Adygea et ses mystérieuses structures préhistoriques

Adygea et ses mystérieuses structures préhistoriques

Caucase1 miniCaucase-Adygea

Nous sommes juste à côté de la légendaire Mer Noire, dans le Caucase du Nord-Ouest. Pourquoi légendaire Mer Noire ? Parce que la Mer Noire a été identifiée par plusieurs archéologues et chercheurs, océanographes inclus, comme le lieu précis originaire de la légende du fameux Déluge biblique de Noé, lui-même issu des mythes sumériens liés à l'épopée de Gilgamesh. Mais le débat n'a jamais été clôt en fait car, même s'il a été prouvé scientifiquement et que la chose est acquise maintenant, que " l’entrée massive d’eau salée par le Bosphore dans une mer Noire, alors un lac d’eau douce avec une salinité de 1 gramme par litre, a commencé il y a «9000 ans» précisément (-7000 Av JC), (Guillaume Soulet avec Edouard Bard, professeur au Collège de France, et Gilles Lericolais), on ne sait pas vraiment s'il s'est agit d'une rupture brusque d'un barrage rocheux ou d'une percée plus lente et durant des années...

Mernoire bosphore

Le Bosphore (ISS - NASA)

La mer Noire, alors un lac d'eau douce, dont les rives sont peuplées depuis des millénaires, s’est remplie d’eau salée. Venu de la mer de Marmara, via le Bosphore, un déversement catastrophique en aurait remonté le niveau, inondant de vastes plaines en quelques années. De cet événement spectaculaire proviennent deux récits mythiques: l’épopée de Gilgamesh et le déluge biblique. Beaucoup supposent que cela a provoqué aussi la marche vers l’Ouest des premiers paysans des rives de la mer Noire vers la Bretagne, et vers l'est en direction de la Mongolie et la future Muraille de Chine (expliquant les nombreuses anciennes tombes de populations de type caucasiennes et non asiatiques)... Cette «théorie», liant bouleversements géologiques et histoire, mythes des hommes, fut proposée par deux géologues américains, Bill Ryan et Walt Pitman, en 1997... et elle est toujours disputée car les datations sont difficiles à cerner : il semble bien que les eaux de ce lac/mer aient plusieurs fois subi de fortes hausses comme de fortes baisses, en fonction des divers glaciations et dégels historiques... modelant à chaque fois les rives et le fond de ce vaste bassin peuplé depuis très très longtemps (des outils de Homo Erectus, datés de 700.000 ans y ont été trouvés...).

Quoiqu'il en soit, nous allons nous intéresser aujourd'hui à une région particulière du Caucase, bordant cette Mer Noire, et en particulier à des centaines de structures qui ont peut-être été construites ici par la population locale ou de passage, y inclus de très beaux Dolmens assez semblables à ceux découverts dans une grande partie de l'Europe...

Si vous vous promenez dans les montagnes de l'Adyghéie, vous y trouverez toute une gamme de zones de végétation; des glaciers, des pics déchiquetés et des champs d'éboulis se profilent au-dessus des prairies subalpines envahies avec des dizaines d'espèces de fleurs, de sapins et de châtaigniers du Caucase denses; de l'autre côté de la montagne il y a le climat subtropical de la mer Noire...
Situé dans le sud de la Russie, la petite république montagneuse d'Adygea est un paradis bucolique de montagnes et de rivières tranquilles. Peu d'étrangers viennent vivre ici, mais peu de gens de la population locale migrent loin de leur terre natale.

Maykop, la capitale, a 167.000 habitants. Le reste des 283 000 habitants du pays vivent dans des centres et des villages dispersés à travers des crêtes de montagne, divisés en quelque 80 groupes ethniques différents.
Les populations autochtones - les Adyghes - vivent dans des villages isolés sur les plaines du nord, tandis que les régions des montagnes sont peuplées par un mélange de nationalités - des Russes, des Circassiens, des Grecs, des Roms, des Arméniens et des Kurdes - tous avec une variété de religions et de traditions propres.
Ici, il n'y a pas de conflits. Les gens vivent dans des fermes distinctes ici et personne ne se soucie de vos dieux. Il y a le village de Temnolesskaya près du plateau: de vieux-croyants y vivent. Ils portent de longues jupes jusqu'à terre et un foulard sur la tête. Ils ont mis une croix sur la montagne. Elle protège l'ensemble de la vallée - des chrétiens et des musulmans. En effet, les religions ont fusionné en une variété spéciale chez les Adyghes, avec le musulman Qurban et les croix de Vieux Croyants debout sur les pentes rocheuses, entre les églises baptistes qui étayent les parois abruptes des falaises. Khodzha, un circassien riche de Guzeripl, a construit une mosquée, une synagogue et une église orthodoxe près de sa maison. Leurs lumières lui font un clin d'œil la nuit, autant que les chants des cigales...


1,8 kilomètre au-dessus du niveau de la mer, le ciel est magnifiquement clair pour regarder les étoiles. Les télescopes sont empilés sur les pelouses, en attente de leur quart de nuit, et les astronomes de Maykop, dans leurs tentes, sont en train de cartographier la Voie lactée...

Adygea est criblée de rivières, de ruisseaux et de torrents. Au cours de l'ère mésozoïque, Adygea était au fond de l'océan préhistorique Téthys, qui séparait les continents Gondwana et Laurasie. Mais les plaques tectonique de la lithosphère se sont déplacées et l'océan s'est asséché. Par conséquent, Adygea est riche en fossiles de mer et de coquillages anciens.
Et surtout, les étudiants en archéologie viennent ici toute l'année pour étudier les dolmens - des structures pyramidales anciennes soupçonnées d'être des prototypes pour les pyramides égyptiennes. Le Dolmen Khadzhokh 1 se trouve au bord d'un verger, sur une petite colline entourée d'arbres mystérieux.

Dolmen khadzhokh 1Le Dolmen Khadzhokh 1 - on devine les restes d'une gravure de renne ou de cheval (?) sur le mur de gauche

Carte dolmens du caucaseLes dolmens du nord-ouest du Caucase, à l'est de la Mer Noire

" (...) Ces deux dernières décennies, dans les régions de Krasnodar et de Adygeia, un énorme intérêt pour les dolmens a surgi. La région de la ville de Gelendzhika était particulièrement chanceuse à cet égard. Cet intérêt n'a pas été causé par la recherche scientifique de spécialistes, mais par de petits livres de Vladimir Megre, publiés dans le cadre de la série "Ringing Cedars of Russia" (Megre 1997a, b; 1998). Jouissant d'un grand succès, ces livres ont fait sensation, pas tant chez les habitants locaux que parmi les vacanciers. Les sites des dolmens sont devenus des endroits de pèlerinages, et les monuments eux-mêmes, un lieu de culte. Les gens décorent leurs contreforts avec des fleurs et se tournent vers eux avec leurs questions et demandes. Certaines scènes touchantes ont été montrées une fois lors de l'émission de télévision "Le Club des Voyageurs". Ils ont été si impressionnants qu'ils ont attiré l'attention de l'archéologue néerlandais Albert Becker, qui était en visite en Russie. Il a réussi à visiter une «Mecque de la mer Noire» et photographié des «pèlerins» qui prient près des dolmens (Trifonov 1999).

Pour être en mesure de donner un sens à cette situation, nous devons jeter un œil aux livres de Megre. L'auteur ne considère pas qu'ils soient de la science-fiction, bien que le personnage de Anastasiia, qui relie plusieurs romans, est fictif et rappelle Olessia - le personnage principal du roman de Kouprine du même titre. "Ringing Cedars" est une toile de fond pour l'histoire de Anastasiia. Au milieu de la pâte fiction moisie contemporaine, qui a inondé notre marché du livre, les livres au petit format de Megre gagnent leur première place par leur style narratif un peu naïf. C'était Anastasiia qui a fait que cet auteur prenne conscience des dolmens. Voici ce que Megre écrit à leur sujet: " les dolmens du Caucase de l'Ouest nous font revenir en arrière de dix mille ans; Ils précèdent les pyramides égyptiennes ". " Malgré leur ancienneté, les dolmens ont une « signification fonctionnelle pour les personnes contemporaines; les gens devraient être en mesure d'« écouter avec tout leur cœur » (Megre 1997a, p. 172, 173). Les dolmens ont été érigés pour des personnes "vénérables", probablement pour des chefs, aspirant à comprendre la "primordiale Vérité» et luttant contre " l'inertie de leur temps ". Ces gens, qui " n'avaient pas perdu leur capacité à utiliser la sagesse de l'Univers ", retirés dans des tombes pour une "méditation éternelle" (Megre 1997b, pp. 192, 193). Megre continue en décrivant comment cela a eu lieu: " La pierre tombale massive a été retirée. Il entra dans la chambre de pierre, puis ils ont replacé la pierre tombale... L'isolement total, l'impossibilité de même penser au retour. Pourtant, même sans passer dans un autre monde, la désactivation du sens normal de la vue et de l'ouïe a ouvert la possibilité de pleinement communiquer avec l'esprit du cosmos et d'interpréter beaucoup de Phénomènes et des actions du peuple terrestre »(ibid., P. 194). Plus tard les gens sont revenus à un dolmen, ont enlevé la pierre tombale, et « réfléchi et demandé l'avis des pensées qui flottaient dans la chambre. L'esprit de la sagesse était toujours là » (ibid., P. 194). Ainsi, tous les dolmens sont des "monuments de sagesse et de grand sacrifice de l'esprit pour le bien des futures générations " (Megre 1998, p. 39).

De là vient le conseil à nos Contemporains, accablés par toutes sortes de soucis, de «nous asseoir près de la chambre et de penser» et la réponse viendra, parce que le mégalithe et ceux qui y sont enterrés dedans sont des "récepteurs d'information," une médiation de la connexion avec l' "Intelligence de l'Univers" (Megre 1997b, p. 192). On peut trouver pratiquement la même recette pour communiquer avec les dolmens dans une collection spéciale de cartes postales, avec la photographie de tombes anciennes. (Cartes postales "Dolmens. Ville de Gelendzhik." Anastasiia Research Center, Moscou.) Dans la nouvelle série "Excursion dans l'esprit," elle-même consacrée aux dolmens de Gelendzhik, une préface résume la recherche scientifique sur les dolmens (AA Iessen, OM Dzhaparidze, VI Markovin , LI Lavrov, et d'autres sont mentionnés). Aussi Megre, avec ses déclarations sur les dolmens mentionnées ci-dessus (Dolmeny 1999, pp. 5-13) reste la principale autorité. L'auteur anonyme de la préface conclu de son oeuvre avec une panégyrique originale pour les constructeurs de dolmens: "Ils étaient des penseurs... Ils n'avaient pas d'égal partout dans l'Univers. Seule la grande intelligence du Dieu de l'Univers possédait une intelligence supérieure "" Les dolmens sont les dépositaires de la connaissance ancienne. Leur but est de répondre... Les dolmens ne s'acceptent pas dans la sincérité, l'hypocrisie, ou le mensonge " (ibid. Pp. 14, 15). Plus tard, il écrit à propos de la possibilité de "travailler" avec les photographies comme des "gravures d'information" des dolmens. Des photos peuvent fournir une réponse nécessaire à la question comme une "sensation, une image, la forme d'une pensée" même à travers " des livres et des spéculations " (ibid. pp. 90-107).

The head of a statuette
Figure 1.
 
1  —the head of a statuette. Possibly originates from the Dzuarikau village in northern Osetia (according to V.L. Rostunov). Findings published as originating from the Deguak-Dakhov dolmen settlement in Adygeia (A, accordingto Rostunov). Possibly the same objects (B) published by Markovin, the settlement’s researcher (2–10).

 

Une des raisons de l'apparition de cette foi peut être censée se trouver dans la puissance miraculeuse des dolmens, mentionnée par Megre, comme la présence d'un arrière-plan de rayonnement, différent de celui du paysage environnant (Megre 1997b, p. 200). Je tiens à noter que les scientifiques ont longtemps remarqué que les endroits où chacun des phénomènes anormaux et des événements imprévisibles ont été observés sont toujours situés sur les sites de certaines des structures les plus anciennes. Par exemple, il y a le cas du légendaire Stonehenge (Watson [Uotson] 1991, p. 332). Je pense que la célèbre butte Psynako I avec un dolmen central (village Anastasievka dans la région Tuapse) pourrait également avoir été créée dans un endroit similaire. Il est possible que la strate souterraine sous de nombreux groupes de dolmens pourrait avoir des propriétés similaires. Cette différence peut être expliquée par le fait que les sédiments des dolmens proviennent de nombreux siècles à partir de l'espace environnant, tandis que l'intérieur des dolmens et autour d'eux, le sol a été conservé depuis l'époque de leur création. Les scientifiques ont seulement commencé à comprendre cette question. En prenant une vue sobre des choses, cela et les phénomènes similaires ne sont pas une raison pour un mysticisme.

En outre, le culte des dolmens et leur utilisation comme des oracles est un renouveau des pratiques mystiques connues de communications secrètes avec les "êtres cachés et les forces du monde", indépendamment de "l'espace et du temps" et les possibilités physiques de ces pratiques (Soloviev 1995, pp. 120-21). Tous les éléments mentionnés ci-dessus sont présents dans le cas des dolmens. On peut y voir également une évasion du «monde sensible» de la vie quotidienne, mais avec l' "aspiration à plonger dans les profondeurs de son être, en tirant sur l'autre côté du monde" (Radlov 1904, p. 165). Peut-être qu'attribuer des qualités spirituelles aux mégalithes pourrait être comparé à l'adoration des pierres sacrées et des plantes, qui est, pour les actions spirituelles, ce que Mircea Eliade a suggéré avec le terme hiérophanie (Vanderhill [Vanderkhill] 1996, p. 335). Ce sont des formes comparables de la piété, parce que «la religion est inévitablement mystique, et le mysticisme est inévitablement religieux» (Mistika 1996, p. 232). Dans les deux cas "la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, la preuve des réalités qu'on ne voit pas» (le message de Paul aux Hébreux, 11, 1).

Iron knife and bronze objects found in tombs near the psybe river according to m k teshev
Figure 2.
Iron knife and bronze objects found in tombs near the Psybé River,according to M.K. Teshev

 

Le culte aux Dolmens dans le Caucase de l'Ouest n'est pas nouveau. L.I. Lavrov a noté que les motifs à proximité des dolmens ont été utilisés pour le culte au dix-neuvième siècle. Les Shapsugi [Shapshug] laissaient de la nourriture sacrificielle spéciale, près de l'entrée d'un dolmen (Lavrov 1960, p. 104). S.D. Inal-Ipa (1976, pp. 94-96) a écrit que les Abkhazes adoraient les dolmens. Les Tcherkesses avaient la conviction que toute atteinte aux dolmens serait puni par Allah lui-même ("des années 1960" Shamotulskii, p. 11). De même, selon E.L. Laevskaia, ces structures mégalithiques ont été créés dans un but secret, parce que «dans un sens, ils sont semblables à une incantation [zagovor], une séance [kamlanie], ou à un rituel de magie dans l'espoir d'attraper et s'accrocher à la vie. Le grand désir de l'immortalité est une motivation qui peut déplacer les montagnes "en pierre" du mégalithisme (Laevskaia 1997, p. 154).

" L'impression de grandeur évoquée par les mégalithes est également important " (Benua 1935, p. 9). " Compte tenu de l'adoration ci-dessus, la spiritualité moderne des dolmens dans les Caucases occidentales n'est pas nouvelle, mais cela semble étrange, compte tenu de la prédominance récente de l'athéisme dans notre pays. Nous ne devons pas oublier que les Européens ont utilisé un culte pour les dolmens et menhirs " (Marsiro 1998, pp. 291-93). " Le Culte mystique des dolmens et des pyramides, créés en "pierre éternelle," a longtemps été considéré comme indispensable spirituellement par les théosophes parce que ces structures sont les manifestations visibles d'une théologie particulière, le résultat de " l'influence silencieuse de l'Esprit et l'Esprit de la Divine Personne " sur l'essence et les activités humaines " (poznaniia Spiral 1992, pp.315-25; Kholl [Hall] 1992, pp 351, 352.). Je ne doute pas que les livres de Megre et de ses disciples ont été écrits sous l'influence évidente de la théosophie de Elena Blavatskaia.

" Cependant, ils ne tiennent pas compte du fait que pour les mystiques, les dolmens symbolisent un «ventre féminin» et les menhirs une "force créatrice masculine" (Kuper 1995, pp. 27, 203). De plus, la surface d'un dolmen pourrait être divisée en sections, chacune dotée d'une «énergie» notable (Maier et Zator 1998, pp.159-72). " Je reconnais que j'ai transféré ici l'ésotérisme connu lié aux contemporaines (Caucasiennes) maisons comme une "maison de l'éternité." Je pense que les monuments dolmens sont utilisés à des fins mystiques en vertu d'une conviction que leurs murs et détails préservent le «souffle» et " l'énergie " (prana) des peuples anciens " (Dubrov et Pouchkine 1990, p. 27, 118). Les pèlerins souffrants s'y adressent probablement tout en faisant face à la prana. De toute évidence, une personne en attente d'une réponse à des questions de vie et de mort, sans intention de se livrer à l'introspection, est détournée de la réalité quotidienne pour cette période de temps. Cette pause introspective permet de recevoir une réponse attendue, qui, en utilisant le terme de l'écrivain Artsybashev, est perçue comme "une audience interne" (de Artsybashev 1994, p. 507). L'ancienne structure n'est pas le point: la réponse, mais pas très bien formée, était d'abord au sein de la personne, mais elle a été éclipsée par l'agitation de la vie quotidienne. Le rituel même de prier le dolmen a joué un rôle important ici. Le "Rituel est une action irrationnelle, présentant une imitation [imitatsiia] composé de trois éléments: Magiques, utilitaires et symboliques (Marsiro 1998, p 73.). À mon avis, cela constitue la base psychologique de la foi naissante dans les dolmens.

Megre date la création des dolmens du Caucase au dixième millénaire avant JC. Archéologiquement, ils datent du huitième millénaire avant JC.
Même pour les régions les plus avancées, comme l'est le Mésolithique supérieur et sa transition vers le Néolithique. C'était quand les gens transitaient de la chasse et de la cueillette à la production alimentaire, et ont appris à travailler la pierre et faire de la poterie. Évidemment, à la fois intellectuellement et psychologiquement, ils étaient loin de l'époque moderne du 21ème siècle. Les archéologues datent certains dolmens de l'âge du bronze. Cela ne veut pas dire qu'ils soient modernes. Quelques dolmens non perturbés sont connus dans la région de Gelendzhik. Un explorateur local, I.I. Akhanov, a étudié vingt-huit structures ici, contenant des matières de la période scythe, ce qui signifie qu'ils ont été vidés des sépultures anciennes et utilisés pour une seconde fois (Akhanov 1961, pp 139-49;.. Markovin1988a, pp 24, 25). Des recherches ultérieures ont confirmé ce fait (Markovin 1997, pp. 253-61, 271-83, fig. 131, 16-20; 133,5-7; 141,5-11; 143,3-6). Ces dolmens comme «Khan», «Tor», «Lit» «Inf», «Gor» et «Maia» ont depuis longtemps perdu leur strate culturelle (emportée, effacée, brûlée par les incendies et détruit pendant les Scythes et le temps des Sarmates.

Il est probablement difficile d'attendre la révélation de "Première Vérité" avec leur aide, mais le matériel historique trouvé tardivement dans les dolmens est très intéressant. Les archéologues P.U. Autlev et N.G. Lovpache les relient de façon convaincante à la tribu scythe "Isep," connue dans le folklore scythe comme les "Isps" (Autlev 1974; Lovpache 1997, pp 42-46.).

" Je ne vais pas créer d'obstacles pour les pèlerinages spirituels sur les dolmens: la foi est trop multiforme. Cependant, je suis d'accord avec mon collègue V.A. Trifonov, qui, tout en parlant à un journaliste, a partagé ses craintes que les adeptes des "mouvements religieux et mystiques contemporains», avec leurs bonnes intentions de "nettoyer fortement les dolmens", pourraient faire " place nette des derniers vestiges de l'ancienne strate culturelle " des dolmens. Les «découvertes» sensationnelles de ces passionnés au sujet de la «finalité des dolmens comme des « armes à ultrasons des peuples anciens ou des plates-formes de lancement pour les ovnis " pourraient grandement compromettre la recherche scientifique sur ces anciennes structures " (Vil en 1998; Grigor en 1998).

La relation entre la culture Maikop et la culture des constructeurs de dolmens n'est pas encore claire, posant une masse de questions. R.M. Munchaev dans son dernier article de recherche distingue au moins deux étapes dans la culture Maikop, attribuant les monuments du type Novosvobod à l'étape ultérieure (Muchaev 1994, p. 181). La caractéristique de la poterie de ce temps a un corps globuleux et un petit cou bien défini. Elle est décorée par un motif concave et convexe de chevrons comme «perle» d'ornementation (Munchaev 1994, pp. 218-21, le tableau 20). Cependant, malgré le fait que les vaisselles trouvées dans les dolmens près du village de Novosvobod ont certainement une ornementation convexe (et non appliquées), les "perles" pourraient être utilisées pour prouver la date Enéolithique des monuments, contenant ces céramiques (Korenevskii et Nagler 1987 , p 77;.. Korenevskii 1995, p 8). Sans nier la possibilité d'origine ancienne de cette ornementation, je tiens à souligner sa relation immédiate aux antiquités du type Novosvobod. Je reviendrai sur ce point après. Lovpache écrit: «Le facteur le plus important, curieux, et crucial dans l'architecture Maikop est qu'elle combine les cultures archéologiques Maikop et des Dolmens.» À son avis, «la séparation de la culture Maikop de la culture des Dolmens est une convention », il serait plus logique de voir " la composante de la Montagne Atykh comme une forme de l'architecture mégalithique de la culture Maikop "(Lovpache 1997, p 40.). Pour illustrer cette unité, il cite un exemple de ces «ensembles solaires mégalithiques» comme Silver Mound n°39 (éventuellement 31-VM), le site de "Khashpek" près du village de Novosvobod, le portail Khadzhokh-corridor "ispyun" 4 et le monticule Psynako I près de Tuapse. Malheureusement, au lieu de fournir des plans de ces monuments, l'auteur les remplace par des reconstructions (Lovpache 1997, p. 40, fig. 7-9). Sans une documentation appropriée sur le terrain, ces croquis semblent être des variations libres sur le thème du dolmen. En tout cas, ici nous traitons avec des structures architecturales incroyablement complexes. Peut-être est-ce la raison pour laquelle nous avons besoin de la tombe Psybé pour être en mesure de combler le fossé entre les dolmens et les boîtes primitives rétrospectivement. Ce serait alors un tronçon majeur.

Archeological monuments from the tuapse region measurements by v i markovin
Figure 3.
Archeological monuments from the Tuapse region.
1, 2  —Novomikhailovvillage. Tomb near the Psybé River (plan without burials; longitudinal section.According to M.K. Teshev);
3, 4  —Anastasievka village, Adignalovo site. Portaldolmen no. 8 (longuitudinal section and plan. Measurements by V.I. Markovin)

 

Dans la tombe Psybé, aussi loin que l'on peut dire à partir du plan, il n'y avait pas de sillons ou de signes de broyage, et pas d'aspirations notables pour ériger une structure. Elle a été assemblée de manière arbitraire à partir de roches disponibles (Fig. 3, 1, 2). Comme R.M. Muchaev l'écrit, au cours de la deuxième phase de la culture Maikop "apparaissent pour la première fois dans le Caucase, des pierres de constructions funéraires du type dolmen (Munchaev 1975, p. 318). Certaines des premières tombes de ce type sont des structures de type Novosvobod, à l'architecture très complexe (OAK 1898, pp 33-36;. Popova 1963; Rezepkin 1991, p 171, fig 4..).

Ce fait nous a donné raison de considérer que ces dolmens ne pouvaient pas être d'autochtones et que certaines populations d'arrivants les ont laissés. De plus, ces constructions funéraires ne sont pas caractéristiques de la population locale, qui ne les a pas utilisée. Les grandes quantités d'armes dans les sépultures devraient confirmer la pensée d'une conquête: "A partir de maintenant, ceci est notre terre !" Une opinion similaire a déjà été mise en avant par IM Chechenov concernant de tombes de Kishpek et de Nalchik (Chechenov 1973, pp 52-56. ; 1980, pp 26-30). Il y a des cas connus de l'utilisation des tombes des autres. Telles sont les sépultures de différentes cultures et de différentes périodes dans les grands monticules et les sépultures de la période des Alains dans les dolmens composites du bassin de la Kiafar River (Karachai-Cherkesiia). A l'intérieur des tombes massives, ces sépultures ont été séparées par des couches de pierres plus petites afin de ne pas toucher les «esprits» du passé (Markovin 1983, pp. 90-107). Des faits similaires peuvent être trouvés à l'époque moderne (Lavrin 1993, pp. 249-54). La question de savoir d'où les premiers constructeurs de dolmens sont venus est très difficile. N.G. Lovpache ne juge pas possible d'accepter que «les dolmens de race blanche soient originaires de la Méditerranée, en particulier, de la péninsule pyrénéenne."

A en juger par le contexte de son travail, il prend en charge une origine de l'Asie Mineure des monuments locaux, ne voyant non pas à l'intérieur le transfert des formes architecturales de l'Asie Mineure vers le Caucase de l'Ouest, mais dans les "impulsions de motivation» de cette construction (Lovpache1997, pp. 24 -32). Je ne peux pas être d'accord avec cette opinion, car on ne sait rien à propos de l'existence de monuments de type dolmen en Asie Mineure (voir des œuvres de G. Clark, G. Child, S. Piggott, T. Sulimirskii, G. Daniel, G. Pendlebery, et autres). Suivant implicitement LN Solov, qui était le premier à prendre pleinement en considération l'idée de l'origine des Dolmen en Asie Mineure, et en tirant largement sur du matériel folklorique, Lovpache a donné beaucoup d'attention sur les «Shumerians-Sumériens", "proto-Aryens-Aryens», «Isps», «Khatts-Khetts», «Khashks-Kasks», «Abesla," et ainsi de suite (Lovpache 1997, pp. 12-60, 75 et suiv.). Son point de vue dans certains arguments a des points communs avec l'énoncé plus modéré et juste de BV Tekhov sur le perpétuel indo-européanisme (indo-Iranisme) des Ossètes du Caucase, impliquant les Khetts, Kobans, et ainsi de suite (Tekhov 1993a, p . 24; 1993b, p 4, 5). Il est possible de résoudre cette question seulement en faisant appel à des linguistes, des folkloristes, et spécialistes des études orientales. Cependant, tout en niant l'influence des pays de l'Est sur l'apparition des dolmens du Caucase de l'Ouest, je suis entièrement d'accord avec leur grande importance pour la formation culturelle de Maikop (Munchaev 1994, pp 168-70, 209, 229;. Trifonov 1987, pp 20-24.).

Revenant sur les monuments de l'étape ultérieure "Maikop", je soutiens encore la période de la culture Maikop "à partir de la fin du quatrième au troisième quart du troisième millénaire avant notre ère" (Munchaev 1995, p. 171), et de recentrer l'attention sur les restes du village Novosvobod ou, comme dit Rezepkin, le "groupe culturel Novosvobod." Cherchant des analogies à ses trouvailles de céramiques dans le monticule 31 de Klady, avant d'aller à l'extérieur des frontières ukrainiennes, il a rappelé leur affinité avec les restes du "Type Nizhnemikhailov", à leur «interaction» avec la culture Srednestogov, et exprimé son intérêt pour les antiquités de l'Europe centrale et du nord, en particulier, les cultures des bécheurs en forme d'entonnoir (Rezepkin 1991, pp. 189-96). En conséquence, il façonne son idée principale, concluant que le "groupe culturel Novosvobod n'« appartient » pas à la deuxième étape du développement culturel Maikop, mais au bloc des cultures allant de l'Europe centrale vers le Caucase du nord-ouest." "Mais maintenant, car cela devient plus clair, la direction de cette migration n'a pas été de l'est à l'ouest, et ce n'était pas la culture Maikop qui a participé à la formation de cette branche du développement énéolithique, mais, au contraire, un bloc de cultures avec la céramique noire polie et les traditions mégalithiques en Europe centrale et de l'Ouest comme point de lancement, tandis que le groupe culturel Novosvobod est sa partie orientale du Sud, sous l'influence de laquelle les représentants des cultures du Proche-Orient sont arrivés de se retrouver "(Rezepkin 1991, pp . 192, 193). Je suis désolé pour la longue citation, mais la pensée est tellement alambiquée ici que je craignais de la déformer par l'opinion paraphrasée. Il y a quelque chose en commun avec la notion de V.A. Safronov et N.A. Nikolaeva sur les relations entre les monuments mégalithiques du Caucase et la culture de l'amphore globulaire et des céramiques ornées de cordes. I.K. Svechnikov, un spécialiste bien connu dans la culture de l'amphore globulaire, a été entraîné dans cette polémique. Il a rejeté entièrement cette hypothèse. Il semblerait que cette théorie amorphe sur les cultures "proto-germanique" devrait désormais appartenir à l'histoire des sciences. Pas du tout, car c'est avéré. Comme je l'ai mentionné, Rezepkin a ajouté une culture de plus pour les cultures du nord, la culture des bèches en forme d'entonnoir (Trichtenbecherkultur). Mais ces mêmes bécheurs ont détruit cette théorie. Rien dans l'inventaire de cette culture, y compris ses céramiques, n'a quelque chose en commun avec le matériel Caucasien (Fig. 4) (Markovin 1994a, pp. 32, 35, 37, Fig. 3). Rezepkin écrit à propos de l'origine des dolmens du Caucase, brouillant ainsi son ancienne notion sur leur origine locale, l'influence du bécheur en forme d'entonnoir et des cultures d'amphores globulaires d'Europe du Nord, la culture Srednestogov tribale, les populations méditerranéennes, les civilisations asiatiques occidentales, les gens qui ont créé la «Rigveda», et la culture Kuro-Arak (Rezepkin 1977, pp 314-18;. 1987, pp 26-32;. 1991, pp 189-97.). Un tel méli mélo de sources devrait être soigneusement examiné selon des paramètres principaux, en accordant une attention particulière aux détails, qui sont souvent perfides. Seulement alors on serait en mesure de dire si ce mélange avait le droit d'exister, car elle représenterait une succession claire de composantes ethnoculturelles dans la création de dolmens locaux, considérés dans leur développement. Ceci n'existe pas encore...

Klady nearnovosvobod village k ia beker and k iazzhevskii
Figure 4.
Archeological materials from burial 5 of mound 31 in Klady nearNovosvobod village.

I: a  —bronze objects (from A.D. Rezepkin) and the funnel-shaped beaker culture;

II: b  —stone objects (from K.Ia. Beker and K. Iazzhevskii,no scale).
 

Je crois que la population qui a laissé ses antiquités à "Klady" ne sont pas les mêmes personnes qui ont construit les dolmens. Ces différences sont révélées tout d'abord dans les ceramiques. La Céramique trouvée nous permet de parler de l'interaction des constructeurs de dolmens avec des représentants de la phase Novosvobod de la culture Maikop. Je considère "Novosvobod" comme une phase tardive de "Maikop." Un bon exemple de cette interaction est le monticule Psynako I. Parmi les céramiques trouvées il y a des fragments d'ornements en perles, qui correspondent parfois à l'ornement concave des dolmens. Avec des perles convexes, des fragments avec des perles artificielles appliquées ont été découverts (fig. 5). Tous ces résultats proviennent des couches inférieures de la butte, sur laquelle une dalle [tolos] avec un dolmen élaboré a été placée (Markovin 1993, pp 252-55, 260, fig 3;.. 4; 9; Markovin 1999, pp. 317-38). La construction de la butte avec les Tolos, les dolmens, et dromos conduisant à l'entrée ont des analogies entre les monuments du Portugal, d'Espagne, de la France et les autres pays en bord de mer (ibid pp 269-71, fig 15;... Markovin 1997 , pp. 335-37, fig. 179). Certaines structures de dolmens ont aussi des analogies dans la Méditerranée et ses eaux environnantes. Ce qui est intéressant à cet égard, se sont les dolmens situés dans la partie européenne de la Turquie (région Lalapasha-Buunlu), impossibles à distinguer des dolmens du Caucase. Ils ont chacun un portail clairement défini, un corps de trapèze, et un regard architectural complet, dont certains disent qu'il est inimitable (fig. 6). C'est une illustration distincte de la recherche des origines des dolmens (Markovin 1978, pp. 299-301, fig. 136), ainsi que des références. Suivant BA Kuftin et L.I. Lavrov, je tente de définir la question de la genèse potentielle des dolmens , les reliant au bassin méditerranéen et en considérant que la navigation sur la mer était d'une grande pertinence (Markovin 1988b, pp. 83-119).

Psynako i mound tuapse region
Figure 5.
Psynako I mound (Tuapse region). Ceramic Material.
1  — vesselfragment, combining “pearls” and dolmen ornament;
2  —ceramic fragments with“pearls” and their imitation;
3  —ceramic ornamentation characteristic of dolmenvessels (from V.I. Markovin)

 

Il est connu que la région en question s'étend à travers la crête principale du Caucase sur près de 1500 km; et de la région où les dolmens ont été trouvés répandus de Abhazia à la partie supérieure de Kuban (Kiafar River). Les Catacombes sont surtout connues dans les régions steppiques, avec le maximum au sud, près du village Velikent Daghestan près de la mer Caspienne. Comme on peut le voir, ce «conglomérat» recouvre une partie de la Trans-Caucase et presque tout le Caucase du Nord. Je ne peux pas juger de la distance parcourue par les catacombes de la steppe; laissons cela aux spécialistes. En tout cas, ce conglomérat mythique englobe une vaste zone. Cependant, les catacombes de Velikent devraient évidemment être exclues. Ses sépultures locales sont extrêmement riches en objets de fer et de céramique; de plus, les articles locaux sont très différents dans leur forme et leur ornement que les trouvailles primitives des régions steppiques. Les archéologues Daghestan considèrent leur matériel pocomme faisant partie d'une culture spéciale de Velikent, préservant les caractéristiques visibles de la culture Kur-Arak. De même, les catacombes de Manas au Daghestan sont aussi complètement différentes de celles des régions steppiques (Gadzhiev et Korenevskii 1984, pp 7-27;. Munchaev et Smirnov 1956, p 192;... Gadzhiev et al 1996, pp 75-77, fig . 30). Évidemment, la comparaison entre les dolmens du village Abkazian Esheri et les antiquités du Velikent est un malentendu scientifique (Rysin 1990, p. 24-25). Dans sa méthodologie d'identifier les points communs entre les dolmens et les catacombes, Rysin n'a pas tenu compte des lois de surface de la construction architecturale, et il ne pense à la paleoethnographie et à la paléolinguistique. Ici, je le répète: «Les réclamations d'affinités historiques et culturelles doivent avoir une base fiable. Dans ce cas, une telle base pourrait être une affinité architecturale entre des dolmens et des catacombes, mais il n'y en a pas. Les dolmens de structures de pierre ont toutes les caractéristiques de l'architecture haute, ce qui ne peut être dit des catacombes, creusées dans le sol. De plus, les gens qui ont construit les dolmens le long d'une étroite bande de la côte de la mer Noire pourraient difficilement avoir un destin commun avec les tribus de la culture de la catacombe, vivant dans les vastes étendues de la steppe des régions le long de la mer d'Azov, de la Volga, du Don, Dniepr, et ainsi de suite. Il n'y a aucune affinité dans l'inventaire des monuments en question " (Markovin 1994b, p. 252).

Portal dolmens from the lalapasha buunlu region in turkey fromsevket aziz konsu
Figure 6.
Portal dolmens from the Lalapasha-Buunlu region in Turkey (from Sevket Aziz Konsu)

 

Beaucoup de questions controversées dans les études sur les dolmens du Caucase de l'Ouest se résument à leur typologie. Deux approches se sont développées : une typologie spécifiquement pour étudier les monuments du Caucase (ED Felitsyn, LI Lavrov, VI Markovin, Iu.N Voronov, et autres.) Et les typologies des structures locales, couplées avec quelques détails de constructions européennes (VA Safronov, AD Rezepkin , MB Rysin, et autres). La première donne une idée de toutes les variétés et types de monuments et la seconda arrive à une impasse si elle ne correspond pas aux canons dictés par les formes spécifiques du Caucase ou des monuments européens. Voilà ce qui est arrivé avec les "tombes en fer à cheval" (également appelées «tombes de Dome») de l'Europe, qui ne sont pas liées au matériel Caucasien (Rezepkin 1988, pp. 157, 158, 163, tableau 2). Les dolmens près du village de Guzerpil et du bassin de la rivière Kizinka (village Bagov) n'ont rien à voir avec les "tombes en fer à cheval," étant des constructions primitives imitant des voûtes (Markovin 1979, pp 144-48, figures 77-79;.., 1994a, pp. 36, 38, figures 4, 9, 10;. 1997, pp 149-53, 244-50, figures 66, 67;... pp 124-27). Il semble étrange de diviser les mégalithes du Caucase entre les tombes et les dolmens, pas comme des synonymes mais comme des termes spécialisés. Rezepkin appelle les structures trouvées près de Novosvobod des tombes du village par opposition à des dolmens, même si, avec leur formation en rectangles et petits vestibules, Elles ne sont pas très différentes des structures de la dalle qu'il juge comme des dolmens (Rezepkin 1988, pp. 159, 160 à 62, tableau 1 , partie supérieure). Cependant, malgré les tentatives de Rezepkin pour apporter ses notions de se rapprocher des normes européennes et à relier les monuments du Caucase aux cultures d'Europe du Nord, il n'a pas réussi. Ses constructions typologiques sont faibles. Sven Hansen, un archéologue danois, à en juger par sa classification typologique, estime les structures du type Novosvobod comme des dolmens, en les comparant avec d'autres structures de la dalle du Caucase et des composites (Kizinka, Pshada, Psynako I, etc.) (Hansen, 1996, p 34.; 1997, p. 196, fig. 7). Il ne valide pas la séparation des monuments en différentes catégories, si ils sont unis par une idée commune de culte, de conception architecturale, et de proximité territoriale. Les Dolmens du Caucase de l'Ouest ne sont que légèrement étudiés, même si une littérature considérable depuis le XVIIIe siècle les mentionne. Il est toujours nécessaire et utile de connaître cette littérature. Dire que c'est une perte de temps, car cela a déjà été fait, ne révèle que la paresse d'un spécialiste. L'étude des dolmens devrait être une mission commune pour tous les spécialistes du Caucase, largement des archéologues spécialisés du monde au début. Tous les débats et arguments sont légitimes, à moins qu'ils ne deviennent insultants. Surtout, il ne faut pas arriver avec une solution spectaculaire préconçue à une question non encore posée. Une fois j'ai entendu une hypothèse disant que tous les dolmens étaient utilisés pour être confinés à l'intérieur des monticules. Je ai vu plus de 500 dolmens près de la Kizinka River et la quasi-totalité d'entre eux n'avaient rien qui suggère un monticule, à l'exception de digues de pierre pour la pose de dalles. Faire certaines hypothèses, en omettant les autres, et de renforcer le reste peut toujours prouver une hypothèse. C'est extrêmement facile à faire lorsque l'on étudie les dolmens, en particulier lors de la copie des plans. Il ne faut pas simplifier les méthodes graphiques; il est préférable d'exagérer les difficultés... " (...)

(Larges extraits de " Western Caucasian Dolmens - Mysticism, Scientific Opinions,and Perspectives on Further Study " par V.I. MARKOVIN, traduits par Yves Herbo)

Adygea dolmenDolmen-Adygea

Voici deux petites vidéos montrant quelques dolmens visibles au musée national d'Adygea et dans la région :

Malheureusement, il y a aussi une partie de la population qui détruit les dolmens, s'en sert comme matériel de construction... ou de toilettes publiques... voici le lien d'un site qui en parle (en anglais), avec une vidéo plus longue :

http://survincity.com/2010/10/where-disappear-dolmens-in-the-kuban-and-in-adygea/

Voici une trop petite vidéo prise de Mez txhe (мэз тхьэ), situé dans la zone de Khamishki à Adygea, la partie de la Circassie du Caucase du Nord. On y voit des structures géantes creusées dans la roche et ressemblant pour certaines à des têtes géantes. Je n'ai pas encore trouvé d'infos précises sur ce site particulier qui fera donc peut-être l'objet d'une prochaine MAJ... :

Caucase1

Autre article sur les monolithes russes :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/russie-les-megalithes-devoiles-petit-a-petit-le-stonehenge-russe.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/russie-des-archeologues-decouvrent-des-peintures-rupestres-datant-d-au-moins-5000-ans.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/russie-etat-de-kouban-une-pyramide-a-l-etude.html

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 27-07-2015

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange auteur lire mystère

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau