SFH vous souhaite la meilleure année possible

SFH vous souhaite la meilleure année possible

2013.jpg


Je souhaite à tous mes lecteurs passés, présents et futurs la meilleure année 2013 qu'ils puissent obtenir et souhaiter eux-mêmes. Je nous souhaite en plus l'obtention d'une plus grande ouverture d'esprit et une optimisation de notre conscience par rapport à la réalité cachée qui pourtant influe sur notre destinée. Beaucoup de monde désirait confusément et sans trop se l'avouer que "quelque chose" se passe effectivement en 2012. Pas une fin du monde imaginaire inventée par des traducteurs et interprétations occidentales (et non par les Mayas), non, mais bien un changement de mentalité, de point de vue sur notre société et son organisation. Mais il est évident que ce désir de changement, s'il n'est pas accompagné par une volonté réellement matérialisable dans notre monde très matérialiste, n'a aucune possibilité de s'exprimer en dehors du rêve, de l'utopie ou de la promesse politique.

Autrement dit, il faut faire connaître et montrer précisément ces réalités cachées de notre monde réel qui font que ce monde réel, celui qu'on vous montre à la télévision, n'est pas complet ni perçu dans sa totalité par le commun des mortels. Une notion évidente : le présent est constitué d'une suite d'instants qui ne permettent pas directement de faire le rapport avec une réalité quelconque : il faut que le cerveau se réfère très vite à sa mémoire et donc au passé pour trouver une corrélation et des références avec le présent qui est nouveau et inédit bien sûr. Cet avantage du manque de références et de mémoires instantanée de l'humain est bien sûr le mieux exploité par ceux qui connaissent certains rouages de la psychologie, attitudes et organisation d'un cerveau humain : les politiques bien sûr qui doivent faire preuve d'un certain sens de la psychologie (individuelle et de masse). Ainsi, vous n'entendrez pratiquement jamais parler un homme politique des origines, tenants et aboutissements d'une situation présente, des erreurs ou "lignes" adoptées par leurs prédécesseurs et partis, pourquoi les mêmes problèmes finalement continuent dans la réalité quel que soit le parti ou le président élu. Bien sûr, un homme politique ne pourra jamais avouer sa propre réalité : son manque effectif de pouvoir et de contrôle sur les grands chemins pris par ses prédécesseurs depuis des décennies. Et surtout l'impossibilité effective de changer de chemin malgré des promesses effectuées sans connaître la réalité (ou plutôt en faisant semblant de ne pas la connaître) : les prédécesseurs ont fait en sorte que les Etats soient esclaves du Crédit et de la Dette à perpétuité sans demander l'avis de personne, il y a des années. Quand on vous parle de croissance, c'est avant tout de celle de la Dette et des profits des plus riches... Cette courbe mise en ligne sur internet montre une réalité dont les hommes politiques, quel que soit leur bord, ne vous parle pas... voilà l'effet du système libéral mis en place en France grâce à Mr Pompidou (RPRGaulliste), Mr Giscard D'Estaing (Centriste), Mr Mitterrand (Extrême-droite, droite puis PS), leurs ministres et tous les autres suivants sur cette courbe... (cliquez pour agrandir) :

graphiquedettefr.jpg

SFH 01-2013

Yves Herbo sur Google+

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau