui était un intermédiaire clé dans l'interaction entre les deux centres influents de la région. C'est là, en Juin 2013, qu'ils ont découvert Chactún, le site d'une ville qui s'étend sur plus de 22 hectares.

chactun-cite-maya-retrouvee.jpgL'archéologue Ivan Šprajc devant les ruines de Chactun.

Une liste impressionnante de sites 

Chactún a été ajouté à une liste, déjà bien fournie, de sites urbains tous nommés par l'équipe comme: Altamira, Autel des Rois, Balakbal, Calakmul, Champérico, Deux Gouache, le poulailler, El Palmar, La Poupée, Les Scorpions, Los Angeles, Mucaancah, Oxpemul , Uxul, Yaxnohcah, Los Hornos et Uitzilná.

Guidé par les rapports publiés en 1943 par Karl Ruppert et John Denison Jr., les emplacements de ces sites oubliés ont été rapidement identifiés par la nouvelle génération d'archéologues.

Ils ont été cartographiés en utilisant les dernières technologies. La jungle dense masque la vraie taille et la disposition de ces villes pré-hispaniques et elle les fait ressembler à rien de plus que des monticules. Ces structures ont donc été mises en évidence grâce à la cartographie numérique en 3D.

uitzilna-3d.jpgModèle 3D de la ville d'Uitzilná vue depuis l'ouest. Image: INAH


L'architecture monumentale 

L'architecture de tous les sites urbains dans la zone étudiée comprend une combinaison de structures pyramidales ayant des fonctions essentiellement religieuses, et des structures plus complexes qui peuvent être classés comme des bâtiments administratifs et des résidences de haut rang.

D'après les archéologues, des sépultures peuvent être trouvées dans les deux types d'architecture.

La carte archéologique du sud-est de Campeche a maintenant pris forme et comprend à ce jour 18 sites majeurs et un nombre similaire de sites moins monumentaux. Il y a aussi une douzaine de petits sites et des traces mineures de zones de peuplement.

Les céramiques ont permis aux archéologues d'attribuer des dates approximatives d'occupation et d'abandon. Cela a montré que le nombre de colonies a augmenté de manière significative au cours de la période classique, entre 250 et 900 de notre ère.

structure-v-de-balakbal.jpgVue vers le sud le long du couloir de la structure V du site archéologique de Balakbal. Image: INAH


Des liens avec la culture Petén.

Sprajc, du Centre de recherche scientifique de l'Académie slovène des Sciences et des Arts, suggère que le Sud-Est de Campeche était lié à la culture Petén ; comme le montrent les similitudes dans l'architecture, tels que des bâtiments de configuration triadique.

"Maintenant, à la lumière des données que nous avons obtenues, il est clair que la construction des complexes architecturaux de ce type était très répandue dans le sud-est de Campeche, où, auparavant, leur présence n'a été documentée que dans Calakmul, avant nos explorations", explique Sprajc.

En outre, les terrains de jeu de balle qui ont été trouvés dans certains sites de haut rang, comme Mucaancah, Oxpemul, Uxul et Chactún, qui ont aussi des monuments portant des inscriptions, confirment un statut plus élevé par rapport aux autres cités.

Les inscriptions en forme de glyphes ont permis à Nikolai Grube, qui dirige les fouilles à Uxul, de montrer un lien important entre cette ville et Calakmul. L'histoire et les interactions commencent à être mis en lumière, ce qui permet une vision enrichie de la vie Maya.

Sprajc et Grube conviennent tous deux qu'il est nécessaire de poursuivre les sondages de surface dans les zones qui restent inconnues à l'archéologie. Ceci afin de sauver de précieuses informations qui pourraient être perdues ou menacées par les processus naturels et les dommages liés à l'activité humaine.

Sources :

Yves Herbo-SFH-08-2013

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire économie environnement lire mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau