Canaries : les Guanches : des Atlantes, des Cro-Magnons Aryens ou des Vikings ?

Canaries et les Guanches : des Atlantes, des Cro-Magnons Aryens ou des Celtes ?

Petroglyph la palma el cementerio wikipedia en mini

Très ancienne gravure sur roche aux Canaries - datations impossibles

Ce n'est pas la première fois que je vous parle des îles Canaries et de ses mystérieux habitants originaux, les Guanches, mais des recherches supplémentaires (et toujours en cours) sont évidemment toujours nécessaires, tant qu'une avancée significative vers la solution aux énigmes n'est pas établie, si elle peut être établie un jour, d'ailleurs...

Cet article est donc dans le prolongement de ces autres chapitres concernant cette quête particulière sur des îles ou cités englouties et de leurs peuples (ayant survécus ou non) :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-mysterieuses-canaries.html

LIENS complémentaires : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-anciennes-cites-englouties-modifient-l-histoire-humaine.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-secrets-de-la-legendaire-cite-perdue-d-heracleion.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-atlantide-de-platon-debuts-de-preuves-par-des-geologues-japonais.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/actualite/mer-du-nord-un-yellowstone-inconsidere.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-empire-de-mu-identifie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-mystere-atlit-yam-10-000-ans-sous-les-mers.html


http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/iles-ou-continents-engloutis.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-ile-de-brasil-engloutie-decouverte.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-archipel-du-cap-vert-une-ancienne-colonie-atlante.html

Ces nouvelles recherches dans les bibliothèques et sur internet m'ont menées à nouveau du côté des Canaries, et même sur la trace des nazis, suite à certains passages de livres en parlant et de photos historiques disponibles dans certaines vieilles archives.

Ainsi, un peu comme Indiana Jones dans sa quête de l'Arche Perdue, il s'avère que les idéologues nazis étaient également convaincus que les Canaries étaient non seulement des vestiges de l'antique Atlantide, mais que les natifs de ces îles étaient des survivants des grands atlantes. Les premiers directeurs de l'Académie des Sciences Nazies, Ahnenerbe, avaient tendance à exacerber la droiture et valeur des aborigènes can-aryens, qui avaient résistés tant de temps aux conquistatores espagnols, et même défait l'armée espagnole lors d'une bataille. Aussi, dès 1939, ils organisèrent une expédition aux Canaries, menée par le Docteur Huth, un universitaire expert en religions qui parlait sept langues, dont l'hébreu. Huth, comme H. Pringle, avait lu tout ce qui était disponible sur la préhistoire des Canaries et en avait conclu que les natifs canariens étaient : " membres d'une lignée pure et non polluée par la Race Nordique, qui avaient bien préservés les anciennes pratiques Aryennes jusqu'au 15ème siècle "...

Tout aussi convaincu de ça était son accompagnateur nazi, l'archéologue Docteur Fischer, président de l'université de Berlin, et le premier chercheur à avoir discuté et démontré les lois de Mendel dans le croisement des races, avec Wolffel et l'autre spécialiste des races, le Docteur Schwidesky, assurant qu'étudier les restes des Guanches feraient parti des meilleures recherches aux Canaries pour Ahnenerbe.

Canaries nazisalaspalmas

Ils voulaient prouver que les canariens d'origine étaient des purs cro-magnons, comme les Aryens, et qu'il s'agissaient de beaux hommes et femmes, du type nordique, et réaffirmeraient ce qu'ils disaient sur les temps anciens. Ils disaient " regardez, cette jeune fille des Canaries ressemblait à n'importe quelle fille d'une ville comme à Baden, de Westphalie ou Hesse. Ces allemands ont en fait fondé l'Ecole d'Archéologie à l'Université de La Laguna, où ils sont restés longtemps, avec les fonds donnés par Himmler, et ont écrits de nombreux articles pendant la guerre sur " la Psychologie Raciale ", publiés dans le journal de l'Ahnenerbe...

Le plus intéressant est que ces nazis sont rejoints par le philologiste Dominik Wölfel, autrichien, qui est tout de même l'auteur de "Monumenta Lingae Canariae", la meilleure étude à ce jour du langage des arboricoles canariens, écrite dès 1933, et qui enregistre la découverte de Runes Nordiques dans le ravin de Guayadeque à Grand Canarie. Ces scientifiques allemand connaissent probablement la saga islandaise, la Eyrbyggiasaga, qui raconte l'histoire d'un marin d'une île nordique dont le bateau est transporté jusqu'aux Canaries par une énorme tempête et qui se retrouve, vers l'an 1000, comme chef aborigène à Grand Canarie...

Grandecanarie epeenordiquetrouvee

Tout comme le chercheur suédois Per Lilieström, Björn Asbrandsson était en Irlande lorsqu'une grosse tempête s'est levée et a emmené son bateau vers le sud, et les courants ont fait le reste... A en croire cette saga, des années plus tard, un marchand Islandais nommé Guliev était aussi surpris par une tempête lors de son chemin vers Dublin et son navire, un cargo qui avait été utilisé par les vikings pour transporter 40 tonnes de biens, se retrouve deux semaines plus tard aux abords d'une île, au printemps et ayant des plages dorées. L'une des plages est envahie par de nombreux aborigènes à la peau blanche et qui parlent une sorte d'irlandais. Les natifs aide le navire à trouver un endroit abrité et les convient à un entretien avec leur chef et la tribu. Les islandais pensent pendant un moment qu'il pourrait bien s'agir d'une sorte de colonie viking, la plus loin connue. Quand ils rencontrent le chef, ils constatent que c'est un homme grand et fort, avec des cheveux blancs. Et il leur parle dans un langage nordique et, quand il apprend qu'ils viennent d'Islande, il leur confesse qu'il en était un aussi. Il sera très heureux de les accueillir et de réparer leur navire. Il s'appellait Björn Asbrandsson...

Après plusieurs semaines, Guliev et ses hommes étaient prêts pour repartir en Islande et y raconter l'extraordinaire aventure qu'ils avaient vécu. Le chef Björn leur donne beaucoup de cadeaux, un bracelet en or et une épée et demande à Guliev " si vous avez la bonne fortune de retourner dans votre pays, donnez cette épée pour Kjartan, Maître Frodon, Turid et le bracelet à sa mère..."

Et comme l'indique le chercheur-navigateur suédois Per Lilieström, il y a beaucoup de toponymes dans le langage canarien avec celui du nord. Quelques exemples :

La Grande Canarie dans le langage aborigène s'appelle Tamaràn/Tamara, qui est aussi tout simplement une île. Il est évident que l'on retrouve partout dans les îles britanniques le nom de Tamara : c'est le prénom de femmes, mais aussi de rivières et d'endroits... La plus ancienne ville connue à Grand Canaria s'appellait Tara... comme la déesse celte, et le nom de la capitale celtique irlandaise. Bentaiga / Ben-taiga aux Canaries. Ben est un préfixe irlandais désignant des pics et sommets clairs et Taiga était un héros irlandais de 3ème siècle ayant obtenu un bateau. Tirma/Tirmal aux Canaries pourraient se référer au mot "evil" (mauvais) norvégien prononcé par les prêtres et Tir est l'un des dieux nordiques de la triade Thor, Taranis et Tir. Tir. So Tirmal signifie "culte de Tir ou prier Tir". Magec : ce mot est l'équivalent canarien du celte et se réfère au dieu celte de la triade et de la moisson : Mac, et Geth ou Mac, c'était le Fils du Soleil et aussi la Charrue.

Pour en revenir aux écrits de Dominik Wölfel et son étude sur le langage des canariens natifs, d'après les écrits et signes trouvés dans les grottes et sur des pierres, des sculptures, il y est bien mentionné qu'il a été trouvé au Barranco de Guayadeque, Grande Canarie, des signes berbères, mais aussi des runes nordiques et plusieurs signes d'un langage mégalithique. Et Wölfel y écrit aussi (dès 1933), que la clé pour savoir si la race des Cro-magnons était forte et blonde avait été trouvée aux Canaries, parce que " ce peuple était aux îles Canaries au moment de leur conquête et que tous les témoignages historiques disent qu'ils étaient blonds. De quelle autre source, à part de la race des Cro-magnons, pourrait être venue cette race aux yeux et aux cheveux clairs ? ". Tout ceci entraîna évidemment un grand enthousiasme en Allemagne, y compris d'ailleurs chez des non-nazis puisque des scientifiques comme Biedermann, Closs, Nowak, Anders, Roithinger, Stengel, Eschbach, Wagnest, Stumfol, Willigut et les quatre déjà cités dont Huth et Fischer ont tous publié quelque chose sur les Canaries...

Un autre nazi célèbre est impliqué aux Canaries : Gustav Winter. C'est un précurseur car il arrive aux Canaries dès 1926, avec une réputation de grand ingénieur (mais c'est plutôt un grand aventurier - voir sa vie très mouvementée) et arrive à se faire une "place au soleil" avec l'aide d'hommes politiques et d'affaires locaux. Marin depuis son adolescence, on le retrouve en 1933 faisant souvent la navette entre l'Allemagne et les Canaries pour ses affaires. On pense que c'est à cette période qu'il est recruté par les services secrets du nazi Herman Goering. En 1936, il arrive à Burgos en Espagne pour rencontrer Franco, avec l'ordre d'acheter l'entière péninsule de Jandia aux Canaries aux Espagnols, sous prétextes de vouloir engager des travaux de fermes, de pêcheries et de stockages de bovins... il obtient la signature d'une pré-vente et d'une location de la région en longue durée...

Canaries villadewinter

La villa et la tour de Winter à Jandia

C'est assez étonnant, mais c'est dans les archives de la Wehrmacht, en 1939, Herman Goering arrive à Jandia, avec le personnel des services secrets de l'Armée et aussi avec Whilelm Canaris (on note la coïncidence de nom, mais est-ce le vrai ?), le chef de l'espionnage allemand, la Abwehr, pour superviser la construction de l'extraordinaire villa de Winter par des soldats allemands, possiblement l'endroit de l'OrganisationTodt... Ici, en 1939, Canaris rencontre aussi l'espion britannique Kim Philby... 

Bon, ce n'est pas un article sur les mystères et les étrangetés de la seconde guerre mondiale, mais on notera juste que la villa de Winter est énorme et possède même une grande tour ronde " à la Templier ", possédant une belle ouverture vers le ciel souvent dégagé de l'île... qu'elle possède aussi de très nombreuses chambres et pièces d'eau, ainsi qu'un générateur électrique... en fait, cette villa est à la pointe de la modernité de l'époque - surtout aux Canaries ! - et possède plusieurs entrées. Située aussi près de la baie où un sous-marin U-167 sera vu plusieurs fois - il y a même un rapport d'un avion britannique ayant attaqué ce sous-marin... Et Winter et sa famille n'habiteront jamais cette très belle villa en fait... Winter n'aura d'ailleurs aucun problème avec la justice locale avant 1958... juste pour des problèmes financiers à priori...

Canaries villadewinter u 167

Tous ces aspects mystérieux liant les nazis aux Canaries sont dans le livre très intéressant de Rubio Jaime RosalesNAZI ARCHEOLOGY IN THE CANARY ISLANDS " dont vous avez ici quelques résumés et photos (parmi d'autres).

Une chose est à priori sûre historiquement, en ce qui concerne les Canaries : Les îles ont été visitées par les Phéniciens, les Grecs et les Carthaginois. Selon Pline l'Ancien, auteur et philosophe romain du 1er siècle après JC, l'archipel a été trouvé comme étant inhabité lors de sa visite par les Carthaginois sous Hannon le Navigateur au 5ème siècle avant JC, mais ce qu'ils ont vu étaient des ruines de grands bâtiments (qui ont donc complètement disparu depuis - ou sous l'eau). Cette histoire peut donc suggérer que les îles étaient habitées par d'autres peuples avant les guanches... et que ces derniers étaient bien, d'après les dernières études génétiques, des descendants de berbères de l'Atlas marocains ayant réussi à naviguer (ou par naufrages) jusqu'aux îles après la visite des Carthéginois donc.... 

Nous avons donc bien aux Canaries les traces d'une très ancienne culture préhistorique dont seuls quelques signes et gravures restent dans la pierre (sans pour autant y voir une référence à la race des Cro-magnons d'ailleurs !). Cette culture était déjà éteinte 500 ans avant JC d'après les Carthaginois, mais y avait construit de grands bâtiments (probablement détruits ou réutilisés par les berbères débarqués par la suite et ayant oublié leur culture avec le temps et l'isolement (les Guanches), malgré quelques visites probables et très espacées ensuite par des Celtes et/ou Vikings comme l'attestent les runes et armes nordiques trouvées...

Canaries

On note aussi que les dernières découvertes font état de commerce entre l'Empire Romain et l'Archipel des Canaries : Le site d'El Bebedero à Lanzarote dans les îles Canaries a fourni la première preuve sûre de commerce romain avec l'archipel. (Photo : Courtoisie de Pablo Atoche Peña). Environ 100 tessons romains, neuf morceaux de métal, et un morceau de verre ont été trouvés sur ce site. Les artefacts ont été trouvés dans des strates datés de entre le premier et le quatrième siècle de notre ère.

Des récits grecs disent qu'une île au-delà des colonnes d'Hercule existait, où les Champs-Elysées gisaient (le Jardin des Hespérides). L'historien grec Plutarque (ca. AD 46-120) décrit les îles avec plus de précision, et le poète romain Lucain (AD 39-65) et l'astronome et géographe égyptien Ptolémée (environ AD 90-168) ont donné leur emplacement précis. En 1964, une amphore romaine a été découverte dans les eaux au large de Lanzarote, et depuis lors, un certain nombre d'autres ont été trouvées sous l'eau. Toutes, cependant, n'avait pas de contexte approprié et ne pouvaient être datées avec précision; qu'elles étaient vraiment romaines a également été interrogé parce que beaucoup étaient semblables aux amphores utilisées par les Espagnols au XVIe siècle pour le commerce avec les Amériques. Les trouvailles de El Bebedero montrent que les Romains ont commercé avec les Canaries, s'il n'y a aucune preuve qu'ils s'y sont jamais installés. La chute de l'Empire Romain a également entraîné l'isolement total et l'oubli du peuple Canarii-Guanche... jusqu'à sa redécouverte... et extermination par les conquérants espagnols au 15ème siècle...

La plupart des tessons appartiennent à de grandes amphores utilisées pour transporter des produits tels que le vin, le sel pour le poisson et l'huile d'olive. L'analyse de leur argile indique que les navires étaient originaires de Campanie (une région de l'Italie centrale), de la Bétique (sud de l'Espagne), et de la Tunisie.

Nous avons toujours l'espoir qu'un jour, une très ancienne tombe ou restes de bâtiment soit déterré, datant d'avant les Guanches (dont les plus anciennes traces remonteraient tout de même à 1000 ans Avant JC d'après certains archéologues - mais où étaient-ils puisque les Carthaginois ne les ont pas vus en 500 avant JC - ou alors il y a des problèmes de datations quelque part !) et attestant de cette première culture préhistorique dans ces îles, qui ont également subies plusieurs montées et descentes du niveau des océans, mais aussi des périodes volcaniques...

http://archive.archaeology.org/9705/newsbriefs/canaries.html

http://en.wikipedia.org/wiki/Canary_Islands_in_pre-colonial_times

Un article en complément :

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2015/02/05/31468815.html

Yves Herbo traductions et recherches, Sciences, F, Histoires, 01-02-2015

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange climat séisme volcanisme livre auteur écrivain lire

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau